Transformation du cacao en Côte d’Ivoire

Transformation du cacao en Côte d’Ivoire

Depuis quelques années, la transformation du cacao en Côte d’Ivoire est l’une des préoccupations des autorités  du pays. Mais la pandémie du coronavirus a joué les trouble-fêtes, paralysant un instant tout le secteur. Encore faut-il rappeler la question du Différentiel de Revenu Décent sur le cacao, qui n’a pas été sans conséquence sur l’ensemble de la filière. Cependant, l’on peut dire que les activités de la transformation ont démarré l’année 2021.

Transformation de cacao en Côte d'Ivoire : chocolat , poudre et graines de cacao
Transformation du cacao (source de l’image : bartalks.net)

en est-on avec le Différentiel de Revenu Décent (DRD) sur le cacao ?

Le DRD représente jusqu’alors,  un casse pour les acteurs du cacao. Les tensions au dernier trimestre 2020 entre la Côte d’Ivoire et le Ghana d’une part  ; le confiseur américain Hershey d’autre part en témoignent. Effectivement, Hershey n’a pas échappé au ralentissement de la demande de ses produits chocolatiers en raison de la pandémie et a revu ses besoins en matière première à la baisse. Par des stratégies, l’entreprise a pu contourner le paiement du tarif de 400 $ qui frappe le prix du cacao récolté pour le compte de la saison 2020/2021. Mais, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont réussi à faire plier Hershey. Cependant pourront-ils faire de même avec l’ensemble de l’industrie ?

En effet, disons que le DRD passe mal dans le contexte actuel. Le chocolat n’étant pas une denrée alimentaire nécessaire et donc son achat baisse ; entraînant l’effet boule de neige de la filière. Il faut rappeler que, avec la seconde vague de la pandémie en Europe notamment, les perspectives de rentabilité sont encore plus modérées. Le DRD va-t-il survivre à tous ces remous ?  À vrai dire, l’heure est à la discussion et à la négociation.

Activité de transformation du cacao en Côte d’Ivoire et la covid-19

La Côte d’Ivoire couvre plus de 40% de la production mondiale de cacao ; et en termes de transformation, le pays met tout en œuvre pour occuper une place de renom. En effet, il faut rappeler que dispose d’une capacité de broyage de 712 000 tonnes de cacao par an. Et parmi les principaux transformateurs du pays figurent le suisse Barry Callebaut, le singapourien Olam et l’américain Cargill.

LIRE AUSSI : L’OMBRE DE LA COVID-19 PLANE TOUJOURS SUR LE CACAO EN CÔTE D’IVOIRE

Actuellement, disons que le segment de la transformation du cacao résiste bien à la pandémie de coronavirus. Selon les données du Groupement professionnel des exportateurs de café et de cacao (GEPEX), relayées par Reuters, le volume de fèves transformé s’est établi à 52 000 tonnes en janvier dernier. Le stock marque une légère hausse de 8 % par rapport à l’année dernière à la même période ; mais il représente surtout le plus important niveau enregistré par l’activité depuis 9 ans. En effet en 2012 les broyages avaient atteint mensuellement 49 000 tonnes en moyenne. Globalement, entre le 1er octobre 2020 et le 31 janvier dernier, 199 000 tonnes de fèves ont été transformées pour le compte de la campagne 2020/2021 contre 191 000 tonnes un an plus tôt.

Blogueur Cow

Articles Similaires

LA TRANSITION AGRICOLE ET ALIMENTAIRE, UN IMPÉRATIF

LA TRANSITION AGRICOLE ET ALIMENTAIRE, UN IMPÉRATIF

Y-A-T-IL UNE DIFFÉRENCE ENTRE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET L’AGRICULTURE ORGANIQUE ?

Y-A-T-IL UNE DIFFÉRENCE ENTRE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET L’AGRICULTURE ORGANIQUE ?

CHOIX DE LA STRUCTURES DE STOCKAGE ET CONSERVATION  DE L’OIGNON DANS LES GRANDES RÉGIONS DE PRODUCTION

CHOIX DE LA STRUCTURES DE STOCKAGE ET CONSERVATION DE L’OIGNON DANS LES GRANDES RÉGIONS DE PRODUCTION

La pomme de terre, une filière agricole en plein boom au Sénégal

La pomme de terre, une filière agricole en plein boom au Sénégal

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *