L’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE PASSE PAR DE NOUVELLES VARIÉTÉS DE RAY-GRASS

L’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE PASSE PAR DE NOUVELLES VARIÉTÉS DE RAY-GRASS

Les plantes composant des prairies doivent avoir la capacité de s’adapter aux différents changements climatiques actuels. Cela concerne également les graminées. Raison pour laquelle, certains chercheurs de l’Inrae ont étudié la graminée la plus répandue d’Europe ; à savoir les variétés de ray-grass anglais. 

De nouvelles variétés de ray-grass permettront de s'adapter facilement au réchauffement climatique
Prairie

Les prairies importantes pour lutter contre le changement climatique

Selon l’Inrae, « l’introduction de prairies temporaires dans les rotations est l’un des leviers agro écologiques les plus efficaces pour la fourniture de multiples services écosystémiques, et en particulier le stockage de carbone dans les sols ». En effet, les prairies peuvent être considérées comme des outils efficaces dans la lutte contre le changement climatique. Notamment en ce qui concerne le stockage de carbone. Cela fait déjà quelques années que des chercheurs tentent d’étudier les plantes des prairies. Quant aux chercheurs de l’inrae, ils s’intéressent particulièrement aux ray-grass anglais. Cette plante a une capacité « d’adaptation naturelle à une vaste gamme de variations environnementales, notamment climatiques ». Selon eux, « des stratégies de migration assistée et des méthodes de gestion appropriées des prairies devraient favoriser l’adaptation future de l’espèce et limiter son risque d’extinction locale ». 

Les connaissances acquises pourraient rendre possible la création « de nouvelles variétés de ray-grass anglais possédant les versions adaptatives des gènes identifiés. Ces variétés pourront être utilisées pour le semis de prairies temporaires adaptées aux futurs climats régionaux de l’Europe ». Surtout les régions d’Europe où la présence de ray-grass dans les prairies est menacée par le changement climatique. Les scientifiques de l’Inrae se sont basés sur « l’analyse ADN de 469 échantillons de ray-grass anglais provenant de toutes les régions d’Europe. Ils ont ainsi identifié 633 portions d’ADN liées à l’adaptation au stress des hivers froids ou des longues sécheresses estivales, dont 374 ont pu être associées à un gène connu.

Informez-vous via Talkag, le site de partage du savoir agricole. Application disponible sur :

Blogueur Agri

Articles similaires

UTILISER EFFICACEMENT LA TOURBE DANS LES JARDINS POUR EN TIRER LE MEILLEUR PROFIT

UTILISER EFFICACEMENT LA TOURBE DANS LES JARDINS POUR EN TIRER LE MEILLEUR PROFIT

𝑳𝑬𝑺 𝑷𝑶𝑼𝑽𝑶𝑰𝑹𝑺 𝑰𝑵𝑺𝑶𝑼𝑷Ç𝑶𝑵𝑵É𝑺 𝑫𝑼 𝑻𝑶𝑼𝑹𝑻𝑬𝑨𝑼 𝑫𝑬 𝑹𝑰𝑪𝑰𝑵 𝑬𝑵 𝑨𝑮𝑹𝑰𝑪𝑼𝑳𝑻𝑼𝑹𝑬

𝑳𝑬𝑺 𝑷𝑶𝑼𝑽𝑶𝑰𝑹𝑺 𝑰𝑵𝑺𝑶𝑼𝑷Ç𝑶𝑵𝑵É𝑺 𝑫𝑼 𝑻𝑶𝑼𝑹𝑻𝑬𝑨𝑼 𝑫𝑬 𝑹𝑰𝑪𝑰𝑵 𝑬𝑵 𝑨𝑮𝑹𝑰𝑪𝑼𝑳𝑻𝑼𝑹𝑬

INOCULATION DU SOJA, UNE PRATIQUE ESSENTIELLE POUR UN BON RENDEMENT

INOCULATION DU SOJA, UNE PRATIQUE ESSENTIELLE POUR UN BON RENDEMENT

SIX DERNIÈRES RÈGLES POUR RÉUSSIR L’IMPLANTATION DES VIGNES

SIX DERNIÈRES RÈGLES POUR RÉUSSIR L’IMPLANTATION DES VIGNES

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *