Voir plus de contenu

ou


Traore Phénix Mensah

L’UE repousse de 2 ans son programme d’appui aux producteurs de banane du Cameroun



Les mesures d’accompagnement banane (MAB), programme de l’Union européenne (UE), visant à doper la compétitivité de la banane camerounaise, sont prorogées jusqu’à l’année 2022.



Le programme de l’UE, MAB (vise à moderniser la culture de la banane au moyen d’équipements tels que les groupes électrogènes, les systèmes d’irrigation. La modernisation et l’extension du terminal fruitier du port de Douala font également partie des actions à réaliser dans le cadre de ce programme) a été initialement mis en place pour une période de 7 ans (2013-2020) en vu de doper la compétitivité de la banane camerounaise. Sur demande du Cameroun, l’UE a décidé de proroger lesdites mesures jusqu’à l’année 2022. Le Cameroun est le premier bénéficiaire du programme MAB, grâce à une enveloppe estimée à 31,6 milliards FCFA (48 millions d’euros). Les objectifs de ces subventions sont la contribution à la croissance économique, à la réduction de la pauvreté dans les régions productrices de bananes, à la création d’emplois décents, à la production de recettes fiscales et à l’amélioration de la balance commerciale du pays. À en croire l’UE, cette prorogation vise à appuyer les entreprises de la filière banane fragilisées par les conséquences économiques du Coronavirus, d’une part, et d’autre part par l’impact de la situation sécuritaire dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun. Ces deux régions, qui sont en proie à des revendications séparatistes depuis octobre 2016, abritent la majorité des plantations de bananes du pays.

#Banane #Cameroun #UE



LIRE AUSSI: Financement de projet agricole au Cameroun: Près de 471,6 millions FCFA pour améliorer le développement durable du poivre de Penja=> www.talkag.com





SOURCE: www.agenceecofin.com





Traore Phénix Mensah

L'impact de la pandémie du Covid-19 sur les plantations de bananes et d'ananas de Côte d'Ivoire et sur les marchés de destination



Dominique Malézieux, directeur général de la Société d'études et de développement de la culture bananière (SCB), filiale ivoirienne de la Compagnie fruitière, donne son avis à propos de l’influence de la situation sanitaire actuelle sur la filière banane et ananas de Côte d’Ivoire.



D. Malézieux, tout en dévoilant toutes les mesures prise par sa société en vu d’éviter la propagation du coronavirus; il rassure qu’actuellement, le marché de la banane se porte correctement. La banane est aujourd'hui d'ailleurs légèrement inférieure à son prix de vente habituel mais le consommateur est au rendez-vous. Le souci aujourd'hui est sur l'ananas où la vente n’avance pas. Il n'y a quasiment plus d'export d'ananas sur l’Europe car les grandes surfaces souhaitant un minimum de temps passé dans leur magasin, ils vont sur les marchandises essentielles et l'ananas ne l'est pas alors que la banane est un produit d'appel. Les quantités d’exportation d'ananas ont été réduites jusqu'à 50% voire 60% avec des prix à perte. C'est une catastrophe l'ananas. Il n'y a plus de demande d’ananas en Europe alors l'exportation est focalisé sur seulement les ananas de calibre A. Il est exporté la production qui peut se vendre à un prix subi. Aujourd'hui le prix de l'ananas ne permet même pas de couvrir les coûts de production. Une solution transitoire a été trouvé; celle-ci consiste à transformer sur place de l'ananas car il est vendu sur le marché local ; des don son aussi fait aux collectivités locales, les prisons, les hôpitaux, etc. les marchés régionaux de la banane ont tout de même baissé du fait de la moindre circulation des camions et la fermeture de certaines frontières. Il n'y a pas de confinement mais les couvre-feux sont pris en compte et les gens font attention. Pour finir D. Malézieux a déclaré sa vision d’un nouveau monde où la santé et l'écologie seraient réservées à l'ONU et ne seraient plus de la compétence des Nations. Pour lui, ce sont des sujets mondiaux qui doivent être gérés à ce niveau et dans un consensuel supra-national pour l’intérêt des générations futures.

#Marché #Banane #Ananas #Covid_19 #Côte_d'Ivoire



LIRE AUSSI: Crise sanitaire et autres fléaux naturelles: L’état de l’impact sur le secteur agricole dans quelques pays d’Afrique=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La filière bananes au Cameroun: Les exportations chutent en mars 2020



Le marché de la banane, comme celui du blé, du coton ou du cacao, à l'international évolue en fonction de la conjoncture et de l'influence des acteurs surtout internationaux (pays sud américains) qui pèsent de tout leur poids sur l'orientation des règles de commercialisation de ce fruit. Les exportations de bananes au Cameroun ont chuté de 6076 tonnes au mois de mars 2020. En février 2020, ces exportations avaient déjà connu une baisse de plus de 6500 tonnes, en comparaison avec celles de février 2019.





Les exportations de bananes au mois de mars 2020 ont probablement souffert de la crise du coronavirus, pandémie dont le premier cas a été déclaré sur le territoire camerounais le 6 mars 2020. Depuis lors, l’on observe un ralentissement des activités au sein des entreprises, en raison des mesures barrières recommandées par les autorités publiques. En effet, Au cours du mois de mars 2020, les deux producteurs de bananes encore en activité sur le marché camerounais ont exporté une cargaison totale de 13 891 tonnes, selon les données publiées par l’Association bananière du Cameroun (Assobacam). La société des Plantations du haut Penja, filiale de la Compagnie fruitière de Marseille, et Boh Plantations Plc font donc moins bien qu’au mois de mars 2019, au cours duquel ces deux producteurs avaient expédié 19 967 tonnes de bananes vers le marché international. La contreperformance globale réalisée est particulièrement imputable à la PHP, le leader du marché, dont les exportations ont chuté de 5 807 tonnes en mars 2020. L’Assobacam n’indique pas les raisons de cette baisse de régime dans les exportations de bananes au Cameroun. Mais, l’on peut mettre ces contreperformances sur le compte de la saison sèche (qui s’est logiquement achevée autour du 15 mars), qui a visiblement été un peu plus rude depuis janvier 2020, en dépit des techniques d’irrigation mises en place par les producteurs.

#Exportation #Banane #Cameroun



LIRE AUSSI: Afruibana, une association des producteurs et exportateurs de banane rassure le monde de la consommation une alimentation saine et équilibrée=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Bomboma Jean

Afruibana, une association des producteurs et exportateurs de banane rassure le monde de la consommation une alimentation saine et équilibrée

Face à cette crise sanitaire exceptionnelle, Afruibana et ses membres s’engagent résolument pour permettre à l’ensemble des consommateurs africains et européens de continuer à bénéficier d’une alimentation saine et équilibrée en fruits frais jusqu’au retour de conditions normales d’opération.



Afruibana est une association née du regroupement de plusieurs associations de producteurs et exportateurs de fruits de Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Ghana. L’association porte la voix des producteurs de fruits africains auprès des institutions internationales dans le cadre de la négociation des échanges bilatéraux et multilatéraux. En Côte d’Ivoire, au Cameroun et au Ghana, les filières de la banane emploient près de 30 000 personnes et génèrent plus de 50 000 emplois indirects.

#Afruibana #Banane



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Bomboma Jean

A cause du Covid 19, les entreprises africaines de la banane s’approvisionne en qualité

Pour des consignes sanitaires suite à la pandémie, les entreprises africaines de la banane grouille pour alimenter et approvisionner les bananes de qualité vers les centres de distribution.



La filière s’organise pour limiter au maximum le risque d’impact sur ses chaînes logistiques, prévenir les surcoûts ou le rallongement des délais de livraison. Tous les stocks stratégiques (cartons, emballages & produits phytosanitaires) ont été augmentés pour pallier toute éventualité de pénurie dans les prochaines semaines. Les entreprises de l’aval de la filière banane doivent s’adapter à cette situation exceptionnelle nécessitant des efforts de l’ensemble des parties prenantes sur la chaîne de valeur.

#Covid19 #Approvisionnement #Banane



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Traore Phénix Mensah

Technologie et innovation agricole: « Smart Urwina », une innovation pour accélérer la maturation de la banane



Au centre de l'Afrique, le Rwanda se caractérise par une culture de bananiers qui occupe plus de 8 % de la superficie nationale et 22 % des terres cultivées. Bien qu'ayant des pourcentages similaires, la Jamaïque et les Îles Windward dans les petites Antilles n'ont pas cette égale prépon¬ dérance du bananier dans le paysage rural. Il va donc de soi que l’amélioration de la productivité soit au rendez-vous.



Les transformateurs de plus de 30 usines dans le pays font face à de nombreuses pertes liées au mûrissement des bananes selon des techniques de traditionnelles qui nuisent à la production et à la productivité du secteur. Ainsi, trois jeunes étudiants de vingt ans du district de Rullindo, spécialisés en électronique et en télécommunication du Centre régional polytechnique intégré (IPRC) ont créé une méthode alternative moderne qui permet d’accélérer le processus de mûrissement de la banane et soulager une industrie de la banane qui fait face à de nombreuses pertes. Nommée « Smart Urwina », cette technologie utilise des capteurs qui permettent de surveiller la température et l’humidité et grâce auxquels le mûrissement du fruit passe de 7 à 2 jours. Cette innovation garantira aux industries, aux coopératives et aux producteurs de vin de bananes, davantage de fruits mûrs et permettra d’augmenter leur productivité. Il faut dire aussi que, « Smart Urwina » a également vocation à autonomiser les femmes des zones rurales engagées dans la culture de bananes. En outre, selon les statistiques du Rwanda Agriculture Board (RAB), 82,5% des fruits récoltés sont utilisés par les industries du vin et du jus de banane, 10% par celle du vin traditionnel, 5% par la consommation et 2,5% par celle des desserts.

#Innovation #Smart_Urwina #Productivité #Banane #Rwanda



LIRE AUSSI: TALKAG le premier réseau social agricole dévoué pour la transformation agricole par l'intelligence artificielle (IA ) en Afrique=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com





Bomboma Jean

En dehors du Mozambique, les autres pays africains producteurs de bananes sont-ils sous la menace de la Race TR4 ?

Un expert essaie de nous expliquer si vraiment il y a possibilité que ce fléau se répandent en Afrique toute entière.



Nommé Denis Loeillet, il déclare que c’est seulement au Mozambique que se trouve cette maladie. Et dans le pays, il y a déjà un contrôle extrêmement strict. Il n’y a pas de fusariose TR4 ailleurs en Afrique qu’au Mozambique. Mais comme on connaît le caractère délétère de la maladie et sa rapide vitesse de propagation, la formation est cruciale. Il est donc important que, non seulement les gouvernements des grands pays exportateurs prennent des mesures de biosécurité, mais aussi que les autorités des pays où la production est importante pour la consommation locale, s’engagent aussi sur cette voie puisque la TR4 ne touche pas uniquement la production d’exportation. Il faut noter que les experts du continent africain sont à pieds d’oeuvre en vue pour le secteur bananier ne soit ébranlé par cette maladie.

#Afrique #Race4 #Maladie_des_plantes #Bananes



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.agenceecofin.com





Bomboma Jean

Quelques approches de solution de la Race 4 sur les plantes de banane

Pour le moment depuis que cette maladie est connue, il est difficile de trouver de solutions d’éradiquer cette maladie mais il n’en demeure pas moins de passer par des approches solutions.



« Ce qu’il est important de savoir, c’est que la TR4 est incurable. C’est pourquoi cela crée une telle émotion dans le secteur de la banane. Il n’y a aucun moyen chimique de l’éradiquer.» A-t-on dit. Quand vous avez un bananier qui est touché, par exemple aux Philippines, vous arrachez le pseudo-tronc et la racine puis vous essayez de mettre des produits chimiques pour tenter de contrôler le champignon. Et vous faites également un vide sanitaire autour du bananier touché, puis après, autour d’un autre, et ainsi de suite. Vous pouvez vivre un peu avec la maladie, mais cela s’accompagne d’une perte de productivité. Au final, vous êtes obligés de déménager votre plantation.

#Afrique #Race4 #Maladie_des_plantes #Bananes



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Bomboma Jean

Race 4 : Une maladie détectée dans la consommation de la banane pour la première fois en Afrique

Longtemps connue dans plusieurs pays et continents sauf en Afrique, on a récemment détectée cette maladie en Afrique.



La maladie est due à un champignon du sol qui asphyxie la plante et l’empêche de prélever les nutriments et l’eau du sol. Donc présentement cette maladie n’est pas encore répandu mais juste que les experts prennent des précautions pour que cela n’arrive pas en Afrique. Mais, cela est inexorable parce que cela va s’étendre. On sait que cela arrivera, mais on ne se sait pas à quelle échéance. Ce qu’il est important de savoir, c’est que la TR4 est incurable. C’est pourquoi cela crée une telle émotion dans le secteur de la banane. Il n’y a aucun moyen chimique de l’éradiquer. Le seul remède contre cette maladie, c’est de faire de la biosécurité.

#Afrique #Race4 #Maladie_des_plantes #Bananes



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Traore Phénix Mensah

La FAO sonne l’alarme pour la production de viande et de banane dans le monde





La FAO sonne l’alarme pour la production de viande et de banane dans le monde; dans son rapport biannuel sur les perspectives alimentaires mondiales. Pour la première fois en l'espace de plus de deux décennies, la production mondiale de viande devrait baisser en 2019.



Une baisse qui s'explique notamment par une baisse anticipée de la production de viande porcine de 20 % en Chine, ce qui représente près de la moitié de la production mondiale. La production de viande de volaille en Chine, en revanche, a rapidement accéléré et devrait augmenter de 17 % d'année en année, permettant ainsi de contenir la production totale de viande du pays avec une baisse de 8%. Pour compenser cette baisse, la production de volaille devrait augmenter de 17 %, des hausses de la production de volailles sont prévues en Argentine, au Brésil, en Union Européenne et aux Etats-Unis. La production de viande bovine, ovine, volaille, porcine devraient attendre 335 millions de tonnes et baisser de 1 % par rapport à l’année dernière.La production mondiale de blé et de maïs devrait augmenter en 2019. En matière de consommation, d'après la FAO, l'utilisation à des fins alimentaires de céréales pour chaque habitant devrait être stable, dans certain cas la production devrait dépasser la croissance démographique. En outre, la production de lait qui devrait connaître une hausse de 1,4 % en raison d'une augmentation des cheptels laitiers en Inde et au Pakistan, à l’origine de 90 % de cette hausse. Dans le même temps, la production de riz devrait chuter. Pour la première fois en trois ans, la production mondiale d'oléagineux devrait légèrement baisser en raison de la réduction du nombre de plantations de soja et de la baisse des rendements aux Etats-Unis ainsi que la faible perspective de production de colza au Canada et dans l'Union européenne. En outre, l’agence des Nations Unies prévoit une baisse de la production mondiale de sucre de 2,8 % pendant l'année à venir. La dernière édition du rapport inclue également un rapport spécial sur la menace de la fusariose de souche 4 (TR4) pesant sur les marchés mondiaux de banane et détectée pour la première fois en Amérique latine. Le rapport évalue les potentiels risques que représente la maladie de la fusariose de souche 4 sur la production mondiale de bananes et de plantains, estimée à 45 milliards de dollars. L'analyse offre des informations utiles afin de favoriser les décisions politiques à défaut d'offrir simplement des prévisions.

#Rapport_FAO #Viande #Banane

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Résultats à mi-parcours des Mesures d'accompagnement de l'UE en faveur de la filière banane en Côte d'Ivoire



Le mois dernier, il était annoncé que l'appui de l'Union européenne à la filière banane en Afrique, pour faire face à la concurrence latino-américaine, ne sera pas reconduit après 2019. Nous n’en sommes pas à l’après 2019, il était de bon ton qu’un bilan soit dressé pour l’appui en cours.



Pour commencer, il faut dire que les mesures d'accompagnement à la filière banane représentent quelque 30 milliards de FCFA ( € 44,7 millions) et sont à un moment critique de leur histoire. Organiser pour restituer les résultats à mi-parcours des mesures d'accompagnement de ladite filière; l’atelier qui s’est tenu à Abidjan a présenté un bilan mitigé. Mitigé parce que le taux de réalisation des actions prévues n'est que d'environ 67,75%. En outre, il aurait été noté un "faible engagement de certaines parties prenantes (plantation et entrepreneurs ruraux) pour la réalisation des actions majeures restantes tel que les logements à construire, la faible appropriation des acquis par les entrepreneurs ruraux et l'insuffisance de mesures coercitives contre les bénéficiaires qui ne respectent pas les règles de conduite établies sur les plantations villageoises", ce qui peut compromettre la durabilité, pierre angulaire du soutien européen.

#Filière #Banane #Côte_d'Ivoire

www.talkag.com

Source: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Filière banane en Afrique: L'appui de l'UE à la filière banane en Afrique va s’estomper



Pour faire face à la concurrence latino-américaine, 'Union européenne fournissait un appui à la filière banane en Afrique. Ce soutien tend à ses dernier jour parce que le représentant de l’UE à Abidjan, lors d'une rencontre avec les producteurs à annoncé l’arrêt de l’appui.



Jobst von Kirchmann, représentant de l'UE en Côte d'Ivoire, a alors déclaré que Le mécanisme de stabilisation ne sera applicable que jusqu'au 31 décembre 2019, et sa prolongation au-delà de 2019 n'est pas possible car la non-continuation fait partie des accords de libre-échange entre l'Union européenne et les pays d'Amérique Latine. Les raisons de cette décision selon le représentant sont que, le comportement des consommateurs dans l'Union européenne a changé : l'accent est mis aujourd'hui sur les aspects sociaux, l'environnement et la santé. Ce changement de comportement s'est traduit dans une pression sur les institutions européennes à laquelle elles ne peuvent se soustraire. Selon lui, la décision peut représenter aussi une opportunité pour les bananes venant de pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) car les conditions de travail, la protection de l'environnement et la santé de consommateurs dans le processus de production joueront un rôle de plus en plus important

#Filière #Banane

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com



www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Innovation: Tumaini, une application pour détecter les maladies du bananier

La banane est le fruit le plus populaire au monde mais est menacée par des maladies et parasites comme le Xanthomanas, le Fusarium ou la Cercosporiose noire qui peuvent causer d’importants dégâts. Il urgeait donc qu’une solution soit envisagé pour parer à ces menaces.



L’intelligence artificielle a permis les scientifiques ont créé un outil facile à utiliser pour détecter les maladies et les parasites du bananier. Avec un taux de réussite moyen de 90 % dans la détection d'un ravageur ou d'une maladie, l'outil peut aider les agriculteurs à éviter des pertes pouvant s'élever à des millions de dollars. Une application sur Smartphone, Tumaini, qui signifie espoir en swahili, a été développée a par des scientifiques du Centre international pour l’agriculture tropicale (CIAT), de la Texas A1M University, de Bioversity International et de I’Imayam Institute of Agriculture and Technology (IIAT) en Inde pour détecter rapidement une maladie ou un ravageur et ainsi empêcher la propagation d’une épidémie de grande ampleur. Le nouvel outil, qui intègre l'imagerie par drones et par satellite, analyse les plantes à la recherche de cinq principales maladies et d'un organisme nuisible commun. Lors d'essais menés en Colombie, en République démocratique du Congo, en Inde, au Bénin, en Chine et en Ouganda, l'outil a permis d'obtenir un taux de détection de 90%.

#Innovation #Application #Banane #Maladie_de_plante

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Plusieurs pays africains, pourraient voir les rendements de la culture de la banane s’améliorer avec le changement climatique.

Les températures plus élevées s'accompagnent d'une sécheresse accrue de l'air, ce qui exerce un stress sur les plantes pendant le développement des fruits et réduit les rendements. Prévoir les impacts potentiels du changement climatique sur les systèmes de production de bananes.



Des scientifiques ont relevé que les changements climatiques pourraient avoir un impact négatif sur la culture de la banane dans certains des principaux producteurs et exportateurs de bananes du monde. Toutefois plusieurs pays africains pourraient bénéficier d’un avantage global sur le rendement des cultures. Compte tenu de l’importance de la banane pour plusieurs économies, en terme d’emplois, de devises mais aussi de nutrition, il est essentiel de prévoir les impacts potentiels du changement climatique sur les systèmes de production de bananes pour assurer sa survie à long terme. L’étude montre que d'ici 2050, tout effet positif des changements climatiques sur les rendements mondiaux moyens de la banane, bien que susceptible de se poursuivre, sera considérablement réduit. Dix pays devraient afficher au moins une tendance négative, voire une forte baisse des rendements. Ceux-ci incluent certains des plus gros producteurs tels que l'Inde et le Brésil, ainsi que la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Panama et les Philippines, qui sont tous des exportateurs majeurs.

#Changements_climatiques #Banane

www.talkag.com

www.commodafrica.com



www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Tamba : la bananeraie de Laboya produit 8000T an

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

ONG Mozdahir - projet de plantation de banane au sud du Sénégal

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Taro, Banana, Yam Culture in Samoa

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Le business des chips de banane au Kenya

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Business / FLash Eco Afrique - L'UE finance une usine de transformation de banane / Business 24

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Agriculture : Comment s'enrichir avec la Banane plantain

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Agriculture/Tiassalé : Introduction de 2 nouvelles variétés de bananes douces en Côte d'Ivoire

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Agriculture au Cameroun | 10 Ha de banane plantain, combien ca coute?

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Histoires Africaines II - La relance de la culture de la banane en Guinée

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

African Stories: Bananas from Guinea - more business, more affluence | Global 3000

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Pleine agricole de Bagré : un potentiel de 60 000 hectares aménageables

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Banana farming in Ivory Coast revitalising

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

La Côte d’Ivoire reprend sa production de bananes après deux années de trève

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Brave Paysan / Culture de la banane plantain (1ere partie)

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Côte d'Ivoire, Développement Agricole: La Culture de la Banane Plantain

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Côte d'Ivoire, Développement Agricole: La Production de La Banane Plantain

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Côte d'Ivoire, Développement Agricole: La Culture de la Banane Plantain

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Côte d'Ivoire, Développement Agricole: La Culture de La Banane Plantain dans Le Nord du Pays

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Agriculture/banane plantain: la Côte d'Ivoire s'inspire de l'expérience du centre africain

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Brave Paysan / Culture de la banane plantain (1ere partie)

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Buzz Cameroun : Comment lancer sa plantation de bananes plantains

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Agriculture/Tiassalé : Introduction de 2 nouvelles variétés de bananes douces en Côte d'Ivoire

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Agriculture/banane plantain: la Côte d'Ivoire s'inspire de l'expérience du centre africain

www.youtube.com