Voir plus de contenu

ou


Grosbois Bastian

Rhopalosiphum padi, espèce fréquente et redoutée à l’automne

Rhopalosiphum padi (le puceron du merisier à grappes, puceron bicolore des céréales, puceron des grains, puceron vert de l'avoine) est une espèce d'insectes hémiptères de la famille des Aphididae, originaire d'Eurasie.



Cet insecte est un ravageur des céréales, notamment le blé, l'orge, l'avoine et le maïs. Il est aussi le vecteur de plusieurs maladies à virus des céréales, en particulier de la jaunisse nanisante de l'orge. Ces pucerons globuleux, avec une zone rouge sombre ou rouille à la base des cornicules bien visible sur les aptères sont fréquemment observés à l’automne sur les jeunes plantules. Ils sont alors responsables de dégâts indirects en transmettant des virus lors de leurs piqûres alimentaires. Plus tardivement ils se rencontrent sur feuilles ou gaines, plus rarement sur épis. Au printemps, leur présence sur feuilles est un risque seulement pour les jeunes céréales de printemps encore sensibles à l’infection JNO (avant montaison). Une autre espèce du même genre, Rhopalosiphum maidis, a été observée sur plantules d’orge ces dernières années. Elle est également vectrice des virus de la JNO. De couleur vert bleuté clair à foncé, elle présente une plage violacée autour de l’insertion de chaque cornicule. Il est indispensable de surveiller la culture tout au long de l’année. Sur une parcelle de maïs par exemple, le risque d’infestation majeure est avéré lorsque le près de 5 % des panicules sont colonisées. A ce stade, il est donc important d’intervenir rapidement.



#Rhopalosiphum_padi #Pucerons #Cultures #Céréales_à_paille #Ravageurs



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/alerte-pucerons-dans-les-cereales-de-printemps- @/view-32037-arvarticle.html



Lire aussi

Metopolophium dirhodum ou puceron des feuilles de graminées; à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Metopolophium dirhodum ou puceron des feuilles de graminées

C'est un puceron qui peut causer des pertes significatives dans les cultures de céréales. Il est également le vecteur de deux maladies virales affectant les céréales : la mosaïque nanisante du maïs.



L'adulte femelle aptère, de forme ovoïde et de couleur vert-jaunâtre clair, mesure de 1,8 à 2,8 mm. Le notum est marqué au centre d'une ligne longitudinale vert foncé. Les antennes, constituées de six articles, sont légèrement plus courtes que la longueur du corps. L'insecte a des cornicules cylindrique dont la longueur est d'environ 1/6 de celle du corps. Les œufs ovales sont de couleur noire. Ce puceron se développe essentiellement sur les feuilles au printemps et ne passe pas sur les épis. Même lors de fortes pullulations au printemps sur céréales d’hiver, sa nuisibilité n’a jamais été mise en évidence. Sur jeunes plantules, ce puceron peut transmettre les virus de la JNO. Il est le plus souvent de couleur vert pâle avec des cornicules claires. La migration vers l'hôte primaire se produit à partir d'août. En octobre, les femelles pondent des œufs par groupes de 3 à 5 à la base des bourgeons. La ponte dure jusqu'aux gelées. Les femelles aptères ont une durée de vie variable, de 20 à 38 jours, selon les conditions climatiques, la génération et la plante-hôte. Leur fécondité atteint 160 larves



#Metopolophium_dirhodum #Pucerons #Cultures #Céréales_à_paille #Ravageurs



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/alerte-pucerons-dans-les-cereales-de-printemps- @/view-32037-arvarticle.html



Lire aussi

Sitobion avenae ou puceron des épis; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Sitobion avenae ou puceron des épis

Comme son nom l’indique, Sitobion avenae se développe essentiellement sur épi, mais peut coloniser le limbe des feuilles supérieures. Il n’y a pas d’élément qui indique que sa présence en quantités importantes sur feuilles entraîne forcément une pullulation sur épis. En revanche, ce puceron peut être porteur des virus de la JNO : vigilance donc pour les jeunes céréales, à l’automne comme au printemps.



Après l'épiaison des céréales, il est important de savoir le reconnaître pour suivre son évolution car il peut être à l’origine de dégâts importants sur épis par prélèvement de sève du stade floraison au stade grain laiteux-pâteux. En aspirant la sève des plantes, ces pucerons induisent une limitation du poids de mille grains (PMG), voire du nombre de grains par épi en cas d’attaque précoce. D’une longueur comprise entre 1,3 et 3,3 mm, il présente des cornicules noires (appendices situés de part et d’autre de la partie postérieure de l’abdomen) avec des antennes noirâtres mesurant presque la longueur du corps. La couleur n’est pas caractéristique pour les aptères : elle peut varier du vert au rouge en passant par le jaune.



#Sitobion_avenae #Pucerons #Cultures #Céréales_à_paille #Ravageurs



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/alerte-pucerons-dans-les-cereales-de-printemps- @/view-32037-arvarticle.html



Lire aussi

Comment reconnaître les espèces de pucerons qui colonisent les céréales à paille? à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Comment reconnaître les espèces de pucerons qui colonisent les céréales à paille?

La présence de pucerons est signalée dans certaines parcelles de céréales. La surveillance est de mise pour les jeunes plantules d’orges ou de blés de printemps, surtout dans les zones où la jaunisse nanisante de l’orge a été signalée.



Plusieurs espèces de pucerons peuvent entraîner de forts dégâts suite à la transmission de virus de la jaunisse nanisante de l’orge, sur jeunes plantules, que ce soit pour les céréales d’automne ou de printemps. L’espèce la plus commune et la plus redoutée à l’automne est Rhopalosiphum padi. Les céréales sont d’autant plus affectées par cette maladie que l’inoculation virale a lieu au début de leur cycle de développement. Elles restent sensibles à l’inoculation jusqu’à fin tallage. Une vigilance particulière doit être portée sur les orges, plus sensibles à cette virose que le blé tendre et le blé dur. Au printemps, sur les semis d’automne, les populations de pucerons peuvent se développer sur les feuilles, parfois avec des effectifs importants, sans que leur nuisibilité n’ait été mise en évidence. Seuls les pucerons qui passeront sur épis (espèce Sitobion avenae) seront nuisibles : un diagnostic sera à faire à ce moment-là. La répartition des différentes espèces sur le territoire, subit des variations annuelles et saisonnières car elle n’est pas homogène.



#Pucerons #Cultures #Céréales_à_paille #Ravageurs



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/alerte-pucerons-dans-les-cereales-de-printemps- @/view-32037-arvarticle.html





Grosbois Bastian

Besoin en azote du triticale : rester sobre pour limiter la verse

Les besoins en azote du triticale, à prendre en compte pour le calcul de la dose prévisionnelle, sont de 2,6 kg d’azote par quintal de grain.



Le fractionnement de cette dose est intéressant pour limiter le risque de verse. Il est particulièrement recommandé de limiter les apports précoces pendant le tallage car ils ne sont que très rarement nécessaires et souvent responsables d’une plus grande sensibilité à la verse. Le report en fin de cycle d’une partie de la dose totale (40 à 80 kg N/ha) peut également contribuer à réduire le risque de verse tout en améliorant le taux de protéines. Il faut tout de même noter que l’avoine et le seigle sont des céréales moins consommatrices d’azote. Leurs besoins sont fixés respectivement à 2,2 et 2,3 kg d’azote par quintal.



#Fertilisation #Sortie_d_hiver #Désherbage #Céréales #Céréales_d_hiver #Céréales_à_paille #Triticale



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/fertilisation-azotee-quels-besoins-prendre-en-compte-pour-le-calcul-de-la-dose-totale-- @/view-28674-arvarticle.html



Lire aussi

Orges : fertiliser tout en maîtrisant les protéines, à l'adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Orges : fertiliser tout en maîtrisant les protéines

Le calcul de la dose totale d’azote sur céréales est réalisé grâce à la méthode du bilan prévisionnel, souvent déclinée régionalement en France. Elle s’appuie sur le besoin unitaire pour produire un quintal de grains, appelé « b », multiplié par l’objectif de rendement de la parcelle.



A l’optimum de rendement, le besoin en azote « b » des orges (hiver et printemps) est estimé à 2,5 kg N/q. Il peut toutefois être minoré dans le cas de variétés à orientation brassicole pour lesquelles on cherche à minimiser le risque d’obtention d’une teneur en protéines trop élevée. On parle alors de « bq » : en orge d’hiver à orientation brassicole, bq = 2,2 kg N/q; et en orges de printemps, au débouché majoritairement brassicole, bq est compris entre 2 et 2,5 kg N/q selon le type de sol, la variété et l’objectif de rendement.



#Fertilisation #Sortie_d_hiver #Désherbage #Céréales #Orge #Céréales_d_hiver #Céréales_à_paille



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/fertilisation-azotee-quels-besoins-prendre-en-compte-pour-le-calcul-de-la-dose-totale-- @/view-28674-arvarticle.html



Lire aussi

Blé dur : assurer rendement et taux de protéines minimal, à l'adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Blé dur : assurer rendement et taux de protéines minimal

Le raisonnement du calcul de la dose d’azote à fournir aux céréales à paille peut dépendre des variétés, de la zone de production ou encore du débouché visé. Blés, orges, triticale, avoine et seigle… découvrez les besoins en azote des différentes cultures.



Comme pour les blés améliorants, les besoins en azote du blé dur varient selon la variété et la région de production. La méthode de calcul de la dose prévisionnelle prend en compte un besoin par quintal pour chaque variété appelé « bq » variant de 3,5 à 4,1 kg d’azote.



#Fertilisation #Sortie_d_hiver #Désherbage #Céréales #Blé #Céréales_d_hiver #Céréales_à_paille



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/fertilisation-azotee-quels-besoins-prendre-en-compte-pour-le-calcul-de-la-dose-totale-- @/view-28674-arvarticle.html



Lire aussi

Blés améliorants : des besoins en azote spécifiques à la variété, à l'adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Blés améliorants : des besoins en azote spécifiques à la variété

Le calcul de la dose totale d’azote sur céréales est réalisé grâce à la méthode du bilan prévisionnel, souvent déclinée régionalement en France. Elle s’appuie sur le besoin unitaire pour produire un quintal de grains, appelé « b », multiplié par l’objectif de rendement de la parcelle.



Du fait d’une exigence plus élevée en protéines pour leur commercialisation, les blés améliorants ou blés de force (BAF) ont des besoins en azote supérieurs aux autres types de blé tendre. Leur valeur dépend à la fois de la variété et de la zone de production. Leurs besoins unitaires varient ainsi de 3,5 à 4,1 kg d’azote par quintal.



#Fertilisation #Sortie_d_hiver #Désherbage #Céréales #Blé #Céréales_d_hiver #Céréales_à_paille



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/fertilisation-azotee-quels-besoins-prendre-en-compte-pour-le-calcul-de-la-dose-totale-- @/view-28674-arvarticle.html



Lire aussi

Blé tendre : Une fertilisation azotée adapté aux objectifs de production, à l'adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Les principaux leviers utiles pour baisser la pression adventices

Point de vue des ingénieurs



"Désormais la chimie n’arrive plus à sauver la parcelle, ni les erreurs de techniques culturales précédentes et ça c’est difficile à faire passer aux agriculteurs, car jusqu’à présent, on a toujours trouvé une nouvelle matière active qui permettait de détruire les adventices. Quand c’est la firme chimique qui lui dit qu’il n’y a plus de solution, il y a une prise de conscience." Cyprien Lasnier, Ingénieur Technique chez Bayer

Cependant, "Le tout chimique sans agronomie, c’est à coup sûr la catastrophe. Jusqu’à présent, les agriculteurs pensaient que les firmes allaient sortir de nouveaux produits très efficaces. Tout cela est fini, la recherche ne promet rien d’ici 8-10 ans. Agronomie et chimie, sont indissociables. À terme, on n’a pas le choix et c’est beaucoup plus rentable." Eric Dabouineau, Ingénieur Technique chez Bayer

La question se pose toujours et restera toujours d'actualité. Est-il possible de dissocier l'agriculture de la chimie?

#Entretien

#Céréales_à_paille

www.bayer-agri.fr

www.bayer-agri.fr




Grosbois Bastian

Capital Propreté Parcelles - Comment bien démarrer la campagne de désherbage ?

Les principaux leviers utiles pour baisser la pression adventices



C’est au moment de la moisson qu’il faut anticiper la gestion de l’inter-culture ainsi que la préparation du sol et du semis pour la culture suivante. Tenir compte du salissement des parcelles ou îlots de parcelles permet de faire les bons choix de techniques culturales.

Tels, Le labour, les faux-semis, le décalage de semis, désherbage mécanique… Avant l’utilisation d’herbicides, de nombreux leviers et associations de techniques culturales sont possibles dans l’itinéraire technique pour un désherbage efficace. Le recours à ces leviers non-chimiques permettra de diminuer efficacement la pression adventices afin de limiter la concurrence avec la culture et de mettre les herbicides dans les meilleures conditions pour une efficacité maximale.

Les pratiques culturales seront bien sûr à choisir en fonction de l’équipement de l’exploitant et des caractéristiques des parcelles. Elles peuvent se succéder pour accentuer leur effet sur la flore adventice.

#Entretien

#Céréales_à_paille

www.bayer-agri.fr

www.bayer-agri.fr




Pichon Gilbert

Céréales à pailles

Élaboration de rendements



Un rendement, fonction de plusieurs facteurs



Le premier facteur est la densité de plantes en sortie d’hiver, constituée par la densité de semis, la faculté germinative du lot de semence, le taux de levée effective et les pertes hivernales; ensuite le nombre d’épis par plante établie en 2 phases (la première hivernale où des talles sont émises souvent en excès, et la seconde printanière où les talles les plus jeunes régressent); la fertilité des épis qui s’élabore sur une période assez longue (depuis le milieu du tallage jusqu’à la floraison, qui correspond à la fécondation). Trois jours environ avant la floraison, les grains commencent à se former. Compte tenu des interactions entre composantes et de l’étalement de l’élaboration du rendement, un accident de culture peut être plus ou moins compensé au cours du cycle cultural.



https://www.arvalis-infos.fr/comment-s-elabore-le-rendement-- @/view-16191-arvarticle.html



#Céréales_à_paille #Rendement #Récoltes





Pichon Gilbert

Céréales à pailles

Conditions météos sur les céréales à paille



Les conséquence envisageables sur la qualité des récoltes



Ces intempéries se traduisent selon les secteurs, par de la pluie, du vent, de la grêle ou des orages. Elles concernent le Sud, le Centre-Est et le Nord-Ouest du pays. La combinaison des températures chaudes et du temps perturbé affecte la quantité d’énergie lumineuse reçue par degré-jour. Les cumuls de températures supérieurs à la moyenne pluriannuelle sur une grande partie du territoire conduit à des développements de culture accélérés. Les conséquences des orages sur les cultures sont multiples et dépendent très du stade de la parcelle, son type de sol, la variété et des dernières interventions réalisées. Ce temps pluvieux et orageux devrait prendre fin cette semaine avec le retour progressif d’un temps plus sec dans le Nord-Ouest. Le Sud devrait continuer à subir des orages. La semaine prochaine, un temps plus sec se généralisera sur le territoire avec des températures légèrement supérieures aux normales de saison.



https://www.arvalis-infos.fr/orages-faut-il-craindre-des-impacts-sur-les-cereales-a-paille-- @/view-27728-arvarticle.html



#Céréales_à_paille #Intempéries #Météo