Voir plus de contenu

ou


Traore Phénix Mensah

La contrebande agricole en Afrique de l’Ouest: Un manque à gagner





La contrebande des produit agricole est un problème persistant pour les pays ouest-africain qui perdent régulièrement une partie de leurs récoltes au profit des trafiquants. Ces dernières années, des milliers de tonnes de produits agricoles passent illégalement les frontières, à l’insu des autorités douanières.



La contrebande agricole en Afrique de l’ouest prend la forme d’un commerce de réexportation de produits agricoles. Un réel manque à gagner. S’il reste difficile d’intégrer les flux de contrebande aux systèmes d’information statistique officielle, il n’en reste pas moins une activité lucrative pour les opérateurs. Contrairement aux contrebandiers, les acteurs du commerce transfrontalier informel échangent des biens de valeur modeste souvent faible, en raison de contraintes comme le manque d’efficacité des circuits de commercialisation et de distribution. Dans le cas du cacao, un flux important non déclaré traverse, chaque année, les frontières du pays vers ses voisins comme le Ghana, alors même que les deux pays n’autorisent l’exportation de fèves que par voie maritime. Du côté de la filière anacarde, les autorités ont estimé, en 2011, les pertes fiscales à trois millions de dollars et les recettes d’exportation de cent trente millions de dollars, pour un volume de cent cinquante mille tonnes ayant franchi illégalement les frontières. Si, comme toute activité illicite, la contrebande agricole se joue des règles établies, son essor est aussi lié à des insuffisances au niveau des politiques intérieures ou régionales. Sur le plan intérieur, le principal moteur reste le différentiel de prix qui règne souvent entre pays pour un même produit agricole. Afin d’éradiquer le phénomène ou, à défaut, tenter d'en minimiser l'impact, certains pays de la région ont pris des mesures fortes. En mai 2018, la Côte d’Ivoire prenait une ordonnance interdisant l’achat, la vente, le stockage, l’écoulement ou la distribution sans agrément de produits comme le café, le cacao, l’hévéa, la noix de cajou et le coton.

#Contrebande_agricole #Afrique

SOURCE: agenceecofin.com



agenceecofin.com