Voir plus de contenu

ou


Grosbois Bastian

Le cri du cœur des producteurs de veaux

Les producteurs de veau de lait et de veaux de grains ont lancé un appel aux consommateurs. Ils souhaitent qu’ils demandent à leur boucher et leur détaillant d’offrir du veau de lait et du veau de grain sur leurs tablettes.



C’est qu’en temps normal 40% de la viande de veau est destinée aux hôtels, restaurants et institutions (HRI). Pour le veau de lait, la proportion est encore plus grande. Leur fermeture liée à la COVID-19 fait en sorte que les abattoirs se ramassent avec des stocks invendus. D’un côté, le prix offert aux producteurs a chuté. De l’autre, il en coûte plus cher pour garder les animaux un peu plus longtemps à la ferme. « Chez nous, c’est environ 30% de baisse de revenus », explique Pierre-Luc Nadeau. Ça représente beaucoup plus que la marge qu’ils reçoivent habituellement de la vente de leurs animaux. « On ne peut pas perdre 30% », ajoute-t-il. Le message est donc de dire aux clients de demander le veau du Québec. Les stocks sont là. Il ne reste qu’à les offrir en épicerie et dans les boucheries. En attendant des jours meilleurs, les usines congèlent et entreposent des stocks de viande, mais l’idéal serait de pouvoir écouler cette viande. Du côté des producteurs, on se questionne sur la façon d’informer les consommateurs sur les lieux où le veau est disponible.



#Covid_19 #Viande #Veau #Canada



SOURCE: www.lebulletin.com

www.lebulletin.com




Grosbois Bastian

Washington donne un autre coup de pouce aux producteurs américains

Les producteurs américains de soya et de maïs recevront de l’aide de la part du gouvernement en raison de la crise causée par la COVID-19. L’aide sera attribuée en fonction de la moitié de leur production de 2019 ou de la production toujours en stock en date du 15 janvier 2020.



Cette aide est la dernière d’une série de paiements gouvernementaux dont les agriculteurs dépendent pour survivre dans un contexte de crise de l’économie agricole depuis 2018. Les producteurs ont déjà reçu 28 G$ au cours des deux dernières années afin de surmonter les guerres commerciales de l’administration Trump. Les paiements ont été fixés à 45 cents le boisseau pour le soya, 32 cents le boisseau pour le maïs et 18 cents le boisseau pour le blé, a déclaré le département américain de l’Agriculture. D’autres cultures comme l’orge, le canola, le coton et l’avoine sont également éligibles au paiement. En avril, le président Donald Trump a annoncé un premier programme de secours de 19 G$ pour aider les agriculteurs américains à faire face à l’impact du coronavirus, dont 16 G$ en paiements directs aux producteurs et des achats massifs de viande, de produits laitiers, de légumes et d’autres produits agricoles.



#Covid_19 #Amérique #Agriculteurs #Economie #Economie_agricole



SOURCE: www.lebulletin.com

www.lebulletin.com




North america Team TalkAG

Rompons l'isolement, Restons en contact

Dans cette période difficile les plateformes digitales trouvent tous leurs sens.



TalkAG est la plateforme du conseil agricole communautaire qui permet de rapprocher et d'unir le monde agricole pour pouvoir échanger, partager son expérience afin de gagner en performance.



Restons en contact



#TalkAG #Covid_19 #covid19 #Coronavirus





North america Team TalkAG

Live from WHO Headquarters - coronavirus - COVID-19 daily press briefing 03April 2020

youtu.be




Bideau Marc

COVID 19: La peur du taux d’absentéisme dans l’industrie laitière grimpe

Entre les gens touchés par le virus, des gens qui doivent garder leurs enfants et ceux qui font valoir leur droit de retrait, on s’approche de la cacophonie dans les laiteries françaises, mais l’inquiétude est grandissante aussi au Québec.



Absentéisme : C’est aussi une inquiétude pressentie au Québec !



La Vie agricole a parlé cet après-midi avec Luc Boivin, PDG de la fromagerie Boivin au Saguenay. Il nous rappelait que si le Québec a été rapide pour classifier son secteur d’activité comme service essentiel, le Fédéral se traine un peu les pieds. Il garde espoir d’une réaction imminente du fédéral dans les prochaines heures. Par ailleurs il nous a fait part de son inquiétude de voir son personnel se mettre en droit de retrait pour raisons médicales ou familiales, ce qu’il comprend mais risque de lui poser de gros problèmes logistiques à lui comme à tous ceux qui oeuvrent dans la chaine alimentaire.



Écoutez Luc Boivin demain midi dans LA QUOTIDIENNE AGRICOLE



Il sera demain à compter de MIDI à l’Émission LA QUOTIDIENNE AGRICOLE diffusée sur la page Facebook de La Vie agricole pour nous en parler.



Ça risque de craquer en France



L’absentéisme selon l’Institut de l’élevage en France serait de 8 % dans l’Ouest et 30 % dans l’est du pays. La Revue française Réussir Lait vient de publier aujourd’hui un article dans lequel elle précise que «les petites laiteries ont annoncé leurs graves difficultés et pour certaines des suspensions de collecte». C’est d’ailleurs le holding Sodiaal qui leur vient en aide et prend en charge la collecte de quelques citernes.



« Nous leur traitons le lait pendant deux semaines pour maintenir la collecte, mais il faudra trouver des solutions », a expliqué Damien Lacombe, président de Sodiaal au magazine Réussir Lait.



Certaines laiteries vivent déjà la problématique «du manque de personnel, la chute du débouché de la restauration, la chute des ventes de fromage à la coupe, la baisse des achats de fromages typiques», de spécifier le magazine Réussir Lait.



D’autres laiteries qui misent sur l’exportation vivent d’autres problématiques évidemment liées à la fermeture des frontières.



On s’enligne en France sur une réduction de la production laitière à court terme de l’ordre de 10 à 20 % selon le magazine Réussir Lait.



lavieagricole.ca



#Covid_19 #Laiterie #Produits_Laitiers #Elevage_Laitier