Voir plus de contenu

ou


Grosbois Bastian

Marché des grains: Le maïs malmené

La semaine a été ponctuée par la propagation du covid-19 à travers le monde et les mesures prises par les différents gouvernements pour l’endiguer. La guerre des prix du pétrole est partie en vrille à mesure que la certitude d’une récession a été confirmée. Le pétrole a atteint durant la semaine son niveau le plus bas en 20 ans. Puisque le prix de l’éthanol et donc du maïs est étroitement à celui du pétrole.



Le blé et le soya ont par contre terminé en hausse grâce à des commandes provenant de la Chine. Les commandes ont totalisé 756 000 tonnes de maïs, 340 000 tonnes de blé dur rouge d’hiver et 110 000 tonnes de soya. Ces ventes ont donné un regain de confiance face à l’entente entre la Chine et les États-Unis. Depuis le 15 janvier, les ventes vers la Chine étaient au point mort et les achats chinois provenaient surtout de l’Amérique du Sud. Le blé a pour sa part bénéficié de la forte demande pour le pain et les pâtes dans le présent contexte. La FAO a d’ailleurs dit craindre une inflation des prix dans l’alimentation à la suite des mises en quarantaine et des achats massifs qui ont suivi dans les épiceries. Selon un économiste principal de la FAO et des analystes agricoles, il existe de nombreuses réserves de céréales de base et d’oléagineux dans les principaux pays exportateurs mais une panique pourrait compromettre le libre échange des biens entre pays.



#Coronavirus #Maïs #Grains #Céréales #Agriculture



SOURCE: www.lebulletin.com

www.lebulletin.com




Grosbois Bastian

Marché des grains: Les céréales sur la défensive

Les principaux grains ont accusé un bilan mi-figue mi-raisin cette semaine en raison de l’inquiétude causée par la propagation du coronavirus à travers le monde. Les cas qui dépassaient le cap des 100 000 vendredi a fait reculer les indices boursiers et par ricochet, le marché des denrées de base. Le baril de pétrole a d’ailleurs affiché son niveau le plus bas cette semaine depuis juin 2017.



Les effets du virus sur l’économie risquent de s’aggraver avec l’annonce de nouveaux cas un peu partout dans le monde. L’Italie a d’ailleurs indiqué qu’elle prenait des mesures extrêmes en plaçant le nord du pays en quarantaine pour essayer d’endiguer le virus, ce qui va limiter le déplacement de plus de 16 millions de personnes en plus de paralyser le moteur économique du pays. La bonne nouvelle est que les cas ralentissent en Chine et que la province de Hubei reprend peu à peu ses activités. La baisse du prix du baril de pétrole a eu des répercussions sur le prix du maïs qui est utilisé également dans le biodiesel. La baisse a été contrebalancées par des annonces encourageantes dans ce secteur cette semaine aux États-Unis. L’annonce de deux importantes commandes de maïs par des acheteurs étrangers, de 211.336 tonnes vers une destination non précisée et de 234 688 tonnes vers le Japon montre des signes de vigueur sur le marché de l’exportation. Les courtiers attendent encore pour voir se concrétiser des achats de soya par la Chine. Bien que le gouvernement de Pékin ait autorisé certaines firmes chinoises a importer des grains américains sans être pénalisées, les achats se font attendre. Selon AFP, les ventes de soja à la Chine lors de la semaine se terminant le 27 février étaient les plus faibles en près de six mois.



#Grains #Coronavirus #Céréales #Cultures



SOURCE: www.lebulletin.com





Traore Phénix Mensah

Les pertes post-récoltes

Les pertes de grains post-récolte



Une Application conçue en vu de réduire les pertes de grains post-récolte en Afrique



De nombreux facteurs influent sur les pertes post-récolte, du sol dans lequel la plante est cultivée jusqu'à la manutention des produits dans le commerce de détail. Les pratiques de production avant-récolte peuvent affecter sérieusement les rendements post-récolte. Les plantes ont besoin d'un approvisionnement continu en eau pour assurer la photosynthèse et la transpiration. Les dommages peuvent être causés par un excès de pluie ou une irrigation mal conduite, ce qui peut provoquer de la pourriture ; par un manque d'eau ; ou par un approvisionnement en eau irrégulier, qui peut, par exemple, conduire à des fissures de croissance. Une application et un dispositif a été donc conçus pour lutter contre les pertes de grains après récolte. L'appareil, GrainMate, est le résultat de travaux de recherche d'une durée de quatre ans, parrainés par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), sous l'appellation Feed the Future Innovation Lab. Le dispositif permettra aux aviculteurs de savoir si le taux d'humidité dans les aliments pour volailles est adéquat pour assurer une production optimale d'œufs. L'appareil supporte la plupart des céréales et légumineuses communes cultivées en Afrique, telles que le maïs, le riz, le blé, le sorgho, le pois chiche et le soja.

#Pertes_post-récoltes #Grains

www.talkag.com

www.scidev.net

www.scidev.net




Pichon Gilbert

[Space] Elvup passe au crible l’éclatement des grains de maïs

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Utilisation de trèfle Huia en intercalaire d’une culture de grains bio

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Utilisation de trèfle Huia en intercalaire d’une culture de grains bio

www.youtube.com