Voir plus de contenu

ou


Pichon Gilbert

Le Maroc, cinquième pays exportateur de poivrons au monde

Le Royaume a exporté 32,51 millions de kilos de poivrons en France et 13,13 millions de kilos en Allemagne.



L’Espagne est le plus acheteur du poivron marocain, avec 59,06 millions de kilos achetés en 2019. De même, le Maroc a exporté en France 32,51 millions de kilos de poivron, en Allemagne 13,13 millions, en Mauritanie 9,06 et au Sénégal 2,95 millions de kilos. Le Mexique occupe la première place dans le classement des exportateurs de poivrons en volume avec 1.063,79 millions de kilos. Il est suivi par l’Espagne avec un volume de poivron exporté en 2019 de 864,28 millions de kilos, pour 1198,75 millions d’euros, avec un prix moyen de 1,338 euros le kilo. Les Pays-Bas talonnent l’Espagne avec un volume de 459,12 millions de kilos de ce fruit-légume. Le Canada est le quatrième exportateur de poivrons au monde avec un volume de 157,95 millions de kilos vendu à d’autres pays en 2019 pour une valeur de 392,39 millions d’euros, suivi par les États-Unis. La Turquie occupe la septième position du classement avec un volume en 2019 de 111,32 millions de kilos pour un montant total de 111,25 millions d’euros avec un prix moyen de 0,999 euros par kilo.



www.agrimaroc.ma

#Exportation_agricole #Poivron #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

À cause du Coronavirus, la filière avicole marocaine connaît une perte de l’ordre de 1.5 milliards de dirham; une perte historique

L’aviculture figure au rang des secteurs les plus touchés par le nouveau coronavirus dans le royaume. Dans la filière “poulet de chair”, les pertes sont de l’ordre de 1,2 milliard de dirhams.



Selon l’Association nationale des producteurs de viandes de volailles, ces pertes sont en grande partie dues à une abondance des stocks de volailles vivantes invendues au niveau des fermes, à l’effondrement de la demande, engendrée par la fermeture des principaux points de distribution (restaurants, snacks, rôtisseries, souks hebdomadaires…), l’interdiction des fêtes et des conférences, ainsi que la baisse du pouvoir d’achat suite à la perte des emplois dans plusieurs secteurs, corrélés à une chute des ventes et des prix à la ferme. Les éleveurs sont inquiets quant à la pérennité de leur activité. Certains ne sont plus en mesure d’honorer leurs engagements envers les employés, les revendeurs et les fournisseurs, et croulent sous les dettes, surtout face à la hausse du coût de production et de la baisse drastique des prix de vente.



www.agrimaroc.ma

#Aviculture #Coronavirus #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Dix nouveaux barrages verront le jour dans le bassin de Sebou (Maroc) d’ici à 2050

D’une capacité additionnelle de stockage de près de 2.300 millions m3, ces derniers devraient améliorer la gestion des crues et renforceraient aussi la mobilisation des ressources en eau de surface du bassin, selon l’Agence du bassin hydraulique du Sebou (ABHS).



Le bassin compte à ce jour onze barrages avec une capacité globale de stockage qui dépasse 5.800 millions de m3, disposant par la même occasion d’un barrage en cours de réalisation d’une capacité de 700 Mm3. D’après l’Agence, l’amélioration de l’offre en eau à travers la construction de barrages est l’un des axes majeurs du Plan d’aménagement intégré des ressources en eau (PDAIRE) en cours d’actualisation. Ce bassin est l’un des plus importants bassins hydrauliques du Royaume avec des activités agricoles importantes sur plus de 1,8 million d’hectares. Il renferme 357.000 ha irrigués, outre l’industrie agroalimentaire constituée de l’huile d’olive (60% de la production nationale) et du sucre (50%). Le bassin couvre une population de 6,2 millions d’habitants, dont près de 50% urbaine répartie sur 84 centres urbains. Parmi eux, se trouvent Fès, Meknès, Taza, Khémisset, Sidi Kacem et Kénitra.



www.agrimaroc.ma

#Barrages #Maroc #Agriculture #Sebou

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La baisse des récoltes placerait le Maroc et l’Egypte parmi les premiers acheteurs mondiaux de blé

L’une des pires sécheresses devrait faire de l’Afrique du Nord le premier acheteur mondial de céréales.



L’Égypte, premier acheteur mondial, a tenu son premier appel d’offres de la saison 2020-2021 la semaine dernière et en a annoncé un autre qui se terminera mercredi. La demande y est plus stable que le reste de la région, qui a moins d’irrigation et des récoltes plus volatiles, toujours d’après la même source. Le Maroc pourrait acheter un record de 5,8 millions de tonnes de blé étranger et a déjà pris la mesure inhabituelle d’exonérer les taxes à l’importation jusqu’à la fin de 2020. Le manque de pluies a été aussi grave qu’en 2016, stimulant les perspectives de récolte «critiques», selon le Réseau d’information sur les marchés agricoles méditerranéens. Les achats de céréales en Tunisie devraient augmenter d’un tiers pour atteindre 2,5 millions de tonnes après la baisse des récoltes. L’USDA prévoit également une reprise des achats en Algérie, un client français clé.



www.agrimaroc.ma

#Blé #Récoltes #Maroc #Égypte

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Les agriculteurs marocains facturent leurs tomates 59% moins chères que ceux d’Espagne

Ces derniers ont facturé leurs tomates à 0,25 euros le kilo en 2018 soit environ 2,5 dh.



Le prix moyen d’origine obtenu en 2018 pour la tomate espagnole fraîche produite en serre était de 0,62 euros le kilo. Le montant facturé par kilogramme de tomate de serre par les agriculteurs espagnols était inférieur à celui des Israéliens, des Italiens, des Français et des Néerlandais. Les tomates israéliennes ont été les plus chères du marché, parmi celles des pays producteurs. En effet, l’Israël a facturé en 2018 à 0,89 euros le kilo de ce fruit-légume, suivi par l’Italie (0,87 €/kg), la France (0,68 €/kg), les Pays-Bas (0,64 €/kg), l’Espagne (0,62 €/kg), la Turquie (0,27 €/kg) et le Maroc, dont les agriculteurs ont facturé la tomate à 0,25 € par kilo.





www.agrimaroc.ma

#Tomates #Exportations #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc fournit près de 44 millions de kilos de poivrons à la France

Le pays a vendu 44 et 63 millions de kilos de poivrons respectivement à la France et à l’Espagne.



Les États-Unis ont acheté 986,82 millions de kilos de poivron au Mexique, le Canada 135 millions de kilos et les Pays-Bas 15,73 millions de kilos. L’Espagne, avec 214,63 millions de kilos, était le plus gros fournisseur d’Allemagne. Elle est suivie en importance en tant que deuxième fournisseur par les Pays-Bas avec 115,76 millions de kilos et la Turquie avec 15,89 millions de kilos. Pour sa part, le Royaume-Uni a acheté aux Pays-Bas 109,33 millions de kilos de ce fruit-légume, 96,67 millions de kilos à l’Espagne et enfin 12,48 millions de kilos à l’Allemagne. La France a importé 102,37 millions de kilos de poivrons d’Espagne, 44 millions de kilos du Maroc et 9,44 millions de kilos de poivrons des Pays-Bas. La Russie a acheté 59,99 millions de kilos à la Chine ainsi que 55,14 millions de kilos de ce produit agricole à l’Israël et 17,31 millions de kilos à la Turquie. Dans le cas de l’Espagne, elle a importé, en 2019, 63,74 millions de kilos de poivrons du Maroc et 3,06 millions de France, les deux pays étant ses principaux fournisseurs.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Exportation_agricole #Poivron

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La pastèque marocaine figure dans le top 7 des produits exportés et fait partie des plus chères au monde

Le pays a plus que doublé ses exportations de pastèque au cours des 5 dernières années, passant de 71,46 millions de kilos exportés en 2015 à 163,42 millions de kilos en 2019, selon les données de COMTRADE



En 2019, la pastèque marocaine s’est vendue sur les marchés internationaux au prix moyen de 0,536 euros le kilo pour un montant total de 87,54 millions d’euros du fait de sa qualité. Ainsi, le Maroc est le 2ème pays qui fournit ses pastèques avec le meilleur prix, juste après le Pays-Bas. Le Royaume devance ainsi, les États-Unis, l’Espagne et l’Italie. Les principaux clients du Maroc étaient la France avec 64,87 millions de kilos de pastèques, l’Espagne avec plus de 50,43 millions de kilos et le Royaume-Uni avec 13,33 millions de kilos de ce produit agricole. Le montant total que tous les pays du monde ont exporté ce fruit en 2019 était de 3.449,49 millions de kilos, dont 911,19 millions de kilos exportés par l’Espagne, 26,42% du total, suivie par le Mexique avec 333,92 millions de kilos et par l’Italie avec 233,43 millions de kilos, soit 6,77% des exportations mondiales totales.



www.agrimaroc.ma

#Pastèque #Exportation_de_produits #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

30 pays dont le Maroc ont bénéficié de 176 millions de dollars pour des projets agricoles et environnementaux

Les projets ont pour but de renforcer les systèmes alimentaires nationaux tout en apportant des avantages environnementaux.



Les projets sont confrontés à la crise environnementale mondiale qui a un impact sur la productivité et la durabilité des systèmes agricoles terrestres et aquatiques sur les cinq continents. Ils viendront en aide aux petits agriculteurs, pêcheurs et forestiers à diversifier leurs moyens de subsistance et à renforcer leur résilience au changement climatique et à d’autres facteurs de stress importants. Tous les projets, selon sont résistants au changement climatique et seront mis en œuvre en partenariat et cofinancés par les gouvernements de plusieurs pays d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Il s’agit d’Albanie, Algérie, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Géorgie, Guinée, Indonésie, Jordanie, Kenya, Liban, Libye, Madagascar, Mauritanie, Mexique, Monténégro, Maroc, Nicaragua, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Pérou, Tanzanie, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Tuvalu, Ukraine, Uruguay, Ouzbékistan, Vietnam et Yémen.



www.agrimaroc.ma

#Financement_agricole #Aides_Aux_Agriculteurs_ #Maroc #Afrique

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc met fin aux irrigations des terres agricoles du souss-massa en raison du manque d’eau

Selon le ministre de l’Agriculture du pays, le Maroc a cessé d’irriguer les terres agricoles de Souss, l’une des principales régions agricoles, le taux de stockage des barrages y étant tombé à 17%. D’autres régions comme Al Haouz font face à des ressources en eau rares tandis que la région de Loukous dans le nord-ouest du Maroc a un taux de stockage de barrage de 100%.



Toutefois, la province de Taroudant profitera de quelque 3,6 millions de m3 d’eaux d’irrigation, provenant du barrage d’Aoulouz, titre du mois de juin, dans le cadre du “Projet El Guerdane”. Selon un communiqué publié à l’issue d’une réunion de la direction régionale de l’eau, présidée par le wali de la région, cette quantité livrée durant 8 jours consécutifs et s’arrêtera après 4 autres jours. Ainsi, la direction a décidé de tenir une autre réunion vers la fin du mois de juin, en vue de déterminer les dotations d’irrigation pour juillet prochain, indique la MAP. À cette occasion, le président de la Chambre régionale de l’agriculture de Souss-Massa, a salué l’interaction positive des acteurs professionnels, suite à la décision de l’Agence du Bassin Hydraulique du Souss-Massa de baisser les quantités d’eaux d’irrigation à 13 millions de m3 à partir du mois de mai jusqu’au mois d’octobre 2020. Ainsi, les membres de la Chambre ont appelé à augmenter ces dotations pour parvenir au moins à 20 millions de m3 d’ici fin octobre prochain, nécessaires pour une campagne agricole normale.



www.agrimaroc.ma

#Irrigation #Agriculture #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc vise une expansion en agriculture biologique avec 300.000 hectares

Le pays dispose d’un grand potentiel pour l’agriculture biologique. Le Maroc compte bien s’adapter aux exigences de l’agriculture européenne après le coronavirus : L’agriculture européenne veut 25 % de terre en bio pour 2030 et 50% de réduction pour les produits phytosanitaires (pesticides, intrants,…).



La superficie consacrée à l’agriculture biologique était, jusqu’en décembre, de 11.000 hectares, selon le président du Club des entrepreneurs Bios (CEBio). Un nombre plus ou moins modeste comparé à celui des autres pays mais qui constitue quand même un très bon début. En effet, le Maroc s’est mis doucement à l’agriculture bio qui est avant tout rare en terre maghrébine. Le pays bénéficie d’une position stratégique entre les marchés européen et africain, possède des atouts agroécologiques lui permettant de se convertir facilement, notamment des milliers d’hectares de plantes aromatiques et médicinales sauvages, tandis que le gouvernement et les interprofessions affichent leur volonté de développer cette filière. En partenariat avec le Cirad, le Maroc pilote depuis le 28 février, le projet IIABA d’un montant d’un million d’euros qui vise à soutenir le développement de l’agriculture biologique en Afrique notamment au sein du Royaume, en Tanzanie et en Ouganda.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Agriculture_biologique

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Au Maroc, plus de 15.000 poulaillers ne sont pas certifiés

Les données officielles révèlent que seulement 8% de la viande de poulet provient des unités soumises à des contrôles.



L’avis révèle que seuls 8 abattoirs sont dépendants, soit moins de 1% du nombre d’abattoirs au Maroc, indiquant qu’en ce qui concerne les abattoirs de volaille, seuls 27 d’entre eux étaient agréés, contre plus de 15.000 magasins non agréés. Les données officielles reçues de l’avis du conseil ont révélé que seulement 8% de la viande de poulet destinée à la consommation provient des unités soumises à des contrôles et que 92% des 570.000 tonnes produites en 2018 l’ont été à partir d’unités non contrôlées. Le Conseil économique, social et environnemental souligne l’absence d’une politique publique intégrée pour la sécurité alimentaire, qui entraîne des déséquilibres concernant la multiplicité des entrants et des compétences qui se chevauchent, ainsi que la prédominance du secteur informel, notant le faible niveau d’exigences des consommateurs, ainsi que les rôles limités assignés aux associations défendant les droits des consommateurs.



www.agrimaroc.ma

#Aviculture #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

À Khouribga, le semis direct atteint un résultat prometteur

Cette technique de culture a bénéficié à plus de 110 agriculteurs dans la région



Le programme a permis de dépasser 800 hectares de culture directe dans la région de Khouribga et a bénéficié à plus de 110 agriculteurs et ce, grâce à l’implication des organisations et partenaires, a déclaré le responsable du programme dans la région. Selon ce dernier, “les résultats du programme sont devenus réalistes dans les plateformes d’application”, ajoutant: “Nous prévoyons de dépasser 20 à 25 quintaux par hectare, tandis que la transplantation normale atteindra 6 à 7 quintaux par hectare en raison de problèmes liés au changement climatique, c’est la différence que nous voulons montrer.” Pour que l’agriculteur adopte la technologie. ” Pour rappel, le programme de semis direct encadré par l’équipe d’Al Moutmir a fourni plus de 35 semences au cours de la première phase, bénéficiant à plus de 2.000 agriculteurs.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Semis_Direct #Agriculture

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le exportations des produits agricoles marocain ont maintenu leur belle croissance

Le ministre de l'agriculture du pays a indiqué lundi dernier à Rabat que les recettes d’exportation des produits agricoles ont atteint jusqu’à présent 17,5 milliards de dirhams (MMDH).



Le ministre a souligné que ces recettes sont les résultats des efforts consentis pendant les dernières années et la promotion de cultures à forte valeur ajoutée. Ainsi, les produits agricoles destinés à l’exportation ont maintenu leur croissance en permettant d’atteindre même l’autosuffisance alimentaire à l’échelle nationale et d’augmenter la valeur des exportations et ce, malgré la crise liée au coronavirus. En chiffres, le Maroc a exporté 525.000 tonnes (t) de tomates (soit une hausse de 5% par rapport à l’année précédente), tandis que les exportations des agrumes n’ont pas dépassé les 482.000 t, en régression de 27%, notant que l’exportation des légumes et fruits connaît désormais une importante évolution. Le pays a aussi exporté près de 120.000 t d’haricots avec une hausse de 9%, de 45.000 t de courges ( 8%), de 161.000 t de pastèques ( 74%), de 87.000 t de fruits rouges ( 50%) et de 40.000 t de melons ( 4%), outre 32.800 t d’avocats (193%).



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Exportation_agricole #Légumes #Fruits

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Une enveloppe de 350 millions de dirhams est offerte aux agriculteurs marocains

Une aide au titre de l’actuelle saison agricole à l’endroit des agriculteurs des zones affectées par le manque de pluies.



Le ministre de l’agriculture a affirmé que cette initiative a vu le jour à titre exceptionnel après l’évaluation des effets de la sécheresse en collaboration avec la MAMDA, entamée le 14 mars dernier. Ainsi, le versement de ces sommes a débuté à la mi-avril au lieu du mois de juillet, afin d’atténuer les répercussions du déficit pluviométrique sur les agriculteurs. Le Crédit agricole, a poursuivi M. Akhannouch, a accompagné les petits agriculteurs en ces circonstances par un certain nombre de produits sous forme de financements estimés à 1,5 milliard de DH, un programme d’acquisition d’orge au profit des éleveurs, un programme de cultures printanières (600 MDH) et également un programme de plantation d’arbres fruitiers (400 MDH).



www.agrimaroc.ma

#Météo #Sécheresse #Financement_agricole #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La campagne sucrière au Loukkos se caractérise par le doublement de la superficie emblavée en betterave à sucre.

Le rendement de la betterave à sucre devrait dépasser les 50 tonnes par hectare au titre de l’actuelle campagne au périmètre du Loukkos; une performance considérée exceptionnelle dans ce territoire.



Lancée le 2 mai, cette action se passe dans de bonnes conditions et dans le respect des dispositions sanitaires prises contre la propagation du coronavirus. “La sucrerie Sunabel a mis en place les dispositifs sanitaires nécessaires pour la protection contre la pandémie et la lutte contre la propagation du virus, notamment à travers des campagnes de sensibilisation, les mesures de distanciation, la désinfection, le port de masques, la réduction du personnel sur site, le télétravail ainsi que la réduction de la charge du transport du personnel”, selon la direction régionale de l’agriculture de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. La campagne sucrière au Loukkos se caractérise cette année se distingue également par la généralisation de la mécanisation du semis, la digitalisation et la planification de toutes les opérations de la conduite, de la récolte et de la commercialisation, ainsi que par l’encadrement technique et la surveillance phytosanitaire. De même, le périmètre du Loukkos offre des conditions favorables pour la culture de la betterave à sucre.



www.agrimaroc.ma

#Betteraves #Semis #Rendements #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc double ses exportations d’aubergines vers l’Union Européenne

Les ventes d’aubergines du Maroc aux États membres de l’Union européenne en 2019 ont atteint 497.000 kilos, soit 99,4% de plus que l’année précédente



L’Espagne a été le pays qui a fourni le plus d’aubergines en 2019 aux États membres de l’UE, avec un volume de 124,1 millions de kilos, 54,96% du total, pour une valeur de 126,38 millions d’euros et un prix moyen de 1,018 euros le kilo. Les Pays-Bas occupent la deuxième place du classement, avec un volume de 55,27 millions de kilos de ce produit. L’Allemagne, troisième fournisseur mondial d’aubergines en volume, a vendu 11,61 millions de kilos pour une valeur de 15,95 millions d’euros. La Turquie occupe la quatrième position dans les exportations d’aubergines à l’UE, avec 7,58 millions de kilos et un prix moyen de 1,038 euros le kilo. La Belgique ferme ainsi, le quintet des pays qui vendent le plus d’aubergines dans l’UE, avec un volume fourni en 2019 de 6,97 millions de kilos, 8,07 millions d’euros et un prix moyen de 1,157 euros le kilo.



www.agrimaroc.ma

#Aubergine_ #Exportation_de_produits #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Les exportations des produits maraîchers marocain en hausse de 8% avec plus d'un million de tonne

Jusqu’au 17 Mai, les exportations du Maroc ont atteint quelque 1,127 million de tonnes de fruits et légumes, soit une progression de 8% malgré le coronavirus, a indiqué le ministre de l’Agriculture



Le Maroc a exporté 520.000 tonnes tomates, ce qui est une hausse de 4 %, et 476.000 tonnes d’agrumes. Celles d’haricots tablent de 116.000 tonnes avec une hausse de 9 %. De même, il a expédié 44.000 tonnes de courges ( 8%), 129.000 tonnes de pastèques ( 61%), 86.000 tonnes de fruits rouges ( 25%) et 32.000 tonnes d’avocats. En ce qui concerne les cultures sucrières, le ministre a indiqué que la superficie cultivée en betterave à sucre a atteint 57.000 hectares, soit l’équivalent de 96% de la superficie programmée. Les quantités livrées ont totalisé 370.000 tonnes jusqu’au 22 mai courant, soit 11 % de la production brute prévisionnelle, estimée à 3,42 millions de tonnes, avec une rentabilité située autour de 60 tonnes/Ha. Quant à la canne à sucre, la production devrait avoisiner les 646.000 tonnes, alors que la quantité livrée aux unités de transformation a atteint 35.000 tonnes.



www.agrimaroc.ma

#Exportations #Maraîchage #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La FAO met un pouce bleu au projet marocain sur la biodiversité durable

Le projet marocain a lancé plusieurs activités génératrices de revenus et a amélioré la biodiversité agricole



Dans son rapport «La situation des forêts du monde en 2020», la FAO a mis en lumière ce projet pilote mené dans le bassin de la Haute Moulouya, entre le Haut Atlas et le Moyen Atlas. L’objectif étant de lutter contre l’érosion hydrique, les inondations et la dégradation des terres en raison de son terrain fragile, du climat aride, des activités pastorales de ses communautés rurales et des zones urbaines voisines. Le projet a restauré 480 hectares de forêts et de pâturages grâce à la clôture, la réhabilitation et l’agroforesterie. La restauration a consisté à clôturer les forêts de Quercus rotundoflia indigène, de cèdre de l’Atlas et à planter Fraxinus dimorpha. Les résultats positifs en matière de biodiversité comprenaient la régénération naturelle du genévrier phénicien, du genévrier cade, de Hertia maroccana, du romarin et d’autres arbustes indigènes. Selon la FAO, le projet marocain s’est attaqué à la pauvreté et à la malnutrition dans les communautés en lançant plusieurs activités génératrices de revenus en plus d’améliorer la biodiversité agricole, de soutenir la diversification des revenus, l’emploi des jeunes en milieu rural et l’autonomisation des femmes.



www.agrimaroc.ma

#FAO #Maroc #Biodiversité

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc décroche la 6ème place dans les exportations de fraises vers l’UE

En 2019, les États membres de l’UE ont acheté au total 512,32 millions de kilos de fraises, battant ainsi un record historique, avec une valeur de 1240,73 millions d’euros et un prix moyen de 2,422 euros le kilo. Le Maroc en a fourni 21,04 millions de kilos, pour une valeur de 55,18 millions d’euros, avec un prix moyen de 2,623 euros le kilo, ce qui lui a valu sa 6ème place dans le classement des principaux pays exportateurs vers l’UE.



L’Espagne a été le pays qui a fourni le plus de fraises en 2019 aux États membres, en particulier un volume de 276,97 millions de kilos, 54,06% du total, d’une valeur de 565,61 millions d’euros et un prix moyen de 2,042 euros le kilo. Ensuite, les Pays-Bas occupent la deuxième place du classement, avec un volume de 59,53 millions de kilos. Le troisième plus grand fournisseur de fraises de l’UE en volume était la Belgique, vendant 39,82 millions de kilos. Le quatrième fournisseur de ce produit agricole dans l’UE est l’Allemagne avec 36,66 millions de kilos. La Grèce occupe ainsi, la cinquième étape du classement des pays qui vendent le plus de fraises dans l’UE, avec un volume fourni en 2019 de 25,28 millions de kilos. L’Égypte se positionne à la septième place et a vendu 13,01 millions de kilos de ce fruit dans l’UE pour 56,04 millions d’euros, à un prix moyen de 4,308 euros le kilo. L’Italie est en huitième position avec 11,51 millions de kilos. La France est le huitième fournisseur de fraises de l’UE, avec un volume fourni en 2019 de 6,88 millions de kilos.



Lire aussi le Maroc se retrouve dans le top 12 des principaux pays producteurs de fraises à l’adresse www.talkag.com



www.agrimaroc.ma

#Exportations #Fraises #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Financement de 150 millions d’euros pour la conservation des eaux de SAÏSS ET GARET

Un projet qui devrait contribuer à améliorer les revenus de plus de 7.000 agriculteurs marocains.



Ce prêt sert à cofinancer la construction d’éléments clés du réseau d’acheminement d’eau entre le barrage M’dez et la plaine du Saïss. Il permettra aussi la rénovation et la modernisation du réseau de distribution d’eau du Garet et sa conversion complète aux systèmes d’irrigation goutte-à-goutte. Ainsi, le projet devrait contribuer à améliorer les revenus de plus de 7.000 agriculteurs marocains ( 60%) et de créer 3.000 emplois. Dans le Garet, la rénovation et la modernisation du réseau assurant le transfert d’eaux de surface du barrage Mohammed V permettront de construire un système plus durable et efficient d’arrosage goutte-à-goutte et donc d’importantes économies d’eau. Ce prêt de 150 millions d’euros est accordé au Département de l’Économie et des finances.



www.agrimaroc.ma



#Financement_agricole #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Près de 5.000 tonnes de produits impropres à la consommation détruits par l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) Maroc.

Les services de l’ONSSA ont procédé à 24.048 opérations de contrôle de produits alimentaires.



La destruction ou le refoulement de ces produits impropres à la consommation sont notamment dus à leur origine inconnue, au non-respect des conditions de conservation et de stockage, à l’expiration de la péremption ou au non-respect de l’étiquetage, ajoute la même source. Les services de l’ONSSA ont procédé, durant cette même période, à 24.048 opérations de contrôle des produits alimentaires ayant concerné un total de plus de 8 millions de tonnes de produits alimentaires, fait savoir le communiqué, notant qu’au niveau de l’importation, plus de 5,6 millions de tonnes de produits alimentaires ont été contrôlées, dont 3.199 tonnes de produits non conformes ont été refoulées.



www.agrimaroc.ma

#Agroalimentaire #Maroc #Destruction_produits_alimentaires

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Après l’impact du Covid 19 sur la campagne agricole, c’est autour de la sécheresse d’entrer en scène au Maroc

La sécheresse a eu un impact sur le taux de remplissage des barrages qui reste limité à 48%.



Le cumul pluviométrique national n’a pas dépassé 253 mm cette année, soit une baisse de 14% comparativement avec l’année dernière, et de 28% par rapport à la moyenne des 30 dernières années. La sécheresse a eu un impact sur le taux de remplissage des barrages qui reste limité à 48% contre 65% l’année dernière. On note cependant des disparités au niveau des régions. La situation hydrologique est moyenne par exemple au niveau des régions de Moulouya, Tadla, Ouarzazate et Tafilalt; critique au niveau de Souss-Massa-Draa, Haouz ou de Doukkala et satisfaisante dans les autres régions, dans le Loukkous le taux de remplissage est de 100%. Le ministre de l’agriculture du pays rappelle que l’ensemencement des terres agricoles a concerné 5,23 millions d’hectares. La mécanisation a joué un rôle important, elle a permis de travailler 900.000 hectares en une semaine seulement. A cela s’ajoute, la perte de 2 millions d’hectares sur 4,3 millions réservés aux céréales, ramenant les prévisions pour la récolte à une baisse de 49% par rapport à 2019.



www.agrimaroc.ma

#Sécheresse #Météo #Agriculture #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Les agriculteurs et producteurs espagnols font bloc contre les oignons du Maroc et pommes de terre d’Égypte

La guerre contre les produits agricoles marocains reprend en Espagne. Après la tomate, c’est autour des oignons et des pommes de terre de subir un lot d’allégations mensongères et fallacieuses, destiné à discréditer un secteur en plein essor.



L’organisation agricole ASAJA Alicante en Espagne dénonce le fait que les producteurs espagnols d’oignons et de pommes de terre n’arrivent pas à convenablement écouler leurs produits à cause des mêmes produits cette fois ci marocains et égyptiens présents sur leur territoir. L’association juge également la qualité des produits de ces pays (Egypte et Maroc). Selon cette dernière, l’état d’alerte engendré par le coronavirus semble avoir aggravé les maux du champ. L’association exige des mesures nécessaires pour que le décret urgent s’applique pour fixer des prix minimaux dans les contrats d’achat-vente afin d’éviter la vente à perte. Tous ces actes prouvent encore une fois la peur des agriculteurs et producteurs espagnols à l’encontre des produits agricoles en provenance du Maroc; car ne pouvant faire face à la concurrence des produits marocains au sein de l’Union européenne.



www.agrimaroc.ma

#Oignon #Pommes_de_terre #Espagne #Maroc #Exportation_agricole

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La Russie a un faible pour les agrumes et les tomates marocaines

La Russie est le troisième importateur mondial de fruits et légumes, avec comme principaux fournisseurs, des pays comme la Chine, la Turquie et le Maroc entre autres.



Le Maroc et la Turquie font partie des pays-leaders en matière de livraison de produits agricoles en Russie. Pour l’importation de fruits et légumes, la Turquie et le Maroc sont dans le top 5 des importateurs. Le Maroc exporte majoritairement des agrumes et des tomates vers la Russie, ce qui lui octroie une place de choix dans la liste des fournisseurs. Pour information, la Russie consomme principalement les bananes, les mandarines et les clémentines, les tomates, les raisins et les pommes. Elle importe également beaucoup d’oranges, pêches et nectarines, des pommes de terre et elle alloue 190 millions de dollars individuellement pour les poires et les oignons et l’ail.



www.agrimaroc.ma

#Fruit #Légumes #Maroc #Importation #Tomates

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Les exportations des fruits et légumes du Maroc vers l’Espagne connaissent une hausse de 5%

Le Maroc a exporté vers l’Espagne près de 53.676 tonnes de fruits et légumes, soit 5% de plus qu’en mars 2019 pour une valeur de 118,4 millions d’euros, soit 17% de plus.



Le Maroc et la France ont été les premiers fournisseurs en fruits et légumes du marché espagnol, mais lors de ce mois, la performance du Maroc a été remarquable. En effet, le Royaume a exporté 147.665 tonnes pour une valeur de 290 millions d’euros au premier trimestre, d’après les données de la Fepex. Le cas de la tomate se démarque particulièrement; Sur les 37.960 tonnes importées par l’Espagne au premier trimestre de l’année, un total de 34.390 tonnes provenaient du Maroc, soit 90,5% du total, et avec une croissance de 27% par rapport au premier trimestre 2019.



www.agrimaroc.ma

#Exportations #Légumes #Fruits #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Les exportations de poivrons marocains vers l’Espagne ont connu une hausse de 210%

Le Maroc a exporté vers l’Espagne en 2019 quelque 64 millions de kilos de poivrons, ce qui le place comme le premier fournisseur d’Espagne. À lui seul, le Royaume a acheminé en 2019, 86,82% du volume total de poivrons importé par l’Espagne.



Les exportations qui passent de 20,66 millions de kilos en 2010 à 64,11 millions de kilos en 2019, selon les données Hortoinfo. La valeur des ventes de ce produit agricole en 2019 ont augmenté de 189,11%, passant de 21,49 millions d’euros payés en 2010 à 62,13 millions d’euros en 2019. Les ventes de poivrons du Maroc en 2019 ont été effectués sur 132 entreprises espagnoles, 33 entreprises de plus qu’en 2010 mais 21 entreprises de moins que l’année précédente. La France est le deuxième pays où l’Espagne a acheté le plus de poivrons en 2019, avec 2,86 millions de kilos pour une valeur de 2,79 millions d’euros, avec un prix moyen de 0,974 euros le kilo, en achats effectués par 52 Entreprises espagnoles. L’Allemagne est le troisième pays pour la fourniture de ce légume-fruit au marché espagnol.



www.agrimaroc.ma

#Exportations #Poivron #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Les exportation de pommes de terre marocaines ont chuté

Une exportation qui passe de 100.000 à seulement 10.000 tonnes



Cette baisse jugée drastique s’explique du fait que «les exploitants préfèrent d’autres cultures qui offrent plus de marge bénéficiaire comme la tomate, le piment, le poivron, haricot vert… Il existe aussi des complications en matière de certification, sans oublier bien sûr la concurrence des autres pays notamment méditerranéens», souligne l’Association des producteurs et exportateurs de fruits et légumes (APEFEL). Le Maroc a certes perdu des parts de marché au niveau de son marché européen, mais il exporte vers de nouveaux pays notamment d’Afrique de l’Ouest où les normes sont moins imposantes. Les principales variétés de pomme de terre utilisées au Maroc sont Nicola (à chair blanche), Spunta (à chair blanche), Désirée (à chair rouge) et autres (Timate, Roseval, Dimanat,…). Selon les saisons, la superficie dédiée culmine en moyenne à plus de 60.000 ha, soit 25% des cultures maraîchères et la production avoisine les 2 millions de tonnes.



www.agrimaroc.ma

#Exportation_agricole #Pommes_de_terre #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc se retrouve dans le top 12 des principaux pays producteurs de fraises

En 2019, le pays a produit une récolte record de près de 200.000 tonnes de fraises.



Une production qui a valu au Maroc la 11ème place dans le classement des principaux pays producteurs de fraises devançant ainsi l’Allemagne, le Royaume-Uni et même l’Italie, d’après les données de la FAO. Néanmoins, en 2019, le Maroc a produit une récolte record de plus de près de 200.000 tonnes de fraises, ce qui avancera sûrement sa position dans les statistiques. La Chine traule en tête de liste avec 2.955,45 millions de kilos, suivie des États-Unis avec 1.296,27 millions de kilos de fraises produites en 2018; vient ensuite le Mexique avec un volume de 653,64 millions de kilos. La quatrième place est occupée par la Turquie avec 440,97 millions de kilos. L’Égypte occupe la cinquième position avec 362,64 millions de kilos. La production de la fraise en l’Espagne (6ème) a atteint 344,68 millions de kilos.



www.agrimaroc.ma

#Production_agricole #Fraises #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc se démarque dans la production de légumes avec un total de 4 millions de tonnes

Le Maroc a produit plus de 4,41 millions de tonnes de légumes, pour lesquelles il a consacré une superficie 150.038 hectares. Une production qui lui a valu le 27ème rang dans le classement mondial, selon les données de l’agence statistique de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et Agriculture (FAO), correspondant à 2018.



Plus de la moitié des légumes produits dans le monde ont eu la Chine comme terre de culture. Elle a produit en 2018 un volume total de 548,99 millions de tonnes, sur une superficie de 24,05 millions d’hectares. L’Inde est, ensuite, le deuxième plus grand producteur mondial avec 128,24 millions de tonnes de légumes produits en 2018, sur une superficie de 8,75 millions d’hectares. Les États-Unis d’Amérique occupent la troisième position mondiale pour la production de légumes, avec un volume de 31,74 millions de tonnes, une superficie de 937.053 hectares. La Turquie occupe la quatrième place avec 24,14 millions de tonnes, 705.707 hectares. Le Nigéria se trouve à la cinquième place avec 16,39 millions de tonnes de légumes produits, cultivés sur une superficie de 3,22 millions d’hectares. L’Espagne a produit, selon la FAO, un volume total de 12,63 millions de tonnes de légumes, cultivés sur une surface de 324.532 hectares, avec un rendement 3,89 kilos/m².



www.agrimaroc.ma

#Légumes #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Il faudrait soutenir le pouvoir d’achat des familles, selon la Fenagri afin de sauver l’agroalimentaire marocaine.

Une étude sectorielle révèle que l’agroalimentaire (industries alimentaires) se trouve bel et bien dans les secteurs durement touchés au Maroc, après le ralentissement ou l’arrêt des activités économiques en raison de l’éclosion de la pandémie du coronavirus



L’étude, réalisée par la Fédération nationale de l’agroalimentaire (Fenagri), a montré que ce secteur industriel avait enregistré une baisse de son chiffre d’affaires mensuel, après que les professionnels aient constaté une baisse de 30% du nombre de transactions pour les entreprises opérant dans le domaine en avril. Les effets du Covid-19 sur les activités du secteur se sont accrus, selon les différentes activités industrielles, la performance de l’industrie du chocolat ayant diminué en raison de la baisse enregistrée de la demande (-65%). La demande de boissons a également diminué de 65%, tandis que les ventes de biscuits ont diminué de 60%. Pour l’industrie fromagère, les ventes ont diminué de 30% et de 20% pour les produits de thé et de café. Pour sauver le secteur de l’agroalimentaire marocaine, la Fédération nationale appelle à la nécessité de soutenir le pouvoir d’achat des familles et de renforcer la compétitivité des industries alimentaires locales en tant que secteur stratégique, en stimulant également la demande en réduisant la pression sur le budget des consommateurs, et en soutenant et en améliorant la production locale en orientant la demande vers des produits fabriqués localement.



www.agrimaroc.ma

#Agroalimentaire #Maroc #Enquêtes #Fenagri

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La tomate marocaine de plus en plus résiliente face aux ravageurs et virus

Les tomates constituent l’un des principaux produits agricoles frais exportés du Maroc et une source de revenus clé. Les tomates marocaines sont prisées sur la scène mondiale. Toutefois, face à des acheteurs de plus en plus exigeants, les agriculteurs et producteurs de tomates se montrent de plus en plus résilients aux ravageurs et virus entre autres.



Les producteurs marocains, comme ceux de la plupart des pays, ont fait face à un certain nombre de ravageurs agricoles tels que Tuta absoluta, acariose bronzée et acariens rouges en octobre et novembre, et dans une moindre mesure pendant l’hiver. Sauvés de justesse par un hiver plus court, les producteurs de tomates ont peaufiné des techniques afin de ne pas trop subir les affres de ces derniers. Parmi, les plus efficaces se trouve la confusion sexuelle, pour les ravageurs du genre Tuta Absoluta. Le principe est de perturber la phase de rapprochement des papillons mâles et femelles par émission de phéromones synthétiques en grande quantité. Ces phéromones reproduisent la substance naturelle émise par la femelle pour attirer le mâle. Dans l’atmosphère saturée en phéromone, les mâles sont incapables de localiser les femelles et les accouplements sont moins nombreux et même inexistants. Il faut souligner que le Maroc accorde une importance primordiale à la santé et à la qualité des produits agricoles, fruits et légumes confondus.



www.agrimaroc.ma

#Tomate #Maroc #Ravageurs

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

L’installation des cultures de printemps se poursuit normalement et les réalisations en date ont atteint 105% du programme arrêté

Dans le contexte particulier de l’état d’urgence sanitaire décrété dans le pays pour lutter contre le coronavirus, le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts assure, depuis le début de la crise, un suivi régulier et rigoureux de la situation de la production et de l’approvisionnement du marché national en produits agricoles et alimentaires.



La production agricole se poursuit d’une manière normale et n’a pas connu de perturbations, permettant un approvisionnement continu et en quantités suffisantes du marché. L’installation des cultures de printemps se poursuit normalement et les réalisations à date ont atteint 105% du programme arrêté avec un dépassement des superficies programmées pour certaines cultures, notamment la pomme de terre, la tomate, l’oignon, les courges et courgettes et le haricot vert. Pour les autres cultures, les réalisations dépassent 90% de la superficie programmée en ces cultures. Par ailleurs, le programme des assolements arrêté pour les principales cultures maraîchères pour la saison d’été sera mis en place à partir du mois de juin. La production attendue des semis de printemps et ceux d’été devra permettre de couvrir largement les besoins de consommation en ces produits pour la période allant de juin à décembre 2020.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Culture_Printemps





Pichon Gilbert

Les importations des céréales marocains sont en hausse de 38% avec 3,5 MT

Selon l’Agence nationale des ports (ANP), les importations des céréales ont atteint 3,5 millions de tonnes (MT) au terme des quatre premiers mois de 2020, en progression de 38% par rapport à la même un an auparavant.



L’analyse de la répartition de ce trafic par port fait ressortir une forte concentration de cette activité au port de Casablanca avec 1,9 MT. De même, elle note une hausse des importations en cette denrée dans l’ensemble des ports à savoir, Casablanca ( 23,5%), Jorf lasfar ( 52,5%), Agadir ( 37,5%), Nador ( 210%) et Safi ( 37,6%), précise l’ANP dans sa récente note de synthèse sur l’activité portuaire. Par ailleurs, la France, qui est très présente dans le marché des céréales notamment de blé a revu ses exportations à la hausse. En effet, du fait de la sécheresse et de la crise du coronavirus (Covid-19), beaucoup de pays sont désireux d’augmenter leurs achats afin de sécuriser les approvisionnements en produits agricoles et alimentaires. Le Royaume a prolongé la suspension de ses droits de douane sur le blé tendre jusqu’à 31 décembre. L’Égypte devrait importer 13 Mt et l’Algérie a revu ses importations à la hausse à 7,5 Mt.



www.agrimaroc.ma

#Céréales #Maroc #Cours_sur_les_marchés





Pichon Gilbert

Un record d’un million de tonnes est attendu à béni mellal-khénifra pour la betterave à sucre

La région de Béni Mellal-Khénifra s’attend à une production record estimée à un million de tonnes de betteraves sucrières au titre de la campagne agricole en cours, soit un taux de rentabilité de 78 tonnes/hectare et des revenus d’environ 500 millions de dirhams, a indiqué la direction régionale de l’agriculture.



Pour le directeur régional de l’Agriculture de Béni Mellal-Khénifra, depuis le lancement du Plan Maroc Vert, la filière betteravière a connu un essor important au niveau de la région BMK en ligne avec les objectifs tracés par le Plan Agricole Régional à l’horizon 2020, notant que le taux de rendement de cette filière au titre de la saison agricole 2017-2018 a atteint 78 tonnes par hectare. Pour les revenus de la chaîne de betterave dans la région, il souligne que la filière betteravière a un rôle de premier plan à jouer dans le développement de l’économie locale et régionale. Elle favorise la création d’environ 2,5 millions de jours ouvrables soit 650 MDH de dépenses commerciales, en plus du soutien d’autres secteurs indirects et la garantie de l’emploi permanent pour une trentaine d’entreprises chargées de la distribution de matériels de production et de 23 autres spécialisées dans les services agricoles.



www.agrimaroc.ma

#Betteraves #Maroc #Produits_Agricoles

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc arrive en tête des fournisseurs de concombre en Espagne avec plus de 5.000 tonnes

Le Maroc a vendu plus de 5.021 tonnes de concombres à l’Espagne pour 3,28 millions d’euros.



Le Maroc a vendu plus de 5.021.338 kilos soit environ 5.021 tonnes de concombres à l’Espagne pour une valeur de 3,28 millions d’euros, avec un prix moyen de 0,653 € par kilo. Le deuxième pays d’où, l’Espagne a le plus importé en 2019 est l’Allemagne, avec 1.277.226 kilos de concombres pour 1.079.182 euros et un prix moyen de 0,845 euros par kilo. Les Pays-Bas sont le troisième pays en importance pour la fourniture de ce produit agricole sur le marché espagnol. Au cours de l’année écoulée, un total de 690.736 kilos ont été vendus sur des terres néerlandaises à partir de terres néerlandaises pour lesquelles elle a collecté 586.083 euros, avec un prix moyen de 0,848 euro par kilo. La France a fourni à l’Espagne 621.473 kilos de ce légume pour 1.590.032 euros et un prix de 2,555 euros le kilo, faisant du Portugal le quintette des pays qui ont vendu le plus de concombres à l’Espagne en 2019, avec un volume de 183.353 kilos pour 107.274 euros, avec un prix moyen de 0,585 euros le kilo.



www.agrimaroc.ma



#Concombre #Espagne #Maroc #Exportation_agricole





Pichon Gilbert

Les exportations d’olives noires du Maroc, alors qu’elles étaient à 3.116 tonnes en 2017 ont atteint 11.000 tonnes en 2019

Peu après la sanction de l’Espagne par les États-Unis, les olives du Royaume, de par leur qualité, ont constitué une alternative de taille par rapport aux olives d’Espagne.



Les exportations sont passées de 11.786 tonnes en 2017 à 22.526 tonnes en 2019, soit une augmentation de 91%; alors que le Portugal est passé de 3385 tonnes en 2017 à 5961 en 2019, 76% de plus. Les exportations d’olives noires du Maroc, alors qu’elles étaient à 3.116 tonnes en 2017 ont atteint 11.000 tonnes en 2019. Plus précisément, la part de marché pour les olives noires se table à 15,9%. Il faut noter que la filière oléicole occupe une place importante. La filière est essentiellement tournée vers l’export avec un volume moyen de 90.000 tonnes exportées à fin octobre 2019, ce qui lui confère la 3ème place dans le classement mondial.



Lire aussi: la part de marché des exportations d’olives de l’Espagne diminue de 40% à l’adresse www.talkag.com



www.agrimaroc.ma

#Exportation_agricole #Olive #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

L’écosystème du machinisme agricole marocain est en péril

Une baisse de 67% sur le marché agricole rend la situation catastrophique.



Les statistiques de l’AMIMA 2020 à fin Avril révèlent un niveau de ventes de 305 unités, soit une baisse de 32% par rapport à fin Avril 2019, 2019 étant déjà une année hautement catastrophique pour les professionnels du machinisme. Comme cité dans les derniers communiqués de presse de l’AMIMA, cette baisse de performance est due à plusieurs facteurs. Cette situation qui perdure, porte atteinte au secteur du machinisme agricole et met en péril son écosystème dans la mesure où les entités le constituant ne seront plus en mesure de faire face à leurs engagements financiers et leur obligation de s’approvisionner et d’approvisionner les agriculteurs en matériel agricole.



www.agrimaroc.ma

#Machine_agricole #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc et le Sénégal demeurent les principaux fournisseurs de pastèques en Espagne

Le Maroc et le Sénégal ont vendu respectivement 54 millions de kilos et 13 millions de kg de pastèques à l’Espagne, en 2019.



La valeur des paiements versés au Maroc pour l’achat des pastèques a baissé de 35,9% en 2019. Le prix de ce produit agricole a également baissé, allant de 0,6 euro le kilo en 2018 à 0,5 en 2019. Les achats de pastèque en provenance du Royaume en 2019 ont été effectués par 181 entreprises espagnoles. Le deuxième pays d’où la plupart des pastèques en Espagne ont été importées en 2019 est le Sénégal, avec 13,32 millions de kilos. La valeur en 2019 était de 7’74 millions d’euros, soit 12,02% de plus que l’année précédente où la valeur payée au Sénégal était de 6,9 ​​millions d’euros. Le prix moyen est également passé de 0,52 euro le kilo en 2018 à 0,58 en 2019. En 2019, les achats de pastèque au Sénégal ont été effectués dans le cadre d’opérations menées par 7 entreprises espagnoles, deux de moins qu’en 2018, 9 entreprises ont importé de la pastèque du Sénégal.



www.agrimaroc.ma

#Pastèque #Maroc #Sénégal #Exportations

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le melon marocain fait partie des plus chers en Europe

Au cours de l’année 2019, le Maroc est apparu à la sixième place dans les ventes de melons verts dans l’UE avec 45,54 millions de kilos, pour une valeur de 47,52 millions d’euros.



Avec un prix moyen de 1,043 € le kilo, les melons du Maroc sont parmi les plus chers en Europe. Les Pays-Bas suivent avec 0,998 €/kg, le Honduras avec 0,912 €, le Costa Rica avec 0,815 €, le Brésil à 0,757 € le kilo et enfin, l’Espagne ferme le sextet avec un prix moyen de 0,753 € le kilo. L’Espagne se classe en première position dans les ventes de melons verts dans l’UE avec 38,28% du total, ensuite le Brésil occupe la deuxième place avec 217,53 millions de kilos de melons, 164,74 millions d’euros et un prix moyen de 0,757 euros le kilo. Les Pays-Bas apparaissent dans la troisième étape avec 126,72 millions de kilos, avec une valeur de 126,53 millions d’euros et un prix moyen de 0.998 euros le kilo. Le Honduras occupe la quatrième position avec 51,91 millions de kilos, une valeur de 47,37 millions d’euros et un prix moyen de 0,912 euros le kilo. Le Costa Rica est, ainsi, le cinquième fournisseur en volume de ce produit agricole vendu dans l’Union Européenne, avec un total de 50,32 millions de kilos, 41,03 millions d’euros, avec un prix moyen de 0,815 euro par kilo.



www.agrimaroc.ma

#Melons #Maroc #Exportations

www.agrimaroc.ma




Traore Phénix Mensah

Prorogation de la suspension des droits de douane sur le blé tendre



Rendue officielle le 27 mars dernier, la suspension des droits de douane sur le blé tendre, sera reconduite.



La suspension de douane qui dorénavant va au-delà du 15 juin 2020, a pour objectif de stimuler les achats réalisés par les importateurs sur le marché mondial dans un contexte où la récolte globale de blé devrait être confortable en 2020/2021. Elle devrait également permettre de garantir le renouvellement en permanence du stock intérieur pour l’équivalent d’au moins 4,5 mois de consommation. La décision survient dans un contexte où le Maroc connaît pour la seconde saison consécutive, une forte sécheresse qui affectera sa propre récolte. D’après les prévisions du Département américain de l’agriculture (USDA), la récolte de blé du royaume devrait ainsi chuter de 33 % à 2,8 millions de tonnes en 2020/2021. De leur côté, les importations devraient atteindre 5,4 millions de tonnes, soit 20 % de plus que la moyenne décennale.

#Blé #Maroc



LIRE AUSSI: Les ventes de tomates marocaines vers l’UE ont augmenté de 17% avec plus de 272 millions de kilos=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com





Pichon Gilbert

Les ventes de tomates marocaines vers l’UE ont augmenté de 17% avec plus de 272 millions de kilos

Le volume cumulé sous contingent, du début de la campagne au 26 avril 2020, s’élève à 272,59 millions de kilos de tomates.



Ce volume représente 95,64% du total autorisé au titre du contingent et des préférences tarifaires, qui pour le total de la campagne se table à 285 millions de kilos; ce qui relance le débat autour de la concurrence et la peur que suscitent les produits agricoles marocains au sein du continent européen. Pour les productions espagnoles, la concurrence pour l’approvisionnement de l’UE s’est intensifiée depuis la mi-avril, avec une production importante aux Pays-Bas, en Belgique et en Pologne, entre autres, à commencer par celle de l’Allemagne au cours de ce mois de mai. Ces circonstances font qu’une partie de la grande distribution européenne commence à s’approvisionner majoritairement dans d’autres origines différentes de celles d’Almería, dont elle n’utilise déjà les productions qu’en complément. Par ailleurs, jusqu’au 26 avril, le volume total de courgettes entrées sur le marché communautaire en provenance du Maroc, dans le cadre d’un contingent et de préférences tarifaires depuis le début de la campagne, s’élève à 39,54 millions de kilos. Ceci représente 70,61% du total autorisé pour la campagne 2019/20, qui s’élève à 56 millions de kilos.



www.agrimaroc.ma

#Tomates #Maroc #Exportation_agricole

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc se classe 4ème dans le classement mondial des exportations de tomates

Les exportations de tomates du Maroc ont augmenté de 17,33% en 2019, devançant celles de la Belgique, de la France et de la Turquie. L’Espagne quant a diminué ses exportations de 5,63% par rapport à l’année d’avant et de 19,61% au cours des 5 dernières années, mais occupe tout de même, la 3ème place.



Le Maroc s’est hissé en 2019 à la quatrième position mondiale avec une quantité de tomates exportée en 2019 de 587’82 millions de kilos; 8,13% du total mondial, avec un revenu de 683,49 millions d’euros lors de la vente de la tomate à un prix en moyenne 1.163 euros le kilo. L’année dernière, le Maroc a vendu 346,94 millions de kilos de tomates à la France, 62,55 millions au Royaume-Uni, 52,19 millions de kilos à la Russie, 49,4 à l’Espagne et 38,33 millions de kilos aux Pays-Bas. Le Mexique continue de dominer les exportations mondiales de tomates, avec un chiffre en 2019 de 1.858,92 millions de kilos, 25,72% du total mondial, avec une valeur de 1.924,84 millions d’euros et un prix moyen de 1.035 euros par kilo. Les Pays-Bas conservent la deuxième position mondiale dans le classement. La quantité de tomates exportée par ce pays en 2019 était de 1.091,14 millions de kilos, soit 15,1% du chiffre mondial. La Turquie ferme le top-5 sur la liste des exportateurs mondiaux de tomates. La quantité totale exportées par ce pays en 2019 était de 534,77 millions de kilos, 7,4% du total mondial, avec un revenu de 270,72 millions d’euros et un prix moyen de 0,506 euros par kilo.



www.agrimaroc.ma

#Exportation_agricole #Tomates #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc proroge la suspension des droits d’importation du blé tendre jusqu’au 31 Décembre 2020

Une mesure qui permettra de réduire le prix du blé tendre à la sortie du port de 310-305 dirhams le quintal à 260 dirhams.



Présenté par le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, ce projet de décret vise à donner aux opérateurs marocains la possibilité de s’approvisionner sur le marché international et de profiter de la production agricole mondiale en termes de prix et de volume de l’offre, et ainsi alimenter le marché national dans les meilleures conditions, et ce en prolongeant la suspension des droits d’importation du blé tendre et ses dérivés jusqu’au 31 décembre 2020 au lieu du 16 juin 2020. Cette mesure permettra, ainsi, de réduire le prix du blé tendre à la sortie du port de 310-305 dirhams le quintal à 260 dirhams le quintal, ce qui impactera positivement le prix du blé frais sur le marché local. De même, celle-ci devrait réduire les importations de blé tendre en provenance d’Europe (Russie, France, Ukraine,…)



www.agrimaroc.ma

#Importation_de_produit_agricole #Blé #Maroc #Législation

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc est classé dans le top 15 des producteurs mondiaux d’oranges

Le Royaume a produit 1 million de tonnes d’oranges sur une superficie de 57.817 hectares.



En Afrique du Sud, la production avoisinait les 1,77 millions de tonnes d’oranges cultivées sur 43291 hectares, la Turquie, 1,9 millions de tonnes sur 50.806 hectares et pour l’Espagne, 3,6 millions de tonnes et une superficie de 139.626 hectares. Dan le classement, le Brésil arrive en tête de liste avec 16.713,53 millions de kilos. En effet, la superficie de terre que le Brésil a consacrée en 2018 à la production d’orange était de 589.139 hectares, avec un rendement par mètre carré de 2,84 kilos. Le deuxième producteur mondial est la Chine avec 9.103,91 millions de kilos d’orange produits en 2018, sur une superficie de 504.683 hectares et un rendement de 1,80 kilos par mètre carré. L’Inde occupe le troisième rang mondial pour la production d’oranges, avec un volume de 8.367 millions de kilos, une superficie de 613.000 hectares et un rendement de 1,36 kilos/m2. MAis avec la crise du coronavirus, la tendance se renverse avec l’Egypte qui s’est démarquée en devenant en mars le plus grand exportateur d’oranges au monde, dépassant ainsi l’Espagne.



Lire aussi pour le chef de l’administration centrale de la quarantaine agricole, l’Egypte bat l’Espagne et devient le premier pays exportateur d’agrumes à l’adresse www.talkag.com



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Orange #Production

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires du Maroc réexamine les autorisations des pesticides à base du Chlorpyriphos

Les résultats seront soumis à la commission nationale des pesticides à usage agricole qui statuera, lors de sa réunion prévue en juillet 2020, sur le devenir de cette matière active au niveau national.



Ce réexamen fait suite aux nouvelles données scientifiques sur cette substance ayant abouti récemment à son interdiction par l’Union Européenne. Bien que cette dernière ait maintenu les limites maximales des résidus (LMR) prédéfinies de cette matière active sur les denrées alimentaires à leurs niveaux actuels, elles passeront à la limite de quantification pour tous les produits alimentaires dès octobre 2020. Le réexamen du « Chlorpyriphos » au Maroc conduira soit au retrait définitif de l’homologation des pesticides contenant cette substance ou, le cas échéant, à la restriction à des usages très limités et réglementés.



www.agrimaroc.ma

#Pesticides #Chlorpyriphos #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La superficie globale de production de légumes à Marrakech a atteint 19.200 hectares, dont 10.900 hectares de légumes d’hiver.

La Direction Régionale de l’Agriculture (DRA) de la région de Marrakech-Safi a annoncé que la production prévisionnelle, lors de cette campagne agricole, est de l’ordre de 543.000 tonnes de légumes à l’approvisionnement du marché national.



La DRA souligne que cette production contribuera largement à l’approvisionnement régulier des marchés à l’échelle régionale et nationale en généra. Malgré le manque de pluies enregistré au cours de cette saison agricole au niveau de la région Marrakech-Safi, les superficies irriguées en goutte-à-goutte et réalisées dans le cadre du Plan Maroc Vert (105.000 ha), ont permis à la région de mettre en œuvre un programme normal de production des légumes au niveau des différentes provinces qui en relèvent. La DRA indique qu’en dépit des circonstances exceptionnelles actuelles induites par la pandémie du nouveau coronavirus), l’activité agricole se poursuit à une cadence « normale », ce qui a permis d’assurer une excellente offre sur les marchés, traduite par une stabilité des prix.



www.agrimaroc.ma



#Maroc #Légumes #Agriculture

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc, l’Indonésie et la Malaisie restent pour la deuxième année consécutive, les premiers importateurs des dattes tunisiennes, soit environ 50% de la valeur des exportations de la Tunisie.

Les valeurs des exportations des dattes tunisiennes ont toutefois baissé de 5,9%



Au cours du premier trimestre de l’année, la carte des exportateurs des produits agricoles et alimentaires tunisiennes n’a pas connu un grand changement par rapport à la même période de l’année précédente. Environ 50% de la valeur des exportations tunisiennes proviennent, des marchés de l’Espagne et l’Italie suivi par la Libye, les USA et le Maroc. Ainsi, pour les dattes, ce sont le Maroc, l’Indonésie et la Malaisie qui sont en tête dans le marché tunisien. Toutefois, les valeurs des exportations ont baissé de 5,9%. En effet, une régression de la valeur des exportations des dattes vers les États-Unis d’Amérique du plus que la moitié, est notée ainsi que vers le Maroc et la France. Cette baisse est due en partie au nouveau coronavirus.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Tunisie #Exportations #Dattes

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Une vidéo montrant des tomates en provenance du Maroc sur les rayons d’un supermarché en France fait jaser

La vidéo diffusée sur les réseaux sociaux où un agriculteur français dénonce les importations des produits étrangers suscite la colère des producteurs français



Les grandes surfaces se vantent de soutenir la production locale en ces temps de pandémie liée au Coronavirus. Et pourtant, sur le terrain, ce n’est pas ce qui se fait voir. “on trouve des légumes du Maroc ou d’Espagne à St-Pol de Léon dans le magasin où Emmanuel Macron est venu saluer le monde agricole”, selon un agriculteur du Nord-Finistère. A côté des tomates marocaines, des brocolis ou des haricots verts d’Espagne. Selon lui, il y a tromperie sur l’origine des légumes puisqu’un seul panneau indique “France” pour les tomates par exemple. Ce qui ramène le débat autour de l’étiquetage des produits agricoles. Toutefois, ces accusations si on peut dire “sans fondement” ne sont pas au goût de tout le monde. Certains y voient une mauvaise foi. Selon une ancienne chef de rayon, « il ne montre qu’une part de la réalité. C’est vrai, il y a des tomates du Maroc. A un prix si bas… à cette saison, c’est impossible de faire autrement. Mais juste à côté il y a des tomates bretonnes. Qui ne sont pas montrées dans la vidéo”. “En ce moment, si on faisait un rayon de légumes uniquement avec des produits français, il n’y aurait pas grand chose…”



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Tomates #France #Agriculture #Agroalimentaire

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La Mutuelle agricole marocaine d’assurances (MAMDA) verse près de 200 millions de dirhams (MDH) à plus de 10.000 agriculteurs

L’objectif est de venir en aide aux agriculteurs des zones touchées par la sécheresse au niveau de la province de Rehamna, selon la direction provinciale de l’Agriculture à Rehamna.



Le directeur provincial du ministère de l’Agriculture à Rehamna a souligné que la superficie assurée au niveau de la province est d’environ 247.480 ha, et est au profit de 10.285 bénéficiaires, avec une enveloppe budgétaire de près de 200 MDH. La MAMDA a ainsi lancé l’opération de versement des indemnisations destinées à plus de 10.000 agriculteurs liés par un contrat d’assurance multirisque avec elle le 24 avril dernier profitant aux exploitants agricoles des différentes zones de la province sinistrées au titre de la campagne agricole 2019-2020. Pour rappel, la MAMDA avait annoncé le déploiement avec deux mois d’avance du dispositif d’indemnisation pour préjudice subi par les agriculteurs concernés au titre de la campagne agricole 2019-2020, eu égard au contexte particulièrement difficile lié au Covid-19 et à la sécheresse, et prenant en considération l’arrivée du Ramadan.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #MAMDA #Aides_Aux_Agriculteurs_

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Les fruits et les légumes marocains vont à la conquête des marchés en Afrique de l’Ouest

C’est une nouvelle tendance qui se dessine pour l’agriculture marocaine. Alors que les marchés européens ont été indécis, même si finalement les exportations sont continues, les exportateurs marocains n’ont pas perdu du temps pour trouver de nouveaux marchés.



Une forte demande provenant d’Afrique de l’Ouest s’est fait ressentir avec une hausse des exportations enregistrées vers ces pays frères. Le président de l’association marocaine des producteurs de pommes de terre a déclaré que la demande des pays d’Afrique de l’Ouest reste concentrée sur les fruits et légumes marocains, et que la reprise des exportations à travers la route d’El Guergarat des produits alimentaires agricoles marocains est une aubaine. Le Mali est le pays qui apprécie le plus les produits marocains en étant l’un des marchés importateurs les plus importants de produits agricoles marocains. Hormis la qualité, ce sont également les prix qui sont attractifs et ne dépassent pas les 7 dirhams le kilogramme par exemple pour la pomme de terre, nous indique la même source.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Agriculture #Fruits #Légumes #Exportations

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Pour le développement de l’aquaculture au Maroc, la FAO et le Ministère de l’agriculture du pays pilotent ensemble un projet à plus de 2,5 milliards de dollars

Le projet vise la mise en place d’une station de démonstration/formation pour la production des poissons.



Né d’un partenariat entre le Département de la Pêche maritime du MAPMDREF, l’ANDA, la FAO, et les ambassades de Norvège et des Pays-Bas au Maroc, ce projet d’un montant vise à répondre à une demande croissante d’assistance technique de la part des opérateurs aquacoles et à développer une main d’œuvre qualifiée pour la conduite des élevages prévus au large de l’Atlantique et de la Méditerranée. À terme, le projet prévoit l’installation d’une station de démonstration/formation pour la production de poissons et la conchyliculture au large de Sidi Ifni à travers un partenariat public-privé. Cette station servira de base pratique pour la formation de formateurs, ouvriers spécialisés et ouvriers qualifiés dans tous les métiers de l’aquaculture et sera conjuguée à des formations théoriques dans le Centre de Qualification Professionnelle Maritime (CQPM) de Sidi Ifni.



www.agrimaroc.ma

#Aquaculture #Maroc #Pêche





Pichon Gilbert

À Souss-Massa, le mot d’ordre est de continuer la production agricole et approvisionner les marchés

C’est ce qu’estiment les membres du bureau de la Chambre d’agriculture de la région en ces circonstances exceptionnelles



Le président de la Chambre appelle les membres du bureau à assurer l’encadrement des agriculteurs et investisseurs sur les démarches à suivre dans cette conjoncture. Le bureau de la Chambre a appelé les différents acteurs du secteur agricole à une meilleure collaboration et coopération pour faire face à cette situation exceptionnelle. Il appelle les autorités locales et les services concernés à coopérer, en facilitant le déplacement des agriculteurs et travailleurs aux fermes de production et leur octroyer les attestations nécessaires. En ce qui concerne le phénomène de surpâturage, le bureau a rappelé la nécessité d’intervenir en toute urgence pour stopper ce fléau qui nuit énormément au couvert végétal. Les membres du bureau ont relevé, aussi, l’importance de programmer de nouvelles quantités d’orge subventionnée dans les différentes provinces de la région Souss-Massa pour subvenir aux besoins des agriculteurs en cette matière.



www.agrimaroc.ma

#Aides_Aux_Agriculteurs_ #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

À Casablanca-Settat, l’opération de vaccination débuté en janvier dernier, se poursuit sur tout le bétail

Le cheptel de la région Casablanca-Settat est « en bonne santé » et fait l'objet d’un suivi de très près de la part de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) et des vétérinaires, rassure la Direction régionale de l’agriculture (DRA).



Il s’agit des bovins, ovins et caprins. Compte tenu de la faible pluviométrie qui a lourdement impacté les pâturages et les cultures fourragères, le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a donc mis en place un programme national de protection du cheptel basé sur la distribution d’orge subventionnée, au prix fixe de 2 DH/kg (200 DH/qt). Par conséquent, les éleveurs de la région de Casablanca-Settat, qui représente 11% environ du cheptel national, ont eu droit à une dotation globale de 250.000 tonnes. D’après des statistiques officielles, la région de Casablanca-Settat comptait, en 2019, quelque 2,2 millions de têtes de bétail, dont un effectif de 500.000 moutons « Sardi », soit 20% de l’effectif national de cette race, qui se trouve concentrée dans la province de Settat.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Santé_animale #Vaccination

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc mise sur l’innovation technologique pour son avenir agricole

Pour de nombreux professionnels du secteur agricole marocain, l’agriculture marocaine devra s’appuyer sur la digitalisation et des innovations locales pour lui permettre de continuer son développement.



Pour cela, AgriMaroc référence toutes les innovations technologiques nouvelles pouvant booster les agriculteurs du pays. Cette base sera actualisée en fonction des nouveaux projets qui viendront l’enrichir. Pour ceux qui sont détenteurs de projets innovant touchant le secteur agricole, en ce qui concerne le suivi parcellaire, les drones, la logistique, capteurs météo … ou tout autre projet, c’est le moment de contacter par mail Agrimaroc pour postuler.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Technologies_et_Innovations #Technologies_et_agriculture #Enquêtes

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Casablanca-Settat produira plus de 950.000 tonnes de légumes

Selon la Direction régionale de l’Agriculture, la production des cultures légumières dans la région de Casablanca-Settat devrait dépasser les 950.000 tonnes pour la campagne agricole 2019-2020.



La superficie globale programmée pour ces cultures atteint 33.000 Ha, précise la direction. Aussi, la superficie cultivée entre septembre 2019 et février 2020 a été de 22.540 Ha, soit une augmentation de 68%. La production des légumes durant cette période s’est chiffrée à 635.029 tonnes. L’approvisionnement des marchés en ces produits se poursuivra jusqu’à juillet prochain. La région de Casablanca-Settat se distingue par sa diversité en ces cultures notamment, les pommes de terre, tomates, carottes, oignons, courgettes, navets, pois chiches, piment, haricots verts, concombre, ail, betterave, chou cabus, chou-fleur, menthe, melon, pastèque, outre le persil, le coriandre et le céleri.



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Légumes

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

L’OCP a apporté son soutien aux coopératives marocaines dans la commercialisation de plus de 1.200 kilogrammes de quinoa

Le quinoa contient huit acides aminés essentiels et de nombreux micronutriments. Sans gluten, il contient deux fois plus de protéines que le maïs, l’orge et le blé. Conscient de ses valeurs nutritionnelles et de ses perspectives industrielles prometteuses, le Groupe OCP Site Gantour met un point d’honneur au développement de cette culture.



Un communiqué de l’OCP indique qu’à l’instar de l’action menée par le programme “Act4Community” pour la mise à niveau du travail coopératif et la promotion de la commercialisation des produits de terroir qui distinguent les coopératives à Youssoufia et à Rhamna, ledit programme a procédé aussi au soutien des coopératives féminines qui cultivent le quinoa et a œuvré à faciliter l’accès de ce produit aux institutions sociales et espaces commerciaux du Groupe. Le programme “Act4Community” joue un rôle dans la culture du quinoa au niveau des provinces de Youssoufia et de Rhamna, à travers le développement de nouvelles filières agricoles adaptées à la nature et aux ressources du territoire de Gantour, capables de résister aux changements climatiques et génératrices de la richesse et des emplois en milieu rural. Le programme “Act4Community” veut asseoir un système intégré autour de la filière de production du quinoa, à travers des initiatives concernant la recherche scientifique, l’expérimentation sur le terrain, la recherche de marchés, l’accès des organisations agricoles et des agriculteurs aux techniques et moyens de production du quinoa, entre autres.



www.agrimaroc.ma

#Quinoa #Maroc #Coopératives_Agricoles #Aides_Aux_Agriculteurs_

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Dans un sondage réalisé, l’irrigation serait la principale préoccupation des agriculteurs

L’irrigation est depuis plusieurs années une préoccupation majeure des agriculteurs du Maroc. La sécheresse des dernières années et la recherche de solutions nouvelles poussent les agriculteurs à s’informer continuellement sur le sujet.



D’après une enquête réalisée sur AgriMaroc, les agriculteurs sont principalement à la recherche d’informations sur la gestion de l’irrigation. En effet pour 19,63% des agriculteurs sondés ces dernières semaines, la question de l’irrigation est la principale problématique dont ils doivent faire face à fortiori ces dernières années. Si différentes alternatives sont apparues sur le marché marocain au fil des ans, l’irrigation reste la principale préoccupation des agriculteurs qui doivent lutter contre la raréfaction des eaux avec notamment des sécheresses de plus en plus régulières ces dernières années et la remise en question de certaines croyances. En tout cas politiquement il faut saluer la réponse apportée par le Plan Maroc Vert à travers des subventions qui a permis une avancée significative du Goutte à Goutte dans les fermes.



www.agrimaroc.ma

#Enquêtes #Agriculture #Maroc #Irrigation

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Le Maroc dispose de tous les atouts nécessaires à ce jour pour cultiver son propre thé

Avec des importations de plus de 77.000 tonnes, le Maroc est de loin le plus grand marché du thé chinois. Selon les statistiques du centre de commerce mondial, rien qu’en 2018, la Chine couvrait à hauteur de 97% les besoins du Royaume en thé. Toutefois, avec le coronavirus, serait-il judicieux pour lui de dépendre de la Chine en ce qui concerne sa boisson nationale ?

Le président de l’association marocaine des industriels du thé et du café, Mohamed Astaib, a confié qu’il est temps de diversifier les sources d’approvisionnement et rechercher de nouveaux fournisseurs dans d’autres pays comme le Kenya et l’Ouganda en Afrique, ou encore le Vietnam, le Siri Lanka et l’Indonésie en Asie. Mais à ce jour, avec le développement du secteur agricole, le Maroc dispose de tous les atouts nécessaires pour développer une culture de thé locale », affirme le président de l’association marocaine des industriels du thé et du café. Pour y arriver, il lance un appel au ministère de l’agriculture à s’engager dans ce sens et encourager cette culture.



www.agrimaroc.ma

#Thé #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Cours des marchés de produits agricoles et d’élevages au Maroc pour la période du 22 au 28 Avril 2020

Les marchés sont prêts à répondre aux besoins en produits agricoles des consommateurs pendant le mois sacré de Ramadan.



Selon la commission interministériel de suivi de l’offre, des prix et des opérations de contrôle qualité, les marchés sont prêts à répondre à tous les besoins des consommateurs attendus pendant le mois sacré de Ramadan et les mois suivants. Celui-ci a confirmé après sa réunion du 20 avril que les marchés disposent d’un stock suffisant de toutes les marchandises pour les mois à venir et a réitéré que les prix de la majorité des produits restent stables. Afin d’éviter toute spéculation, la ville de Casablanca a publié les prix de gros de quelques produits agricoles et d’élevage. En ce qui concerne les fruits et légumes, il s’agit entre autres des prix des tomates, des oignons, pommes de terre, courgettes, avocats, bananes, oranges.



www.agrimaroc.ma

#Cours_sur_les_marchés #Elevage #Agriculture #Maroc

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Au Maroc, les prix moyens des légumes ont continué par chuter par rapport à la semaine dernière

La Commission interministérielle chargée du suivi de l’approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle de la qualité a confirmé que les prix des légumes au Maroc poursuivent leur tendance à la baisse pour répondre aux besoins des citoyens pendant le mois sacré de Ramadan.



À la suite d’une réunion le 21 Avril, le département des Affaires Générales et de la Gouvernance du ministère de l’Économie a déclaré que l’approvisionnement est normal dans tous les marchés avec «tous les biens et produits et que l’offre couvre largement les besoins estimés pour les mois à venir». La déclaration a souligné la stabilité des prix de la majorité des produits agricoles et alimentaires de base sur les marchés marocains. De même, les prix moyens des légumes “ont poursuivi leur tendance à la baisse par rapport à la semaine dernière”. Alors que le taux d’oignon vert a atteint 6%, les prix des tomates ont baissé de 4% et les prix des pommes de terre ont chuté de plus de 3%. Le communiqué ajoute que l’offre actuelle de céréales et de légumineuses correspond à quatre mois de consommation, “sans tenir compte des quantités importées après suspension des droits de douane”.



www.agrimaroc.ma

#Cours_sur_les_marchés #Maroc #Légumes

www.agrimaroc.ma