Voir plus de contenu

ou


Bomboma Jean

Mouche des semis

Mesures préventives lors des cultures



Un semis tardif est préférable lors de printemps frais et humides pour diminuer les probabilités de dommages par la mouche des semis. Une densité de semis plus élevée permettrait aussi de compenser les pertes pouvant être causées par ce ravageur. De plus, il est recommandé d’effectuer un travail de sol avant le semis ou à l’automne afin de remonter les pupes à la surface du sol, les rendant plus vulnérables aux températures froides et aux ennemis naturels. Un semis peu profond permet aussi d’accélérer la germination et réduit les risques de dommages. La mouche des semis peut s’avérer un ravageur important de certaines cultures maraîchères et fruitières.

#Ravageurs #Mouche_des_semis



www.talkag.com

www.agrireseau.net

www.agrireseau.net




Bomboma Jean

Mouche des semis

Dépistage préventif lors des cultures



Il est conseillé de vérifier fréquemment la présence de larves sur les plants à plusieurs endroits dans les champs. En début de saison, préconisez les endroits où les graines n’ont pas germé. Une forte mortalité des plantules et des semis peut aussi être un indice de la présence de mouche des semis. Durant la saison, il est recommandé d'arracher quelques plants sur différents sites afin de vérifier la présence de larves sur les racines ou de galeries dans les tubercules. Le dépistage des adultes à l’aide de pièges collants jaunes peut aussi être utilisé afin de déterminer la nécessité d’effectuer un dépistage visuel des larves.

#Ravageurs #Mouche_des_semis



www.talkag.com

www.agrireseau.net

www.agrireseau.net




Bomboma Jean

Mouche des semis

Dégâts observés sur les graines jusqu’à la plante



Il est fréquent que les larves de mouche des semis pénètrent dans les graines en germination afin de se nourrir à l’intérieur de celles-ci. Elles peuvent aussi grignoter directement les cotylédons des plants. Par conséquent, elles détruisent souvent les germes et favorisent l’entrée de microorganismes pathogènes provoquant l'apparition de pourriture. Les semences en développement sont particulièrement à risque d’être attaqué lors de longues périodes de germination froides et humides. Des galeries sont parfois observables au niveau de la tige ou du collet des plantules. Les larves se nourrissent aussi des racines causant un dépérissement des parties aériennes et parfois la mort des plants. Les larves peuvent aussi creuser des galeries au niveau des tubercules, favorisant ainsi le développement de pourriture chez ces derniers.

#Ravageurs #Mouche_des_semis



www.talkag.com

www.agrireseau.net

www.agrireseau.net




Bomboma Jean

Mouche des semis

Dégâts observés dans plusieurs cultures au stade larvaire



La mouche des semis est une espèce très polyphage qui se retrouve dans plusieurs cultures, notamment les cultures maraîchères et fruitières. Les cultures les plus à risque sont, entre autres, le maïs, le soya, l’ail, le haricot, la tomate, la pomme de terre ainsi que plusieurs crucifères et cucurbitacées de même la fraise. C’est au stade larvaire que cette espèce cause des dommages. En effet, les larves se nourrissent de matière organique en décomposition, mais aussi de graines, de cotylédons, de tiges de plantules, de tubercules et de systèmes racinaires. Un grignotement au niveau du feuillage est aussi parfois observé dans certaines cultures

#Ravageurs #Mouche_des_semis



www.talkag.com

www.agrireseau.net

www.agrireseau.net




Bomboma Jean

Mouche des semis

Cycle de développement au stade d’hibernation



L’hibernation s’effectue au stade de pupe dans le sol, entre 7 et 13 cm de profondeur. Les adultes de mouche des semis de la première génération émergent tôt au printemps. Ils se mettent dès lors à la recherche de nourriture (souvent des fleurs) et d’humidité. Des centaines d’œufs sont ensuite pondus par les femelles à la surface de sols humides et riches en matière organique (engrais, débris de culture et mauvaises herbes) ou directement sur les tiges de plantes hôtes. Les œufs sont pondus seuls ou en masse regroupant une dizaine d’œufs. Les sols secs ou les sols trop humides sont évités pour la ponte. Une femelle peut pondre jusqu’à 100 œufs au cours de sa vie. Les œufs éclosent de trois à neuf jours après la ponte. Les œufs issus de la première génération d’adulte éclosent durant les mois de mai et juin. Le développement larvaire s’étale sur une période d’une à quatre semaines en fonction de la température. Trois stades doivent être traversés pour que la larve atteigne la maturité. Une fois son développement complété, la larve s’enfonce dans le sol et se transforme en pupe pour débuter une nouvelle génération ou pour hiberner. Si le stade de pupe n’est pas interrompu par une diapause hivernale, celui-ci s’étend sur une période de 7 à 14 jours dépendamment de la température.

#Ravageurs #Mouche_des_semis



www.talkag.com

www.agrireseau.net

www.agrireseau.net




Bomboma Jean

Mouche des semis

Cycle de développement



La mouche des semis produit de deux à quatre générations par année. Il est cependant difficile de préciser le nombre exact de générations en raison des émergences asynchrones. En effet, des adultes émergent tout au long de la saison chaude et donc, les différents stades de développement de l’insecte sont observables simultanément au champ. Selon la température, de 15 à 77 jours sont requis pour effectuer un cycle de développement complet (de l’œuf à l’adulte); la moyenne se situant entre 16 et 21 jours. La température minimale pour le développement serait de 3,9 °C.

#Ravageurs #Mouche_des_semis



www.talkag.com

www.agrireseau.net

www.agrireseau.net




Bomboma Jean

Mouche des semis

Description à l’âge adulte



A son âge adulte, la mouche des semis a une taille de 4,0 à 7,0 mm avec des yeux légèrement rougeâtres. Son Corps brun-grisâtre et son thorax recouvert de longues soies noires. Au repos, les ailes se chevauchent au dessus de l’abdomen. Il est difficile à la distinguer des autres espèces du genre Delia. L’identification de la mouche des semis n’est possible qu’à partir du stade larvaire et de l’adulte et des connaissances taxonomiques avancées sont requises pour y arriver. En effet, elle peut être confondue avec plusieurs autres espèces appartenant au genre Delia. Le recours à des spécialistes est fortement conseillé.

#Ravageurs #Mouche_des_semis



www.talkag.com

www.agrireseau.net

www.agrireseau.net




Bomboma Jean

Mouche des semis

Description de l’oeuf, la larve et la pupe



La taille de l’oeuf de la mouche des semis est d’environ 1,0 mm de long et 0,3 mm de large, de couleur blanchâtre et d’une forme allongée et fusiforme, légèrement courbé, avec un côté convexe et l’autre concave. La larve a une taille de 0,7 mm à l’éclosion et de 7,0 mm à maturité, corps blanc crème, sans patte (apode) ni tête (acéphale). Elle effilée à l’avant et plutôt tronquée à l’arrière et les pièces buccales noires observables au travers de la tête avec une extrémité de l'abdomen portant des tubercules non reliés à leur base. Pour la pupe, sa taille est de 4,0 à 5,0 mm de long et 1,5 mm de large et de couleur ovale brun rougeâtre; devient plus foncée avant l’émergence.

#Ravageurs #Mouche_des_semis



www.talkag.com

www.agrireseau.net

www.agrireseau.net




Bomboma Jean

Mouche des semis

Ravageurs



Dégâts de la mouche des semis



La mouche des semis est très polyphage. Elle peut se développer sur plus de 40 hôtes différents dont le haricot, le melon, le concombre, l’épinard, les céréales ou encore le maïs. Les larves creusent des galeries dans les graines, dans les bulbes ou à la base des plantules et des jeunes plants, entraînant une destruction des germes des graines ou des bulbes en cours de leur développement. Elles provoquent ainsi la pourriture du végétal, entraînant la destruction plus ou moins totale des semis ou des plantations. Les cotylédons sont rongés, le bourgeon terminal est détruit. Souvent, la plantule s'incurve, se déforme, reste en terre et pourrit.

#Mouche_des_semis

#Ravageurs

www.syngenta.fr

www.syngenta.fr




Bomboma Jean

Mouche des semis

Ravageurs



Cycle de développement de la mouche des semis



La durée du cycle varie avec la température (+10°C : 85 jours ; +20°C : 24-25 jours ; +25°C : 16-17 jours). L’activité de la mouche des semis démarre vers le mois de Mai. Elle est de 3 à 6 générations par an selon les régions. La femelle dépose plusieurs centaines d'œufs dans le sol, le plus souvent isolément. Elle préfère les sols humides, riches en matières organiques et fraîchement travaillés. L'évolution embryonnaire dure quelques jours. La larve se développe en 3 semaines. Elle s'alimente aux dépens des matières animales ou végétales en décomposition sur lesquelles elle peut effectuer la totalité de son développement. Très attirée par les graines en germination et les jeunes plants, elle y pénètre et creuse des galeries dans les cotylédons, les tigelles, les jeunes pousses avant leur sortie de terre. Les larves se nymphosent sous forme de pupes dans le sol à des profondeurs variables.

#Mouche_des_semis

#Ravageurs



www.syngenta.fr

www.syngenta.fr




Grosbois Bastian

Mouche des semis

Cycle de développement de la Mouche des semis



3 à 6 générations par an selon les régions. La mouche des semis est très polyphage. Elle peut se développer sur plus de 40 hôtes différents dont le haricot, le melon, le concombre, l’épinard, les céréales ou encore le maïs. La durée du cycle varie avec la température (+10°C : 85 jours ; +20°C : 24-25 jours ; +25°C : 16-17 jours). L’activité de la mouche des semis démarre vers le mois de mai. La femelle dépose plusieurs centaines d'œufs dans le sol, le plus souvent isolément. Elle préfère les sols humides, riches en matière organiques et fraîchement travaillés. L'évolution embryonnaire dure quelques jours. La larve se développe en 3 semaines. Elle s'alimente aux dépens des matières animales ou végétales en décomposition sur lesquelles elle peut effectuer la totalité de son développement. Très attirée par les graines en germination et les jeunes plants, elle y pénètre et creuse des galeries dans les cotylédons, les tigelles, les jeunes pousses avant leur sortie de terre. Les larves se nymphosent sous forme de pupes dans le sol à des profondeurs variables.

#Mouche_des_semis

www.syngenta.fr

www.syngenta.fr




Grosbois Bastian

Mouche des semis

Cycle de développement de Mouche des semis



La Mouche des semis est très polyphage (plus de 40 plantes-hôtes). Les sols humides, riches en matière organiques et fraîchement travaillés sont très attractifs pour la femelle qui y pond plusieurs centaines d'oeufs le plus souvent isolément. La présence d'un végétal n'est pas nécessaire. L’évolution embryonnaire dure quelques jours. La larve se développe en 3 semaines et s'alimente aux dépens des matières animales ou végétales en décomposition. Très attirée par les graines en germination et les jeunes plants, elle y pénètre et creuse des galeries dans les cotylédons, les tigelles, les jeunes pousses avant leur sortie de terre. Quand la plante est plus développée, ses tissus sont trop durs pour qu'elle soit attaquée et la période dangereuse n'excède pas 3 à 4 semaines.

Les larves se nymphosent sous forme de pupes dans le sol à des profondeurs variable

3 à 6 générations peuvent se succéder dans l'année selon les régions. La durée du cycle varie avec la température (+10°C : 85 jours; +20°C : 24-25 jours; +25°C : 16-17 jours).

Les pupes hivernent dans le sol et les adultes apparaissent dès la fin de l'hiver et surtout au printemps et sont présent toute l’année en régions méridionales.

#Mouche_des_semis

www.quick-agro.fr

www.quick-agro.fr