Voir plus de contenu

ou


Traore Phénix Mensah

Contreperformance dans la transformation de la noix de cajou au Mozambique



L'Association mozambicaine des industries de la noix de cajou (AICAJU) a averti que moins de 35000 tonnes de noix de cajou seront transformées dans les usines mozambicaines cette année, soit 33% de moins que les 52000 tonnes transformées l'année dernière.



L'AICAJU note que le Mozambique compte moins de dix usines de transformation en activité et que certaines d'entre elles cesseront leur transformation au milieu de cette année, probablement en août, faute de matières premières. La contreperformance s’explique par un environnement des affaires difficile aussi bien à l’interne que sur le segment de l’exportation. Sur le plan intérieur, les acteurs locaux peinent à s’approvisionner en matières premières en raison d’une forte concurrence des acheteurs asiatiques. Il y a eu une baisse continue de la transformation du cajou mozambicain ces dernières années. L'AICAJU indique que 60000 tonnes de noix ont été transformées en 2018.

À l’international, le principal débouché de l’industrie à savoir l’Inde a augmenté l’année dernière, les droits à l’importation sur les amandes de cajou transformées de 45 à 70 %. Cette situation qui limite la concurrence étrangère sur le marché indien compromet le développement des exportations mozambicaines de noix semi-transformées vers cette destination phare.

L'an dernier, l'Inde a augmenté sa surtaxe sur les noix de cajou transformées importées de 45 à 70 pour cent. Selon l'AICAJU, cela "a encore accru le pouvoir d'achat et la capacité d'influencer les marchés des propres industries indiennes". En bref, les industries mozambicaines ont du mal à vendre des noix de cajou au marché indien, tandis que les industries indiennes récupèrent des milliers de tonnes de noix brutes auprès des agriculteurs mozambicains, à des prix que les usines de transformation mozambicaines ne peuvent pas concurrencer. À cela s'ajoute l'impact de la pandémie de Covid-19. Le prix des noix de cajou a baissé de plus de 15% depuis le début de la crise de Covid-19, et de 25% par rapport aux prix de l'an dernier.

L'AICAJU a également appelé le gouvernement à aider les agriculteurs à développer le verger de noix de cajou, "sinon la production subira une forte baisse, avec pour conséquence un impact sur les revenus de plus de 1,4 million de ménages qui dépendent des noix de cajou".

Naguère florissante, la filière mozambicaine a été mise à mal par la guerre civile puis par un plan de "soutien" controversé de la Banque mondiale. Patiemment, le gouvernement de Maputo a redressé le secteur et veut désormais lui rendre sa place parmi les principaux producteurs mondiaux.

#Transformation #Noix_de_cajou #Mozambique #AICAJU



SOURCE: www.agenceecofin.com



LIRE AUSSI: Noix de cajou au Mozambique: Le pays veut diversifier les marchés d’écoulement de sa noix de cajou=> www.talkag.com





Traore Phénix Mensah

L’exécutif de la Guinée Bissau veut assurer le financement de la campagne de commercialisation des noix de cajou en 2020



Selon l’annonce du ministre des Finances de la Guinée Bissau, Aladje Mamadu Fadia, le gouvernement va mettre à la disposition des opérateurs économiques 15 milliards de FCFA (environ 25 millions de dollars américains) pour financer l'achat des noix de cajou aux producteurs.



Le gouvernement bissau-guinéen a signé des accords avec cinq banques commerciales qui vont financer "leurs clients qui opèrent dans le secteur de la commercialisation et de l'exportation des noix de cajou". Pour chacune des cinq banques, le gouvernement a mis à leur disposition un montant de 3 milliards de FCFA , montant qui sera remboursable dans un délai de neuf mois assorti d’un taux d’intérêt de 2%. Ce prêt permettra aux banques de disposer d’une certaine liquidité pour financer la campagne et donc l’achat des noix de cajou par les opérateurs. Il faut souligner que la noix de cajou est la première source de devises du pays et que près de 80% de la population est dépendante des revenus générés par la noix de cajou; le pays est le cinquième producteur mondial. En 2019, le pays a exporté environ 200.000 tonnes vers l'Inde, le Vietnam et la Chine. Selon le représentant des cinq banques, le financement mis à disposition par le gouvernement ne sera libérable que dans le respect de certains "critères de recevabilité", à savoir que l'opérateur n'a pas de dettes, dispose d’un contrat d'achat et de vente pour son produit, dispose de la logistique, entre autres. Cette année, le prix de référence de la noix de cajou a été fixé à 375 FCFA le kilo et les taxes sur l’exportation de noix de cajou brute ont été réduites. La campagne de commercialisation des noix de cajou se déroule habituellement d’avril à septembre mais cette année la pandémie du Covid-19 et la proclamation de l'État d’urgence jusqu’au 11 mai a retardé l’ouverture officielle de la campagne.

#Financement #Commercialisation #Noix_de_cajou #Guinée_Bissau #Covid_19



LIRE AUSSI: Le Nigeria devrait perdre plus de 160 millions de dollars en exportations de cacao et de noix de cajou en 2020=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Le Nigeria devrait perdre plus de 160 millions de dollars en exportations de cacao et de noix de cajou en 2020.



Les exportations agricoles comme les exportations de cacao, de sésame et de noix de cajou devraient souffrir, en raison de la pandémie qui a bloqué les économies des nations du monde entier.



Une baisse des exportations de plus de 100 millions de dollars est attendue dans le secteur du cacao en raison de la baisse des prix, qui peut être attribuée à la baisse de la demande en Europe. Bien que les exportations de sésame soient susceptibles de se montrer plus résistantes en raison d'une baisse plus faible des prix et de marchés d'exportation plus diversifiés, les exportations de noix de cajou devraient perdre 60 millions de dollars. Ceci est attendu en raison des conseils de la Vietnam Cashew Association aux entreprises du pays à examiner attentivement avant d'importer des noix de cajou brutes. les exportations des trois produits de base (cacao, noix de cajou et sésame), en 2018, ont généré des recettes en devises d'environ 800 millions de dollars pour le Nigéria, ce qui signifie qu'elles représentaient plus de 70% de toutes les exportations agricoles. Mais pour l'épidémie de COVID-19, le produit des produits de base subirait des revers d'ici la fin de 2020. Environ 280 000 tonnes métriques de fèves de cacao sont produites chaque année au Nigéria, et environ 90% de celles-ci sont exportées. Cela signifie que l'impact du développement se ferait davantage sentir sur le cacao, car il est particulièrement vulnérable. Bien que le changement de prix observé pour les graines de sésame n'ait pas été aussi radical que le cacao, la valeur a également chuté de 60 $ la tonne, passant de 1,270 $ à 1 210 $ / tonne. De leur côté, les exportations de noix de cajou ont augmenté après que le NEPC a ciblé l'augmentation de la production au Nigéria. Pour les noix de cajou brutes et semi-transformées, les exportations vont presque entièrement au Viet Nam et à l'Inde. Cela expose le Nigéria à un risque majeur si ces deux pays choisissent de limiter leurs importations de noix de cajou brutes et semi-transformées, en raison des craintes d'une baisse de la demande pour le produit final. Le Nigerian Export Promotion Council (NEPC) a montré que le secteur des exportations agricoles est à risque majeur suite à la pandémie de COVID-19, car les produits mentionnés ci-dessus et d'autres devraient connaître une accalmie en 2020. Assurant les Nigérians de son engagement, le NEPC a expliqué que ses efforts dans relever les défis logistiques auxquels sont actuellement confrontées les exportations et promouvoir la diversification des exportations agricoles du pays.

#Exportation #Cacao #Noix_de_cajou #Sésame #Nigeria



LIRE AUSSI: L’exportation de cacao au Nigeria impactée par le Covid-19=> www.talkag.com



SOURCE: nairametrics.com

nairametrics.com




Traore Phénix Mensah

Les amandes de cajou semblent plus que résister à la pandémie du Covid-19



Il y a quelques semaines l’on pouvait remarquer un manque de dynamisme des transactions au niveau de la ferme car, côté producteurs, les prix proposés étaient trop bas et, côté acheteurs/exportateurs, leurs achats étaient réduits, optant pour la qualité. Le monde commence par sortir de sa léthargie et donc la demande en amande est belle.



Avec une demande soutenue, les prix des amandes s’apprécient. Les importations d’amande des deux principaux marchés, les Etats-Unis et l’Europe, sur les mois de janvier et février sont en hausse respectivement de 16,2% et 13,8% par rapport à la même période en 2019. Une tendance qui se poursuit sur le mois de mars si l’on prend les statistiques d’exportation du premier transformateur mondial, le Vietnam. En effet, selon les statistiques douanières, les exportations d’amande sont en hausse de 9% à 94 728 tonnes sur le premier trimestre 2020. Les augmentations les plus significatives se situent à destination du Canada (+57%), des Pays-Bas (+54%), de l’Allemagne (+39%), des Etats-Unis (+35%) mais aussi du Japon et des Emirats Arabes Unis mais les quantités sont moindres, de l’ordre de 1 000 tonnes contre 34 500 tonnes pour les Etats-Unis. En revanche, vers la Chine, qui fait partie des trois principales destinations des amandes vietnamiennes, les exportations ont chuté de 39% à 6 569 tonnes. Mais, il semble que les acheteurs chinois soient à nouveau présents sur le marché. Selon le spécialiste n’kalô, même si la hausse devrait rester modérée dans les prochaines semaines car les producteurs détiennent d’importants stocks et l’offre va rester importante au moins jusqu’à la mi-mai, une hausse de prix accentuée sur la fin de campagne semble de plus en plus probable.

#Demande #Amande #Noix_de_cajou #Covid_19



LIRE AUSSI: Le marché de la noix de cajou reprend après une perturbation due au Covid-19=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Le marché de la noix de cajou reprend après une perturbation due au Covid-19



La crise sanitaire a compromis le marché de la noix de cajou au grand dam de ses acteurs. Mais il y a trois semaines, les lignes bougent.



Rappelons que l’avènement de la pandémie du coronavirus a entre temps créée une psychose favorisant la volatilité au niveau du prix. À présent, selon n’kalô, la majorité des usines de transformation, en particulier au Vietnam et en Inde, ont repris leur activité provoquant une amélioration de la demande en noix de cajou brute africaine et des prix au niveau mondial et des producteurs locaux. En effet, dans plusieurs pays de la sous-région, au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Mali, le marché s’anime avec une concurrence accrue des acheteurs et dans certains cas les prix sont en légère hausse, s’approchant du prix minimum fixé au début de campagne. Ce n’est pas le cas en Côte d’Ivoire, où seul les achats de 200 000 tonnes dans le cadre du programme gouvernemental respectent le prix officiel de 400 FCFA le kilo. Les stocks chez les producteurs sont élevés et les besoins d’argent importants. Dans certains pays, comme la Gambie et le Sénégal, le marché est encore léthargique tandis qu’en Guinée Bissau, où l'État d’urgence est toujours en vigueur, la campagne de commercialisation n’a pas encore été ouverte officiellement.

#Marché #Noix_de_cajou #Covid_19



LIRE AUSSI: Au Sénégal l’initiative « le panier de la ménagère » lancée pour riposter contre le Covid-19: Un pont entre les producteurs de produits agricole et locaux avec les ménages=> www.talkag.com





SOURCE: www.commodafrica.com





Traore Phénix Mensah

Filière noix de cajou et coronavirus en Côte d’Ivoire: L’exécutif va racheter 200 000 tonnes de noix auprès des producteurs



Au même moment où la crise sanitaire sévit, les filières agricoles prennent un coup. C’est donc dans la perspective de sauver la campagne, que l’Etat ivoirien envisage racheter des mains des producteurs 200 000 tonnes de noix de cajou.



Enfin donc de permettre aux producteurs d’écouler leur stock dans un contexte de pandémie de coronavirus, le ministre ivoirien de l’agriculture a annoncé le projet du gouvernement d’acheter 200 000 tonnes au prix minimum garanti de 400 FCFA le kilogramme. Dans les faits, la pandémie du coronavirus a provoqué l’annulation voire le report des contrats de noix de cajou en Inde et au Vietnam, principaux pays d’importateurs. Ce qui a pour conséquence la baisse des prix internationaux. Selon le ministre, le coronavirus a conduit aujourd’hui à une paralysie quasi-totale de l’activité économique mondiale, entraînant ainsi une importante baisse des prix internationaux qui se situent actuellement entre 900 et 1100 dollars, soit en dessous du prix minimum CAF (1300 dollars). Pour rappel, la campagne de commercialisation a été lancée le 06 février 2020 avec un prix plancher fixé à 400 FCFA/kg pour une prévision de production de 800 000 tonnes de noix brutes de cajou. Actuellement, le prix d’achat se négocie entre 100 et 200 FCFA dans des zones de production et la commercialisation est même arrêtée dans certains endroits. L’opération sera pilotée par le Conseil Coton-Anacarde et le Groupement d’intérêt économique GIEPPA.

#Noix_de_cajou #Côte_d’Ivoire #Coronavirus



LIRE AUSSI: La plupart des usines de cajou sont en train de fermer, selon n'kalô=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Pichon Gilbert

La plupart des usines de cajou sont en train de fermer, selon n'kalô

Sur le marché international de la noix de cajou, la tendance reste baissière même si la consommation reste excellente en occident. La plupart des usines indiennes ou vietnamiennes ont fermé ou sont en train de se préparer à le faire



Dans sa lettre hebdomadaire d'information sur le marché de la noix de cajou, n’kalô explique "Les stocks d’amande disponibles à leur niveau sont soldés pour générer du cash mais très peu d’entre-elles acceptent de signer des contrats forward pour l’exportation au-delà du mois de mai". Les contrats de noix de cajou brute sont soit annulés, soit décalés, peut on lire dans le rapport, ce qui fait que les exportations sont pratiquement à l’arrêt. Certains exportateurs détenant des stocks proposent leur marchandise entre 800 $ et 1000 la tonne pour des expéditions en mai." La majorité des exportateurs comme des importateurs préfèrent surtout ne pas s’engager sur cette période incertaine, donc ces valeurs sont peu significatives", précise le spécialiste.



www.commodafrica.com

#Noix_de_cajou #Nkalô #Cours_sur_les_marchés

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou au Mozambique: Le pays veut diversifier les marchés d’écoulement de sa noix de cajou



L’Institut national de la noix de cajou (Incaju) du Mozambique est à la recherche de marchés alternatifs, y compris nationaux, pour surmonter le problème créé par le gouvernement de l’Inde. Or le pays est le principal marché de l’industrie avec plus de 70 % des expéditions de noix brutes



La démarche est contextée par le fait que l’Inde a augmenté la surtaxe à l’importation de noix de cajou de 45% à 70%.Au Mozambique, les autorités sont en quête de nouveaux marchés d’écoulement de la noix de cajou du pays. C’est ce qu’a indiqué Lúcia António, en charge de la division industrie à l’Incaju. D’après la responsable, les autorités étudient notamment les possibilités de promotion de l’utilisation de la noix sous forme de beurre ou de lait dans l’industrie agroalimentaire ou dans le domaine de la cosmétique. À côté de la recherche de marchés alternatifs, Mme Antonio indique que le gouvernement évalue l’option de la signature d’un accord commercial visant à écouler des noix de cajou brisées en Inde. D’après les prévisions de l’Incaju, le Mozambique devrait récolter 148 300 tonnes de noix de cajou en 2019/2020 contre environ 123 000 tonnes produites un an plus tôt. Rappelons aussi que l’Incaju a lancé récemment une campagne de distribution de plus de 2 millions de plants d’anacardiers dans la province de Nampula.

#Noix_de_cajou #Mozambique #Incaju



LIRE AUSSI:Filière noix de cajou: Subvention à hauteur de 87% des plants greffés d’anacardier à haut rendement en Côte d’Ivoire=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com





Traore Phénix Mensah

Filière noix de cajou: Subvention à hauteur de 87% des plants greffés d’anacardier à haut rendement en Côte d’Ivoire



La Côte d’Ivoire subventionne à hauteur de près de 87% des plants greffés d’anacardier pour la campagne 2020, informe dans un communiqué le Conseil du coton et de l’anacarde.



La production ivoirienne de noix de cajou a connu une évolution remarquable ces dernières années. Elle est passée de 235 000 tonnes en 2006, à plus de 738 000 tonnes de noix brutes de cajou en 2018. La production nationale a plus que doublé en une décennie. Les superficies totales plantées en anacardiers estimées à 500 000 ha en 2006, se situent à environ 1 350 000 ha en 2018. Pour garder son rang en matière de production de noix de cajou, le pays se doit de veiller à la revitalisation de ses plantations d’anacarde; d’où l’utilisation de plants greffés qui permet d’améliorer le rendement. Des plants greffés sont donc mis à disposition des producteurs et à toute personne intéressée par la culture de l’anacardier des plants greffés à haut rendement. Sur un prix unitaire de 750 FCFA , le plant greffé bénéficie d’une subvention de 650 FCFA , la contribution du bénéficiaire étant ramenée à 100 FCFA . Pour bénéficier de ces plants subventionnés, il faut d’abord être inscrit sur la liste des demandeurs de plants auprès du CNRA, de l’Anader (directions régionales et zones), des pépiniéristes, de la direction générale et des délégations régionales du Conseil du Coton et de l’Anader ; ensuite avoir une parcelle prête à recevoir des plants greffés (terrain nettoyé, sol préparé, trouaison réalisée selon les normes, etc.); enfin il faut être muni d’un bon d’enlèvement établit par la zone Anader de la localité où est située la parcelle, après la validation et le géo référencement du site.

Rappelons que pour 2019, la Côte d'Ivoire, premier producteur mondial, prévoyait une production de 800 000 tonnes (t) contre 761 000 t l’année précédente. Le pays a transformé 9 % de sa production soit 57 156 tonnes à fin septembre 2019, selon un rapport du ministère de l’économie des Finances. La transformation locale qui s’est située à 9 % à fin septembre 2019, correspondant à 57.156 tonnes transformées

#Rendement #Anacarde #Noix_de_cajou #Côte_d’Ivoire



LIRE AUSSI: Projet ANAGROCLIM: Créer un outil pour mieux maîtriser la production d’anacarde(Noix de cajou)=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com





Victor gnoatibe Victor

Région Centrale, Victor yempabe

#Noix de Cajou, Actuellement dans la centrale l'activité principale c'est l'achat vente de noix de Cajou





Traore Phénix Mensah

Projet ANAGROCLIM: Créer un outil pour mieux maîtriser la production d’anacarde(Noix de cajou)



Débuté en juin 2019, le Projet ANAGROCLIM vise spécifiquement à améliorer la connaissance du verger ivoirien et développer une méthodologie de prévision agroclimatique de la production d’anacarde de la Côte d’Ivoire.



Prévu pour finir en Juin prochain, le projet mené par le Conseil du Coton et de l’Anacarde de Côte d'Ivoire a le mérite de développer des outils permettant de mieux maîtriser la production d’anacarde par une meilleure connaissance des composantes de rendement de l’anacardier, notamment à travers la compréhension de sa sensibilité aux facteurs pédoclimatiques. L’exploitation du modèle agro-climatique de prévision de récolte devrait permettre à terme d'améliorer les connaissances sur les facteurs influençant le rendement de l’anacardier par une revue de la littérature et enquêtes/observations de terrain; d'améliorer la compréhension des pratiques paysannes actuelles et les effets des innovations qui influent sur la production; de prévoir la production d’anacarde selon les conditions météorologiques et la répartition et l’âge des plantations (géo-référencement à effectuer); d'améliorer le conseil agricole sur la production de l’anacarde; d'établir des stratégies de recherche variétale adaptées aux contextes locaux; d'étudier les effets des changements climatiques sur la production de l’anacarde et proposer des stratégies d’adaptation

#Projet #ANAGROCLIM #Anacarde #Noix_de_cajou #Côte_d’Ivoire

LIRE AUSSI:Phase pilote du projet de catégorisation des sociétés coopératives de café-cacao en Côte d’Ivoire=> www.talkag.com

SOURCE: www.nitidae.org





Traore Phénix Mensah

La noix de cola en Côte d'Ivoire: Innovation dans la technique culturale de la noix de cola



Le colatier est un arbre typiquement Africain, cultivé dans de nombreux pays du continent comme la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Cameroun mais aussi ailleurs comme en Jamaïque. La filière noix de cola a de l'avenir, c'est pourquoi en Côte d'ivoire, le Centre national de recherche agronomique (CNRA) a mis au point une technique innovante dans la culture de la noix de cola.



La Côte d'Ivoire est le premier pays exportateur de cola, produisant quelque 260 000 tonnes de noix par an dont 200 000 t exportées, générant un chiffre d'affaires estimé de plus de FCFA 100 milliards (€ 153 millions). Aujourd’hui, avec l’avènement sur les marchés de nouveaux produits à base d’extraits de la noix de cola et l’exploitation abusive des forêts avec pour corollaire la disparition des colatiers spontanés, on assiste à la création de plantations, de colateraies, la culture se substituant à la seule cueillette. Le CNRA dans l’optique de promouvoir la filière, a mis au point une technique innovante de germination rapide de la noix de cola et de production homogène des plants. L’information a été dévoilé à Divo lors d'un atelier autour du projet de « Diffusion de la technique de scarification de la noix de cola pour réduire la durée de la dormance et améliorer le taux de germination des semences en pépinière». Ce projet pilote en cours de démarrage, d'une durée de 18 mois, est financé par le Fonds compétitif pour l'innovation agricole durable (FCIAD). Pour la diffusion de cette technique innovatrice, 187 producteurs de cola, membres de coopératives agricoles, ont été choisis dans quatre régions :Agnéby (Agboville), Guemon (Douékoué), Lôh-Djiboua (Divo) et Nawa (Soubré). Des pépinières y seront créées pour produire le matériel végétal de base, explique Fraternité Matin. Selon le généticien du CNRA, Bosson Bouadou, avec la scarification des noix de cola, il est désormais possible de réussir des germinations rapides des noix en une semaine au lieu de 35 jours, et d'obtenir un jeune plant en trois mois. Au bout de six mois les plants peuvent être mis en terre. Ceci permet de densifier la culture et de raccourcir le cycle du colatier, qui passe désormais de 9 ans à 4 ans. Ceci permet de cultiver le colatiers en plantations de taille puisque leur cycle est plus homogène.

#Innovation #Germination #Noix_de_cola #Côte_d'Ivoire #CNRA

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Commercialisation noix de cajou au Togo: Quatre mesures pour la filière cette année



Selon les prévisions, 7 000 t de noix de cajou devraient être transformées, avant exportation. En outre, les autorités affirment vouloir développer la filière.Pour le lancement de la présente campagne de commercialisation, Quatres mesures ont été prise.



« Il nous appartient, en tant qu’acteurs, professionnels de nous lancer pour saisir ces opportunités qui nous sont offertes »; déclarait le ministre togolais de l’agriculture, lors du lancement de la campagne de commercialisation du cajou. Le décor ainsi planté, le prix bord champ est fixé cette année à 325 FCFA le kilo, soit en très forte baisse par rapport aux 400 FCFA de l'année dernière.D'autre part, le patron du Conseil interprofessionnel de la filière anacarde (Cifat), Komla Mawuko Gozan, a souligné mettre sur le marché cette année 25 000 t de noix de cajou brutes contre 24 000 t en 2019. Sur la période 2017-2019, rappelle-t-il, la production est passée de 15 000 t à 22 000 t, soit une progression d’environ 47 %. Avec l’évolution notée de 22 000 à 25 000 t sur la campagne 2019-2020, c’est une croissance d’environ 14% qui est enregistrée. Troisièmement, chaque préfecture devrait recevoir du gouvernement 1,5 milliard FCFA (€ 2,3 millions) afin de dynamiser la filière anacarde sur la campagne 2020. La gestion de ces sommes est confiée au Mécanisme incitatif de financement agricole basé sur le partage de risques (MIFA), précise notre confrère.

#Commercialisation #Noix_de_cajou #Togo



LIRE AUSSI: Les investissements étrangers dans l’industrie de la transformation sur le continent du noix de cajou=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com





Bomboma Jean

Les noix de cajou seront commercialisés et transformés au Togo

Il faut rappeler que bien que les noix de cajou seront commercialisés mais aussi il y aura de la transformation. Selon les prévisions, 7 000 t de noix de cajou devraient être transformées, avant exportation.



Rappelons qu’une mesure fiscale incitative a été adoptée en novembre 2018 pour promouvoir la transformation de ce produit. Si au cordon douanier, il est prélevé 40 FCFA par kg sur les noix de cajou brutes, c’est seulement 5 FCFA qui devraient être perçus sur le kg de la noix de cajou transformée. Pour permettre à une bonne transformation, les responsables de cette campagne de noix de cajou informent les producteurs qu’on ne va plus importer pendant un bon moment en vue de s’approvisionner suffisamment en matière première.

#Togo #Commercialisation #Transformation #Noix_de_cajou



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.togofirst.com

www.togofirst.com




Bomboma Jean

25 000 t de noix de cajou sur fond de progression seront commercialisées au Togo

D’après les propos de Togo First, Le Conseil Interprofessionnel de la Filière Anacarde du Togo (CIFAT) a dévoilé le volume de noix de cajou brut qu’il met sur le marché, au titre de la campagne 2020.



Selon le président du conseil d’administration de la faîtière soit 25 000 t, au prix bord champ de 325 F le kg. Cette annonce a été faite lors du lancement à Lomé plus précisément au Togo de la campagne de commercialisation de la noix de cajou. Donc depuis 2017, cette filière ne cesse de prendre de l'ampleur en progressant dans sa commercialisation du noix de cajou, c’est une croissance d’environ 14% qui est enregistrée.

#Togo #Commercialisation #Noix_de_cajou



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.togofirst.com



www.togofirst.com




Traore Phénix Mensah

Projet ACAMOZ au Mozambique: Renforcer la chaîne de valeur noix de cajou



Le projet ACAMOZ qui a débuté en octobre 2018 et prendra fin en décembre 2021 vise a renforcer la chaîne de valeur noix de cajou afin d’accroître le revenu des petits producteurs et préserver les ressources naturelles dans un contexte institutionnel renforcé et plus transparent dirigé par INCAJU.



D’un coût de 2 000 000 €, le projet bénéficie 5 000 intervenants de la chaîne de valeur cajou. Spécifiquement dans un premier temps, il vise à renforcer INCAJU pour une meilleure intégration de la chaîne de valeur cajou au marché international au travers, notamment, de la mise à disposition d'une information de marché fiable et transparente. Dans un second temps, il permet d'augmenter la compétitivité et la durabilité environnementale et sociale de la production de cajou au Mozambique par le biais d'un projet pilote autour de la Réserve Nationale de Gilé en Zambézie. Le diagnostic des besoins pour la mise en œuvre du SIM; l'élaboration du protocole SIM; le renforcement des capacités des points focaux Incaju pour la mise en œuvre du SIM; la mise en œuvre du SIM dans les trois provinces du nord du pays; le diagnostic du cadre institutionnel et juridique et des capacités de transformation au Mozambique; l'élaboration des recommandations et restitution de l'étude; la préparation au renforcement du dialogue interprofessionnel; l’animation du dialogue interprofessionnel; la formalisation du dialogue interprofessionnel; l’identification des zones d'intervention et des bénéficiaires autour de la Réserve Nationale de Gilé; la structuration et soutien aux groupements et associations de producteurs autour de la Réserve; le soutiens aux petites unités de transformation autour de la Réserve…; sont entre autres les activités menées.

#Projet #ACAMOZ #Mozambique #chaîne_de_valeur #Noix_de_cajou



LIRE AUSSI: Projet FORECO: Reforestation avec filières innovantes pour la forêt et l'économie locale du Mali=> www.talkag.com



SOURCE: www.nitidae.org

www.nitidae.org




Traore Phénix Mensah

Projet FORECO: Reforestation avec filières innovantes pour la forêt et l'économie locale du Mali



AMASSA (Afrique Verte Mali) en partenariat avec l’Union européenne ( UE) veulent améliorer le couvert forestier de la Région de Ségou, sa protection et l’économie liée à la forêt.



Débuté en mai 2019 pour finir en avril 2023, le projet a pour objectif spécifique d’assurer la reforestation d’espèces d’arbres qui ont, avant tout, une logique économique (noix de cajou, gomme arabique, beurre de karité, fruits, bois d’œuvre, bois-énergie…); d’augmenter l’attrait pour la forêt grâce à une meilleure mise en marché des produits et services de la forêt (amélioration des pratiques, information de marché, mise en relation…). Il est question de faire des diagnostics participatifs et élaborer un plan d’action forestier pour chacune des 20 communes. Faire une analyse cartographique pour l’identification des zones de reboisement /protection prioritaires et faire le suivi de la couverture forestière. Faire un accompagnement des communes et des exploitants forestiers à la reforestation et à la préservation des forêts menacées sur 640 ha (dont 500 ha en pure). Procéder à la formation des 14 communes et de 3500 producteurs de PFNL et/ou exploitants forestiers à la gestion forestière, la planification territoriale, les techniques de plantation, la cueillette et la commercialisation des PFNL. Faire le monitoring forestier et carbone, suivi-évaluation et capitalisation / Animation du cadre de concertation des CCOSAD et CLOCSAD. Élaborer une Notice d’Impact Environnemental et Social.

#Projet #FORECO #Noix_de_cajou #Gomme_arabique #Karité



LIRE AUSSI: Projet Cocoa4Future: Un projet de recherche sur la filière cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana=> www.talkag.com

SOURCE: www.nitidae.org

www.nitidae.org




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou au Burkina Faso: La Campagne de commercialisation 2020 ouverte



Sous le thème « Développement durable de la filière anacarde au Burkina Faso : défis et perspectives de la régulation »; la campagne de commercialisation 2020 de noix de cajou au Burkina Faso a débuté samedi 29 février, à Orodara.



Troisième produit agricole d’exportation après le coton et le sésame, l’anacarde est une filière qui contribue à la réduction de la pauvreté et se présente aujourd’hui comme un produit à fort potentiel économique pour les zones productrices et pour le Burkina Faso. En 2018, les données de la Balance Commerciale du Burkina Faso montrent que l’exportation de ce produit a généré 117,11 milliards contre 99,56 milliards de francs CFA en 2017 soit un accroissement de 15 %. Pour cette campagne 5e du genre, selon les acteurs de la filière de l’anacarde, le thème choisi est en phase avec les orientations du gouvernement d’assainir le marché national et de veiller à la qualité des produits. En effet, le gouvernement, à travers le département en charge du commerce, a entrepris des actions de structuration et d’accompagnement des filières dont celle de l’anacarde. Le prix bord champ fixé à FCFA 330 le kilogramme. Premièrement, le gouvernement entend utiliser l’argent collecté entre 2018 et le 6 janvier 2020 pour consolider la filière. Il s’agit d’un prélèvement sur les exportations de noix de cajou brute de l’ordre de FCFA 25/kg, qui a rapporté près de FCFA 5,7 milliards (€ 8,7 millions). Deuxièmement, grâce à l’argent collecté, l’Etat a mis en place le Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA) -opérationnel depuis le 30 octobre dernier- il s’agit d’un établissement public à caractère économique destiné à accompagner les acteurs de la filière, et destiné à structurer la filière cajou du pays. Le maillon transformation des noix de cajou mobilise près de 11 000 emplois directs dont plus 92% est constituée de femmes. En ce qui concerne le maillon commercialisation, l’anacarde mobilise environ 10 000 personnes. A en croire le ministre en charge du commerce, la transformation est encore marginale, avec moins de 10% de la noix brute qui est transformée.

#Anacarde #Campagne #Commercialisation #Noix_de_cajou #Burkina_Faso



LIRE AUSSI: La part de l’Afrique dans l'offre mondiale en noix de cajou en 2019=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La part de l’Afrique dans l'offre mondiale en noix de cajou en 2019



Dans un marché en croissance et très dynamique, l’Afrique contribue à près de 60% de l'offre mondiale en noix de cajou en 2019.



Selon l’illustration du premier bilan de 2019 et au vu des chiffres compilés par le spécialiste n’kalô, la consommation mondiale d’amande de cajou est en progression de 12,3% par rapport à l’année 2018 et de 14,7% dans les pays non producteurs, qui représentent 64% de la demande en amandes de cajou. L’Afrique est un fournisseur majeur de noix de cajou brute. On parle souvent de l’importance du continent dans l’approvisionnement en cacao, mais l’Afrique a fourni près de 60% des noix de cajou brute avec en tête l’Afrique de l’Ouest représentant près de 51% de l’approvisionnement mondial, la production en Afrique de l’Est ayant fortement chuté à 277 000 tonnes en 2019, soit le même niveau qu’en 2016. La Côte d’Ivoire garde sa suprématie avec 900 000 tonnes produites en 2019, soit près de 24% de la production mondiale. En quatre ans, la production a gagné 175 000 tonnes. Suivent le Nigeria avec 270 000 tonnes, plus 85 000 tonnes par rapport à 2016, puis la Guinée Bissau mais avec une tendance à la baisse. Parmi des pays ouest-africains plus mineurs, on observe une forte progression en particulier au Bénin où la production est passée de 95 000 tonnes en 2016 à 155 000 tonnes en 2019, ou encore le Ghana plus 40 000 tonnes à 120 000 tonnes en 2019. Le Cambodge s’avère être un véritable concurrent de l’Afrique. En matière d’amandes de cajou, la transformation progresse en Afrique de l’Ouest et mis à part le Vietnam, les pays ouest-africains enregistrent les plus belles progressions. En effet, alors qu’elle stagne voir baisse en Afrique de l’Est, la transformation des noix de cajou en Afrique de l’Ouest a progressé de près de 70% en quatre ans. Avec 129 500 tonnes d’amandes de cajou en 2019, l’Afrique de l’Ouest est presque en phase de ravir la place du troisième transformateur mondial, le Brésil, qui a produit 140 000 tonnes d’amandes.

#Afrique #Offre #Noix_de_cajou

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Le prix d'achat au producteur de noix de cajou au Bénin a été fixé



Pour la campagne de commercialisation de la noix de cajou 2019/20 qui s'ouvrira le 19 mars pour prendre fin le 31 octobre; le prix d’achat au producteur à été fixé en conseil des ministres du 19 février 2020.



325 FCFA le kilo c’est en effet le prix fixé pour la campagne de commercialisation avenir de la noix de cajou au Bénin. Ainsi, en deux campagnes, le prix au producteur a été divisé par deux puisque l'année dernière, il a été abaissé de 650 FCFA sur la campagne 2017/18 à 400 FCFA sur 2018/19. Selon le communiqué, et ajustement des prix par rapport à la campagne écoulée vise à préserver aussi bien les intérêts de la filière que de ses animateurs à qui il est demandé de continuer à mettre en oeuvre les meilleures pratiques en matière de culture, de vente groupée et d'utilisation d'instruments de mesure certifiés. Le gouvernement a rappelé à cette occasion "l'interdiction des sorties frauduleuses des noix du territoire national et de la perception de taxes autres que celles prévues par la loi de finances, exercice 2020." Le ministère béninois de l'Agriculture, de l'élevage et de la pêche a rappelé que la noix d'anacarde représente la deuxième culture d'exportation du Bénin après le coton. Sa production a été d'environ 150 000 tonnes de noix brutes en 2018. L'objectif est d'atteindre 171 000 tonnes durant cette campagne qui va s'ouvrir.

#Prix #Noix_de_cajou #Bénin



LIRE AUSSI:La Côte d'Ivoire : création d’une zone de transformation de matières premières dont le cajou à Yamoussoukro=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com





Bomboma Jean

La Côte d'Ivoire : création d’une zone de transformation de matières premières dont le cajou à Yamoussoukro

La Côte d'Ivoire va créer un espace à Yamoussoukro dédié à la transformation des matières premières, dont la noix de cajou, et invite les industriels et investisseurs à y venir, a indiqué vendredi le ministre du Commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba, a l'occasion de la 6e édition de la Convention mondiale du cajou.



«C’est une zone qui couvre une superficie globale de 750 hectares, située sur l’axe Yamoussoukro-Sinfra, à seulement 2 heures d’Abidjan et proche des zones de production. Sur cette zone, une parcelle 250 ha a déjà fait l’objet de morcellement », a-t-il souligné alors qu'il conviait ses hôtes à visiter la zone samedi. De nombreux opérateurs ont manifesté leur choix de s’y implanter et plusieurs approbations par son administration sont déjà effectives, précise le communiqué gouvernemental. Les aménagements sont en cours comme la voirie et les réseaux divers, l'eau, l'électricité et télécommunications. Rappelons que la Côte d’Ivoire est le premier pays producteur mondial de noix de cajou, avec environ 700 000 tonnes. Il ambitionne de transformer au moins 50% de sa production au cours des prochaines années.

#Yamoussoukro #Matières_Premières #Noix_de_cajou



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Agroindustrie en Afrique: OLAM scinde en deux son portefeuille de produits



S'inscrivant dans l’optique de son étude stratégique effectuée l'année dernière qui a été suivie par l'élaboration d'un plan pluriannuel; Olam scinde en deux ses activités agroindustrielles.



Lancé en 1989 au Nigeria, avec un capital de 100 000 dollars dans le but d’exporter des noix de cajou vers l’Inde, Olam est aujourd’hui un géant mondial de l’agroindustrie, présent dans 65 pays. Olam est détenu à 50% par l'investisseur étatique singapourien Temasek Holdings et pour près de 17% par la maison de trading japonaise Mitsubishi. A la base de cette décision de scinder, les Crédit Suisse et Rothschild qui ont conseillé Olam. Un conseil visiblement bien reçu par les marchés : son action était en hausse de 0,5% lundi alors que la place boursière baissait, globalement, de 0,26%. En effet, selon la déclaration faite lundi, une unité, Olam Food Ingredients (OFI), comprendrait le cacao, le café, les noix, les épices et les produits laitiers, et l'autre, Olam Global Agri (OGA), couvrirait les céréales et l'alimentation animale, les oléagineux, le riz, le coton et les services financiers touchant aux commodities.



#Agroindustrie #Cacao #Café #Céréales #Noix #Palmiers_à_Huile



Source: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Production de noix de cajou: Chute probable de la production de noix de cajou au Nigeria et au Bénin





Selon le service de conseil commercial N’Kalô, l’inquiétude se propage au Nigeria et au Bénin face à des pluies toujours présentes. Or en général, les pluies semblent s’être arrêtées ces derniers temps dans la majorité des zones de productions de noix de cajou en Afrique de l’Ouest. Une météorologie favorable qui permettra la floraison dans de bonnes conditions.



Une baisse de la production est envisageable au Nigeria et au Bénin, alors que dans le même temps, on devrait s’attendre à une croissance de la production dans le reste de l’Afrique de l’Ouest. En effet dans ces deux pays, La pluie tombe toujours, freine la floraison et endommage les anacardiers déjà en floraison. Bien qu’aucun pronostic ne puisse être réalisé à ce stade de la production, il est envisageable que cette situation puisse avoir des retombées sur la production. Il est à noter que cette situation inquiétante n’a pas été intégré par le marché jusqu’à présent. En Afrique, la Tanzanie a déjà entreposé 100 000 tonnes dans les magasins officiels et que 75 000 d’entre eux ont déjà été vendus et les prix sont en légère hausse. Au Mozambique, la situation inquiète les transformateurs pendant que dans le même temps la commercialisation s’intensifie. En effet, les transformateurs du pays s’inquiètent des prix payés par certains exportateurs nettement au-dessus des prix pratiqués sur le marché international. Ils soupçonnent ces exportateurs de faire passer des marchandises par la Tanzanie ou de ne pas payer la Taxe sur l’exportation de noix de cajou brute (Sobretaxa). Ainsi, les transformateurs s’inquiètent de la généralisation d’un prix trop élevé qui ne leur permettrait plus d’acheter les marchandises et de travailler par la même occasion. Sur le marché international, la demande d’importation d’amande de cajou ralentie sur les marchés occidentaux. Les stocks des importateurs sont désormais prêts à faire face aux fêtes de fin d’année.

#Production #Noix_de_cajou #Nigeria #Bénin

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com





Traore Phénix Mensah

Noix de cajou en Côte d'Ivoire: Des avantages fiscaux renforcés pour les transformateurs de noix de cajou





En Côte d'Ivoire, les députés membres de la Commission des affaires économiques et financières (Caef) ont adopté trois projets de loi dont l'un sur la transformation de la noix de cajou.



Plus précisément, il s'agit de modifier l’ordonnance portant Code des investissements pour accorder sur une durée de cinq ans, des mesures spécifiques pour booster le processus de transformation locale des noix de cajou, souligne le communiqué ministériel. Sur le plan douanier, il est prévu entre autre l’application de l’exonération des droits de douanes telle que prévue par le code des investissements en phase d’implantation. Au titre des avantages fiscaux pour les sociétés déjà en exploitation, il est prévu notamment l’octroi du titre du développement d’activités, d’un crédit d’impôt aux sociétés transformatrices de noix de cajou qui réalisent des investissements pour l’accroissement des capacités et le renouvellement de leurs lignes de production. Le gouvernement avait déjà annoncé dans cette optique, en 2018, une prime à la transformation ainsi qu’une attribution de 15% de la récolte totale de noix de cajou aux acteurs locaux de la transformation.

#Noix_de_cajou #Côte_d'Ivoire

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Transformation de noix de cajou en Guinée: Un protocole d’accord sur le financement du projet d’Activité de développement agricole de Siguiri (SADA)





Un protocole d’accord a été signé entre l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID) et la compagnie minière AngloGold Ashanti Mining, financera le projet « Activité de Développement Agricole de Siguiri (SADA) ».



La production de noix de cajou en Guinée s’élève à 70 000 tonnes et devrait être portée à 220 000 tonnes d’ici 2025 grâce au programme gouvernemental d’appui et de distribution de semences. Le développement de la culture de la noix de cajou, est l’une des deux initiatives présidentielles, au côté du café, lancée depuis 2016. Dans cette perspective, le projet SADA a pour objectif de fournir aux communautés de Siguiri des moyens de subsistances durables et dans un an construire une unité de transformation pour l’anacarde à Siguiri. Le projet encouragera un engagement durable et à long terme du secteur privé en collaboration avec SAG, la filiale guinéenne de la société minière AngloGold Ashanti. SADA mettra en œuvre des activités pour améliorer la capacité du système de fourniture d’intrants et de services commerciaux en milieu rural pour les producteurs de noix de cajou. Le projet renforcera également la coopération et les liens entre les acteurs de la filière de la noix de cajou et créera un système de marché plus efficace en créant des opportunités économiques inclusives pour les paysans et la création d’emplois à différents stades de la chaîne de valeur de la noix de cajou. Plus précisément, chacune des parties signataires doit contribuer à hauteur de $ 1,5 million afin de financer la formation, l’encadrement, l’amélioration des méthodes de subsistances des producteurs locaux d’anacardes grâce à la fourniture d’intrants. Ce projet d’une durée de trois années vise d’abord les femmes et la jeunesse

#Transformation #Noix_de_cajou #Guinée

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Bilan de la campagne de commercialisation 2019 de noix de cajou en Côte d’Ivoire



L’incertitude générale qui planait sur la commercialisation de la production de 2019; en raison de la baisse des coûts au niveau international, qui faisait chuter drastiquement les prix de la noix de cajou; semble être dissipée.



Selon le porte-parole du Groupement des exportateurs et professionnels de produits agricoles (GIE-GEPPA), Gustave Kotchi, les prix qui étaient à leur plus bas niveau, sont repartis immédiatement à la hausse avec l’écoulement de toute la production nationale. Pour cette année 2019, le prix bord champ plancher a été fixé à 375 FCFA/kg de noix de cajou bien séchées, bien triées et exemptes de matières étrangères. Et la Côte d’Ivoire prévoyait une production de 800 000 tonnes contre 761 000 tonnes l’année précédente. En termes de volumes d’anacardes transformés, la Côte d'Ivoire a enregistré un peu moins de 69 000 tonnes de produits en 2018, en deçà des objectifs que le Conseil s’était fixé. Le régulateur envisageait de transformer notamment 100 000 tonnes. Cependant le volume transformé reste toutefois en progression par rapport à 2017 où le pays avait atteint 44 000 tonnes. En ce qui concerne sa politique de transformation en 2019, la filière s’est fixée comme objectif 130 000 tonnes, contre une capacité actuelle de l’ordre de 122 000 tonnes.

#Commercialisation #Noix_de_cajou #Côte_d’Ivoire

www.talkag.com

SOURCE: agenceecofin.com

agenceecofin.com




Traore Phénix Mensah

La filière noix de cajou en Côte d’Ivoire a connu un ajustement fiscal à l'exportation



Deux dispositions sur les noix de cajou ont figuré parmi les six projets de lois adoptés, mardi à Abidjan, par les députés membres de la Commission des affaires économiques et financières



Le Côte d’Ivoire est le premier producteur africain de noix de cajou et se trouve en pleine révolution de sa filière. Alors que la transformation de noix de cajou brute n’était que de 8 % en 2018, elle progresse considérable cette année. En effet, parlant des deux dispositions sur les noix de cajou; l'une porte sur la ratification d'une ordonnance de décembre 2017 instituant une taxe de 30 FCFA le kilo à l'exportation de noix brutes de cajou. Sur ces 30 FCFA , 20 FCFA iront au remboursement d’un prêt contracté auprès de la Banque mondiale pour, notamment, subventionner à hauteur de 400 FCFA le kilo la transformation locale. Les autres 10 FCFA iront au soutien de la filière et son développement durable. La deuxième disposition a trait à une ordonnance d'avril 2019 fixant le droit unique de sortie (Dus). Les députés ont adopté la proposition de réduire de 3 points le DUS sur les exportations de cajou pour le fixer à 7% du prix CAF, afin de prendre en compte la mévente dans la filière et la nécessité de maintenir un prix minimum satisfaisant dans la filière.

#Noix_de_cajou #Côte_d’Ivoire

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou en Tanzanie: Le gouvernement ne veut plus intervenir dans les méandres de la commercialisation du cajou pour la campagne 2019/2020



En 2019/2020, le gouvernement tanzanien n’interviendra pas dans le segment de commercialisation des noix de cajou. C’est ce que rapporte The Citizen qui cite Hussein Bashe, ministre adjoint de l’Agriculture.



Le prix minimum garanti au producteur de noix de cajou pour le compte de la campagne 2019/2020 devrait être publié cette semaine. Celui-ci était de 3 300 shillings (1,43 $) le kilogramme, un an plus tôt. S’exprimant devant le Parlement, le responsable souligne que l’Etat se limitera désormais à la supervision et à la facilitation des échanges entre les producteurs et les négociants sur le marché. Cette révision du rôle de l’exécutif sur le marché, fait suite aux différentes difficultés engendrées par son intervention dans la filière durant la précédente saison. Les autorités avaient alors joué le rôle des négociants en rachetant l’intégralité du volume de noix chez les producteurs, mais elles ont accusé du retard dans l’écoulement du produit, en raison du manque d’acheteurs sur le marché mondial. Cette situation a conduit à un effondrement des recettes tirées de l’exportation, de 529,6 millions $ en 2017/2018 à 196,5 millions $ en 2018/2019.

#Commercialisation #Noix_de_cajou #Tanzanie

www.talkag.com

Source: agenceecofin.com

agenceecofin.com




Traore Phénix Mensah

Exportation produits agricoles: Le coton et la noix de cajou contribuent au dynamisme des exportations



Généralement, les exportations de la zone UEMOA ont évolué par rapport au niveau enregistré un an auparavant. Une évolution reflétant la bonne tenue des expéditions des ventes d’or, de coton, de noix de cajou, …



Les exportations de biens de l’UEMOA ont progressé de 1,4% en 2018 pour atteindre 14 986,8 milliards de FCFA , selon le rapport de la Banque centrale des Etats de l’Afrique l’Ouest (BCEAO). Si les exportations de produits agricoles représentent encore une part significative des exportations totales, à hauteur de 36,2%, leur poids baisse de près de 2 points de pourcentage par rapport à 2017. En revanche, les produits miniers, en particulier l’or qui poursuit sa tendance haussière ainsi que les ventes de produits pétroliers. Cette évolution est en partie contrebalancées par le recul des exportations de caoutchouc (-14,4 %) et de cacao (-12,8 %). L’activité économique a également bénéficié du regain de dynamisme dans les échanges avec le Nigeria, principal partenaire commercial de certains États membres de l’Union, et de la poursuite par les pays de l’UEMOA de la réalisation des investissements dans les infrastructures socio-économiques.

#Exportation_de_produits #Coton #Noix_de_cajou

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou en Côte d’Ivoire: Une usine de transformation de noix de cajou bientôt implantée à Dabakala.



La Côte d’Ivoire possède plus d’une vingtaine d’unités de transformation de noix de cajou. Le gouvernement a instauré en 2018, une prime à la transformation et une allocation de 15% des volumes exportés à l’industrie locale de la transformation.



Le pays a prévu de transformer 130 000 tonnes de noix de cajou soit environ 18% de la récolte attendue cette saison (730 000 tonnes) et un peu moins du triple du stock transformé en 2017 (44 628 tonnes). Pour ce faire l’implantation d’une usine de transformation à Dabakala vient à point nommé. C’est ainsi que , le préfet du département de Dabakala, N’Dri Yao Lazare, a annoncé l’implantation d’une usine de transformation de la noix de cajou à Dabakala. Les travaux de construction de l’usine ont démarré samedi à Dabakala. Située sur l'axe Dabakala-Katiola, cette usine qui est implantée sur un site de cinq hectares, va générer à terme plus de 200 emplois directs, selon le maire Ouattara Souleymane.Les travaux de construction de cette usine sont exécutés par la société Côte d’Ivoire Cajou. La région de Dabakala qui est une grande zone de production de noix de cajou, ne dispose pas pour le moment d'unité de première transformation sur place.

#Transformation #Noix_de_cajou #Côte_d’Ivoire

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com



www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Transformation noix de cajou: Les déchets de noix de cajou pourraient être une solution aux crèmes solaires.



Les coques de noix de cajou renferment un liquide qui pourrait servir à la confection d'une crème solaire respectueuse de l'environnement, avancent des chercheurs sud-africains.



Depuis quelques mois, la question des crèmes solaires est de plus en plus sensible. Indispensables à la protection de notre peau, les produits classiques participent activement à la pollution de notre environnement. C'est pourquoi des chercheurs ont cherché dans les noix de cajou, une solution plus verte. Les déchets de noix de cajou pourraient être une solution aux crèmes solaires qui polluent les écosystèmes aquatiques et qui deviennent un véritable enjeu non seulement environnemental mais aussi touristique. Ainsi, l'archipel du Pacifique, les Palaos, a déclaré vouloir interdire l'usage de crème solaire à partir de 2020. En effet, les agents anti-UV classiques sont souvent d'origine pétrochimique. Face à cela, Charles de Koning, professeur de chimie à l'université de Witwatersrand en Afrique du Sud, avec son équipe, ont trouvé les coques de noix de cajou. En effet, les coques de noix de cajou sont riches en constituants phénoliques finalement faciles à extraire, explique notre confrère spécialisé. Les chercheurs ont synthétisé de nouveaux composés aromatiques présentant une bonne capacité d'absorption des UVA et des UVB.

#Transformation #Noix_de_cajou

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La Côte d’Ivoire; premier producteur mondial de noix de cajou veut accroître la transformation.

L’Afrique assure 55% de la production mondiale de noix de cajou (environ 1,8 million de tonnes). Malgré la croissance de la production au fil des ans, la transformation et la valeur ajoutée de cette culture n’ont pas encore atteint leur potentiel escompté. La Côte d’Ivoire consciente de ce fait entreprend de grands projets pour rehausser le niveau de la transformation.



En vu de stimuler davantage la transformation, après avoir développé considérablement sa production de noix de cajou jusqu’à en devenir le premier producteur mondial, le gouvernement ivoirien a signé début août huit conventions avec les industriels Africa Agri Industry, Aisia, Cilagri Cajou, Inc, Novarea, Olam, Sita et Stnc. Objectif accroître de 107 000 tonnes la transformation de la noix de cajou sur les quatre prochaines années. En contrepartie, les industriels bénéficieront de certains avantages comme l’exonération de droits de douanes et de la TVA sur des lots de pièces de rechange suivant les zones d’investissement ou l’octroi d’un crédit d’impôt en phase d’exploitation sur une durée de 5 ans. Autre point favorisant la transformation, la signature le 18 août, d’une convention entre l’Autorité de régulation des systèmes de récépissés d’entreposage (ARRE) et le groupe chinois Tbea pour la construction dans les trois prochaines années de 108 entrepôts de traitement et de stockage de la noix brute de cajou dans les sept zones de production du pays.

#Transformation #Noix_de_cajou #Côte_d’Ivoire

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Projet agricole

Le projet GIZ initiative du Cajou Compétitive (ComCashew)



La GIZ pour "Promotion à grande échelle des chaînes de valeur agricoles en Afrique".



Au cours de cette dernière décennie en Afrique, la chaîne de valeur de la noix de cajou offre un potentiel important pour la création d'emplois et de richesses, l'atténuation du changement climatique par une agriculture respectueuse du climat et l'autonomisation économique des femmes et des jeunes, en particulier dans les zones rurales vulnérables. c’est pourquoi la GIZ s’investit dans le projet ComCashew qui est financée dans sa troisième phase par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Conjointement avec les acteurs privés et publics, ComCashew constitue une nouvelle ère de partenariat multipartite visant à parvenir à une réduction durable de la pauvreté dans les pays du projet Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Mozambique et Sierra Leone, en renforçant la compétitivité des petits producteurs, transformateurs et autres acteurs africains dans la chaîne de valeur. ComCashew fournit un soutien dans des domaines allant de la recherche à la production, en passant par la transformation, la commercialisation, le renforcement des capacités et les conseils stratégiques. Après avoir établi une base pour la filière anacarde dans les cinq pays africains participant au projet par le biais de formations pour les agriculteurs et les transformateurs et d'activités les reliant aux marchés nationaux et internationaux, ComCashew vise maintenant - dans sa troisième phase - à consolider ces efforts et à les étendre à la Sierra Leone. L'objectif de ComCashew se concentre sur l'augmentation des revenus des producteurs de noix de cajou et des ouvriers des usines de transformation.

www.talkag.com

www.talkag.com

#Projet_agricole #Chaîne_de_valeur #Noix_de_cajou

www.comcashew.org

www.comcashew.org




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou au Ghana

Une grande ambition pour le secteur



Les autorités publiques du pays s’investissent pour booster



Il y a un an le gouvernement ghanéen a mis en place, un « Conseil du développement de l’anacarde ». Parallèlement à l’installation de cette organisation, le ministère de l’Agriculture avait prévu distribuer 2,7 millions de plants d’anacardes destinés à être cultivés sur 13 400 hectares. Le Ghana produit environ 70 000 tonnes de noix de cajou par an. La culture est le fait de quelque 40 000 exploitants. Le pays a lancé, en janvier 2018, un programme de pulvérisation des anacardiers à Brong Ahafo qui sera répliqué sur l’ensemble du territoire. Le secteur devrait rapporter $2,5 milliards au Ghana dans les cinq prochaines années, a affirmé Augustine Collins Ntim, vice-ministre de l'Administration locale et du développement rural. Il est aussi indiqué que le gouvernement avait consacré 1 milliard de cédis (€ 165,4 millions) à la mise en place de l’Autorité de développement des cultures arboricoles, qui régirait l’industrie de la noix de cajou et la réorganiserait pour qu'elle contribue de manière significative au produit intérieur brut (PIB) du pays.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

L’exportation en Tanzanie



L’interdiction d’exporter des noix de cajou coûte cher à la Tanzanie



Selon Reuters qui cite des données de la Banque centrale du; les recettes d’exportation des produits agricoles ont atteint en 2018/2019, 554,1 millions $, soit un peu moins de la moitié de la valeur enregistrée un an plus tôt (1,2 milliard $). Rappelons que l’agriculture compte pour 30% du PIB de la Tanzanie et fournit des revenus à 80% de la population, d’après les données de la Banque mondiale. En ce qui concerne les noix de cajou, l’on se souvient que le président tanzanien John Magufuli a décidé en octobre d’accroître de 94% le prix de la noix de cajou payé aux producteurs et demandé à l’Etat d’acheter l’ensemble de la production. L’Etat se trouve donc en possession de plusieurs milliers de tonnes de noix de cajou et peine à trouver des acheteurs. Qu’adviendra t-il de la production de la production de cette saison?

#Exportation #Noix_de_cajou

www.talkag.com

www.talkag.com

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou

Le cajou ivoirien



La province chinoise de Hunan intéressée par la noix de cajou de Côte d'Ivoire



Au vu des performances de la Côte d’Ivoire dans la production du cajou, des demandes de partenariat étaient prévisible. Pour preuve, la province chinoise de Hunan propose une collaboration à la Côte d'Ivoire dans le domaine de l’agriculture, des TIC. La déclaration du gouverneur de la province en dit long, quand il déclare que la Côte d’Ivoire est connue pour sa diversité agricole dont fait partie notamment l’anacarde et la province de Hunan est réputée pour ses infrastructures industrielles. Nous pouvons donc travailler ensemble pour développer ce secteur. Le Ministre ivoirien du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME pour sa part, dit compter sur la bonne collaboration entre les entreprises ivoiriennes et chinoises pour construire des unités industrielles en vue de la transformation des produits agricoles ivoiriens en produits finis et à les exporter directement en Chine.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

Son exportation au Togo



Le Togo a vendu 1 035 tonnes de noix de cajou à l'Inde au premier trimestre 2019



Le Togo n’est pas du reste quand au développement de la filière cajou. Le gouvernement mise sur 60.000 tonnes d’ici 2022 et davantage de transformation locale. Ainsi pour aider cette filière, un contrat programme de 4 ans a été signé avec le conseil interprofessionnel. L’objectif est, d’une part de booster la production, mais aussi de créer des emplois. 21.500 créations sont annoncées. En ces jours, les exportations de cajou de l'Afrique de l'Ouest vers l'Inde ont augmenté au cours du premier trimestre de cette année, dans un contexte où la nation asiatique a importé beaucoup moins dans le monde au cours de cette période. Selon le rapport sur les noix de cajou N'Kalo, relayé par Commodafrica , le Togo a exporté 1 035 tonnes de noix de cajou vers l'Inde au premier trimestre 2019. Ce volume fait de Togo India le septième fournisseur en Afrique de l’Ouest. Il vient après le Ghana, la Côte d'Ivoire (ses deux principaux fournisseurs), le Bénin, le Nigeria, la Guinée et le Burkina Faso.

#Noix_de_cajou #Exportation

www.talkag.com

togofirst.tg

togofirst.tg




Traore Phénix Mensah

Les noix de cajou

Indo Power écarté



L'affaire Kenya-Tanzanie sur les noix de cajou a échoué



La société kényenne Indo Power Solutions, basée à Thika, qui avait signé un contrat avec le gouvernement tanzanien, contrat qui devait couvrir l'achat de 100 000 tonnes de stock de noix de cajou; s’est vu déclaré non éligible. Le ministre tanzanien du Commerce et de l'Industrie, Joseph Kakunda, a déclaré que l'entreprise devait effectuer le paiement intégral dans les deux mois suivant la signature du contrat, mais a été déclarée inéligible à la fin du mois de mars si elle ne remplissait pas les conditions dans les délais impartis. Indo Power était le seul dans la région, mais parmi plusieurs sociétés étrangères, à avoir soumissionné pour le marché et à gagner. Selon les termes du contrat, l’acheteur devait verser 180,2 millions de dollars au gouvernement tanzanien dans un délai de deux mois.

#Noix_de_cajou

www.farmersreviewafrica.com



www.farmersreviewafrica.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

Des prix du kilo de cajou à la baisse au Sénégal



La transformation l’alternative pour faire face au faible prix du cajou



Rappelons que ce sont les transformateurs asiatiques qui se sont rués sur la cajou lorsqu'elle était au prix fort, juste avant le retournement du marché. Ils peinent aujourd'hui à se débarrasser de leurs stocks et, surtout, ils n'ont plus les moyens d'acheter de nouvelles noix. Au Sénégal, c’est le début de la récolte des noix de cajou. Dans la région de Ziguinchor, en Casamance, le prix du kilo de noix brutes cette année est particulièrement faible. Un producteur a trouvé une solution. Plutôt que de brader sa récolte, il a choisi de transformer la noix et ses sous-produits pour vendre sur place. La transformation locale de la noix de cajou ne devrait pas être juste une solution alternative, mais une solution pérenne.

#Transformation #Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.rfi.fr

www.rfi.fr




Traore Phénix Mensah

Transformation de la noix de cajou

Objectif de transformation de la Côte d’Ivoire



La Côte d’ivoire prévoit atteindre 130.000 tonnes d’anacarde transformées.



La Côte d’Ivoire forte de sa production fulgurante de noix de cajou ces dernières années, ne pouvait faire autrement que de se lancer dans la transformation. Nonobstant donc la crise qui secoue la filière, la Côte d’Ivoire poursuit la transformation de ses noix de cajou. Cette année, l’objectif est d’atteindre 130.000 tonnes d’anacarde transformées. L’annonce a été faite par le Dg du Conseil du coton et de l’anacarde, Dr Adama Coulibaly, le 9 mai dernier. La campagne 2019 de commercialisation des noix de cajou, a été préparée dans une atmosphère de crainte des répercussions des difficultés de la campagne 2018 et de leurs conséquences sur le comportement des différents acteurs de l’industrie mondiale du cajou.

#Transformation #Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

news.abidjan.net

news.abidjan.net




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

Un trésors de la Casamance



À petit coup, la transformation de la noix de cajou prend son envol en Afrique.



Si l’on fait abstraction de la nouvelle donne commercial de la filière cajou ces dernières semaine; ce ne serait pas une erreur de déclarer que la filière cajou avec sa chaîne de valeur a fait des heureux en Afrique. La pomme cajou, provenant du grossissement du pédoncule de la fleur, est un faux-fruit. Elle ressemble à une poire à la peau jaune ou rouge, selon la variété. Elle est très juteuse, riche en vitamine C, plus ou moins sucrée. On peut la manger telle quelle ou en faire des jus, qui en fermentant, donnera du vin de cajou, qu’on peut aussi distiller pour l’eau de vie. On peut aussi en faire des confitures. La pulpe, séchée au soleil, peut être pilée pour confectionner de la farine ou du couscous.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

lepetitjournal.com

lepetitjournal.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

La crise en Afrique de l’ouest



Les prix de la noix de cajou sont en chute libre



La filière cajou qui a fait une monté fulgurante ces dernières années en terme de production est entrain de subir un grand revers cette campagne. En effet, depuis plusieurs semaines, les producteurs de noix de cajou en Afrique de l'Ouest vivent dans l'angoisse. Les acheteurs ne se précipitent pas dans les champs pour ramasser la récolte. Les prix sont en chute libre. En cause, des stocks accumulés par les acheteurs asiatiques l'an dernier. Ils pèsent sur l'ensemble de la filière. La crise est régionale, elle est surtout globale. La chaîne de la cajou est en effet complexe et, au milieu de cette chaîne, certains acteurs ont accumulé des stocks l'an dernier.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.rfi.fr



www.rfi.fr




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou

Les prix des noix de cajou



Constat d’un manque de dynamisme des transactions.



Ces dernières semaines, les producteurs de noix de cajou en Afrique de l'Ouest sont déstabilisés. Les acheteurs ne se précipitent pas dans les champs pour ramasser la récolte.Il y a donc mévente, les prix sont en chute libre. En cause, des stocks accumulés par les acheteurs asiatiques l'an dernier. Ils pèsent sur l'ensemble de la filière. L’on constate donc un manque de dynamisme des transactions au niveau de la ferme car, côté producteurs, les prix proposés sont trop bas et, côté acheteurs/exportateurs, leurs achats sont réduits, optant pour la qualité et donc bien souvent des noix entreposées, bien sèches par rapport à celles qui viennent d'être récoltées. Une situation d'autant plus critique que nombre de producteurs ont fini de récolter et les stocks sont importants, mais guère surprenante étant donné l'effondrement des prix tant bord champ qu'à l'international.

#Prix #Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou

Accroître la production



Faut-il pulvériser les plantations de noix de cajou pour améliorer la production?



La pulvérisation est en principe une manœuvre dont l’objectif est de lutter contre les infestations; c’est donc dans cette perspective qu’un important producteur de noix de cajou à Kerr Jarga Jobe, de Jokadou, a appelé les producteurs de noix de cajou à faire preuve de vigilance et à traiter les noix de cajou des insectes au stade de la floraison afin d’améliorer la production. Selon lui, les pulvérisations de noix de cajou pendant la floraison améliorent la production pendant une période plus longue et, par extension, augmentent les revenus et contribuent à la production

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.voicegambia.com

www.voicegambia.com




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou

La filière cajou au Ghana



Deux cent mille plants de noix de cajou pour les agriculteurs de Kwahu Afram Plains North



Le Ghana produit environ 70 000 tonnes de noix de cajou par an. La culture est le fait de quelque 40 000 exploitants. Le pays a lancé, en janvier dernier, un programme de pulvérisation des anacardiers à Brong Ahafo qui sera répliqué sur l’ensemble du territoire, d’ici 2020. Selon M. Philip Ebenezer Azidoku, directeur de l'agriculture du district de Kwahu Afram Plains North; cette année verrait une augmentation et une distribution massives des plants de noix de cajou, car davantage d'agriculteurs s'engageaient pour assurer le succès du programme. Il appelle donc les investisseurs à s'associer au département de l'agriculture de l'Assemblée du district nord des plaines d'Afram pour vendre et acheter les produits à base de noix de cajou après la récolte.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.businessghana.com

www.businessghana.com




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou

Le prix de la noix de cajou en Guinée-Bissau



le gouvernement fixe le prix du kg de la noix de cajou à 500 F CFA



En Guinée la monoculture de la noix de cajou représente 90% des exportations et 10% du PIB. Par ailleurs, la filière est durement taxée depuis la récolte jusqu’à l’exportation. Les taxes et redevances liées à la noix de cajou fournissent 10 % des revenus de l’exécutif selon les données du FMI. Alberto Mendes Pereira, l’Inspecteur en chef du ministère du Commerce, a fait savoir que le gouvernement ne ménagera aucun effort afin d’éviter que le prix d’achat de la noix de cajou ne soit inférieur à 500 F CFA. Selon lui, Le gouvernement s'est engagé à organiser l’achat des noix de cajou par la coopérative Anag au prix de 500 F CFA le kilogramme; pour rassurer les producteurs de noix de cajou qui redoutent le bradage de leur récolte, a annoncé la distribution « de la copie de la décision du gouvernement portant sur le prix du kilogramme de la noix de cajou dans tous les postes de police régionaux ».

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

apanews.net



apanews.net




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou

Transformation de la noix de cajou au Bénin



Transformer localement la noix de cajou, pour ne rien en perdre



Des responsable la filière cajou l’an dernier affirmaient que le Bénin ambitionne d’atteindre une production de 300.000 tonnes l’an à l’horizon 2021. Sur ce marché concurrentiel dominé par l’Inde (25% des 2,2 millions de tonnes de production mondiale), le Bénin est un des principaux producteurs du continent africain avec 100.000 tonnes récoltées sur les deux dernières campagnes. Mais l’amande n’est pas le seul élément dont on peut tirer profit. La partie que l’on mange ne représente que 22% de la noix, dont le reste est traditionnellement jeté. Une dizaine d’entreprises locales, dans le nord et le centre du Bénin, utilisent déjà les pommes de cajou, le pédoncule charnu, de couleur jaune à rouge, qui se trouve au-dessus des noix, pour les transformer en jus de fruits.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

afrique.lalibre.be

afrique.lalibre.be




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

L’exportation en Guinée Bissau



Les exportations de noix de cajou brutes fortement taxées en Guinée Bissau



La campagne de commercialisation de la noix de cajou, principal produit d'exportation de la Guinée-Bissau, ouverte le 30 mars, se déroule sur fond de controverse. En effet, après une campagne 2018 passablement agitée avec notamment un prix minimum très élevé et une contrebande élevée, estimée à environ 50 000 tonnes vers le Sénégal, la campagne 2019 a été ouverte fin mars avec un prix indicatif d’achat de 500 FCFA (€76) le kilo. L’ambition affichée par le Premier ministre est d’exporter 200 000 tonnes de cajou en majorité à destination de l’Inde, mais au moins 150 000 tonnes pourraient se diriger vers le Vietnam.Toutefois, les taxes sur les exportations de noix de cajou brutes font grincer des dents.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou en Afrique de l’Ouest

L’exportation



L’Afrique de l’Ouest en hausse de 10%



l’Afrique de l’Ouest a de quoi se réjouir. La progression de ses exportations vers les Etats-Unis et l’UE est plus importante, de l’ordre de 10% ou encore de 881 t, que celle du Vietnam (+7%) même si ce dernier demeure le leader mondial incontesté avec 219 825 t. La progression du Brésil est plus forte que celle ouest-africaine, mais ses volumes sont inférieurs -de peu- à ceux d’Afrique de l’Ouest. Plus spécifiquement, s’agissant de l’Afrique de l’Ouest, on note que les exportations de Côte d’Ivoire passent, en 2018, devant le Mozambique comme fournisseur des Etats-Unis et de l’UE, le marché américain devenant d’ailleurs pour Abidjan plus important, en termes de volumes, que celui européen.Le Bénin connaît aussi, ces deux dernières années, une explosion de ses ventes vers les Etats-Unis alors que le Nigeria et le Ghana progressent davantage sur l’UE. Le Burkina Faso, quant à lui, est tout azimut, se positionnant en 2018 au quatrième rang des fournisseurs ouest-africains des Etats-Unis et de l’Europe, passant devant le Nigeria.

#Exportation #Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.vivafrik.com

www.vivafrik.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

L’exportation ouest africaine



Exportation des noix de cajou : l’Afrique de l’Ouest rivalise avec le Brésil



La filière cajou en Afrique semble se porter bien; mais il existe toujours des contrastes. En effet, la première productrice mondiale, la Côte d’Ivoire fait face à des problèmes d’exportations. D’après commodafrica.com, la fin du ‘shutdown’ aux Etats-Unis a permis de renouer avec la publication Outre-Atlantique des statistiques d’importation de façon générale et des noix de cajou en particulier. On peut ainsi constater des importations quasi stagnantes, à 168 073 tonnes (t) sur l’année calendaire 2018, en hausse de seulement 0,3% en un an alors qu’en 2017, elles avaient progressé de 5,6%, selon les chiffres rapportés par le spécialiste n’kalô dans son dernier Bulletin de marché. Des chiffres qui portent sur les noix brutes mais aussi transformées. En revanche, les achats canadiens, certes beaucoup plus modestes, sont, toutefois, en progression de 15,3%, à 13 787 t.

#Exportation #Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.vivafrik.com

www.vivafrik.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

L’exportation en Côte d'Ivoire



Le vietnamien T&T achète le cajou à la Côte d’Ivoire



En vu d’apporter un appui au exportateurs nationaux de façon à ce qu’ils puissent tenir la route et rester sur le marché d’exportation de la noix de cajou; le Conseil du coton et de l’anacarde de Côte d’Ivoire (CCA), le groupe vietnamien T&T ainsi que le Groupe d’intérêt économique des exportateurs de noix de cajou de Côte d’Ivoire ont signé un accord pour l’exportation de 200 000 tonnes (t) de noix de cajou au Viet Nam au titre de la campagne 2019. Un partenariat qui permettra sûrement aux exportateurs d'oublier la crise de la dernière campagne où en mai 2018 des camions chargés de cajou ne trouvaient pas preneurs à cause d’un prix trop élevé et d’une qualité jugée insuffisante par les acheteurs.

#Noix_de_cajou #Exportation

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou au Nigeria

La crise de la filière au Nigeria



Des experts proposent une solution à la crise de la noix de cajou



Le secteur de la noix de cajou est actuellement frappé par une surabondance qui l'a plongé dans des pertes énormes. Ce rejet est accompagné du rejet de 37 000 tonnes métriques (mt) de la marchandise exportée vers le Vietnam, qui est considéré comme le plus gros transformateur, en plus des 67 000 tonnes qui auraient été bloquées dans un entrepôt au Nigeria. Le prince Wale Oyekoya, ancien président du secteur agricole de la Chambre de commerce et d'industrie de Lagos (LCCI), estime que le gouvernement devrait accorder un allégement fiscal et un environnement propice aux secteurs privés pour qu'ils puissent établir des usines et valoriser les produits à base de noix de cajou. En dehors des fameuses noix issues de la noix de cajou, nous avons encore beaucoup de sous-produits de cette récolte d’or qui s’élèvent à des milliards de dollars s’ils sont correctement améliorés. Les déchets de la transformation de la noix de cajou peuvent même être utilisés pour l'alimentation animale.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

guardian.ng

guardian.ng




Traore Phénix Mensah

Noix de cajou

Les exportations



Une augmentation de 128% des exportations togolaise de noix de cajou.



4e en termes d’exportation au Togo après le coton, le café et le cacao; la noix de cajou a de beaux jours devant elle au Togo. N'Kâlo dans son dernier rapport sur le marché de la noix de cajou, a révélé que le Togo avait exporté 267 tonnes de noix de cajou vers l'Union européenne en 2018, contre 118 tonnes en 2017 (+ 128%). Alors que les volumes envoyés au Vieux Continent sont à la hausse, ceux à destination des Etats-Unis sont en baisse. De 2017 à 2018, ils ont été réduits de 50%, passant de 246 tonnes à 122 tonnes. Cependant, les exportations totales de noix de cajou du Togo vers les deux régions ont augmenté de 7%, passant de 364 tonnes à 389 tonnes entre 2017 et 2018. Cela reflète une tendance similaire en Afrique de l’Ouest, qui produit environ 45% de la production mondiale.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

togofirst.tg



togofirst.tg




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

La production au Togo



Booster la production en créant par ricochet les emplois



La filière cajou est la 4e en termes d’exportation au Togo après le coton, le café et le cacao. Rappelons qu’en 2018, le Togo a exporté 15 000 tonnes de noix de cajou. Le Togo prévoit donc une production de noix de cajou de 24 000 tonnes cette année et de 30 000 tonnes au cours des quatre prochaines années. Cet objectif s'inscrit dans le cadre d'un accord-programme signé entre le gouvernement et les acteurs du secteur. Certains agriculteurs (et pépiniéristes, transformateurs, acheteurs et exportateurs) pourront bénéficier de prêts bancaires à faibles taux grâce au dispositif MIFA (Mécanisme incitatif de financement agricole). Aussi, le gouvernement mise sur 60.000 tonnes d’ici 2022 et davantage de transformation locale.L’objectif est, d’une part de booster la production, mais aussi de créer des emplois. 21.500 créations sont annoncées.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.togofirst.com

www.togofirst.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

Le projet Bono Asante Atea (BAAT)



Renforcer les capacités des acteurs de la filière pour un meilleur rendement.



Le projet BAAT vise à atteindre les objectifs 1, 8 et 17 des ODD, il est d'une durée de trois ans, devrait former 6 000 ramasseurs de noix dans les cinq districts sélectionnés. Selon le directeur général de la municipalité de Wenchi, Prince Kwakye Afriyie, le secteur doit encore faire face à de nombreux défis mais le fait que ses gains soient garantis en fait une entreprise louable, d'autant plus que le gouvernement et les autres parties prenantes travaillent à résoudre ces problèmes. C’est donc raisonnable que M. Anthony Mainoo, Chef d'équipe du projet préconise une augmentation des investissements dans le secteur de la noix de cajou au Ghana, en raison de la faiblesse des liens entre les chaînes de valeur et les politiques mal coordonnées.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.modernghana.com



www.modernghana.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

Investissement de la filière au Ghana



Les acteurs de la chaîne souhaite plus d’appui.



Pour M. Anthony Mainoo, Chef d'équipe du projet Bono Asante Atea (BAAT), Au Ghana, la noix de cajou est une culture de petite entreprise et le secteur des plantations commerciales est très petit. On estime qu'environ 88% des exploitations de noix de cajou sont la propriété de petits exploitants, dont la taille varie de 0,8 ha à 3,0 ha. Pour lui l'inquiétude est que les maillons faibles des chaînes de valeur ne permettent pas d'assurer une production adéquate de noix de cajou au Ghana. Rappelons que le projet Bono Asante Atea (BAAT) devrait permettre d'atteindre les objectifs suivants: augmenter les revenus des agriculteurs de 30%, créer plus d'emplois dans le secteur de la noix de cajou et accroître les connaissances sur le changement climatique, a-t-il indiqué.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.modernghana.com

www.modernghana.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

Rapport production transformation



L’augmentation de la capacité de transformation va galvaniser la production



Le Nigeria compte actuellement sept usines de transformation de la noix de cajou. Ceux-ci sont Olam, Foodpro, Esteema Diamond, Abod succès, KD Foods, ACET Nigeria et Valency et ils sont membres du NCAN. L'incapacité des producteurs locaux nigérians à transformer leurs produits signifiait qu'environ 95% de la production annuelle était exportée sous forme de produits bruts, accompagnée de bas prix et que les producteurs et les exportateurs n'étaient pas en mesure de recevoir une récompense appropriée pour leurs efforts. Selon l’ancien patron de NEXIM, cela a des répercussions sur l’ensemble de l’économie en ce qui concerne l’augmentation des recettes d’exportation, le développement de l’industrie et la création d’emplois conformément au programme de transformation du gouvernement fédéral.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.thisdaylive.com

www.thisdaylive.com




Traore Phénix Mensah

La noix de cajou

La transformation au Nigéria



La transformation de la noix de cajou est le défi que le Nigéria veut relever



Après une analyse sommaire, plusieurs acteurs de la chaîne de valeur cajou s’accordent sur le fait que le coût de la noix brute soit l’une des cause de la traîne de la transformation au Nigéria. Selon Wilberforce Kanu, un commerçant de noix de cajou, Le prix de vente moyen, entre 170 000 et 200 000 naira la tonne, le coût élevé des activités commerciales et l’absence de tout incitatif, ont conduit à des pertes d’emploi considérables et à la fermeture d’usines de noix de cajou dans le pays. Les transformateurs de noix de cajou sont actuellement en danger et il est nécessaire de les protéger et de les renforcer. En effet, les transformateurs de noix de cajou nigérians fonctionnent à moins de 30% de leur capacité installée combinée. Le gouvernement doit protéger les transformateurs de cajou et en faire de meilleurs compétiteurs au niveau mondial.

#Transformation #Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.thisdaylive.com

www.thisdaylive.com




Traore Phénix Mensah

Les noix de cajou

Le Nigéria saisi l’opportunité



Le cajou une filière prête à rivaliser avec le pétrole au Nigéria



D’après une récente révélation de la NCAN, l’Association nationale du cajou du Nigéria, le Nigéria a tiré l’an dernier de 14,7 milliards de nairas (402 millions de dollars) des exportations de noix de cajou brutes vers le Vietnam et d’autres pays. Une révélation qui tant bien que mal dessine la volonté du Nigeria de saisir l’opportunité grandiose qu’offre la filière cajou. Le Nigeria exporte actuellement des noix de cajou brutes au Vietnam, en Chine et en Inde. Il existe des possibilités d'accroître les exportations de noix de cajou vers des marchés de consommation tels que l'Allemagne et les Pays-Bas.Le potentiel estimé pourrait encore augmenter lorsque la transformation de la noix de cajou augmentera au Nigéria.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.thisdaylive.com

www.thisdaylive.com




Traore Phénix Mensah

Les noix de cajou

L'Afrique de l'Ouest en hausse de 10%



L'Afrique de l'Ouest au coude à coude avec le Brésil sur les noix de cajou



De façon générale, on peut constater des importations quasi stagnantes, à 168 073 tonnes (t) sur l'année calendaire 2018, en hausse de seulement 0,3% en un an alors qu'en 2017, elles avaient progressé de 5,6%, selon les chiffres rapportés par le spécialiste n'kalô dans son dernier Bulletin de marché. La progression des exportations africains vers les Etats-Unis et l'UE est plus importante, de l'ordre de 10% ou encore de 881 t, que celle du Vietnam (+7%) même si ce dernier demeure le leader mondial incontesté avec 219 825 t. La progression du Brésil est plus forte que celle ouest-africaine, mais ses volumes sont inférieurs -de peu- à ceux d'Afrique de l'Ouest. En revanche, les achats américains et européens d'Inde baissent de 16 300 t, d'Indonésie de 550 t et d'Afrique de l'Est de 530 t. Vers le marché européen, la progression dépasse les 32%.

#Noix_de_cajou

www.talkag.com via @talk_ag

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com