Voir plus de contenu

ou


Grosbois Bastian

Un vaccin contre la peste porcine africaine améliore les chances de survie

Les essais vont bon train pour trouver un vaccin contre la peste porcine africaine qui affecte de nombreux troupeaux dans plusieurs pays du monde. Les dernières années, la maladie a entraîné l’abattage d’une partie importante du cheptel porcin chinois.



Un nouveau vaccin semble prometteur, non pas pour empêcher la maladie, mais pour permettre aux animaux de survivre. L’étude menée par une équipe de l’Institut Pirbright du Royaume-Unis a permis d’identifier huit gènes du virus de la peste porcine africaine qui, lorsque donnés aux porcs en utilisant un stimulant, peuvent protéger les porcs contre une infection menant à la mort. Les résultats de cette recherche pourraient servir de base dans le développement d’un vaccin contre la peste porcine africaine. Les résultats ont été publiés dans le journal scientifique Vaccines.



#Peste_porcine_africaine #Porcs #Elevage_porcin



SOURCE: www.lebulletin.com

www.lebulletin.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 4 Juin 2020 : Le Porc

Le contrat de porc US octobre 2020 a clôturé en hausse. Les autres contrats aux échéances les plus rapprochées ont fini dans le vert. Le contrat juin 2020 a été l’exception puisqu’il a terminé la journée en baisse.



Le 2 juin dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 2,17 $ à 57,06 $. Les ventes à l’exportation de porc US ont été de 17,335 tonnes. La Chine a été la destination pour 42 % des expéditions de porc US. Les données du Census Bureau montrent que 641 millions de lb ont été expédiées au cours du mois d’avril dernier, ce qui était une baisse mensuelle de 8,6 % mais aussi un record pour un mois d’avril. L’après-midi, le prix moyen au comptant de la carcasse était en baisse de 82 cents à 32,97 $. La valeur moyenne des découpes a été estimée en baisse de 16 cents à 74,85 $. L’USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous IF à 1,691 million de têtes, soit une réduction de 198 000 têtes comparativement à l’an dernier.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marché du 22 Mai 2020 : Le Porc

Les contrats de porc US ont fini la journée en baisse, et celui de juin 2020 a reculé de 57 cents.



Le 20 mai dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes était en baisse. Toutes les découpes étaient en recul à l’exception de la longe qui a gagné 8,06 $ à 153,35 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a été en hausse. Le rapport de la CFTC a indiqué que mardi dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient réduit leurs positions nettes acheteuses par 2,861 contrats à 9,370 contrats. Les spéculateurs étaient «longs» depuis 22 semaines consécutives. L’USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,130 millions de têtes, ce qui correspond à une augmentation de 32 000 têtes par rapport à la semaine passée, mais aussi à une baisse de 180 000 têtes comparativement l’an dernier. Le cumulatif annuel a été évalué à 50,09 millions de têtes. L’an dernier, il était de 50,65 millions de têtes.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 18 Mai 2020 : Le porc

Les contrats de porc US juin 2020 et juillet 2020 ont terminé la journée avec des pertes de plus de 22 cents. Cependant, les contrats différés ont fini en hausse. Le contrat février 2021 a clôturé dans le vert par 1,92 $.



Le CME Fresh Bacon Index a progressé de 16,78 $ à 229,19 $. En fait, l’index a augmenté de 239 % par rapport à son bas des 5 dernières semaines. Le 14 mai dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 3 cents à 68,70 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a reculé de 16 cents à 36,90 $. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes de porc US était en baisse de 2,66 $ à 107,46 $. L’USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 379,000 de têtes, soit à une augmentation de 22,000 têtes par rapport à la semaine précédente, mais aussi à une baisse de 84,000 têtes comparativement à l’an dernier.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 14 Mai 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la session sur une note partagée. Les contrats juillet 2020 jusqu’à octobre 2020 étaient en baisse au cours de la journée. Ceux de juin 2020 et décembre 2020 ont clôturé en hausse. Le contrat mai 2020 a aussi fini en progression pour expirer à 68,67 $.



Le 12 mai dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse. L’après-midi, le prix moyen au comptant de la carcasse a été en progression. La valeur moyenne des découpes a reculé. Mais, les côtes et le «butt» ont été en hausses records. Au cours de la semaine du 7 mai dernier, les ventes à l’exportation de porc US ont été de 10,827 tonnes, soit une baisse de 77 % par rapport à la semaine précédente. Dans le même rapport, le USDA a estimé que les expéditions de porc US ont touché un bas pour 2020 à 21,778 tonnes. Le cumulatif annuel des exportations de porc US a été évalué à 743,345 tonnes, soit une augmentation de 68 % par rapport à l’an passé et il s’agissait de 46 % du total de 2019. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,469 million de têtes, soit une augmentation de 255,000 têtes comparativement à la semaine précédente et une baisse de 363,000 têtes comparativement à l’an passé.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 11 Mai 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la session en baisse, mais ceux différés étaient plus fermes. Celui mai 2020, qui s’expire jeudi, a clôturé à 66,32 $



Le 8 mai dernier, le CME Fresh Bacon Index avait accompli une progression hebdomadaire record à 212,41 $. Le 7 mai dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 82 cents à 67 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a été en baisse de 80 cents à 36,72 $. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes était en hausse de 5,16 $ à 121,66 $. Toutes les découpes ont été en progression excepté celle du jambon qui a reculé de 40 cents. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 357,000 de têtes, ce qui est une augmentation de 100,000 têtes par rapport à la semaine passée, mais aussi une baisse de 458,000 têtes comparativement à l’an dernier. Les abattoirs et les usines de transformation sont en retour progressif.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 7 Mai 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la session en baisse. Sur une base hebdomadaire, toutefois, celui mai 2020 a progressé de 4,32 $. À cette date, les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont fini la journée dans le rouge. Le contrat décembre 2020 a été le plus faible.



Le 6 mai dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été dans le rouge de 24 cents à 116,50 $. Le jambon a reculé alors que les autres découpes étaient en hausse. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a été en progression. L’après-midi, le rapport de la CFTC a indiqué que le 5 mai dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient augmenté leurs positions nettes acheteuses de 857 contrats. Les «open interest» ont baissé de 4,473 contrats à 69,588 contrats. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,768 million de têtes, ce qui est une augmentation de 235,000 têtes comparativement à la semaine précédente. Les abattoirs US reprennent graduellement leurs opérations. Le cumulatif annuel des abattages est actuellement inférieur à celui de l’an dernier.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 7 Mai 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la session en baisse de 30 cents à 1,67 $. Par contre, celui mai 2020 a fini en progression de 70 cents. Le 5 mai dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 1,99 $ à 62,34 $.



L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en progression. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était de 36,62 $. Au cours de la semaine du 30 avril dernier, les ventes à l’exportation de porc US ont été de 47,541 tonnes, ce qui était une baisse comparativement à la semaine passée. Il s’agissait toutefois, des 3ème ventes les plus élevées de l’année 2020. Sur la semaine, 84,6 % des ventes étaient destinées à la Chine, ce qui était la proportion la plus forte depuis le 4 avril 2019. Les expéditions de 39,308 tonnes ont poussé le cumulatif des 18 premières semaines de l’année commerciale 2019/2020 à 721,567 tonnes. La Chine a été responsable de 40,4 % des exportations. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages quotidiens sous inspections fédérales à 1,205 million de têtes, ce qui représente une augmentation de 75,000 têtes par rapport à la semaine dernière. Les usines de transformation représentant 15 % de la capacité US sont en retour progressif.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 04 Mai 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la journée en hausse. Ceux de 2020 ont clôturé dans le vert par 3 chiffres. Ce sont les contrats mai et juin 2020 qui ont progressé le plus



Le CME Fresh Bacon Index a été en hausse hebdomadaire de 41,04 $ à 140,56 $, ce qui était un record effaçant ainsi celui de 2013. Le 30 avril dernier, le CME Lean Hog Index était en progression de 2,57 $ à 57,27 $. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été établie à 107,81 $. La longe a progressé de 5,73 $ à 130,81 $ Sur une base nationale le prix moyen au comptant de la carcasse était en recul de 93 cents à 36,84 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 292,000 têtes, soit à une baisse de 11,000 têtes comparativement à la semaine précédente.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 29 Avril 2020 : Le porc

À l’exception du contrat mai 2020 qui a clôturé en hausse, les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont terminé en baisse



Le recul a été plus accentué pour le contrat décembre 20 qui a perdu 3,10 $. Le 27 avril dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 74 cents à 49,72 $. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en progression de 2,24 $ à 90,73 $. La longe a reculé de 3,39 $ à 108,50 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en hausse de 45 cents à 36,46 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 852,000 têtes. L’an dernier, à la même période, le cumulatif était de 1,410 million de têtes.



www.grainwiz.com

#Porcs #Cours_sur_les_marchés

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 27 Avril 2020 : Le porc

Le contrat de porc US août 2020 a fini à sa limite à la hausse. Les contrats octobre et décembre 2020 avaient progressé respectivement à 3,70 $ et 2,87 $.



À cette date, le CME Fresh Bacon Index a été en hausse de 38,15 $ à 99,52 $, correspondant à une hausse record hebdomadaire. Le 23 avril dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 1,44 $ à 47,72 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant a été en progression de 69 cents à 34,81 $. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes était en hausse de 6,23 $ à 83,71 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 318,000 têtes; soit une réduction comparativement aux 365,000 têtes de la semaine dernière. Les fermetures d’abattoirs continuent d’être un problème majeur. La semaine passée, le cumulatif des abattages en date du 25 avril dernier avait été estimé à 1,995 million de têtes.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Grosbois Bastian

Coronavirus et élevage porcin: la France recule par rapport à ses voisins européens

Avec un marché de la filière porc désorganisé, les entreprises de transformation souffrent. Mais la demande du consommateur reste très soutenue, ce qui maintient le cours.



Dans cette crise du coronavirus, le marché français du porc est pris entre deux feux. D’un côté, des réseaux qui tentent de transférer l’activité restauration hors foyer, arrêtée, vers la grande distribution. De l’autre, des consommateurs qui achètent beaucoup de viande de porc, peu chère, et de jambon, bien davantage que d’habitude. Le marché est désorganisé, mais, comme il n’y a pas trop de porcs en Union européenne, le prix reste correct et stable : 1,512 € le kilo au dernier marché au cadran de Plérin (Côtes-d’Armor). « Les entreprises de transformation et de salaison souffrent beaucoup », constate cependant Pascal Le Duot, directeur du Marché du porc breton (MPB) de Plérin, outil de référence national. Surtout pour le haut de gamme : jambon de Parme et jambon ibérique voient leur cours s’effondrer. Le problème de la filière française, est qu'elle décroche par rapport aux voisins européens. On le voit très bien sur la courbe des cours du porc en Europe : la France reste assez stable, mais à un cours plus bas que le Danemark, l’Allemagne ou l’Espagne. Et contrairement à ses voisins, la France n'arrive pas à bénéficier de la demande chinoise dont les activités reprennent de plus belle. L'autre inquiétude qui se profile est la baisse des prix américains due au coronavirus. Alors il est probable que la Chine impose à ses partenaires Européens une baisse de prix aussi significative. La menace américaine est bien là.



#Covid_19 #Porcs #Elevage_porcin



SOURCE: www.ouest-france.fr

www.ouest-france.fr




Grosbois Bastian

Les porcs et les poulets ne sont pas sensibles au virus de la COVID-19

La maladie COVID-19 est causée par un nouveau coronavirus, le SARS-CoV-2, proviendrait de chauves-souris et transmis à l’homme en Chine l’hiver dernier. Une grande question pour les scientifiques est de savoir si ce virus peut infecter d’autres espèces animales.



Il y a plusieurs semaines en Allemagne, le Friedrich-Loeffler-Institut (FLI) a entamé des études d’infection chez les porcs, les poulets, les chauves-souris frugivores et les furets. Les premiers résultats montrent que les chauves-souris frugivores et les furets sont sensibles à l’infection par le SRAS-CoV-2, contrairement aux porcs et aux poulets. Les animaux de ferme en particulier sont en contact étroit avec l’homme. Par conséquent, la sensibilité du porc et du poulet au SARS-CoV-2 a été testée. Il a été examiné si les animaux étaient infectés, si le pathogène se reproduisait et si les animaux présentaient des symptômes de maladie. Dans des conditions expérimentales, ni les porcs ni les poulets ne se sont révélés sensibles à l’infection par le SRAS-CoV-2. Selon l’état actuel des connaissances, ils ne sont pas affectés par le virus et ne présentent donc pas de risque potentiel pour la santé humaine.



#Covid_19 #Porcs #Elevage_de_poulets #Elevage_porcin



SOURCE: www.lebulletin.com

www.lebulletin.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 17 Avril 2020 : Le porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont fini la session en hausse. Dans le cas du contrat mai 2020, le gain de 60 cents réalisé à cette date a été insuffisant pour surmonter la perte hebdomadaire.



Le 15 avril dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a été en recul. Dans son rapport hebdomadaire, la CFTC montre que le 14 avril dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient augmenté leurs positions nettes acheteuses de 3,889 contrats à 18,627 contrats. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en progression. La Chine a rapporté que sa production de porc au premier trimestre 2020 avait baissé de 29,1 % par rapport aux niveaux déjà dépréciés de l’an dernier. En sol chinois, le prix du porc a augmenté de 16 % depuis un an. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,236 millions de têtes, ce qui porte le cumulatif annuel des abattages à 40,538 millions de têtes.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs





Pichon Gilbert

Revue des marchés du 9 Avril : Le porc

Les contrats de porc US ont fini la semaine en baisse de 32 cents à 2,77 $.



Le CME Lean Hog Index était dans le rouge. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a reculé. Le rapport WASDE indique que par rapport au mois passé, la production de porc US a augmenté de 50 millions de lbs à 29,049 milliards de lbs. Le rapport sur les ventes à l’exportation de la semaine du 2 avril dernier montre que celles de porc US ont été de 55,913 tonnes. C’était les meilleures ventes depuis le 4 avril 2019. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse. Les découpes sont demeurées sous la barre des 100 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,909 million de têtes, ce qui représente une réduction de 39,000 têtes comparativement à la semaine dernière et une augmentation de 44,000 têtes par rapport à l’an passé.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 2 Avril 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la journée en baisse autant que leurs limites élargies leurs permettaient.



Le 31 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse. Les ventes à l’exportation de porc US au cours de la semaine du 26 mars dernier ont été de 38,152 tonnes, soit une diminution de 1,1 % par rapport à la semaine précédente et aussi à une hausse de 257,7 % comparativement à l’an passé. Sur la semaine, 49,6 % des ventes concernaient la Chine. Cette dernière a été la destination pour 40,4 % des exportations hebdomadaires avec 40,184 tonnes. Les données du Census Bureau présentées le matin indiquent que les expéditions de porc US au cours du mois de février dernier ont été un autre record mensuel avec 658,2 millions de lbs. À Noter que chacun des 9 derniers mois a été un record, mais celui de décembre a dépassé tous les autres. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes US a été en baisse. La découpe «butt» a reculé. Les prix du flanc ont touché un nouveau bas record à 32,51 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en recul. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,948 million de têtes, soit une baisse de 42,000 têtes par rapport à la semaine passée.



Lire aussi Revue des marchés du 2 Avril 2020 : Le bœuf à l’adresse www.talkag.com



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 27 Mars 2020 : Le Porc

Les contrats de porc US mai 20 et juin 20 ont terminé la session à leurs limites à la baisse. Le contrat avril 20 a clôturé dans le rouge de 5 cents. Sur la semaine, il a reculé de 3,12 $.



Le 25 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 1,05 $ à 66,17 $. Le rapport du USDA Hogs & Pigs montrait la veille qu’au 1er mars dernier, les inventaires de porc US étaient de 77,629 millions de têtes, ce qui correspondait à une augmentation annuelle de 3,98 %. Le marché s’attendait à une hausse de 3,4 %. Le USDA estime aussi que le cheptel reproducteur a atteint 6,375 millions de têtes, soit une progression de 100,41 % par rapport à l’an dernier. La production de porc US entre décembre et février derniers a été évaluée à 34,734 millions de têtes, ce qui représentait une hausse annuelle de 4,7 % alors que les analystes anticipaient une augmentation de 3,5 %. L’après-midi, sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en baisse de 77 cents à 58,07 $. Le rapport de la CFTC indique que mardi dernier, les gestionnaires actifs dans le porc US avaient des positions nettes acheteuses sur 23,130 contrats. Les intérêts d’ouverture ont baissé de 41,6 % depuis les 5 dernières semaines à 80,142 contrats. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,754 millions de têtes, ce qui est une augmentation de 226,000 têtes comparativement à l’an passé. Le cumulatif annuel des abattages est actuellement supérieur à celui de l’an dernier par 5,0 %.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs





Pichon Gilbert

Revue des marchés du 25 Mars 2020 : Le Porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont fini la journée avec des pertes entre 57 cents et 1,25 $.



Le 23 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 80 cents à 63,98 $. Le jour suivant, paraîtra le rapport Hogs & Pigs. Les analystes anticipent qu’au 1er mars dernier, le troupeau de porc US était de 77,162 millions de têtes, soit à une hausse annuelle de 3,4 %. Le marché s’attend aussi à ce que la production de porc US ait augmenté de 3,5 % par rapport à l’an dernier et que 1,1 % des truies aient mis bas. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse de 3,02 $ à 79,03 $. Le flanc a reculé de 12,52 $, mais la découpe «butt» a bougé davantage en perdant 18,32 $ à 122,27 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en baisse de 19 cents à 59,02 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,493 million de têtes, ce qui est égal à la semaine dernière.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 23 Mars 2020 : Le porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont terminé la journée à leurs limites à la hausse. Le contrat juin 2020 a gagné 2,70 $.



Au cours de la semaine du 2020 mars dernier, le CME Fresh Bacon Index était en hausse de 5,73 $ à 114,54 $, ce qui en fait le résultat le plus élevé depuis le 7 février dernier, mais aussi, le plus faible depuis la même période en 2015. Présenté l’après-midi, le rapport mensuel Cold Storage indiquait qu’à la dernière journée de février dernier, les inventaires de surgelé de porc US étaient de 661,7 millions de lbs, ce qui correspondait à une hausse mensuelle de 5,8 % et à une autre de 7,5 % comparativement à l’an dernier. Le rapport a aussi montré que les stocks de flanc de porc US étaient de 74,4 millions de lbs, soit au niveau le plus élevé depuis février 2014. Le 19 mars dernier, le CME Lean Hog Index a été en hausse de 85 cents à 62,18 $. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes était en progression de 3,47 $ à 83,51 $. Toutes les découpes ont été en hausse, sauf celle du jambon qui a reculé de 31 cents. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a augmenté de 1,08 $ à 57,41 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 497,000 têtes, ce qui est égal à la semaine dernière.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 20 Mars 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la séance sur une note partagée. Le contrat mai 2020 a progressé le plus. Il a gagné 1,65 $. Le contrat juin 2020 a reculé de 55 cents. Sur la semaine, le contrat avril 2020 a pris 5,20 $.



Le 18 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 75 cents à 61,33 $. Le rapport Commitment of Traders montre que mardi dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs avaient moins de positions nettes acheteuses. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse de 1,11 $ à 80,04 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a gagné 5 cents à 56,12 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,790 millions de têtes, ce qui correspond à une augmentation de 287,000 têtes par rapport à la semaine dernière. Le cumulatif annuel des abattages a été évalué à 30,545 millions de têtes, ce qui est une hausse de 4,7 % par rapport à l’an passé.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 18 Mars 2020 : Le porc

Le contrat de porc US avril 20 a terminé la session en hausse de 27 cents.



Les contrats mai et juin 20 ont par contre fini respectivement en baisse de 3,40 à 2,45 $. Le 16 mars dernier, le CME Lean Hog Index a gagné 45 cents à 59,74 $. L'après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en hausse de 48 cents à 74,90 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a progressé de 69 cents à 56,23 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,493 million de têtes, ce qui est une augmentation de 17,000 têtes comparativement à la semaine dernière.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 13 Mars 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la semaine à leurs limites à la baisse pour une deuxième fois consécutive.



Le 11 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 57 cents à 58,32 $. Dans son rapport hebdomadaire, la CFTC indique que mardi dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient réduit leurs positions nettes acheteuses de 1,469 contrats à 22,637 contrats. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en progression de 65 cents à 69,84 $. La découpe des côtes a gagné 5,16 $ à 138,72 $ Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en progression de 3 cents à 54,19 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,648 millions de têtes, soit à une baisse de 32,000 têtes comparativement à la semaine passée et aussi à une augmentation annuelle de 195,000 têtes. Le cumulatif annuel des abattages a été estimé en hausse de 4,1 % par rapport à l’an passé à 27,755 millions de têtes.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 11 Mars 2020 : Le porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont terminé la session en baisse de 1,12 $.



Le 9 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 18 cents à 57,27 $. Sur une base annuelle, l’indice des prix à la consommation de la Chine a augmenté de 5,2 % au cours du mois de février dernier, mais l’inflation a ralentie alors qu’elle était en hausse annuelle de 5,4 % en janvier dernier. Toujours pour la Chine, en février dernier, l’Inflation des prix du porc avait augmenté sur une base mensuelle. Pour le même mois, les prix ont progressé de 135,2 % sur un an. Mais comparativement à janvier dernier, la hausse a été de 16 %. L'après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en hausse de 86 cents à 68,82 $. Sur une base nationale, le prix moyen de la carcasse a gagné 1,34 $ à 53,96 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,476 million de têtes, ce qui est une baisse de 9,000 têtes comparativement à la semaine dernière.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

10 000 cochons français vont s’envoler en Chine en 2020 pour une mission bien précise

Le premier avion rempli de cochons reproducteurs a décollé de Brest mardi. Leur mission sera de repeupler les élevages chinois décimés par la peste porcine en 2019.



Un millier de cochons, triés sur le volet pour leurs performances reproductrices, se sont envolés mardi en fin de journée de Brest à destination de la Chine, pays durement touché en 2019 par la peste porcine africaine. Au total, entre mardi et mercredi, ils devraient 2000 porcs reproducteurs à quitter l’aéroport breton, qui développe depuis 2017 les vols d’animaux vivants. Pour ces animaux d’exception, une telle opération, à l’initiative de l’entreprise spécialisée en génétique porcine Axiom, exige beaucoup de précautions. L’entreprise en charge prévoit d’envoyer en 2020 quelque 10 000 cochons reproducteurs français en Chine, et assure que d’autres contrats sont d’ores et déjà prévus pour 2021. Avant d’être frappée par le coronavirus, la Chine, premier pays consommateur mais aussi premier producteur de viande de porc au monde, a dû affronter les ravages de la peste porcine. Les autorités chinoises ont annoncé fin 2019 avoir perdu 50% de leurs troupeaux de porcs reproducteurs dans cette épidémie, soit environ 500 millions de porcs, selon un expert du marché du porc.



www.sudouest.fr

#Exportation #Porcs #Reproduction

www.sudouest.fr




Pichon Gilbert

Revue des marché du 10 Mars 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont terminé la journée dans le vert de 1,95 à 2,30 $.



Le 6 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 11 cents à 57,09 $. À midi, le rapport WASDE indiquait que la production de porc US 2020 est prévu en hausse de 100 millions de lbs par rapport à février à 28,985 milliards de lbs. Pour le quatrième trimestre, la production de porc US a été estimée à 7,725 milliards de lbs. Le USDA a aussi revu sa prévision des exportations de porc US de 7,375 milliards de lbs à 7,75 milliards de lbs, ce qui correspond à un accroissement annuel de 5,1 %. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en progression de 1 cent à 67,96 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a augmenté de 1,10 $ à 52,34 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 989,000 têtes, ce qui était une hausse hebdomadaire de 3,000 têtes.

www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 6 Mars 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont fini la journée en hausse. Sur la semaine, le contrat avril 2020 a gagné 3,65 $.



Le 4 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 33 cents à 56,79 $. Le rapport de la CFTC indique que le 3 mars dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient augmenté leurs positions nettes acheteuses de 5,600 contrats à 24,106 contrats. En fait, ils avaient des positions nettes acheteuses depuis les 11 dernières semaines. Au cours de janvier dernier, les exportations de porc US ont été un record mensuel de 663,2 millions de lbs. Ce résultat est le plus élevé après celui de décembre dernier. La Chine a été la destination pour 197,4 millions de lbs. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse de 18 cents à 66,86 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en recul de 60 cents à 50,90 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,680 millions de têtes, ce qui pousse le cumulatif annuel des abattages à 25,102 millions de têtes. Il s’agit d’une progression de 3,7 % par rapport à celui de l’an dernier.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marché du 28 Février 2020 : Le porc

Les contrats de porc US ont fini dans le rouge de 27 à 82 cents. Sur la semaine, le contrat avril 20 a perdu 7,15 $.



Le 26 février, le CME Lean Hog Index était en baisse de 5 cents à 56,36 $. Le rapport de la CFTC indique que mardi, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient augmenté leurs positions nettes acheteuses de 5,486 contrats à 18,506 contrats. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse de 17 cents à 64,12 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a progressé de 25 cents à 50,59 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,556 millions de têtes, ce qui correspond à une réduction de 66,000 têtes par rapport à la semaine passée. Le cumulatif annuel des abattages a été estimé à 22,433 millions de têtes, soit une augmentation de 3,4 % par rapport à l’an dernier.



www.grainwiz.com

#Point_marché #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 27 Février 2020 : Le porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont fini en baisse.



Pendant la semaine du 20 février, les ventes à l’exportation de porc US étaient de 38,922 tonnes. Le USDA a aussi montré dans son rapport publié plus tôt la matinée que les expéditions de porc US étaient de 42,547 tonnes. Le cumulatif annuel des exportations de porc US a augmenté à 302,000 tonnes, soit à presque le double de 2019. Les ventes non-expédiées de porc US ont été de 430,945 tonnes, soit une hausse annuelle de 108,7 %. Les ventes de porc US à la Chine ont représenté 18,56 % du total de la semaine, soit 14,04 % de plus que la semaine précédente. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes était en baisse. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a progressé. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages à 1,979 million de têtes, soit une augmentation de 16,000 têtes comparativement à la semaine dernière.



www.grainwiz.com

#Porcs #Cours_sur_les_marchés

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 26 Février 2020 : Le porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont terminé la session dans le vert de 20 à 70 cents.



Le 24 février dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 26 cents à 56,16 $.

L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse de 1,48 $ à 64,49 $. Le flanc a été le plus mouvementé. Il a reculé de 3,88 $ à 67,31 $, soit à son niveau le plsu faible depuis mai 2015. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a progressé de 42 cents à 50,02 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,485 million de têtes, soit une hausse hebdomadaire de 14,000 têtes.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 20 Février 2020 : Le porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont terminé la session avec des pertes de 70 cents à 1,22 $.



Le 18 février dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 12 cents à 55,54 $. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en hausse de 43 cents à 64,44 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en baisse de 54 cents à 49,81 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,963 million de têtes, ce qui correspond à une réduction de 4,000 têtes par rapport à la semaine passée, mais également à une augmentation annuelle de 82,000 têtes.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 18 février 20 : Le Porc

Les contrats de porc US ont progressé de plus de 1,20 $. Ceux mars 20 et juin 20 ont respectivement gagné 55 cents et 47 cents.



La Chine a accepté de mettre en application plus d’exemptions de tarifs à l’importation de porc US. Cette mesure devrait entrer en vigueur le 2 mars prochain et s’échelonner sur une durée d’un an. Le 14 février dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 41 cents à 55,97 $. Sur la semaine, le Fresh Bacon Index a été en recul de 20,18 $ à 102,40 $. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes a été hausse de 2,15 $ à 65,01 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a progressé de 2,05 $ à 50,05 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 979,000 têtes, soit à une baisse hebdomadaire de 6,000 têtes.



www.grainwiz.com

#Cours_sur_les_marchés #Porcs





Pichon Gilbert

Revue des marchés du 14 Février 2020 : Le porc

Le contrat de porc US février 20 a expiré aujourd’hui à 55,90 $ après une baisse de 10 cents. Les autres contrats aux échéances les plus rapprochées ont clôturé en hausse de 12 à 22 cents.



Le 12 février dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 62 cents à 56,70 $. Les données de la CFTC indiquent que mardi dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs dans le porc US avaient réduit leurs positions nettes acheteuses. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en recul de 35 cents à 62,75 $. Celle du filet a le plus baissé de 3,00 $ à 63,83 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a augmenté de 92 cents à 49,56 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,596 millions de têtes, ce qui correspond à une baisse hebdomadaire de 95,000 têtes et à une hausse annuelle de 99,000 têtes. Le cumulatif annuel des abattages a été estimé à 17,28 millions de têtes.



www.grainwiz.com

#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant être segmentée à loisir, selon les désideratas des industriels et distributeurs.





Se fondant sur une certification de conformité produit depuis 2003, Cochon de Bretagne s’est engagée dans une démarche de progrès lorsque plusieurs de ses éleveurs lui ont fait part de leur volonté de valoriser leur montée en gamme. Le conseil d’administration a aussitôt validé l’idée et a opté pour un audit précis des équipements et pratiques de tous les éleveurs. En quelques mois, tous les éleveurs ont été visités. La seconde étape de la démarche de progrès a pu alors commencer à savoir la fixation pour tous les éleveurs des points d’amélioration à résorber dans leur élevage à horizon un, trois ou cinq ans; avec un site Internet où tous les éleveurs « avancés » dévoilent leurs pratiques et astuces au bénéfice de tous. Reste désormais à Cochon de Bretagne à valoriser sur le marché ces avancées qui correspondent aux attentes séciétales exprimées par le marché, et en tirer une plus-value supplémentaire.



wikiagri.fr



#Cochon_de_Bretagne #Porcs #Viande_Porcine_ #Élevage_porcin

wikiagri.fr




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 31 Janvier 2020 : Le Porc

Les contrats de porc US avaient besoin d’élargir leurs limites pour terminer la semaine en hausse. Le contrat avril 20 a fini la session en baisse de 4,22 $. Sur la semaine, le contrat février 20 a perdu 10,10 $ (15,02 %).



Le 29 janvier dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 38 cents à 62,78 $. Le rapport de la CFTC indique que le 28 janvier dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient des positions nettes acheteuses sur 10,099 contrats, mais la quantité de contrats détenus a baissé de 1,467 contrats. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse de 1,33 $. Le flanc a reculé de 6,12 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était dans le rouge de 1,71 $ à 52,49 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 12,703 millions de têtes, ce qui est une baisse de 13,000 têtes par rapport à la semaine dernière. Pour l’année, le cumulatif des abattages est de 12,012 millions de têtes, ce qui dépasse celui de l’an dernier par 255,000 têtes.



www.grainwiz.com

#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 28 Janvier 2020 : Le Porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont fini la séance en hausse de 27 à 85 cents.



Le 24 janvier dernier, le CME Lean Hog Index était en progression de 37 cents à 61,90 $. La compagnie brésilienne JBS SA a signé un accord de 717,26 millions de $ US visant à fournir de la viande Hong Kong. Le protocole, qui débutera au 1er trimestre de cette année, concerne le bœuf, le porc et la volaille. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse de 1,38 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a pris de 82 cents à 54,71 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 996,000 têtes, ce qui représente une augmentation de 58,000 têtes par rapport à la même période l’an dernier.



Lire aussi Revue des marchés du 28 Janvier 2020 : Le Boeuf à l’adresse www.talkag.com



Source : www.grainwiz.com

#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Revue des marchés du 17 janvier 20 : Le porc

Le contrat de porc US mai 20 a fini la session en baisse de 2 cents alors que ceux février 20 et avril 20 ont clôturé avec des gains. Les 80 cents de plus enregistrés pour le contrat février ont poussé une hausse observable de 0,425 $ sur le graphique de la semaine.

Le 15 janvier dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 72 cents à 60,15 $. Le rapport de la CFTC a indiqué que mardi dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient augmenté leurs positions nettes acheteuses de 353 contrats à 9,548 contrats. Sur la semaine, les intérêts d’ouverture ont progressé de 6,117 contrats. Dans la semaine du 9 janvier dernier, les ventes à l’exportation de porc US ont été de 2,289 tonnes et la Chine a été la destination pour 38,62 % des expéditions. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en baisse de 2 cents à 75,47 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a reculé de 43 cents à 50,79 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,574 millions de têtes, ce qui est une baisse de 121,000 têtes par rapport à la semaine dernière. Les abattages seront plus limités samedi.



www.grainwiz.com



#Cours_Prix_Marchés_Céréales_Graines #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Peste porcine africaine : Le renforcement des mesures de protection à la frontière franco-belge

Le ministère français de l'agriculture a annoncé ce lundi l'extension du périmètre de la zone d'observation mise en place pour prévenir l'arrivée de la peste porcine africaine (PPA) aux frontières, tout en assurant que la France était toujours indemne de la maladie.





Le ministère de l'agriculture a étendu le périmètre de la zone d'observation mise en place dans le cadre des mesures de prévention de la Peste porcine africaine. Ainsi, Une clôture a été érigée dans les départements des Ardennes, de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle, afin de délimiter une zone blanche, dépeuplée de sangliers, et une zone d'observation au regard de la zone infectée en Belgique, rappelle le ministère. Par ailleurs, l'arrêté introduit des dérogations à l'interdiction d'activité en forêt autorisant l'exploitation de bois de chauffage pour les particuliers, réservé à un usage domestique. L'apparition d'un foyer mi-novembre dans l'ouest polonais avait déjà inquiété la filière tant en Allemagne qu'en France. Inoffensive pour les humains, cette maladie virale très contagieuse entraîne des hémorragies qui peuvent être fatales en quelques jours chez les sangliers et porcs domestiques. Aucun vaccin n'a encore fait ses preuves pour lutter contre la maladie.



www.web-agri.fr



#Maladies_animales #Porcs #Peste_porcine_africaine

www.web-agri.fr




Pichon Gilbert

Elevage Porcs : Les avantages de la conduite en bande

Elle a le mérite de rationaliser et programmer le travail de l’éleveur et est un excellent moyen de lutte contre les maladies





Cette méthode a un avantage sanitaire, puisqu'elle permet de désinfecter régulièrement le bâtiment et ainsi limiter les contaminations, puisque les animaux sont du même âge. Les normes d’élevage sont respectées puisque le flux d’animaux est pratiquement constant et correspond à la taille des salles. Elle a le mérite de rationaliser et programmer le travail de l’éleveur, puisque les interventions se font sur tous les animaux au même moment, et à intervalles réguliers dans le temps. Dans une telle conduite, l’éleveur dispose d’une semaine entre chaque bande pour réaliser nettoyage-désinfection-vide sanitaire, et travaille donc en « tout plein tout vide ». L’effet conjugué de cette technique hygiénique et de l’identité physiologique des porcs, permet de diminuer l’incidence de la pathologie et de limiter ainsi le besoin antibiotique et son coût.



www.talkag.com



#Elevage #Porcs

www.talkag.com




Pichon Gilbert

Elevage de porcs : la conduite en bande

La conduite en bande est une méthode d’élevage utilisée par les éleveurs français depuis les années 1967-1968.



C’est une méthode d'élevage qui consiste à remplir en une seule fois un bâtiment d'élevage avec des animaux de même âge, de même poids et de même stade physiologique. L’objectif est que les animaux quittent le bâtiment au même moment, ce qui permettra à l'éleveur de profiter pour nettoyer et désinfecter le bâtiment. Selon la taille de son élevage, il va falloir bien choisir la bonne conduite en bande en se basant sur des critères comme la simplification du travail, l’optimisation économique des bâtiments, la sécurisation des conditions sanitaires. Il existe également la conduite en 5 bandes (l’intervalle entre bandes est de 4 semaines), 4 bandes (l'intervalle entre bandes est de 5 semaines), 10 bandes (l'intervalle est de 2 semaines entre bandes.)... L'âge au sevrage couramment pratiqué est de 21 jours. Chaque technique est adoptée en fonction de chaque élevage. Néanmoins la conduite en 7 bandes (avec un sevrage à 28 jours) est encore la plus rencontrée en France et est un bon compromis entre taille de bandes, organisation du travail et sécurité sanitaire pour qui sait limiter l'échange d'animaux entre bandes.



#Elevage #Porcs





Pichon Gilbert

Revue des marchés du 29 Octobre : Le Porc

Les contrats de porc aux échéances les plus rapprochées ont terminé la journée en baisse de 75 cents à 1,32 $.



Le 25 octobre dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 97 cents à 64,12 $. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en hausse de 69 cents à 76,72 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en recul de 48 cents à 51,12 $. Pour la semaine, le USDA estime le cumulatif des abattages sous inspections fédérales à 981,000 têtes, une augmentation de 1,000 têtes par rapport à la semaine précédente.



www.talkag.com

www.grainwiz.com



#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Bomboma Jean

Porc

Amélioration de la longévité des truies à travers une expérience



Pour une étude d’expérimentation, Flowers a pesé les porcs à la naissance et au sevrage et a mis en place les portées de manière à ce qu’il n’y ait que sept porcelets allaités par truie, de sorte que la seule variable était la différence de taille. Les truies ont été gérées exactement de la même manière pendant le reste de leur période de croissance et ont été envoyées dans deux fermes de truies commerciales. Environ 40% des jeunes truies de petites portées étaient encore dans le troupeau après la deuxième parité, contre 12% de grandes portées. Il a également examiné le poids à la naissance et la longévité. Les truies nées avec moins de 1,1 kg n’ont pratiquement aucune chance de faire partie du troupeau à long terme, par rapport aux truies nées avec un poids à la naissance de 1,6 kg. Selon Billy Flowers, utiliser des critères de sélection pour la longévité des truies au stade de la multiplication peut aider, mais il comprend que ce ne sont pas tous qui voudront appliquer cette méthode de sélection. Une alternative consiste à se concentrer sur le bon départ des jeunes truies en assurant la consommation de colostrum et en encourageant la croissance avant le sevrage.

#Porcs #Truies



www.talkag.com

www.lebulletin.com

www.lebulletin.com




Bomboma Jean

Détection de cas de diarrhée porcine

Actualité sur l’élevage des porcs en Amérique de nord



Plusieurs cas ont été détectés en Amérique du nord



Selon la plateforme d’épidémiosurveillance Promed, plusieurs cas de porcs atteints de diarrhée épidémique porcine (DEP) ont été déclarés aux États-Unis le 20 mars, lors d’une foire agricole de dimension régionale dans l’Oklahoma. Le 26 mars, un cas a également été déclaré au Canada, dans une maternité porcine de la province de Québec, rapporte la presse locale. Au Canada, aucun cas n’était recensé depuis 2015. La diarrhée épidémique porcine (DEP) est une gastro-entérite virale aiguë extrêmement contagieuse, dont la diarrhée cause une mortalité pouvant atteindre 100 % chez les porcelets. L’une des souches (non InDel) a provoqué des épizooties sévères en Amérique du nord entre 2013 et 2015 (des millions de porcelets morts), où elle a fait grimper les prix du porc à des niveaux historiques.

#DEP

#Sanitaire

#Porcs



www.talkag.com

www.paysan-breton.fr



www.paysan-breton.fr




Bomboma Jean

Les femmes en élevage

L’importance donnée aux femmes en production porcine



Estelle, ingénieure agricole de formation, est toujours au service des éleveurs de porc



C’est durant un stage en deuxième année sur une exploitation laitière avec un atelier d’engraissement à façon qu’Estelle découvre la production porcine. Elle a été atteinte d’un réel coup de foudre pour cet animal. Aujourd’hui, avec du recul, elle regrette que les formations agricoles soient plutôt orientées sur l’élevage bovins/vaches laitières, la production porcine y est souvent survolée et présentée principalement à travers la filière porcine et non pas l’élevage. En octobre 1995, après une expérience professionnelle de 6 mois dans un élevage de 900 truies, Estelle est embauchée comme conseillère spécialisée en production porcine à la Chambre d’agriculture des Côtes d’Armor, qu’elle n’a pas quittée depuis. « Je n’ai jamais senti un jugement quelconque de la part des éleveurs sur le fait d’être une femme dans ce métier qui, à cette époque, était plus masculin.»

#Les_femmes_en_agriculture

#Porcs



www.talkag.com

www.paysan-breton.fr

www.paysan-breton.fr




Bomboma Jean

Le secteur porc

Soutien pour les éleveurs de porcs en France



La coopérative Le Gouessant mobilise 2,2 millions pour soutenir les éleveurs



A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Il me semble naturel et essentiel que, dans les moments difficiles, la coopérative, dans son ensemble, soit solidaire des éleveurs de porcs, a annoncé Thomas Coupel, président de la coopérative. Depuis 18 mois, la situation en porc est tendue. Un critère sonne l’alerte : le ratio prix du marché sur prix de l’aliment est à son plus bas niveau jamais atteint : 4,4. Or, il devrait se situer aux alentours de 5,7-6 pour permettre à la majorité des éleveurs d’atteindre le point d’équilibre », ajoute Yann Renouvel, directeur du pôle animal et végétal. Dans ce contexte difficile, la coopérative va apporter deux aides, pour un montant alloué de 1,1 million d’euros chacune, à ses 550 éleveurs. Cette aide va prendre la forme d’une avance de trésorerie sur 12 mois sans intérêt, à compter de mars 2019.

#Porcs



www.talkag.com

www.paysan-breton.fr

www.paysan-breton.fr




Bomboma Jean

L’élevage des truies

Entretien de ces truies



Quels sont les facteurs de longévité des truies ?



La longévité des truies en élevage dépend de leurs performances, surtout en début de carrière, des risques d’accidents et des choix de conduite de l’éleveur. Les réformes prématurées ont un impact économique important mais les enjeux sanitaires et sociétaux sont aussi à prendre en compte. L’IFIP propose différents critères de mesure de la longévité des truies et a identifié les facteurs de variation en conditions d’élevage. D’autres facteurs impactent la durée de carrière : performances techniques, conduite en bandes, conjoncture, politique de réforme, et doivent être pris en compte. La fréquence élevée de réformes anticipées conduira à travailler sur les risques liés à la conduite des cochettes.

#Institut_du_porc

#Porcs



www.talkag.com

www.pleinchamp.com

www.pleinchamp.com




Bomboma Jean

Santé du porc

IFIP cherche des solutions pour améliorer l’élevage du porc



Comment ont évolué les dépenses de santé des élevages de porc français sur 10 ans ?



La maîtrise des dépenses de santé permet d’optimiser les coûts de production et de suivre l’utilisation des antibiotiques afin de diminuer leur contribution à la résistance bactérienne et de préserver l’arsenal thérapeutique existant. Depuis plusieurs années l’Ifip analyse, à partir de la base de données GTE, l’évolution des dépenses de santé préventives et curatives et l’influence de la zone géographique. De 2006 à 2016, les naisseurs-engraisseurs ont diminué de 9 % leurs dépenses en produits vétérinaires. Des analyses similaires ont été réalisées pour les élevages post-sevreurs-engraisseurs.

#Elevage_porc

#Porcs



www.talkag.com

www.pleinchamp.com

www.pleinchamp.com




Bomboma Jean

Formation IFIP

Bâti - Porc



Découvrez le programme des cycles de formation BâtiPorc sur la chaîne Youtube de l’Ifip



En 2019, l’Ifip propose un autre cycle de formation à destination des éleveurs, équipementiers et encadrants techniques, pour revoir les fondamentaux de la gestion des bâtiments et des équipements porcins. BâtiPorc permet de faire le point sur les équipements présents et les standards de construction d’une porcherie. En 3 jours, nous abordons aussi bien la gestion de l’ambiance (ventilation et chauffage), les systèmes de distribution d’eau et d’aliment, les conditions de logements des animaux et les éléments constitutifs d’une porcherie (isolation, sous-bassement, charpente,…). Selon votre expérience, il est possible de personnaliser le cycle de formation en choisissant les journées les plus à même de répondre à vos attentes. Cette approche multi-thématique sur les divers équipements présents en porcherie est particulièrement appréciée dans ce cycle.

#IFIP_Institut_du_porc

#Porcs

#Elevage_porcin



www.talkag.com

www.youtube.com

www.youtube.com




Bomboma Jean

DIGIPORC, réseau rennais de R&D (IFIP-INRA-Agrocampus) dédié au Digital pour le porc

01 Février 2019



Technologie d’élevage du porc



DIGIPORC est une UMT (Unité Mixte Technologique) dédiée au Numérique pour le porc, labellisée par le Ministère de l'Agriculture. Elle formalise un partenariat fort entre l'INRA, Agrocampus Ouest et l'FIP qui a pour objectif la co-production d'innovations, en réponse aux besoins des acteurs économiques. Centrée sur le digital, DIGIPORC proposera des applications en élevage conçues à partir du traitement des données, de liens entre capteurs, biomarqueurs et phénotypes et de modèles de prédiction et décision, par exemple pour l'aide au tri des animaux, la compréhension de phénotypes complexes et l'évolution des objectifs et schémas de sélection, la gestion de la multi-performance... Les travaux de DIGIPORC vont de l’évaluation de nouveaux dispositifs de mesure (sélection de biomarqueurs et acquisition de données), à la mise en œuvre et au développement d’outils d'aide à la décision et à l'évaluation de leur intérêt, en passant par le développement et l'harmonisation de méthodologies de traitement de données, la formation d'étudiants ainsi que la valorisation des résultats auprès des acteurs de la filière.

#Technologies_et_innovations

#Elevage

#Porcs



www.pleinchamp.com



www.pleinchamp.com




Bomboma Jean

Informations sur les marchés des porcs

30 Janvier 2019



À la fermeture du marché, les contrats de porc à Chicago se situaient quelque part entre une baisse de 32,5 cents et une hausse de 52,5 cents. Le 28 janvier dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 33 cents comparativement au jour précédent à 58,33 $. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes de porc a été en recul de 1,70 $ à 66,97 $. Les côtes ont été la seule découpe à la hausse (41 cents). Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a baissé de 21 cents à 51,37 $. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,197 million de têtes, une baisse de 145,000 têtes comparativement à la semaine passée et de 198,000 têtes par rapport à l’an dernier. Les difficultés de transport causées par les forts vents glacials ont eu une incidence sur les données nationales. Aujourd’hui, seulement 261,000 têtes ont été abattues.

#Porcs

#Marché_à_terme



www.grainwiz.com

www.grainwiz.com




Bomboma Jean

Que peuvent attendre les éleveurs de porcs de cette nouvelle année ?

Approches de solution pour la reproduction et la commercialisation



Difficile à dire. Ils espèrent que les cours des céréales et protéines entrant dans la composition de l’aliment (70 % du coût de production d’un porc) ne flamberont pas. Et veulent croire au retour de la Chine à l’achat sur les marchés mondiaux, même si elle a augmenté sa production en 2018 pour limiter ses importations. La situation sanitaire de la Chine, premier producteur mondial de porcs dans le monde (55 millions de tonnes, soit la moitié de la production) pourrait leur donner raison. L’Empire du Milieu se bat actuellement contre une épidémie de peste porcine africaine, sans solution pour l’instant. Encore faudrait-il que la peste porcine qui a touché la Belgique ces derniers mois ne s’immisce pas en France...

#Elevage_Porc

#Porcs



wikiagri.fr



wikiagri.fr




Pichon Gilbert

Alimentation animale

Des outils pour valoriser des données et réduire le coût alimentaire



Appliquer l’alimentation de précision en élevage porcin



Le développement d’une agriculture porcine durable doit relever des défis essentiels comme la réduction des coûts de production et des rejets de nutriments en excès dans l’environnement. Des dispositifs d’alimentation de précision conçus pour les porcs charcutiers permettront désormais d’ajuster l’alimentation au plus près de leurs besoins, en les estimant sur une base individuelle, journalière et dynamique. Ces dispositifs mettent en œuvre une alimentation multiphase quotidienne et individuelle, via la distribution, dans des proportions idéales, de deux pré-mélanges avec des concentrations extrêmes en nutriments. Des experts de la firme-services du groupe TECHNA ont entrepris une étude en collaboration avec l’INRA sur l’intérêt de ces dispositifs en vue de la réduction du coût d’alimentation et l’empreinte environnementale des systèmes d’élevages porcins. Comparativement à une stratégie biphase, l’alimentation de précision a permis d’augmenter la marge sur coût alimentaire de 8 % et de réduire l’excrétion d’azote de 23%.



www.feedexpertise-techna.com



#Alimentation_animale #Conseils_En_Elevage_ #Porcs

www.feedexpertise-techna.com




Pichon Gilbert

Alimentation animale

Adapter l’alimentation des truies pour un accroissement de la longévité de la carrière



Tenir compte des besoins alimentaires des truies gestantes



Il est important de veiller à répondre stade par stade aux besoins de gestation (optimisation de la fertilité, reconstitution des réserves corporelles, croissance de la portée). A cela s’ajoutent d’autres recommandations à suivre comme la gestion du système locomoteur (grille de notation des onglons, stratégie de micronutrition spécifique…) et l’apport de fibres, tant au niveau qualitatif que quantitatif. pour atteindre l’objectif d’état corporel à la mise bas, il convient de prendre en compte l’état des truies au sevrage, leur rang, leur prolificité... critères constitutifs du besoin individuel. C'est sur cette base qu’il sera possible d’adapter les rations allouées, en fonction des systèmes d’élevage en place. L’utilisation de logiciels de précision est un moyen efficace pour proposer des solutions adaptées et optimisées sur le plan technico-économique, enjeu de tout élevage.



www.feedexpertise-techna.com



#Alimentation_animale #Conseils_En_Elevage_ #Porcs

www.feedexpertise-techna.com




Pichon Gilbert

Alimentation animale

Adapter l’alimentation des truies pour un accroissement de la longévité de la carrière



Chaque période de gestation, une conduite spécifique



En gestation, il est important d’adapter les apports alimentaires de façon à reconstituer les réserves corporelles et de constituer une portée de qualité. Pour y parvenir, il faudra soigneusement gérer les trois phases de la période : 1er mois : optimiser l’implantation utérine et reconstituer les réserves corporelles; 2ème mois : couvrir les besoins d’entretien; 3ème mois : maximiser la croissance de la portée. L’enjeu de l’alimentation est de répondre à ces besoins, en terme de quantités et de qualité d’aliment, tout au long de la gestation, sans perdre de vue l’optimisation économique. Les performances et la longévité productive des truies en groupe exigent donc une conduite alimentaire particulière. Leurs besoins nutritionnels varient selon le rang de portée, l’état corporel, la génétique, le niveau de production. Chaque truie est différente ; son régime doit donc être individualisé afin d’adapter au mieux les apports nutritionnels en vue des objectifs prévus à la mise bas.



www.feedexpertise-techna.com



#Alimentation_animale #Conseils_En_Elevage_ #Porcs

www.feedexpertise-techna.com




Pichon Gilbert

Alimentation animale

Adapter l’alimentation des truies pour un accroissement de la longévité de la carrière



L’impact du logement en groupe sur la productivité des truies



Le suivi individuel des truies conduites en groupes implique une observation plus fine de leur comportement afin d’éviter certains dérapages. D’abord, le risque de bagarres est accru par le contact physique entre animaux; situations qui engendrent des blessures, des avortements, des portées plus petites. L’hétérogénéité de l’état du troupeau est un autre risque lié à l’installation de hiérarchie et à l’utilisation de systèmes de distribution d’aliments ne permettant pas une alimentation individuelle des truies. Il est en effet plus délicat de gérer le comportement dominant de certaines truies au moment des repas et d’apporter les quantités correspondantes aux besoins de chaque animal. Un état corporel trop maigre ou trop gras implique des problèmes de reproduction : mise bas, retour en chaleur, etc. La conséquence de ces dérapages est l’augmentation des réformes précoces préjudiciables à la rentabilité de l’élevage.



www.feedexpertise-techna.com



#Alimentation_animale #Conseils_En_Elevage_ #Porcs

www.feedexpertise-techna.com




Pichon Gilbert

Information marché porcs

21 Décembre 2018



Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont fini la session avec des pertes. Cependant, les contrats à échéances plus éloignées ont fini en hausse. Le 19 décembre dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse par rapport au jour précédent. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes de porc a été en progression. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en baisse. Pour la semaine, le USDA estime le cumulatif des abattages sous inspections fédérales à 2,737 millions de têtes. Il s’agit d’une augmentation de 125,000 têtes par rapport à la semaine dernière et de 260,000 têtes comparativement à la même période l’an passé. Dans le rapport Cold Storage paru, il a été noté que le 30 novembre dernier, les stocks de porc surgelé étaient de 507,557 millions de lbs; soit une baisse de 11,09 % par rapport à octobre, mais aussi une hausse de 1,04 % comparativement à la même période en 2017.



www.grainwiz.com



#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Information marché porcs

20 Décembre 2018



Les contrats de porc à Chicago ont clôturé en baisse ou en hausse. Le 18 décembre dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse comparativement au jour précédent. Le USDA estimait dans le courant de l’après-midi que la valeur des découpes de porc était en hausse. Vers midi, le flanc plutôt volatil avait progress avant de terminer la journée à la hausse. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant a été en baisse. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 1,909 million de têtes. Ce serait une diminution par rapport à la semaine dernière, mais aussi une augmentation comparativement à pareille date l’an dernier. Le USDA estime que les inventaires de porc US sont 1,9 % plus élevés qu’en décembre 2017. Globalement, pour le mois actuel, les stocks de porc seraient aussi en hausse de 1,9 %. Par ailleurs l’expansion du cheptel porcin est toujours en cours alors que le nombre de truies est en augmentation de 2,4 % par rapport à l’an passé. À noter que le nombre de porcs/portée a également connu une hausse. Pour la semaine du 13 décembre dernier, les ventes à l’exportation de porc US 2018 ont été de 31,607 tonnes, ce qui correspond à un haut qui s’étire sur les 20 dernières semaines. Pour 2019, 8,510 tonnes ont été enregistrées.



www.grainwiz.com



#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Informations marché porcs

18 Décembre 2018



Les contrats de porc aux échéances les plus rapprochées ont fini la journée avec des pertes de 3 chiffres. Les autres ont baissé entre 65 et 95 cents. Le 14 décembre dernier, le CME Lean Hog Index a été en recul par rapport au jour précédent. L’après-midi, la valeur moyenne des découpes de porc était en hausse de seulement 4 cents à 72,00 $. Le flanc et le filet de porc ont été en baisse. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse de porc était en recul. Pour la semaine, le USDA estime le cumulatif des abattages sous inspections fédérales à 954,000 têtes. Il s’agit d’un recul par rapport à la semaine précédente, mais aussi d’une augmentation comparativement à la même période en 2017. Le USDA a annoncé le second paiement lié au MFP et les producteurs de porc US inscrits devraient recevoir 8 $/tête. Pour le rapport trimestriel Hog & Pig qui sera présenté ce jeudi, les analystes estiment le cheptel de porcs US à 102,4 % par rapport à l’an passé.



www.grainwiz.com



#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Informations marché porcs

17 Décembre 2018



Les contrats de porc à Chicago ont terminé la session avec des baisses de 52,5 cents à 1,125 $. Le 13 décembre dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 19 cents par rapport au jour précédent à 55,17 $. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes de porc était en hausse de 16 cents à 71,96 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse de porc a été de 26 cents à la baisse à 46,12 $. En ce début de semaine, le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 477,000 têtes, une diminution de 2,000 têtes par rapport à la semaine précédente. Ce serait également une augmentation de 8,000 têtes comparativement à la même période l’an passé. Le 11 décembre dernier, les gestionnaires de fonds et les spéculateurs actifs dans le secteur du porc US avaient réduit leurs position nettes acheteuses de 3,563 contrats à un total net de 35,506 contrats.



www.grainwiz.com



#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Informations marché Porcs

11 Décembre 2018



La performance des contrats de porc à Chicago a été partagée. Les contrats aux échéances les plus rapprochées ont fini la session en baisse. Ceux aux échéances les plus éloignées ont par contre fini en hausse. Le 7 décembre dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse par rapport au jour précédent. Cet après-midi, le USDA mentionnait que la valeur moyenne des découpes de porc était en progression. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse a été en baisse. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 958,000 têtes, une augmentation par rapport à la semaine dernière et de 28,000 têtes comparativement à la même période l’an dernier. Pour 2018, le USDA projette une production de porc US en baisse de 10 millions de lbs. à un total de 26,310 milliards de lbs. Il estime aussi qu’en 2019, la production de porc US devrait être stable à 27,715 milliards de lbs.



www.talkag.com



www.grainwiz.com



#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com




Pichon Gilbert

Informations marché porcs

10 Décembre 2018



La majorité des contrats de porc à Chicago ont fini la journée en baisse. Le contrat de décembre 18 a par contre clôturé en hausse. Le 6 décembre dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse comparativement au jour précédent. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes de porc a été en recul. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en baisse. Le USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 479,000 têtes. Il s’agit d’une augmentation de 12,000 têtes par rapport à la semaine précédente et de 15,000 têtes comparativement à la même période l’an passé. Selon la CFTC, en date du 4 décembre dernier, les spéculateurs ont ajouté seulement 954 contrats de porc à leurs positions nettes acheteuses à un total de 39,369 contrats.



www.talkag.com



www.grainwiz.com



#Marché_à_terme #Porcs

www.grainwiz.com