Voir plus de contenu

ou


Pichon Gilbert

Conseils agronomique pour réussir sa culture de carotte : Il faut bien préparer le sol

Il faut une terre meuble, au moins sur la profondeur nécessaire au développement des racines des carottes.



Que ce soit dans un carré potager, un demi tonneau, une couche froide ou en pleine terre, il faut que la terre soit meuble. Les carottes courtes comme la mini ronde de Paris, qui ne mesure que 5 cm ont besoin d’une terre meuble moins profonde que les Flakkee dont les racines plongent jusqu’à 50 cm. La plupart des jardiniers optent pour des variétés moyennes comme la Carotte d’Amsterdam ou la carotte de Nantes dont les racines mesurent en moyenne 20-25 cm. Un sol sablonneux est une belle opportunité pour la culture des carottes. Il faut retirer les cailloux et remuer un peu la terre pour pouvoir commencer à semer. Par contre, si le sol est lourd et argileux, il va falloir l’ameublir en profondeur avec du compost bien mûr. Un sol qui n’a pas été suffisamment préparé provoque des malformations ou des racines fourchues. Si l’on a la poudre d’os, il faut l’épandre au sol et l’incorporer légèrement au râteau. La poudre d’os est riche en phosphore, garant d’un bon développement du système racinaire. Ne jamais incorporer de fumier frais sur les planches de culture dédiées aux carottes, car cela entraînerait un développement excessif des fanes au détriment des racines. Il faut aussi bien humidifier le sol deux jours avant les semis à l’aide d’une pomme d’arrosoir à petits trous afin d’éviter tout tassement et de favoriser la germination.



www.astucesaupotager.com

#Conseil_agronomiques #Carotte #Préparation_du_sol

www.astucesaupotager.com




Bomboma Jean

L’irrigation du tournesol peut être très rentable pour l'exploitation

Lorsque la ressource en eau est limitée dans la culture et la production du tournesol, l’irrigation peut être important pour l’exploitation.



Mettre du tournesol dans l’assolement présente un intérêt pour les exploitations avec irrigation où les quantités d’eau disponibles ne permettent pas d’irriguer à l’optimal, sur toute la surface, les autres cultures, en particulier les plus exigeantes en eau.

Lorsque l’interdiction d’irrigation est précoce, les exploitations soumises à des arrêts précoces d’irrigation (début à mi-août) peuvent trouver avec l’irrigation du tournesol un moyen de valoriser l’eau à l’époque où elle est encore disponible.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Irrigation #Tournesol



www.talkag.com

www6.inra.fr

www6.inra.fr




Bomboma Jean

Les moments propices pour irriguer afin de voir une bonne culture du tournesol aux différentes régions de production

Lorsqu'elle est nécessaire, l'irrigation est centrée sur juillet et début août, durant la floraison et le remplissage des grains.



D'une manière générale, si le sol est sec et le tournesol peu vigoureux au stade bouton, le Cetiom préconise un premier apport juste avant le début floraison ou plus tôt si les feuilles de la base jaunissent (une dizaine de jours avant). Dans tous les autres cas, l'irrigation démarrera au plus tôt début floraison. 30 à 40 mm sont nécessaires par tour d'eau. En l'absence de pluie, la durée du tour d'eau conseillée est de dix jours. Après une pluie, le tour d'eau doit être décalé par tranche de 3 mm. Pour éviter le sclérotinia du capitule, l'arrosage en pleine floraison est à proscrire si le temps est humide. Quand le dos du capitule vire au jaune citron, il n'y a plus lieu d'irriguer.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Irrigation #Tournesol



www.talkag.com

www6.inra.fr



www6.inra.fr




Bomboma Jean

Quel coup de pouce donner au tournesol grâce à une irrigation bien maîtrisée ?

Il est connu qu'en raison de sa physiologie, la plante du tournesol présente des caractéristiques favorables, dont une bonne résistance à la sécheresse. Sa capacité à développer et à extraire l'eau dans les couches profondes du sol et ses qualités d'ajustement osmotiques font de cette espèce une culture privilégiée dans les zones géographiques à stress hydrique.



Ses possibilités d'adaptation à la sécheresse sont toutefois limitées à la phase pré-floraison. À partir de ce stade, des stress hydriques, survenant sur des plantes non endurcies préalablement, sont susceptibles de provoquer des sénescences précoces et une perte de potentiel de rendement grain et huile. Pour sécuriser le développement de la culture, une bonne conduite de l'irrigation s'avère un gage essentiel de réussite et se révèle une stratégie gagnante. Pour mieux appréhender le réel intérêt de l'irrigation avec des quantités d'eau modérées, ci-dessous un protocole pour faciliter les raisonnements en apports d'eau en fonction des conditions.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Irrigation #Tournesol



www.talkag.com

www6.inra.fr

www6.inra.fr




Bomboma Jean

Optimiser l’écartement et la densité de semis du tournesol

Lors du semis, le choix de l’écartement et de la densité de semis sont déterminants car ils conditionnent la couverture du sol et par conséquence l’alimentation du tournesol.



Objectif, éviter la concurrence entre les plantes, mieux exploiter les réserves du sol et capter au maximum l’énergie solaire. Au final, l’écartement optimum se situe à 45 cm avec un objectif de 60 à 80 000 pieds/ ha et permet un gain de rendement de près de 6 q/ha par rapport à un écartement de 80 cm.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Traitement #Tournesol



www.talkag.com

www.gnis-pedagogie.org

www.gnis-pedagogie.org




Bomboma Jean

Préférer un semis précoce du tournesol

Le semis doit s’effectuer dans un sol suffisamment ressuyé et réchauffé afin d’assurer une levée rapide et régulière et moins exposée aux agents extérieurs tels que les oiseaux, les limaces et les ravageurs du sol.



Quand ces conditions sont réunies, un semis précoce permet d’avancer la maturité, avec une récolte dans de bonnes conditions, avant le retour des pluies. Par l’allongement du cycle du tournesol, le semis précoce est un facteur de productivité. Les semis précoces favorisent des rendements plus élevés.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Traitement #Tournesol



www.talkag.com

www.gnis-pedagogie.org

www.gnis-pedagogie.org




Bomboma Jean

Assurer un enracinement profond et puissant au tournesol

Le tournesol est une plante à racine pivotante et à cycle court. C’est une culture exigeante vis-à-vis de la structure du sol.



Tout obstacle à son développement peut lui faire perdre des quintaux. Pour Arnaud Sourdin, expert technique tournesol Syngenta, « le développement d’un système racinaire puissant est une des clés pour la réussite de la culture du tournesol car il contribue à l’efficacité d’absorption de l’eau et des éléments minéraux ». En effet, le pivot en conditions favorables peut descendre à 3 mètres de profondeur. Le tournesol développe également un abondant chevelu racinaire dans l’horizon 0-40 cm et l’élongation journalière des racines dans un environnement favorable peut atteindre 70 kilomètres par hectare. Si toutes ces conditions sont réunies, la plante sera vigoureuse et dans de bonnes dispositions pour mettre en place ses composantes de rendement. L’objectif du travail du sol précédant le semis est donc de favoriser l’ancrage du pivot et l’installation d’un chevelu racinaire dense.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Traitement #Tournesol



www.talkag.com

www.gnis-pedagogie.org

www.gnis-pedagogie.org




Bomboma Jean

La densité de semis du tournesol doit être adaptée aux conditions de levée attendues et à la contrainte hydrique

Un seul traitement fongicide est autorisé contre le mildiou (Apron XF à base de métalaxyl-M ou méfénoxam). Il n’est pas obligatoire et son utilisation systématique peut conduire à une généralisation des résistances.



Pour les variétés dites RM8 et RM9 résistantes à la plupart des races de mildiou, préférez les semences non traitées notamment dans les secteurs sans attaques significatives ces dernières années. En Charente et Charente-Maritime, préférez des semences traitées pour les variétés dites RM8 en raison de la présence dans ce secteur de la race 334 à laquelle ces variétés sont sensibles.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Traitement #Tournesol



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

www.terresinovia.fr




Bomboma Jean

La densité de semis du tournesol doit être adaptée aux conditions de levée attendues et à la contrainte hydrique

L’analyse des données d’essais menés de 1980 à 2012 a montré que la densité de semis optimale pour le rendement et la teneur en huile est d’autant plus élevée que la contrainte en eau est faible.



Les effets physiologiques expliquant cette relation restent incertains. Ils impliquent probablement l’optimisation de la consommation d’eau en sol superficiel et du rayonnement en sol profond. La densité de semis doit aussi être adaptée en fonction des conditions attendues de levées (pression oiseaux limaces taupin et qualité du lit de semences).

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.gnis-pedagogie.org

www.gnis-pedagogie.org




Bomboma Jean

Irrigation indispensable pour le tournesol en double culture

Dans le Sud de la France, le tournesol peut être cultivé en double culture (ou culture dérobée), juste après une orge précoce par exemple. Dans ce cas, l’irrigation est indispensable pour assurer une levée rapide dès fin juin – début juillet et accompagner la culture dans un contexte où la réserve en eau du sol est fortement entamée après la culture d’hiver.



Au niveau économique (marge intégrant les coûts de l’eau d’irrigation), le tournesol irrigué en culture principale est bien positionné relativement à d’autres espèces irriguées de printemps (pois, orge) ou d’été (soja, sorgho, maïs) dans les sols intermédiaires et superficiels, toutes les espèces étant irriguées avec des mêmes volumes restreints (1 à 3 tours d’eau avec un volume total inférieur ou égal à 100 mm). Toujours en relatif, l’irrigation du tournesol est moins bien valorisée dans les sols profonds où des espèces plus exigeantes en eau, comme le soja ou le maïs, se positionnent mieux au niveau économique. Les deux simulations économiques présentées à télécharger (sols superficiel et intermédiaire) illustrent l’intérêt de l’irrigation du tournesol dans les sols superficiels et intermédiaires.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Irrigation #Tournesol



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

www.terresinovia.fr




Bomboma Jean

Deux apports d’eau, l’un avant et l’autre après la floraison du tournesol: une stratégie gagnante de l’irrigation

Comme l’illustrent notamment des essais conduits dans des sols filtrants de Rhône-Alpes, deux tours d’eau, positionnés avant et après la floraison, constituent la solution optimale pour augmenter le rendement avec un volume d’eau limité (80mm).



Dans ce contexte de disponibilité en eau restreinte, une seule irrigation de 40mm fin floraison apporte déjà un gain de rendement de 5q/ha par rapport à une conduite sans irrigation. Le positionnement de cet apport unique à fin floraison, par rapport à la préfloraison, permet d’augmenter à la fois le rendement et la teneur en huile (+ 4 points). A noter que l’irrigation n’a aucun effet sur la teneur en acide oléique du tournesol.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Irrigation #Tournesol



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

www.terresinovia.fr




Bomboma Jean

Irrigation du tournesol : Valorisant de quantités limitées d’eau d’irrigation

Le tournesol est également une plante qui répond bien à une irrigation modérée en quantité, surtout si sa croissance végétative est limitée avant la floraison.



L’eau d’irrigation est particulièrement bien valorisée entre le tout début floraison et la fin du remplissage des graines, lorsque la réserve en eau du sol est en phase d’épuisement. Les besoins en eau d’irrigation du tournesol sont le plus souvent inférieurs à 100 mm (1000 m³/ha). L’irrigation du tournesol est la mieux valorisée dans les sols superficiels et intermédiaires. Les essais et les observations en culture ont montré un gain moyen de l’ordre + 1.2 à + 1.4 q/ha par tranche de 10 mm d’apport dans les sols superficiels (RU ≈ 80 mm), + 0.8 à + 1 q/ha dans les sols intermédiaires (RU ≈ 130 mm) et de + 0.5 q/ha dans les sols profonds (Réserve utile ≈ 180 mm).

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Irrigation #Tournesol



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

www.terresinovia.fr




Bomboma Jean

Irrigation du tournesol à travers les conditions favorables

Le tournesol est une culture relativement tolérante aux conditions sèches. En situation de pénurie de la ressource en eau dans une exploitation, on privilégiera l’irrigation des cultures plus sensibles (maïs, soja).



Par ailleurs, la réforme de la politique agricole commune a réduit l’intérêt de l’irrigation sur cette culture. Cependant, des déficits hydriques importants pendant la floraison ou le remplissage des graines peuvent induire des réductions de rendement et surtout de teneur en huile. Ce critère est de plus en plus pris en compte par les agriculteurs, et c’est lui qui justifie des irrigations tardives, permettant d’allonger la durée de vie des feuilles, et rendant ainsi possible la synthèse des lipides nécessitant une forte consommation énergétique. Le raisonnement de l’irrigation fera intervenir la disponibilité en eau, son prix et le développement de la végétation, mais également la concurrence avec les autres cultures de l’exploitation.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Irrigation #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr



www.terre-net.fr




Bomboma Jean

La période de remplissage des graines : Période clés codifiée en stades repères peuvent être distinguées

Les augmentations de matière sèche sont faibles pendant cette phase.



Il y a surtout une redistribution des assimilats et une migration des réserves des parties végétatives (feuilles, tiges...) vers les graines. C'est également la phase de synthèse active des acides gras et de nouvelles synthèses protéiques à partir des acides aminés provenant de la dégradation des protéines des feuilles et des tiges.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Éviter les excès d'eau ou d'azote avant la floraison du tournesol

Maintenir les feuilles en activité après floraison est le gage d'un bon poids de mille graines et d'une teneur en huile élevée. Une récolte trop tardive pénalise le rendement et la qualité.



Un excès de croissance avant la floraison conduit à un déséquilibre de l'appareil végétatif (tiges et surtout feuilles) au détriment de l'appareil reproducteur (capitule et graines) et à accroître inutilement la consommation d'eau par la suite. Le nombre potentiel de graines par plante dépend essentiellement de la régularité et de la vigueur des plantes au stade 4-5 paires de feuilles.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Éviter de précipiter la date de semis du tournesol si le sol n'est pas suffisamment réchauffé

Éviter les lits de semences très motteux et/ou complètement "asséchés" en surface.



La régularité de la répartition est aussi importante que la densité elle-même, surtout pour les variétés à grosses graines du tournesol. Elles ont en effet moins de capacité de compensation au niveau de chaque capitule (du fait qu'il y a moins de graines par capitule) si la densité est localement trop faible. La germination des graines est rapide si la température du sol est d'au moins 8 à 10°C. Le système racinaire est sensible aux accidents de structure et aux tassements : l'implantation conditionne donc la future alimentation de la plante en eau et en éléments minéraux.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr



www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Ce qu'il faut faire pour des graines nombreuses et bien remplies en irrigation

Maintenir les feuilles vertes et en activité au moins 45 jours après mifloraison.



Irriguer si les conditions sont requises (pas d'excès de végétation avant floraison). On peut bien valoriser 1 ou 2 tours d'eau, le premier en fin de floraison et le second 10 jours plus tard. Récolter au bon stade, quand les plantes possèdent encore quelques feuilles vertes. Les graines ont alors une humidité comprise entre 9 et 11%.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Irrigation #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Ce qu'il faut faire pour un nombre de plantes/ha suffisant du tournesol

Viser un peuplement suffisant (5-6 plantes/m²) et une répartition homogène à la levée du tournesol.



Travailler en sol ressuyé, limiter le nombre de passages d'outils. Maîtriser la densité, contrôler la profondeur et la vitesse de semis en fonction de l'humidité de surface. Privilégier les variétés résistantes aux races 710 et 703 de mildiou et tolérantes au phomopsis. Adapter la précocité selon les régions et compléter ces critères de choix par la tolérance au sclérotinia. Protéger dès le semis contre les limaces dans les parcelles à risque et si le temps est humide. Désherber en présemis et/ou en prélevée ; compléter éventuellement par un binage pour lutter contre les dicotylédones. Couvrir les besoins en éléments minéraux (N, P, K mais aussi bore).

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Bomboma Jean

La période de floraison (F1-F4) : Période clés codifiée en stades repères peuvent être distinguées

Pour une plante donnée, cette période dure de 8 à 10 jours.



Les floraisons n'étant pas parfaitement synchrones entre plantes, la floraison dure de 15 à 21 jours, suivant les variétés, pour l'ensemble d'une parcelle. Au cours de cette phase, la plante est très sensible aux contaminations du capitule par le Sclérotinia et au déficit hydrique. Durant cette période un déficit hydrique de 10 jours peut entraîner une chute de rendement de 30 à 35%, la composante du rendement la plus affectée étant le nombre de graines, la sécheresse entraînant l'avortement des ovules.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr



www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Phase du début floraison (B10-F1) : Période clés codifiée en stades repères peuvent être distinguées

C’est la phase de croissance exponentielle de la culture.



Le rythme de la formation de la matière sèche peut atteindre 200 kg/ha/j. La croissance la plus spectaculaire concerne la surface foliaire dont le maximum est presque atteint à la fin de cette période comme pour le système radiculaire. D'une durée de 40 à 50 jours, c'est également la période d'absorption maximale des éléments minéraux (azote, bore...).

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr



www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Phase Levée - Stade cinq paires de feuilles du tournesol (A1-B10) : Période clés codifiée en stades repères peuvent être distinguées

Durant cette phase se mettent en place les parties aériennes (capteurs d'énergie solaire) et le système radiculaire pivotant (capteur d'eau et d'éléments minéraux).



La plante privilégie en début de cycle la mise en place du système radiculaire : la vitesse de croissance des racines est trois fois supérieure à celle des feuilles durant cette période. La qualité de l'état structural de la couche labourée est très importante, le système radiculaire étant très sensible aux accidents structuraux. A la fin de cette phase (Stade B démarre également l'initiation des ébauches florales. La différenciation complète des pièces florales s'achèvera plus tard (Stade E1). L'alimentation en eau est très importante lors de l'initiation foliaire : un déficit hydrique durant cette phase peut réduire le nombre d'ébauches foliaires formées, mais les processus de différenciation des pièces florales sont surtout affectés par les basses températures.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr



www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Phase Semis-Levée : Période clés codifiée en stades repères peuvent être distinguées

Elle dure de 7 à 20 jours selon l'humidité du lit de semence et la température du sol.



Le zéro de germination du tournesol est plus faible que celui du maïs, ce qui autorise un semis de 8 à 10 jours plus précoce (début / mi-avril). En cours de végétation, le tournesol est aussi plus résistant au froid (- 7 à - 8°C). L'exigence thermique à la levée est d'au moins 4°C avec un optimum voisin de 8°C. La levée est effective quand les jeunes plantules marquent la ligne de semis. La somme de températures "Semis-Levée" est de 190 degrés.jours (base 6°C).

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr



www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Le cycle du tournesol lors des semis jusqu’à la récolte

Le cycle complet dure de 120 à 150 jours selon la précocité du cultivar.



Dans ces conditions, sur la base d'un zéro de végétation théorique de 6°C, les exigences en sommes de températures varient de 1600 à 1700 degrés par jour. La floraison débute généralement entre le 65ème et le 70ème jour après la levée, soit 850 degrés par jour de sommes de températures (base 6°C). Des variations existent selon les variétés et selon les lieux de culture, ce qui suggère une interaction importante avec l'éclairement, auquel le tournesol est très sensible.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Tournesol



www.talkag.com

www.terre-net.fr



www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Créer les meilleures conditions de germination avec un semis précis pour garantir un rendement maximal du soja

Le placement précis et uniforme de la graine dans un lit de semence humide et bien rappuyé, sont les fondements d’une germination optimale, de cette culture exigeante.



Pensez au semis en ligne veut que le semis en ligne apporte de nombreux avantages dont la fermeture plus rapide de la culture : moins de pression des adventices et des économies au désherbage, une meilleure répartition dans l'espace : chaque plante dispose de plus de place pour son développement, une couverture du sol supérieure : réduction des risque d'érosion dû au vent ou à la pluie et utilisation d'un semoir classique : polyvalence de l'outil.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Soja



www.talkag.com

www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Le soja : une culture intéressante sur de nombreux points

Le soja présente de nombreux atouts agronomiques. Son système racinaire améliore la structure du sol pour la culture suivante. Il est relativement « économe en intrants, en temps et en matériel ».



Le soja est une légumineuse (fabacée) donc aucun apport d'engrais azoté n'est nécessaire, en raison de la symbiose entre ses racines et des bactéries. Vis-à-vis des maladies et des ravageurs, le soja est également une culture très économe. Il y a peu d’attaque de limaces. Le sclérotinia peut être maîtrisé efficacement grâce à des variétés tolérantes, ou avec une application d'un fongicide. Concernant les adventices, le soja une culture très adaptée en agriculture biologique avec un désherbage mécanique pour réduire la pression des adventices. Pour les agriculteurs conventionnels des solutions d’herbicides efficaces de pré et post-levée existent.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Soja



www.talkag.com

www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Semis précis du soja pour plus de rendement

Le soja est parmi les cultures oléagineuses et protéagineuses, la plus exigeante sur la qualité de son semis.



Le soja est un ingrédient essentiel dans l'alimentation mondiale. En France les débouchés du soja sont l'alimentation animale pour 80 % et humaine pour 20%, précise Terres Inovia. Les importations de soja génétiquement modifiés et autres cultures en provenance d'Amérique du Nord et du Sud sont souvent perçues très négativement dans les débats publics. De plus, la demande d'aliments sans OGM stimule la production de soja dans l'UE. En France en 10 ans, le soja non-OGM a vu ses surfaces exploser passant de 21 800 ha en 2008 à 154 000 ha en 2018 selon les enquêtes SCEES.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Soja



www.talkag.com

www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Préparation d'un lit de semences pour la culture du soja

Privilégier la combinaison d’outils à dents moyennement profondes (vibroculteur, herse). Limiter le nombre de passages d’outils et intervenez toujours sur un sol ressuyé afin de limiter les tassements.



En sols battants, éviter de créer un lit de semences trop fin afin de limiter le risque de formation d’une croûte de battance. Veiller à obtenir un bon nivellement du lit de semences pour limiter les pertes de gousses basses lors de la récolte. En sol argileux motteux, effectuer un roulage après le semis et veiller au bon réglage des chasse-mottes. Un lit de semences aéré et suffisamment affiné garantit une levée rapide et homogène, avec un développement important de nodosité.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Machine_agricole #Soja



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

www.terresinovia.fr




Bomboma Jean

Adapter la préparation à l’état de votre sol pour une bonne réussite de la culture du soja

Un sol bien structuré fait que toutes les techniques sont envisageables.Les interventions de type labour ou travail profond avec un outil à dents, sur un sol ressuyé, sont possibles mais peuvent être facultatifs si les résidus (couverts d’interculture) sont dégradés. La période optimale d’intervention dépend du type de sol.



Les préparations superficielles, qui aèrent, nivellent puis rappuient le sol, sont déterminantes. Elles peuvent être réalisées juste avant le semis. Des interventions de travail du sol superficielles peuvent également être réalisées dans les 2 mois qui précèdent la date prévue de semis du soja pour réaliser un ou plusieurs faux semis et réduire le stock de graines d’adventices dans le sol. Le semis direct ou le travail unique de la ligne de semis sont possibles si le sol est bien structuré en profondeur, pour un enracinement satisfaisant du soja. Dans tous les cas, il est nécessaire de dégager la ligne de semis d’éventuels résidus (couvert, précédent) et de positionner la graine dans suffisamment de terre fine.

#Conseil_agronomique #Semis #Préparation_du_sol #Soja



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

www.terresinovia.fr




Traore Phénix Mensah

La préparation du sol pour les sorghos de saison des pluies: Cas particulier des vertisols.



Le vertisol est un sol riche en argile du type 2/1 c'est-à-dire contenant une couche d'oxyde d'aluminium enserrée par deux couches de tétraèdres de silice. Il s'agit de smectite qui comprend en particulier le type « montmorillonite ».



Dans les vertisols qui représentent une proportion non négligeable des sols cultivés en sorgho pluvial, les effets du labour n'ont pas été démontrés. Ces sols ont en effet une bonne structure et le système racinaire s'y développe dans de bonnes conditions. L'un des problèmes majeurs à résoudre en début de cycle est souvent celui de la concurrence des mauvaises herbes. Ces sols sont en effet difficiles à travailler et à désherber avec les instruments de sarclage en culture attelée. Pour l'instant, aucune technique parfaitement satisfaisante n'a été mise au point si ce n'est le désherbage manuel qui est long et pénible.

#Préparation_du_sol #Sorgho

www.talkag.com

SOURCE: www.nzdl.org

www.nzdl.org




Traore Phénix Mensah

Le sorgho: La pratique de la traction motorisée pour la préparation du sol en vu du semis.



Les agriculteurs utilisent leur équipement selon des critères d'efficacité propres à leur exploitation. Le labour par traction animale permet d’éliminer les mauvaises herbes déjà levées et de préparer le lit de semis selon les pratiques locales.



En utilisant la traction motorisée avec des tracteurs puissants, on peut avoir recours à des instruments plus lourds, du type sous-soleuse ou chisel. Les études ont montré que le sous - solage pouvait être intéressant dans le cas des sols ferrugineux car, réalisé en sec, il permet une bonne pénétration des pluies en début de cycle et améliore les capacités de résistance à la sécheresse du sorgho. Son efficacité est certaine mais elle disparaît après la deuxième année. Compte tenu du coût d'investissement, ce travail ne peut se concevoir que dans le cas des grands domaines, des fermes semencières, ou des associations d'agriculteurs. La combinaison, sous-solage en sec au tracteur suivi d'un labour aux boeufs en début de saison des pluies, se révèle, dans tous les cas, comme la plus intéressante du point de vue des rendements et de la résistance à la sécheresse du sorgho.

#Préparation_du_sol #Sorgho

www.talkag.com

SOURCE: www.nzdl.org

www.nzdl.org




Traore Phénix Mensah

La préparation du sol du sorgho: Quand l’agriculteur doit-il choisir le travail à la dent?



Lorsque le labour n'est pas possible, le travail en culture attelée avec des houes équipées de dents, des sols sableux et sablo-argileux, peut apporter des suppléments de rendement non négligeables.



Les effets du travail à la dent sont dans tous les cas intérieurs à ceux du labour, mais ils peuvent constituer pour les paysans de bonnes solutions de remplacement. Les résultats obtenus sont hétérogènes; ils dépendent des conditions d'exécution du travail (en sec ou en humide), de la forme de la dent, mais le travail a l'avantage de pouvoir être réalisé en sec. Son efficacité dépend de la profondeur et de la largeur de sol éclaté. Pour le travail en sec à la houe, ce sont habituellement les dents souples de canadien qui sont utilisées. Les forces de traction sont modérées mais le travail reste très superficiel; bien souvent la dent ne fait que remuer le sable pulvérulent en surface sans pénétrer dans l'horizon sous-jacent à structure massive. L'efficacité de ce travail est très irrégulière et dépend beaucoup de la texture du sol. En conditions humides, le travail à la houe peut être sensiblement plus profond (jusqu'à 10 - 15 cm). L'instrument de choix est le soc sarcleur «patte d'oie» large (250 à 300 mm) monté sur un étançon rigide. L'un des avantages est que l'on travaille pratiquement toute la surface de façon homogène. Par contre la terre est parfois très soufflée: le développement racinaire est alors limité aux horizons de surface et la plante souffre en cas de sécheresse. Les dents sous-soleuses ou piocheuses rigides permettent de travailler en sec ou en humide à plus grande profondeur. Elles sont montées sur étançons rigides mais peuvent être de types assez variés. Les efforts de traction nécessités par le passage en sol très sec sont très élevés. Il est souvent préférable d'utiliser deux paires de boeufs pour travailler dans ces conditions ou bien il faut diminuer le nombre de dents et la profondeur. Le travail est alors plus long pour une même surface et l'efficacité de l'outil moins grande.

#Préparation_du_sol #Sorgho

www.talkag.com

SOURCE: www.nzdl.org

www.nzdl.org




Traore Phénix Mensah

Techniques culturales du sorgho: La préparation du sol.



La préparation du sol doit être faite dans des conditions climatiques favorables, et adaptée à l’état initial de la parcelle. Avant toute intervention, l’observation du sol est indispensable pour déterminer les défauts de structure, l’état d’humidité et choisir ainsi, en connaissance de cause, l’itinéraire le mieux adapté.



Traditionnellement en Afrique de l'Ouest, le semis du sorgho n'est précédé d'aucune préparation du sol particulière. Après un nettoyage rapide du terrain et un brûlis des déchets végétaux secs rassemblés en tas sur la parcelle, les graines sont jetées dans un trou creusé avec l'instrument local et le trou est rebouché avec le pied. Dans certains cas, on effectue un grattage superficiel à la daba, mais la profondeur de travail reste faible, compte tenu de la pénibilité du travail. Cependant, le sorgho se prête bien à la culture attelée et mécanisée. Il faut pour cela adapter le travail du sol à réaliser au type de sol. En sols ferrugineux tropicaux, en sols faiblement ferralitiques et en sols ferralitiques qui sont les plus répandus en Afrique de l'Ouest, il est nécessaire d'effectuer une bonne préparation du sol, profonde (labour à plat de préférence), afin de permettre un bon démarrage de la culture, un développement végétatif et un nombre de panicules suffisant Le gain de rendement obtenu grâce au labour s'élève en moyenne à 30 % par rapport à une préparation traditionnelle, mais il peut varier de 20 à 50 %. Le labour pose un certain nombre de problèmes, en particulier dans les régions où le semis du sorgho doit être réalisé par les paysans dès les premières pluies (cas du Sénégal). Dans ces conditions, on n'a pas toujours intérêt à retarder le semis pour labourer, mais plutôt à recourir à des techniques de préparation en sec.

#Préparation_du_sol #Sorgho

www.talkag.com

SOURCE: www.nzdl.org

www.nzdl.org