Voir plus de contenu

ou


Traore Phénix Mensah

Lutte contre les criquets pèlerins: La Banque mondiale contre les acridiens ravageurs en Afrique de l’Ouest



Le Groupe de la Banque mondiale, après le lancement du nouveau programme de 500 millions de dollars destiné à aider les pays d’Afrique et du Moyen-Orient à lutter contre les nuées des ravageurs (criquets pèlerins); cette fois-ci les actions de l’institution sont pour l’Afrique de l’Ouest pour la même cause.



En effet, la Banque Mondiale lève $ 75 millions face à la menace du criquet pèlerin en Afrique de l’Ouest. Une réunion ministérielle virtuelle de haut niveau rassemblant 196 participants de l’ECOWAS, l'UEMOA, le CILSS, la FAO, la BIRD, la BAD, etc., s’est tenu le 10 juin dernier, afin de lever des fonds et soutenir les pays face à la menace acridienne et des autres ravageurs des cultures au Sahel et en Afrique de l'Ouest. Cette réunion a été marqué par la levée de $ 500 millions par la Banque Mondiale, dont $75 millions sont destinés à l’Afrique de l’Ouest.

L’obtention des $ 75 millions permet de réaliser un plan de réponse du CLCPRO et de la FAO constitué autour de 3 axes. Le premier axe consiste à freiner la progression du criquet pèlerin ($ 14 à 23 millions), grâce à une surveillance constante qui permet une détection rapide et précoce, un traitement terrestre et aérien favorisé par l’obtention de pesticides et de bio-pesticides, et la mise en œuvre de mesures de sauvegarde environnementale. En second lieu, le plan de réponse à l’invasion consiste à protéger les moyens d’existence et la promotion d’un relèvement rapidement ($ 33 à 47 millions), grâce à un appui en intrants agricoles, soit la fourniture de semences, d’engrais, d’équipement, etc. Il s’agit également d’un appui à l’élevage par la livraison d’aliments pour le bétail, de blocs multi-nutritionnels, etc. Enfin, le plan veille à aider financièrement les populations plus vulnérables. Le dernier axe de ce plan est centré sur la coordination et la préparation ($ 3 à 5 millions). Pour ce faire, un appui technique rapide aux gouvernements et aux bureaux responsables de la question acridienne doit être fourni aux pays. Il s’agit enfin de renforcer les capacités régionales et nationales, ainsi que la préparation des acteurs à l’invasion acridienne par la mise en œuvre de formation, de plan de contingence, de gestion de savoirs, etc.

Il faut rappeler qu’une participation supplémentaire de l’AFD à hauteur de € 1 million porte l’aide à destination de la Commission de lutte contre le criquet pèlerin dans le région occidentale (CLCPRO) à € 3 millions pour lutter contre le criquet pèlerin.

#Finanacement #Lutte #Criquest_pèlerins #Afrique_de_l_Ouest #Ravageurs #Banque_mondiale



SOURCE: www.commodafrica.com



LIRE AUSSI: L’invasion des criquets atteint des sommets dangereux pour l’agriculture=>>> www.talkag.com





Pichon Gilbert

La technologie dans la course pour la lutte contre les ravageurs et les maladies

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) entre 20 et 40% de la production agricole mondiale est perdue chaque année à cause des ravageurs et des maladies; une grosse perte pour l’économie mondiale. pour être plus efficace, la gestion des cultures exigera des techniques et des technologies améliorées.





En horticulture, les développements récents incluent des robots équipés de caméras d’imagerie dans le proche infrarouge pour détecter l’oïdium et une analyse d’image pour prédire le rendement des bourgeons et des fleurs. Il existe un système de surveillance à distance des ravageurs utilisant l’apprentissage automatique pour effectuer une analyse d’image sur les pièges à phéromones, et un grand nombre propose des images de drones et de satellites comme base des futures opérations de gestion des cultures. Les ravageurs sont communs dans toutes les zones climatiques. Par ailleurs, les résultats de la technologie créent des ensembles de données, fournissant une piste d’audit claire pour la traçabilité et des options de visualisation des données telles que des cartes numériques, des graphiques. Ils aident ainsi à identifier facilement les problèmes et les modèles uniques et récurrents.



www.agrimaroc.ma

#Technologies_et_agriculture #Ravageurs #Maladies_de_plantes

www.agrimaroc.ma




Traore Phénix Mensah

Les impacts de la COVID-19 sur la production agricole en Afrique: La gestion des ravageurs en période de pandémie



L’Afrique cumule de nombreux freins à son développement (Zones sinistrées par les conflits, terrorisme au Sahel, invasions de criquets); freins auxquels est venu s’ajouter la pandémie de COVID-19. Cette dernière a rendu difficile la résolution de certaines crises ponctuelles à l'instar de l’invasion des criquets pèlerins entre autre.



Avant la pandémie de la COVID-19, certains agriculteurs d’Afrique de l’Ouest et du Sahel souffraient déjà d’une grave invasion de ravageurs tels que les chenilles légionnaires d’automne, à cela s’ajoute la menace de l’invasion des criquets pèlerins qui sévissent déjà en Afrique de l’Est. La COVID-19 a augmenté le niveau de risque en raison des contraintes d’accès aux produits de lutte contre les ravageurs et les maladies de plantes. En conséquence, les agriculteurs sont confrontés à une double catastrophe due à l’impact simultané de la COVID-19 et des ravageurs et maladies des plants – une combinaison qui pourrait avoir un impact négatif sur le rendement ou la perte totale des cultures.

Ainsi, l’espèce acridienne « Schistocerca gregaria » a continué son pèlerinage africain débuté en 2019 dans la corne du continent. Les spécialistes ont évoqué même une invasion qui pourrait rejoindre le nord ou l’ouest du continent, après avoir dévasté le Kenya, l’Éthiopie, l’Érythrée, Djibouti, la Somalie, l’Ouganda, le Soudan et la Tanzanie.

Si l’on en croit l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les nuisibles locustes pourraient menacer le Maghreb au cours du troisième trimestre de l’année 2020, mettant en péril les céréales, les légumes secs, les arbres fruitiers, les palmiers dattiers ou les légumes. Sur cinq simulations récentes du CIRAD, organisme français spécialisé dans la recherche agronomique, quatre indiquent que les insectes pourraient utiliser le Tchad, mi-juin, comme porte d’entrée vers le nord et l’ouest du continent, précisément à la saison idéale pour la reproduction. Si l’Observatoire acridien relayé par la FAO qualifie la menace actuelle de « faible », des facteurs climatiques largement imprévisibles – vents et précipitations – invitent les zones concernées à se préparer.

#COVID_19 #Lutte #Ravageurs #Production_agricole #Afrique



SOURCE: www.coraf.org



LIRE AUSSI: Les impacts de la COVID-19 sur la production agricole en Afrique: Manque de main-d’œuvre agricole=>> www.talkag.com







Pichon Gilbert

L’invasion des criquets atteint des sommets dangereux pour l’agriculture

Les essaims de criquets risquent de dévorer les cultures nouvellement plantées



Des bandes larvaires qui se trouvent dans des zones de reproduction dans le Somaliland, le Pount et le Galmudug pondent des œufs qui vont bientôt éclore et donner naissance à la quatrième génération, met en garde la FAO sur la base d’un rapport publié par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). « Les pluies continues exacerbent encore la situation, à laquelle s’ajoute la disponibilité de la végétation qui favorise le développement d’une autre génération de criquets pèlerins », selon la FAO qui précise que les essaims qui se sont accumulés au début de la saison de plantation risquent de dévorer les cultures nouvellement plantées dans de grandes parties du pays.



www.agrimaroc.ma

#Ravageurs #Criquets_pèlerins #Agriculture

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Alertes sur les pucerons verts : Ils sont toujours présents dans les champs de betteraves sucrières

Beaucoup de parcelles ont déjà été traitées à 2 ou 3 reprises. Néanmoins, les conditions restent favorables aux infestations et au développement des populations de pucerons verts et la vigilance reste actuelle, conseille l’Irbab dans son avis du 4 juin.



Depuis la semaine dernière, 20 % des parcelles suivies par l’Institut betteravier ont dépassé le seuil de 2 pucerons verts aptères par 10 plantes. L’institut recommande de contrôler la présence des pucerons dans les champs si un traitement aphicide a été fait il y a plus de 10 jours et que les betteraves ne ferment pas les rangs. Il recommande aussi le contrôle des pucerons dans les parcelles qui présentent des betteraves levées tardivement et actuellement au stade 6-feuilles; car ils préfèrent s’installer sur des jeunes plantules que sur des betteraves couvrant le rang. Si la zone concernée est suffisamment étendue, le traitement peut se limiter localement aux plus jeunes plantes. Si le seuil de 2 pucerons aptères par 10 plantes est à nouveau atteint et que la majorité des betteraves ne ferment pas les rangs, l’institut conseil d'effectuer une intervention avec un aphicide efficace. Pour les champs semés avec un traitement Poncho Beta ou Cruiser Force, aucune intervention n’est requise pour l’instant, même dans les levées tardives.



www.sillonbelge.be

#Pucerons_Verts #Ravageurs #Betteraves

www.sillonbelge.be




Grosbois Bastian

Stockage à la ferme: Préparation de l'installation

La qualité du grain commence au champ. Plus la récolte est propre, moins le travail de nettoyage sera complexe. La moisson est une étape tout aussi importante que le tri ou le stockage qui doit se faire dans les meilleures conditions possibles.



Néanmoins un bon stockage se fait dans des installations propres et saines. Le matériel doit être propre. Pour cela il est primordial de vider correctement la trémie de la moissonneuse-batteuse avant la récolte; laver au nettoyeur haute pression les bennes, surtout si elles ont transporté des matières non alimentaires (terre, cailloux, effluents d’élevage, etc.); nettoyer intégralement le matériel de manutention des grains. Le grain arrivera dans des bâtiments propres. Les insectes ne viennent pas des champs mais des installations de stockage, d’une campagne à l’autre. Ils se concentrent là où il y a de la poussière, des brisures… Pour éviter leur présence, veillez à : nettoyer l’intérieur et l’extérieur des parois de cellules, des cases et si possible la charpente, surtout si elle est en bois; aspirer puis détruire immédiatement les poussières et déchets végétaux; soigner particulièrement le nettoyage du sol des cases à plat afin d’éliminer tous risques de contamination du grain par des traces de terre, de gazole, d’huile…; privilégier les sols lisses (éviter les vieilles dalles très poreuses ou les bétons grossiers). En cas de prolifération avérée d’insectes, le nettoyage doit être complété par un traitement insecticide du matériel et des locaux.



#Grain #Récolte #Stockage #Céréales #Ravageurs #Conseil_agronomiques



SOURCE: fr.wikipedia.org

fr.wikipedia.org




Pichon Gilbert

Les agriculteurs tunisiens de grenades sont appelés à commencer la lutte biologique contre l’Ectomyelois ceratoniae

Le ministère tunisien de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche a appelé à la lutte biologique contre l’Ectomyelois ceratoniae, un des ravageurs les plus dangereux des plantations de grenade.



Ce dernier a exhorté les agriculteurs à commencer l’épandage du parasite de trichogramme pour limiter les dégâts de l’insecte de l’Ectomyelois ceratoniae. Cet insecte provoque des pertes de production importantes face à l’efficacité limitée des pesticides utilisés dans la lutte contre ce ravageur. En outre, les services concernés par la direction générale de la santé végétale et du contrôle des intrants agricoles ont souligné une augmentation de l’incidence de cette maladie (Ectomyelois ceratoniae), d’après les opérations de suivi, lancées depuis mi-avril, en coopération avec les commissariats agricoles au développement agricole concernés. Le ministère a rappelé, dans un communiqué, la nécessité de prendre des mesures spéciales pour mettre en œuvre le programme de lutte biologique en raison des circonstances exceptionnelles que vit le pays à cause de la propagation de la pandémie du coronavirus (Covid-19).



www.agrimaroc.ma

#Ravageurs #Tunisie #Grenade #Ectomyelois_Ceratoniae #Maladies_de_plantes

www.agrimaroc.ma




Grosbois Bastian

La pyrale, principal ravageur du maïs: Lutte biologique et chimique

Si la lutte commence par une bonne gestion des résidus de la récolte précédente (surtout en maïs sur maïs), il est possible de traiter dans les situations les plus à risque. Dans ce cas, deux solutions possibles : le biocontrôle avec les trichogrammes, ou les insecticides de synthèse.



Les trichogrammes (Trichogramma brassicae) sont des guêpes microscopiques (< 1mm) qui recherchent et parasitent les œufs de la pyrale. Les Trichogrammes sont conditionnés dans des capsules en carton biodégradable, qui les protègent contre les intempéries et les prédateurs et simplifient les manipulations. Ces auxiliaires sont épandus à la main (4 à 5 ha /heure) en grande quantité en un seul lâcher. La lutte biologique avec le trichogramme contre la pyrale du maïs est devenue une méthode de référence avec plus de 120 000 ha de maïs traités en France chaque année. L’application de trichogrammes doit être réalisée en début de vol de papillons de pyrale pour viser les premières pontes. Le coût est de l'ordre de 38 à 45 €/ha. Les produits utilisables contre la pyrale de maïs sont récemment devenus plus nombreux. Ayant une action essentiellement larvicide, L'insecticide devra être positionné au plus proche du pic de vol de pyrale pour toucher le plus grand nombre de larves possible.



#Maïs #Pyrale_du_maïs #Conseil_agronomiques #Insecticides #Ravageurs



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr



Lire aussi

La pyrale, principal ravageur du maïs: Lutte préventive; à l'adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

La pyrale, principal ravageur du maïs: Lutte préventive

Heureusement, des facteurs naturels se chargent d'éliminer la grande majorité des pyrales dans les champs. Bon nombre des jeunes chenilles se noient lors des pluies abondantes ou, par temps très sec, se déshydratent.



La section des tiges au ras du sol et le broyage fin (morceaux de moins de 5 cm) des cannes de maïs diminue de 70 à 80 % les populations de larve. Ce type de mesure doit se faire à l'échelle d'une zone de production pour avoir une efficacité certaine. Le labour soumet les chenilles aux agents pathogènes du sol et restreint la remontée des papillons au printemps. Les larves de pyrale sont très résistantes au froid. Cependant, pluies et températures douces entraînent de façon significative des développements de pathogènes sur les larves diapausantes. Certaines années, cela contribue à la diminution de population de pyrale. Les mesures prophylactiques réalisées à l'échelle du bassin de parcelles sont plus efficaces qu'une lutte individuelle. Dans la mesure du possible, la lutte doit être collective.



#Maïs #Pyrale_du_maïs #Conseil_agronomiques #Ravageurs

SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr

Lire aussi

Les dégâts que peuvent causer les pyrales sur les cultures de maïs; à l'adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Les dégâts que peuvent causer les pyrales sur les cultures de maïs

Le maïs sucré est vulnérable aux attaques des chenilles de la pyrale de la fin du stade verticille jusqu'à la récolte. Les chenilles peuvent s'attaquer à toutes les parties de l'appareil aérien de la plante, mais les dégâts les plus importants du point de vue économique résultent des attaques sur les épis.



La pyrale est susceptible de provoquer des dégâts directs de plusieurs quintaux par la baisse du Poids de Mille Grains et par la casse des tiges et des pédoncules. Elle provoque aussi des dégâts indirects, lorsque la seconde génération se développe sur les épis et crée des portes d’entrée au Fusarium de la section liseola, responsable de la production des fumonisines. Les conséquences en terme de qualité sanitaire sont alors importantes. Pertes de rendement de 20 à 30% : réduction du nombre et de la taille des grains, épis au sol, etc. Difficulté de récolte : phénomène de verse lié à l’attaque des tiges. Développement de champignons qui ont une incidence sur la qualité des semences, la qualité sanitaire et le développement de mycotoxines.



#Maïs #Pyrale_du_maïs #Ravageurs



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr



Lire aussi

Cycle de développement de la pyrale du maïs; à l'adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Cycle de développement de la pyrale du maïs

Le cycle de la pyrale est dit univoltin en Saône-et Loire, c'est-à-dire qu’une seule génération de l’insecte est observée chaque année. L’adulte est un papillon gris de 20 à 33 mm d’envergure. Il peut se déplacer dans un rayon de 2 à 3 kilomètres. Le cycle évolutif de la pyrale du maïs compte quatre états : l'oeuf, la chenille, la chrysalide et le papillon. C'est à l'état de chenille parvenue à son complet développement que la pyrale passe l'hiver à l'intérieur ou à proximité de sa plante-hôte de l'année passée. Bien qu'en toute probabilité la majorité de la population hiverne dans les épis et les rafles de maïs, on peut aussi trouver des pyrales dans d'autres plantes-hôtes, telles que les graminées à grosses tiges et divers légumes. Les fortes chaleurs et le climat sec favorisent la mortalité des œufs.



#Maïs #Pyrale_du_maïs #Ravageurs



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr



Lire aussi

La pyrale, principal ravageur du maïs, est présente dans les cultures; à l'adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

La pyrale, principal ravageur du maïs, est présente dans les cultures

Le risque pyrale n'est pas à négliger en maïs fourrage. Si sa nuisibilité dépend de son abondance et de sa biologie, elle peut tout de même faire grandement chuter le rendement (jusqu'à 1 t de MS/ha en moins).



La pyrale du maïs (Ostrinia nubilalis Hübner) est un insecte appartenant à l’ordre des lépidoptères (Papillons). Les larves de la pyrale, Ostrinia nubilalis, peuvent provoquer d’importants dégâts sur le maïs à savoir la baisse de qualité des épis, verse et développement de champignons. La pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis (Hübner), un important ravageur du maïs sucré, peut aussi endommager les poivrons, les haricots mange-tout, les pommes de terre, les tomates, les pommes et d'autres cultures horticoles. «La présence de la pyrale peut être observée dans de nombreux secteurs de culture du maïs fourrage, y compris au nord de la France. La pression plus faible de la dernière campagne ne doit pas conduire à relâcher la vigilance car la nuisibilité liée aux dégâts de pyrale peut être significative », alerte Arvalis-Institut du végétal dans un communiqué.



#Maïs #Pyrale_du_maïs #Ravageurs



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr

www.fiches.arvalis-infos.fr




Grosbois Bastian

Comment améliorer la vitalité des maïs afin de surmonter les attaques d’oiseaux ?

Il n’existe à l’heure actuelle aucune technique d’effarouchement visuelles et sonores (canons, épouvantails, ballons ou cerf-volants) ou de répulsifs en traitement de semences suffisamment efficaces pour limiter les dégâts des oiseaux. La fauche de prairies à proximité des parcelles à risque permet de détourner les corvidés des parcelles cultivées vers les prairies dans lesquelles ils pourront trouver des insectes, limaces ou vers de terre. Cependant, il est possible de fortifier les plantes qui sont exigeantes au démarrage afin de limiter les conséquences des dégâts. Ce renforcement passe par l’optimisation de l’absorption minérale et hydrique de la plante et l’épaississement des parois cellulaires afin de créer un milieu défavorable aux oiseaux ravageurs. Certains volatiles n’hésitent pas à prendre possession des champs de maïs et à les détériorer. N’attendez pas, stimuler le développement de la culture est une voie intéressante à explorer.



#Maïs #Semis #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.fdsea67.fr



Lire aussi

Quels sont les facteurs favorisant les attaques d’oiseaux sur les champs de maïs ? à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Quels sont les facteurs favorisant les attaques d’oiseaux sur les champs de maïs ?

L’attractivité des sites : les sites attractifs aux oiseaux sont le plus souvent des parcelles isolées ou grandes parcelles avec vue dégagée : proximités de bois et/ou de grands arbres ou de grandes villes (ces lieux constituent des sites de nidification et de refuge); présence de point d'eau comme par exemple les vallées; grandes parcelles isolées, ou avec vue dégagée ; proximité d'un centre d'enfouissement ou décharge. Les dates de semis coïncident avec la présence des oisillons dans le nid qui obligent les adultes à rechercher une grande quantité de nourriture. Habituellement, les semis décalés par rapport aux parcelles voisines sont les plus attaqués. Mais, en fonction de l’année climatique, les semis précoces peuvent aussi bien être touchés que les semis tardifs. Les techniques culturales peuvent également attirer les oiseaux sur une parcelle d’autant que le semis est rapproché du travail du sol, lié à la remontée de vers et d’insectes. Les sols motteux ainsi que la présence de résidus végétaux en surface sont autant de facteurs aggravants. Les conséquences des dégâts occasionnés sur les semis par les oiseaux peuvent être énormes. Par exemple, le coût de semis d’un hectare de maïs correspond en moyenne à 272 € de l’hectare. La nécessité d’un ressemis tardif et décalé impacte également la rentabilité de la culture.



#Maïs #Semis #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.fdsea67.fr



Lire aussi

Quels sont les signes de dégâts causés par les oiseaux sur le maïs ? à l’adresse: www.talkag.com





Pichon Gilbert

Une grande invasion de criquets pèlerins menace le continent africain

Selon un rapport, la FAO s’attend à une reproduction très limitée d’essaims de criquets pèlerins en Libye, au Maroc et en Algérie.



Ces criquets sont sources de préoccupations majeures pour de nombreux agriculteurs car détruisent les récoltes. Selon la FAO, l‘épidémie acridienne est la pire que l’Éthiopie et la Somalie aient connu en 25 ans et la pire au Kenya en l’espace de 70 ans; une situation qui risque d’empirer dans les prochains mois. En effet, une migration prévue de la Corne de l’Afrique sera complétée par des essaims arrivant des zones de reproduction printanière du sud-ouest du Pakistan et du sud de l’Iran de mai à juillet. Ces criquets pèlerins devraient entrer en Inde pendant la mousson, leur permettant de pondre des œufs pour une nouvelle génération de reproduction en Inde, ce qui menace fortement la sécurité alimentaire mondiale. La FAO appelle à la prudence dans les 10 pays de la côte africaine et de l’Afrique du nord-ouest et celle du nord, à savoir le Tchad, le Niger, le Mali, la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Libye, le Sénégal, le Burkina Faso et la Tunisie.



www.agrimaroc.ma

#Ravageurs #Criquets_pèlerins #Alerte

www.agrimaroc.ma




Traore Phénix Mensah

Ravageurs: La Banque mondiale apporte son appui dans la lutte contre les criquets pèlerins



Un enveloppe de 500 millions de $ de la part de la Banque mondiale, afin de soutenir la lutte antiacridienne, préserver la sécurité alimentaire et protéger les moyens de subsistance en Afrique et au Moyen-Orient. Selon le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass les invasions de criquets pèlerins exposent à une double crise les pays qui sont également aux prises avec la pandémie de COVID-19.



Depuis quelques mois, l’invasion des criquets pèlerins en Afrique et au Moyen-Orient menacent la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de plusieurs millions d’individus. Dans la perspective d’apporter sa contribution, Le Groupe de la Banque mondiale lance un nouveau programme de 500 millions de dollars ( un paquet financier qui comprend des prêts à faible taux d’intérêt et des dons) destiné à aider les pays touchés.

Dans la partie orientale du continent africain, Djibouti, l’Éthiopie, le Kenya et l’Ouganda bénéficieront directement dans une première phase d’un montant global de 160 millions $ via le guichet de l’Association internationale de développement (IDA). Dans les détails, l’Éthiopie devrait recevoir 63 millions $ destinés en partie à réaliser des achats de semences, d’engrais et de fourrage. Pour sa part, l’Ouganda profitera d’une somme de 48 millions $ pour financer notamment des activités de résilience comme la conservation des sols et de l’eau. De son côté, le Kenya recevra 43 millions $ pour aider les ménages pastoraux et les producteurs agricoles alors que Djibouti utilisera en partie ses 6 millions $ pour effectuer des transferts d’argent liquide aux ménages. Le soutien de la Banque mondiale est un véritable soulagement pour les pays de cette région et arrive à un moment où la FAO redoute une seconde vague d’essaims pour juin prochain. En effet, au début du mois de mai, les essaims de criquets pèlerins avaient infesté 23 pays en Afrique de l’Est, au Moyen-Orient et en Asie du Sud. Pour certains pays, il s’agit de la pire invasion acridienne depuis 70 ans. Avec des conditions de reproduction favorables jusqu’en mai, il faut s'attendre à une nouvelle vague d’essaims à la fin du mois de juin et en juillet, ce qui correspond au début des récoltes.

D’après les estimations de la Banque mondiale, sans des mesures de lutte à grande échelle et coordonnées pour réduire les populations de criquets et empêcher qu’elles ne se propagent à d’autres territoires, le montant des préjudices et des pertes infligés à la production agricole et à l’élevage dans la Grande Corne de l’Afrique et au Yémen risque d’atteindre 8,5 milliards de dollars d’ici la fin de l’année. Même en mobilisant une riposte rapide et des mesures de lutte plus efficaces, les pertes pourraient se chiffrer à 2,5 milliards de dollars. C’est pourquoi le nouveau programme financera des mesures destinées à protéger les moyens de subsistance des populations pauvres et vulnérables touchées par la crise acridienne.

#Banque_mondiale #Lutte #Ravageurs #Criquets_pèlerins



LIRE AUSSI: Ravageurs: La FAO veut mobiliser 110 millions $ pour lutter contre les criquets pèlerins en Afrique de l’Est=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com





Grosbois Bastian

Quels sont les signes de dégâts causés par les oiseaux sur le maïs ?

L’intensité des dégâts varie selon les quantités d'oiseaux et la présence d’autres ressources alimentaires dans l’environnement. Les déprédations des corbeaux et pigeons sont le plus souvent recensées sur le maïs. Les dégâts sur le maïs s'observent au semis et à la levée sur les jeunes plantules, les dommages sur les plantes à maturité sont plus rares. Par exemple, les corvidés tirent sur les plantules de maïs entre le stade 2 et 4 feuilles. Mais, à partir du stade 4/5 feuilles, il n’y a plus de graine. Ces dégâts se manifestent de plusieurs façons: trous de quelques centimètres réguliers et visibles (Les oiseaux recherchent les graines en suivant les lignes de semis et consomment les semences), attaques sur plantules pour atteindre les graines.



#Maïs #Semis #Tournesol #Ravageurs

SOURCE: www.fdsea67.fr

Lire aussi

Stimuler la culture des maïs face aux attaques d’oiseaux, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Stimuler la culture des maïs face aux attaques d’oiseaux

Attention, les dégâts des oiseaux touchent chaque année une surface croissante de grandes cultures. Après le semis de maïs, l'heure est au resemis pour bon nombre d'agriculteurs. Les attaques de corbeaux sont très importantes cette année, comme en témoignent Laurent Thiébot en Ille-et-Vilaine ou encore Sébastien Delva dans le Nord. En tournesol chez Julien Dupuis dans les Deux-Sèvres, ce sont surtout les pigeons qui font du dégât. Avec des pertes de 120 000 ha en moyenne par an, le maïs est la culture la plus concernée par ce fléau. La nature et les pertes peuvent être lourdes d’autant que les moyens de lutte sont limités tels que l’effarouchement.



#Maïs #Semis #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.fdsea67.fr





Pichon Gilbert

La tomate marocaine de plus en plus résiliente face aux ravageurs et virus

Les tomates constituent l’un des principaux produits agricoles frais exportés du Maroc et une source de revenus clé. Les tomates marocaines sont prisées sur la scène mondiale. Toutefois, face à des acheteurs de plus en plus exigeants, les agriculteurs et producteurs de tomates se montrent de plus en plus résilients aux ravageurs et virus entre autres.



Les producteurs marocains, comme ceux de la plupart des pays, ont fait face à un certain nombre de ravageurs agricoles tels que Tuta absoluta, acariose bronzée et acariens rouges en octobre et novembre, et dans une moindre mesure pendant l’hiver. Sauvés de justesse par un hiver plus court, les producteurs de tomates ont peaufiné des techniques afin de ne pas trop subir les affres de ces derniers. Parmi, les plus efficaces se trouve la confusion sexuelle, pour les ravageurs du genre Tuta Absoluta. Le principe est de perturber la phase de rapprochement des papillons mâles et femelles par émission de phéromones synthétiques en grande quantité. Ces phéromones reproduisent la substance naturelle émise par la femelle pour attirer le mâle. Dans l’atmosphère saturée en phéromone, les mâles sont incapables de localiser les femelles et les accouplements sont moins nombreux et même inexistants. Il faut souligner que le Maroc accorde une importance primordiale à la santé et à la qualité des produits agricoles, fruits et légumes confondus.



www.agrimaroc.ma

#Tomate #Maroc #Ravageurs

www.agrimaroc.ma




Traore Phénix Mensah

Ravageurs: La FAO veut mobiliser 110 millions $ pour lutter contre les criquets pèlerins en Afrique de l’Est



L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) souhaite endiguer l'envahissement de criquets pèlerins en Afrique de l’Est. Le Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, la Tanzanie et l’Ouganda sont les pays touchés par les criquets pèlerins en Afrique.



La FAO va solliciter, le 20 mai 2020, les donateurs internationaux pour la mobilisation de 110 millions $. Selon Cyril Ferrand, responsable de l’équipe chargée des programmes de résilience régionale à la FAO; l’enveloppe devrait permettre d’enrayer la propagation des insectes d’ici au mois de juin prochain, une période critique où la récolte se prépare dans de nombreux pays de la zone. Globalement, d’après la FAO, 130 millions $ ont été reçus depuis le premier appel lancé en janvier en cours. Aussi, les besoins en fonds pourraient encore grimper à 450 millions $ pour combattre les essaims de criquets s’ils migrent vers la région sahélienne ou le Pakistan. « Selon les prévisions préliminaires, 720 000 tonnes de céréales, soit assez pour nourrir cinq millions de personnes sur l’année, ont été sécurisées dans dix pays en empêchant la propagation des criquets pèlerins qui auraient endommagé davantage d’hectares », estime l’organisme onusien.

#Ravageurs #Criquets_pèlerins #Afrique #FAO



LIRE AUSSI: Les pertes et dommages que pourraient causer les criquets pèlerins au niveau mondial=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com





Grosbois Bastian

Rhopalosiphum padi, espèce fréquente et redoutée à l’automne

Rhopalosiphum padi (le puceron du merisier à grappes, puceron bicolore des céréales, puceron des grains, puceron vert de l'avoine) est une espèce d'insectes hémiptères de la famille des Aphididae, originaire d'Eurasie.



Cet insecte est un ravageur des céréales, notamment le blé, l'orge, l'avoine et le maïs. Il est aussi le vecteur de plusieurs maladies à virus des céréales, en particulier de la jaunisse nanisante de l'orge. Ces pucerons globuleux, avec une zone rouge sombre ou rouille à la base des cornicules bien visible sur les aptères sont fréquemment observés à l’automne sur les jeunes plantules. Ils sont alors responsables de dégâts indirects en transmettant des virus lors de leurs piqûres alimentaires. Plus tardivement ils se rencontrent sur feuilles ou gaines, plus rarement sur épis. Au printemps, leur présence sur feuilles est un risque seulement pour les jeunes céréales de printemps encore sensibles à l’infection JNO (avant montaison). Une autre espèce du même genre, Rhopalosiphum maidis, a été observée sur plantules d’orge ces dernières années. Elle est également vectrice des virus de la JNO. De couleur vert bleuté clair à foncé, elle présente une plage violacée autour de l’insertion de chaque cornicule. Il est indispensable de surveiller la culture tout au long de l’année. Sur une parcelle de maïs par exemple, le risque d’infestation majeure est avéré lorsque le près de 5 % des panicules sont colonisées. A ce stade, il est donc important d’intervenir rapidement.



#Rhopalosiphum_padi #Pucerons #Cultures #Céréales_à_paille #Ravageurs



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/alerte-pucerons-dans-les-cereales-de-printemps- @/view-32037-arvarticle.html



Lire aussi

Metopolophium dirhodum ou puceron des feuilles de graminées; à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Metopolophium dirhodum ou puceron des feuilles de graminées

C'est un puceron qui peut causer des pertes significatives dans les cultures de céréales. Il est également le vecteur de deux maladies virales affectant les céréales : la mosaïque nanisante du maïs.



L'adulte femelle aptère, de forme ovoïde et de couleur vert-jaunâtre clair, mesure de 1,8 à 2,8 mm. Le notum est marqué au centre d'une ligne longitudinale vert foncé. Les antennes, constituées de six articles, sont légèrement plus courtes que la longueur du corps. L'insecte a des cornicules cylindrique dont la longueur est d'environ 1/6 de celle du corps. Les œufs ovales sont de couleur noire. Ce puceron se développe essentiellement sur les feuilles au printemps et ne passe pas sur les épis. Même lors de fortes pullulations au printemps sur céréales d’hiver, sa nuisibilité n’a jamais été mise en évidence. Sur jeunes plantules, ce puceron peut transmettre les virus de la JNO. Il est le plus souvent de couleur vert pâle avec des cornicules claires. La migration vers l'hôte primaire se produit à partir d'août. En octobre, les femelles pondent des œufs par groupes de 3 à 5 à la base des bourgeons. La ponte dure jusqu'aux gelées. Les femelles aptères ont une durée de vie variable, de 20 à 38 jours, selon les conditions climatiques, la génération et la plante-hôte. Leur fécondité atteint 160 larves



#Metopolophium_dirhodum #Pucerons #Cultures #Céréales_à_paille #Ravageurs



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/alerte-pucerons-dans-les-cereales-de-printemps- @/view-32037-arvarticle.html



Lire aussi

Sitobion avenae ou puceron des épis; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Sitobion avenae ou puceron des épis

Comme son nom l’indique, Sitobion avenae se développe essentiellement sur épi, mais peut coloniser le limbe des feuilles supérieures. Il n’y a pas d’élément qui indique que sa présence en quantités importantes sur feuilles entraîne forcément une pullulation sur épis. En revanche, ce puceron peut être porteur des virus de la JNO : vigilance donc pour les jeunes céréales, à l’automne comme au printemps.



Après l'épiaison des céréales, il est important de savoir le reconnaître pour suivre son évolution car il peut être à l’origine de dégâts importants sur épis par prélèvement de sève du stade floraison au stade grain laiteux-pâteux. En aspirant la sève des plantes, ces pucerons induisent une limitation du poids de mille grains (PMG), voire du nombre de grains par épi en cas d’attaque précoce. D’une longueur comprise entre 1,3 et 3,3 mm, il présente des cornicules noires (appendices situés de part et d’autre de la partie postérieure de l’abdomen) avec des antennes noirâtres mesurant presque la longueur du corps. La couleur n’est pas caractéristique pour les aptères : elle peut varier du vert au rouge en passant par le jaune.



#Sitobion_avenae #Pucerons #Cultures #Céréales_à_paille #Ravageurs



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/alerte-pucerons-dans-les-cereales-de-printemps- @/view-32037-arvarticle.html



Lire aussi

Comment reconnaître les espèces de pucerons qui colonisent les céréales à paille? à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Comment reconnaître les espèces de pucerons qui colonisent les céréales à paille?

La présence de pucerons est signalée dans certaines parcelles de céréales. La surveillance est de mise pour les jeunes plantules d’orges ou de blés de printemps, surtout dans les zones où la jaunisse nanisante de l’orge a été signalée.



Plusieurs espèces de pucerons peuvent entraîner de forts dégâts suite à la transmission de virus de la jaunisse nanisante de l’orge, sur jeunes plantules, que ce soit pour les céréales d’automne ou de printemps. L’espèce la plus commune et la plus redoutée à l’automne est Rhopalosiphum padi. Les céréales sont d’autant plus affectées par cette maladie que l’inoculation virale a lieu au début de leur cycle de développement. Elles restent sensibles à l’inoculation jusqu’à fin tallage. Une vigilance particulière doit être portée sur les orges, plus sensibles à cette virose que le blé tendre et le blé dur. Au printemps, sur les semis d’automne, les populations de pucerons peuvent se développer sur les feuilles, parfois avec des effectifs importants, sans que leur nuisibilité n’ait été mise en évidence. Seuls les pucerons qui passeront sur épis (espèce Sitobion avenae) seront nuisibles : un diagnostic sera à faire à ce moment-là. La répartition des différentes espèces sur le territoire, subit des variations annuelles et saisonnières car elle n’est pas homogène.



#Pucerons #Cultures #Céréales_à_paille #Ravageurs



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/alerte-pucerons-dans-les-cereales-de-printemps- @/view-32037-arvarticle.html





Grosbois Bastian

Comment lutter contre les pucerons?

Pour la plupart des pucerons, les moyens de lutte sont les mêmes. Cela se fait à travers des luttes biologiques ou des traitements naturels. Les pucerons s'attaquent aux rameaux les plus tendres. Si une plante est enrichie avec un engrais trop azoté, elle attirera les pucerons. Il faut donc limiter les apports en engrais riches en azote. Travailler le sol, choisir avec soin le lieu d'implantation, fertiliser le sol... mettre tout en oeuvre pour que les plantes soient en bonne santé : elles résisteront mieux aux attaques. Favoriser les auxiliaires, prédateurs naturels des pucerons : coccinelle, guêpe parasite ou syrphe. Les guêpes sont également des prédateurs du puceron. Utiliser des insecticides naturels : décoction de tanaisie, purin de rue, de fougère, d'ortie, de sureau ou de tomate, des infusions d'ail ou d'oignon. En cas de petite colonie, traiter avec du savon noir. Les odeurs fortes les repoussent : planter des aromatiques à proximité des plantes à protéger (thym, lavande, menthe, sauge, aneth, fenouil), de la tanaisie, des œillets d’Inde, de l’ail.



#Pucerons #Cultures #Conseil_agronomiques #Ravageurs



SOURCE: www.gerbeaud.com



Lire aussi

Les pucerons: dégâts sur les plantes; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Les pucerons: dégâts sur les plantes

Si les pucerons sont si mal aimés, c'est parce qu'ils occasionnent des dégâts sur les plantes : déformations, décoloration, voire chute prématurée des feuilles, dessèchement des pousses, formation de fumagine...



Comme dégâts on remarque une boursouflure et craquelure de l'écorce ; affaiblissement général des plantes, qui deviennent plus sensibles aux maladies. Les pucerons se nourrissent, en quantité, de la sève des plantes, et pour y avoir accès, ils transpercent les tissus végétaux de leur appareil buccal. La plante se trouve ainsi affaiblie. Leur salive est irritante et toxique. Elle est responsable, notamment, des crispation du feuillage. Une partie de la sève absorbée est non digérée, et rejetée sous forme de miellat. Le miellat rejeté par le puceron favorise l'apparition de la fumagine, un champignon noir inhibiteur des échanges gazeux des plantes. La présence massive des pucerons provoque un flétrissement et une décoloration des plantes, une moindre croissance et un avortement des fleurs. D’autre part, ils transmettent des virus lorsqu’ils piquent la plante, comme, par exemple, la mosaïque du concombre, la mosaïque de la laitue...



#Pucerons #Cultures #Ravageurs



SOURCE: www.gerbeaud.com



Lire aussi

Les pucerons: Comment les reconnaître; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Les pucerons: Comment les reconnaître

Les pucerons sont faciles à reconnaître, qu'ils soient verts, noirs, jaunes... Ces insectes s'attaquent à toutes les plantes, des tiges aux racines, et en puisent les éléments nutritifs.



Presque toutes les plantes sont vulnérables aux pucerons. Au nombre des plus touchées, on compte les arbres fruitiers, groseilliers, cassissiers, pommier ou abricotier, les conifères, les capucines, les rosiers et, parmi les légumes, le chou ou le cerfeuil. Les organes touchés sont les feuilles, branches, pousses, racines... Ils ne dépassent guère 2 mm, bien que les pucerons des conifères soient plus gros (environ 6 mm). Certains sont ailés et peuvent migrer d'une première plante hôte à une deuxième plante hôte. La mise en place d'une lutte ciblée (introduction d'un prédateur ou d'un parasite spécifique) peut alors s'avérer compliquée.



#Pucerons #Cultures #Ravageurs



SOURCE: www.gerbeaud.com

www.gerbeaud.com




Grosbois Bastian

Quand et comment intervenir contre les scutigérelles ?

Contre ces ravageurs, il n’existe pas de technique de lutte curative. La méthode de lutte la plus répandue est l’utilisation d’insecticides microgranulés dans la raie de semis.



Difficile à observer car vif et préférant l’obscurité, ce sont surtout les traces et dégâts laissées par Scutigerella Immaculata qui permettent de détecter sa présence, généralement en foyers. Il faudra en particulier s’enquérir de l’état des radicelles ; leur consommation est une piste. La présence du millepatte peut être détecté en immergeant la racine et la terre qui l’entoure, dans une bassine ou un seau d’eau. Les scutigérelles sont sédentaires et s’installent au même endroit pour plusieurs années. Il est donc opportun d’appliquer un mode opératoire agronomique pour s’en débarrasser. La lutte passe d’abord par un travail du sol afin que ce dernier ne soit pas soufflé. L’élimination des résidus de culture vivaces doit également être envisagée. La fertilisation (avec engrais starter) représente également un atout : elle renforce les défenses des racines et donc leur résistance aux attaques. S’il n’existe pas d’insecticides véritablement efficace pour la lutte curative, il est bon d’anticiper un insecticide à micro-granulés dans les raies de semis. Les techniques culturales comme le travail du sol permettent également de réduire les populations de la plupart des myriapodes, notamment après des précédents favorables comme les prairies ou les jachères.



#Scutigérelle #Maïs #Betterave #Conseil_agronomiques #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

Les dégâts causés par les scutigérelles sur les cultures; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Les dégâts causés par les scutigérelles sur les cultures

Les scutigérelles peuvent entraîner la disparition quasi-totale de plantes sur des secteurs de parcelle ou rendre certains rangs beaucoup plus atrophiés. Si les attaques de scutigérelles sont précoces, les jeunes plants peuvent être anéantis dans le plus grave des cas. La plupart du temps, les dégâts entraînent un affaiblissement général. Portée sur maïs, ce dernier deviendra violacé. L’attaque des radicelles des jeunes plants aura en outre un effet collatéral : les végétaux colonisés seront touchés par des carences hydriques. On observe une diminution de peuplement et des baisses de rendement. De plus, la diminution de l’alimentation hydrique et nutritive ne permet pas un bon remplissage des grains et un développement optimal du maïs.



#Scutigérelle #Maïs #Betterave #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

La scutigérelle: Les types de cultures touchées par ce ravageur des sols; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

La scutigérelle: Les types de cultures touchées par ce ravageur des sols

Il faut savoir que les scutigérelles peuvent vivre jusqu’à quatre ans, une durée de vie assez considérable pour un myriapode. La scutigérelle peut donc s’attaquer à tous les types de culture. Mais elle a quand même quelques prédilections, notamment pour le maïs et la betterave. En grande culture, les dégâts sont particulièrement problématiques sur les cultures à semis de faible densité comme la betterave ou le maïs. Les scutigérelles se nourrissent de radicelles des jeunes plants. Les plantes attaquées ont ainsi un système racinaire atrophié voire totalement détruit. Par conséquent, ces plantes sont plus sensibles aux situations de carence hydrique. La scutigérelle est aussi couramment observé dans les serres et les sols maraîchers où elle s’attaquera aux racines des légumes comme les haricots, les carottes ou encore les épinards.



#Scutigérelle #Maïs #Betterave #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

La scutigérelle: Description d'un ravageur sur maïs; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

La scutigérelle: Description d'un ravageur sur maïs

Les scutigérelles sont des mille-pattes qui s’attaquent aux racines des cultures à faible densité comme le maïs. Présente principalement dans le sud de l’Aquitaine, le Gers et plus localement en Bretagne et dans le Centre / Bassin Parisien, la scutigérelle (Scutigerella immaculata) est un insecte appartenant à la famille des myriapodes (mille-pattes).



Ce petit myriapode blanc translucide mesure de 5 à 8 millimètres de long et possède douze paires de pattes à l'état adulte. La larve n'en a que six avant sa première mue, gagnant un segment au fil de celles-ci, jusqu'au stade adulte, après sa septième mue. Elle peut vivre plusieurs années au stade adulte. La ponte a lieu au printemps lorsque la population est exclusivement adulte. Au cours de son développement, la larve effectue plusieurs mues entre lesquelles elle peut se nourrir ou non. Elle atteint le stade adulte au bout de deux mois. Les scutigérelles peuvent causer aussi des dégâts à d’autres cultures comme les betteraves ou le maïs. Leur développement est favorisé par les sols légers, un climat tempéré et les techniques simplifiées de travail de sol. Un sol contaminé peut le rester longtemps car la durée de vie des adultes peut être de plusieurs années. L’aire de répartition de ce ravageur est principalement localisée dans le SudOuest et moins fréquemment dans le Bassin parisien ou en région Centre.



#Scutigérelle #Maïs #Betterave #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr

www.syngenta.fr




Grosbois Bastian

Dégâts d'oiseaux sur tournesol: Conseils opérationnels

Il ne faut pas poser les effaroucheurs trop tôt, mais juste avant le stade sensible : de l’émergence à première paire de feuilles. Ne pas hésiter à déplacer les effaroucheurs sur la parcelle tous les 2/3 jours. Pour les effaroucheurs sonores, faire varier les signaux et les intervalles de diffusion. Observer le paysage avoisinant les cultures attaquées pour orienter les effaroucheurs en direction d’une alimentation alternative (comme des feuilles vertes, des baies, des glands, etc.). Envisager une combinaison d’effaroucheurs peut réduire l’accoutumance telle que l’utilisation de canons à gaz associés aux ballons/cerfs-volants ou associés aux moyens pyrotechniques par exemple. En fin de cycle, les déprédations sont globalement plus rares qu’à la levée et peuvent être occasionnées dès le début de la maturation par certains mammifères. Récolter tôt, dès que la maturité est atteinte, est la seule parade pour limiter les prélèvements de graines par les oiseaux. La réglementation offre par ailleurs la possibilité de réaliser des piégeages et tirs dits de « destruction » hors période de chasse sur les départements où l’espèce est classée "susceptible d’occasionner des dégâts".



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Conseil_agronomiques #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Dégâts d'oiseaux sur tournesol: Les méthodes de lutte; à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Dégâts d'oiseaux sur tournesol: Les méthodes de lutte

Le semis sous couvert peut permettre de lutter contre les attaques d'oiseaux. Cette technique consiste à semer un couvert, par exemple de l’orge, puis à le détruire au semis du tournesol ou peu après. L’objectif des tests actuels est de provoquer une confusion visuelle sans risquer une concurrence entre le tournesol et le couvert. Il existe également des effaroucheurs lasers : différents modèles sont disponibles plus ou moins abordables, de la torche au dispositif autonome sur parcelle. Ils permettent de viser des individus, mais peu d’information sur une éventuelle efficacité sur des groupes de colombidés et corvidés. Une technique peu coûteuse : les perchoirs à rapace. Ils sont utilisés en zone de grandes cultures par des prédateurs trop peu puissants pour s'attaquer au pigeon ramier (par exemple bus evariable), mais un effet dissuasif est possible. Une protection contre les corvidés est peu plausible. Différents concepts de drones effaroucheurs sont également développés : du drone terrestre au drone volant biomimétrique, avec possibilités de réaction à l'environnement (détecteur de mouvements). Les prestations sont par contre trop coûteuses aujourd'hui pour une utilisation en contexte de grandes cultures.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Comment prévenir les attaques d’oiseaux sur tournesol ? à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Comment prévenir les attaques d’oiseaux sur tournesol ?

La nuisibilité des attaques varie selon leur échelle. Souvent, la cible principale n’est pas la graine de tournesol mais la jeune plantule fragile et tendre. Les oiseaux consomment ainsi les cotylédons mais sans endommager la tige. Par contre, une lésion sur la tige peut entraîner la mort de la plante.



La sensibilité du tournesol vis-à-vis des oiseaux est forte. Si forte que l’action de volatiles peut entraîner la destruction de la culture et son abandon. Les techniques d’effarouchement visuelles ou sonores tels que les canons, épouvantails, ballons, cerf-volants … ou les répulsifs ne sont pas suffisamment efficaces pour limiter les dégâts des oiseaux. Il est cependant possible de fortifier les jeunes plants de tournesol au démarrage afin de limiter les conséquences de ces dégâts causés par les oiseaux. Ce renforcement passe par l’optimisation de l’absorption minérale et hydrique de la plante et l’épaississement des parois cellulaires afin de créer un milieu défavorable aux oiseaux ravageurs. N’attendez pas que les oiseaux soient installés dans les parcelles de tournesol, agissez rapidement dès son implantation. Il est possible de fortifier les jeunes plants de tournesol au démarrage afin de limiter les conséquences des dégâts causés par les oiseaux.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Les facteurs favorisent les attaques d’oiseaux sur tournesol; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Les facteurs favorisent les attaques d’oiseaux sur tournesol

Les attaques d’oiseaux sont un problème majeur pour les producteurs de tournesol. La vulnérabilité d’une parcelle est davantage liée à son emplacement, lorsqu’elle est située sur une zone à risque, qu’à l’efficacité des systèmes de protection. Malgré la présence de dispositifs de protection, principalement les effaroucheurs, une parcelle sur deux de tournesol est attaquée par les oiseaux et a été ressemée. La proximité d’une ville ou d’une haie favorise les attaques. Ces zones sont en effet propices au développement de nichoirs et aux populations de pigeons. Le pigeon ramier est le principal oiseau déprédateur du tournesol. 74 % des dégâts d’oiseaux et petit gibiers sur tournesol sont occasionnés par les colombidés, principalement les pigeons ramiers. Les corvidés viennent en seconde position suivis du lièvre.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Tournesol: Les signes de dégâts causés par les oiseaux; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Tournesol: Les signes de dégâts causés par les oiseaux

Les dégâts provoqués par les oiseaux sur les champs de tournesol se manifestent de plusieurs façons. Des trous de quelques centimètres, réguliers et visibles, montrent que les oiseaux recherchent les graines en suivant les lignes de semis. Ils consomment les semences qu’ils ont déterrées en fouillant le sol. Les graines les plus tendres présentent alors une coque évidée. Quant aux feuilles situées sous le capitule, elles sont souvent souillées par les déjections de ces oiseaux. On constate aussi des attaques sur capitules et sur cotylédons. Les cotylédons sont alors souvent arrachés ou sectionnées par les oiseaux qui ont cherché à atteindre les graines. Les attaques sur tournesol ont lieu du semis jusqu'au stade 4 feuilles (environ 3/4 des cas). Parfois plus tardivement, environ ¼ des cas, elles ont lieu sur le capitule. Les attaquent peuvent être très fréquentes et fortement préjudiciables à la culture du tournesol. Parmi les prédateurs recensés, les pigeons sont cités dans une grande majorité des cas (91 %) : le pigeon ramier ou palombe et le pigeon des villes, mais également les corvidés tels que les corbeaux freux et corneilles noires sont signalés dans 62 % des cas.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Dégâts d'oiseaux: un risque réel sur tournesol; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Dégâts d'oiseaux: un risque réel sur tournesol

Pigeons ramiers, corneilles noires, corbeaux freux... protéger les tournesols de ces oiseaux représente un enjeu majeur à l'implantation. Combiner différents moyens de lutte (effaroucheur visuel et sonore, présence humaine régulière...) peut permettre d'atténuer les dégâts. Les signaler est également indispensable afin de faire reconnaître cette problématique. Une enquête réalisée par Terre Innovia a montré la multiplication des dégâts d’oiseaux sur les champs de tournesol. Il faut donc agir et protéger la culture avant même les semis car les oiseaux n’attendent pas pour nuire, surtout à proximité des haies et des villes. Les pertes de récolte liées à ces attaques peuvent être lourdes d’autant que les moyens de lutte sont limités.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com

www.perspectives-agricoles.com




Traore Phénix Mensah

Sécurité alimentaire: Chenille légionnaire au Ghana, les autorités tirent la sonnette d'alarme



Au Ghana, le ministère de l'Alimentation et de l'agriculture a tiré la sonnette d'alarme quant à la "menace sérieuse" que constitue la chenille légionnaire d'automne (Spodoptera frugiperda). Ce ravageur des cultures, qui était endémique du continent américain, est apparu en Afrique en 2016, selon la FAO.



Selon une déclaration du ministère en charge de l’agriculture au Ghana, des poches d'infestation dans les cultures du maïs auraient été détectées dans les bas-fonds et les champs irrigués des districts de Ahafo, Ashanti, Bono, Bono East, Central, Eastern, Greater Accra et les régions Western. Il est incontestable, que la menace pourra avoir une incidence sur la sécurité alimentaire et notamment pour les petits agriculteurs qui cultivent le maïs. Il s'agit de la culture la plus attaquée par le ravageur endémique. Il est recommandé aux agriculteurs de surveiller de près leur champs pour pouvoir détecter au plus tôt l'infestation pour prendre les bonnes mesures. Il leur est aussi demandé de le déclarer à la plus proche représentation du ministère. Notons que, la Chenille légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda) est un insecte ravageur qui attaque plus de 80 espèces de plantes, causant des dégâts à des céréales cultivées d’importance économique telles que le maïs, le riz et le sorgho ainsi qu’aux cultures maraîchères et au coton. La Chenille légionnaire d’automne se nourrit surtout des feuilles du maïs mais peut aussi attaquer les épis. Habituellement, de tels épis ne sont plus consommés par les populations. Bien que les dégâts pourraient néanmoins le rendre plus sensible à la présence d’aflatoxine (FAO).

#Ravageurs #Chenille_légionnaire #Ghana #Sécurité_alimentaire



LIRE AUSSI: Secteur semencier au Ghana: La production de semences de maïs et de riz a grimpé dans le pays=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Grosbois Bastian

Les solutions agricoles pour lutter contre le taupin

Dans les possibilités biologiques, l’utilisation d’un purin d’ortie peut être une solution, tout comme le purin de fougère. L’apport de chaux dans le sol est également à envisager, les taupins n’appréciant pas les sols les plus calcaires. Il existe des mesures phytosanitaires en traitement curatif, avec des insecticides à répandre sur le sol mais qui restent un danger s’ils sont utilisés à l’excès. Et ils sont peu efficaces dans les rangs de maïs. Le traitement des semis reste une des meilleures solutions. La fertilisation starter favorise le développement racinaire et peut permettre une esquive partielle des faibles attaques de taupins. Cette stratégie est très vite limitée en cas d'attaque moyenne à forte.



#Taupin #Maïs #Cultures #Conseil_agronomiques #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

Protection du maïs contre le taupin; à l’adresse: www.talkag.com





Pichon Gilbert

Officiel : Le teppeki peut être utilisé au stade deux feuilles de la betterave

Suite aux différentes demandes de la CGB en ce qui concerne l’utilisation du teppeki un peu plus tôt sur les cultures de betteraves afin de lutter contre les pucerons, l’ANSES valide son utilisation dès le stade 2 feuilles de la culture de betteraves



Cette saison, les pucerons verts ont commencé leurs infestations sur les plantes de betteraves atteignant à peine le stade deux feuilles. Etant donné la dangerosité de ces ravageurs, pouvant être vecteurs du virus de la jaunisse, une maladie qui pourrait faire baisser les rendements betteraviers de 30 à 50 %, avec de graves conséquences économiques pour la filière betterave-sucre, Le 24 avril dernier, la Confédération générale des planteurs de Betteraves (CGB) avait émis en urgence deux demandes auprès de l’administration française qui vient de répondre favorablement à l’une d’elles à savoir la possibilité d’utiliser le Teppeki (flonicamide) dès le stade 2 feuilles (au lieu du stade 6 feuilles initialement autorisé). Dans un communiqué daté du 29 avril, la CGB a mis un point d’honneur aux services de la DGAL et de l’ANSES pour leur réactivité favorable à cette demande.



www.lebetteravier.fr



Lire aussi pour lutter contre les pucerons verts, les betteraviers souhaitent utiliser le Teppeki à l’adresse www.talkag.com

#Ravageurs #Betteraves #Teppeki #CGB #ANSES #Insecticides

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Protection du maïs contre le taupin

La lutte préventive est le moyen le plus efficace pour éradiquer les colonies de taupins, notamment pour les cultures de maïs. L’observation des parcelles, et notamment des zones les plus humides du champ, permet de détecter la présence de ces coléoptères. L’utilisation de pièges est un bon moyen de faire coup double : de détecter la présence des taupins et de les éliminer manuellement. La lutte doit se mettre en place dès l’implantation de la culture avec une protection adaptée à la pression attendue. Apporter du fumier ou du compost pour augmenter la résistance des cultures.



#Taupin #Maïs #Cultures #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

Les dégâts causés par les taupins; à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Les dégâts causés par les taupins, ravageurs de maïs

C’est donc surtout la larve du taupin qui est ravageuse. Elle peut s’attaquer aux semis, aux racines des végétaux, aux bulbes ou tubercules, mais aussi aux parties souterraines des tiges dans lesquelles elle creuse des galeries.



Le ravage est double : sur les quantités puisque les plantes atteintes peuvent dessécher et mourir. Mais aussi sur la qualité et le rendement des productions. Moins de fruits ou légumes, produits moins gustatifs. Les larves de taupins très polyphages apparaissent surtout la deuxième année suivant l’implantation du jardin et restent plusieurs années dans le sol. Craignant le froid et la sécheresse, elles descendent en profondeur dans le sol en hiver et en été. Au printemps, elles remontent et creusent des galeries dans les plants. Du semis jusqu’au stade 8-10 feuilles, le maïs est une plante très sensible aux attaques de taupins en raison de sa faible densité d’occupation du sol et de sa faible capacité de compensation. Les plantes attaquées meurent ou sont impropres à la consommation. Les larves s’attaquent également aux racines des salades, aux racines des gazons et des jeunes arbres. Généralement, ces attaques sont concentrées dans les zones humides du champ. Dans tous les cas, les dégâts de taupins sont à l’origine de pertes de rendement conséquentes et variables en fonction de l’intensité, de la précocité et de la durée d’attaque.



#Taupin #Maïs #Cultures #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

Cycles du développement des taupins; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Cycles du développement des taupins

Le taupin adulte a la particularité d’hiberner en s’enterrant dans les sols. Il refait surface au printemps, avec l’intention de s’accoupler. Le mâle a une durée de vie limitée après l’acte de reproduction, à la différence de la femelle qui poursuit son cycle de vie jusqu’à l’automne.



Les pontes sont enfouis dans une faible profondeur et l’éclosion débute à partir du mois de mai, deux à quatre semaines après la procréation. Il faut plusieurs années au taupin avant de devenir adulte. La larve, enfouie à quelques centimètres de profondeur va se développer durant quatre années pour la plupart des espèces, avant d’enclencher sa nymphose lors de la cinquième. Seule l’agriote sordidus peut sortir au bout d’une année. Les larves de taupins sont sensibles au froid et restent dans la terre durant l’hiver. Elles sont également affectées par la sécheresse, et s’enterrent si le temps est trop sec. A contrario, elles apprécient les sols humides. Les taupins sont notoirement réputés pour s’attaquer aux cultures du maïs, dont ils apprécient les graines et les semis. Mais le taupin peut s’attaquer également aux pommes de terre, aux légumes racinaires et aux salades et plus globalement aux plantes à bulbes.



#Taupin #Maïs #Cultures #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

Le taupin, description du ravageur majeur du maïs; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Le taupin, description du ravageur majeur du maïs

Le taupin est un coléoptère dont la larve particulièrement vorace occasionne des dégâts importants dans les cultures de maïs. La seule forme de protection contre le taupin est la prévention.



Le taupin est un petit insecte de la catégorie des coléoptères. La dénomination de taupin englobe de nombreuses espèces, près de 200 à travers le monde. En France, 14 d’entre elles sont répertoriées dont 4 sont classées dans la catégorie des ravageurs. De couleur variable selon les espèces, pouvant être jaunâtre, brun ou noir, avec des élytres (ailes dures et bombées) légèrement striées, le taupin mesure généralement à taille adulte entre 7 et 10 millimètres, mais peut atteindre jusqu’à 2 centimètres. Il dispose d’une tête large enfoncée dans le thorax. Ce sont les larves, ou « ver fil de fer », qui sont les plus nuisibles pour les cultures, et non l’insecte adulte. Les larves sont jaunes et vivent légèrement enfouies dans le sol.



#Taupin #Maïs #Cultures #Ravageurs



SOURCE: www.syngenta.fr





Pichon Gilbert

Pour lutter contre les pucerons verts, les betteraviers souhaitent utiliser le Teppeki

Compte tenu de fortes attaques de pucerons sur les betteraves, la CGB demande au ministère de l’Agriculture deux dérogations sur le Teppeki, afin de pouvoir utiliser cet insecticide dès le stade 2 feuilles et en deux traitements si nécessaire.



Depuis une semaine, les betteraves subissent des attaques de pucerons verts dans presque toutes les régions betteravières. L’ampleur de ces attaques et leurs précocités s’expliquent par les conditions climatiques très favorables de cet hiver et des températures printanières élevées. Mais cette situation est le résultat de l’interdiction d’utiliser des semences traitées aux néonicotinoïdes depuis 2019. À ce jour,, il ne reste plus que deux produits autorisés pour lutter contre les pucerons verts sur betteraves : la flonicamide (Teppeki) homologuée pour un passage à partir du stade 6 feuilles et le spirotétramate (Movento), autorisé à titre dérogatoire en 2019 et en 2020 pour 2 passages, à partir du stade 2 feuilles; des produits qui ont montré leur efficacité en 2019. Cette année, les attaques des pucerons verts risques d’être encore élevées et ce dès le mois d’Avril. Dans un communiqué du 24 avril, la CGB estime que le Teppeki combine plusieurs modes d’actions dont le contact et s’avère ainsi plus opérant dans la situation actuelle, notamment avec des levées décalées dues aux manques de pluies. Appuyée par l’ITB elle alerte la direction générale de l'alimentation du ministère de l’Agriculture sur la gravité de la situation et lui a demandé en urgence deux dérogations à savoir de pouvoir utiliser le Teppeki dès le stade 2 feuilles afin d’apporter une réponse immédiate aux fortes infestations constatées en plaine, et la possibilité d’appliquer un second traitement de Teppeki pour couvrir, en cas de besoin, toute la période de sensibilité des betteraves aux pucerons verts, c’est-à-dire jusqu’à la couverture du sol.



www.lebetteravier.fr

#Ravageurs #Betterave #Pucerons_Verts #Insecticides #Teppeki #Agriculture

www.lebetteravier.fr




Grosbois Bastian

Les limites du soufre une fois appliqué

L'efficacité d'une application de soufre est d'environ une semaine ; il n'a que peu d'activité résiduelle. Dans le cas de la mise en place d'une lutte intégrée, l'usage excessif du soufre peut être nuisible à certains auxiliaires : acariens prédateurs, hyménoptères parasites, cécidomyies prédatrices, punaises prédatrices... Les fruits et légumes destinés à être mis en conserve ne doivent plus avoir de trace de soufre lors de la récolte. À forte dose, le soufre acidifie le sol. Les apports de soufre dans le cadre d'une protection phytosanitaire couvrent largement les besoins de la plante. Les traitements phytosanitaires à base de soufre augmentent nécessairement la présence de composés soufrés dans le moûts.



#Soufre #Fongicide #Viticulture #Cultures #Agriculture #Maladies_de_plantes #Ravageurs



SOURCE: www.gerbeaud.com



Lire aussi

Les soufres et leur protection phytosanitaire sur les plantes, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Les soufres et leur protection phytosanitaire sur les plantes

Le soufre est homologué contre plusieurs parasites et ravageurs. En fongicide il peut être utilisé dans sa formulation poudre ou mouillable contre l'oïdium, ou en mouillable uniquement contre l'excoriose. Les soufres mouillables micronisés sont également homologués contre les acariens responsables de l'érinose et l'acariose.



La stratégie de protection phytosanitaire contre l'oïdium consistera à un démarrage précoce avec des soufres mouillables appliqués à la dose de 1,25 à 1,35 kg/hl aux stades 06 et 09. Les traitements devront être renouvelés tous les 10 à 12 jours jusqu'au stade de préfloraison. La période d'encadrement de floraison étant plus sensible nous choisirons plutôt d'appliquer des soufres poudres sublimés à la dose de 25 kg/ha et de resserrer quelque peu les cadences. Les soufres poudres présentent également l'avantage de moins perturber la pollinisation et la chute des capuchons floraux permettant ainsi de limiter la coulure. La suite de la protection se fera indifféremment avec des soufres poudres ou mouillables sachant qu'en situation d'attaque avérée par le champignon, un soufre mouillable aura un effet rattrapage intéressant. Enfin juste avant fermeture des grappes, il est opportun d'appliquer un poudrage à base de soufre trituré. Les traitements spécifiques contre l'érinose et l'acariose ne sont à envisager uniquement qu'en cas d'attaque importante. Dans ce cas, le soufre mouillable est utilisable à la dose de 20kg/ha ou 2kg/hl de bouillie. Les applications se font aux stades 03 et 05.



#Soufre #Fongicide #Viticulture #Cultures #Agriculture #Maladies_de_plantes #Ravageurs



SOURCE: www.gerbeaud.com



Lire aussi

Les soufres et leur utilisation: Les soufres mouillables, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Le soufre et son utilisation dans l’agriculture: Les soufres mouillables

Les soufres mouillables sont en fait exclusivement des soufres micronisés, les soufres mouillables ordinaires n'étant plus homologués. Ils sont composés de soufres de petite taille formulés avec des agents mouillants et dispersants, permettant leur dissolution dans l'eau et une bonne dispersion de la bouillie sur le feuillage. Ces formulations permettent au produit d'adhérer fortement au végétal. Ils sont plus adhérents et plus persistants que les soufres en poudre. L'ajout d'un mouillant à base de terpènes de pin (0,2L/hl) améliore la qualité de la pulvérisation (adhérence, étalement, limitation de la dérive) ce qui permet de travailler avec de plus faibles doses de soufre mouillable. En situation de rattrapage, les terpènes de pin présentent un effet éradiquant intéressant. L'utilisation du soufre mouillable en début de programme, période où la végétation est peu développée, permet de travailler à des faibles doses tout en conservant une qualité de pulvérisation optimale contrairement à un poudrage moins ciblé. Ce produit est également moins sensible à la dérive au vent qu'un soufre poudre.



#Soufre #Fongicide #Viticulture #Cultures #Agriculture #Maladies_de_plantes #Ravageurs



SOURCE: www.gerbeaud.com



Lire aussi

Les soufres et leur utilisation: Soufre pour poudrage, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Le soufre et son utilisation dans l’agriculture: Soufre pour poudrage

Les soufres utilisables en agriculture sont de différentes formes caractérisées principalement par leur finesse et leur formulation, selon leurs caractéristiques, ils seront utilisables en poudrage ou en pulvérisation liquide.



Ce que l'on définit par le terme de soufre poudrage est l'ensemble des soufres solides formulés pour être appliqués sous forme solide à la poudreuse ou à « la boîte ». L'efficacité et la rémanence de ces produits sont conditionnées principalement par la finesse des particules de soufre. La finesse du produit favorise la bonne couverture et l'adhérence à la surface traitée. Le soufre présente la particularité d'être chargé électrostatiquement et par conséquent d'adhérer très fortement au végétal. Selon le mode de fabrication, l'industrie du soufre est capable de proposer des formulations de particules de soufre de tailles différentes. Les soufres à privilégier sont de petite taille (environ 10µ). En comprenant mieux la différence entre soufre trituré et soufre sublimé, nous pouvons définir l'usage préférentiel de chacun de ces produits. Un soufre trituré, qui par définition est composé de particules de plus grande taille, aura tendance à se sublimer plus lentement ce qui signifie une action de choc limitée mais une rémanence plus longue. Quant au soufre sublimé, composé de particules plus fines, sa sublimation sera rapide impliquant une action de choc importante mais une consommation rapide du produit. Nous choisirons préférentiellement l'usage du soufre sublimé pour les périodes sensibles de protection (floraison, rattrapage), et le soufre trituré quand la rémanence est recherchée (fin de protection). Le poudrage présente l'avantage d'être plus rapide en terme d'application (passage environ tous les 4 rangs contre 2 rangs pour la pulvérisation liquide).



#Soufre #Fongicide #Viticulture #Cultures #Agriculture #Maladies_de_plantes #Ravageurs



SOURCE: www.gerbeaud.com



Lire aussi

Actions du soufre sur les maladies de plantes et les ravageurs, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Actions du soufre sur les maladies de plantes et les ravageurs

Le soufre intervient dans diverses luttes :l'oïdium : fongicide en préventif et en curatif ; la tavelure : fongicide en préventif et en curatif ; l'érinose (galles occasionnées par un petit acarien touchant entre autres le tilleul, l'érable et la vigne) : en curatif ; les araignées rouges : acaricide ; punaises, fourmis : répulsif ; maladies et parasites de la vigne : oïdium, excoriose, érinose, acariose.



Lorsque le soufre se sublime, il est directement absorbé par les tissus du champignon responsable de l'oïdium. Ce produit propose une action multisite le mettant à l'abri de toute forme de résistance. L'action du soufre a pour effet de prévenir, ralentir voire stopper la progression de la maladie. Pour rentrer un peu plus dans les détails, le soufre, après sublimation, migre à l'intérieur des cellules du champignon et vient interférer sur plusieurs mécanismes du métabolisme : blocage de la respiration cellulaire en intervenant à différentes étapes de la chaine respiratoire; inhibition de la synthèse des protéines; inhibition de la synthèse des acides nucléiques. En bloquant le développement du tube germinatif des spores et en prolongeant la dormance de celles-ci, le soufre agit de façon préventive. L'action du produit ne se limite pas seulement à une action préventive, car en perturbant la croissance des filaments mycéliens et des suçoirs, il agit également de façon curative. Toutefois il est bon de rappeler que la protection anti-oïdium se raisonne uniquement de façon préventive.



#Soufre #Fongicide #Viticulture #Cultures #Agriculture #Maladies_de_plantes #Ravageurs



SOURCE: www.gerbeaud.com



Lire aussi

Les conditions de sublimation du soufre, à l’adresse: www.talkag.com





Traore Phénix Mensah

Les pertes et dommages que pourraient causer les criquets pèlerins au niveau mondial



Quand bien même, l’invasion des criquets pèlerins est plus focalisée en Afrique, dans sa région Est précisément; les dommages engendrés par ces ravageurs pourrons toucher le monde.



La la lutte contre les essaims de criquet reste déstabilisée par le Covid-19 en raison du retard dans la livraison des équipements de contrôle et la faible disponibilité des avions pour l’épandage aérien, la Banque mondiale estime à 8,5 milliards $ le montant que pourraient représenter les pertes et dommages causés par les criquets pèlerins au niveau mondial en l’absence de mesures de contrôles à grande échelle. Selon l’institution, il reste donc urgent d’agir maintenant pour prévenir une prochaine destruction et une famine pouvant s’étendre sur plusieurs années . Actuellement, les essaims de criquets ont déjà touché 23 pays à travers le monde. Alors que l’Afrique de l’Est est le principal foyer avec 4 pays affectés (Éthiopie, Kenya, Somalie et Ouganda), le phénomène n’épargne pas des régions comme le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et l’Afrique du Nord. D’après le cabinet d’analyse de données agricoles Gro Intelligence, plus de 25 millions d’hectares de terres cultivables sont affectés en Éthiopie, au Kenya et en Somalie.

#Ravageurs #Criquets_pèlerins #Afrique #Banque_mondiale



LIRE AUSSI: La crise due au Covid-19, ravages de la chenille légionnaire et l’invasion des criquets pèlerins; des entorses à l’agriculture en Afrique=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Pichon Gilbert

Invitez vos amis à rejoindre la communauté #TalkAg

Le monde agricole sur une seule plateforme. Rejoignez la communauté sur www.talkag.com. Qu'est-ce qu'on y gagne en utilisant le réseau social agricole #Talkag? suivre la vidéo \ud83d\ude09 #Parlons_agriculture #Monde_paysan #Agriculture_De_Demain #Agriculture #Couverts_Végétaux #Ravageurs #Soja #Agriculture_biologique ...





Bomboma Jean

En Afrique de l’Est, difficile d’accès de lutte contre les criquets pèlerins à cause du Covid 19

L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que qu’il y a un problème d’accès de lutte contre les criquets pèlerins sur les cultures à cause de la pandémie de Coronavirus.



Donc la livraison des pesticides est limitée à cause de la fermeture des frontières et la suspension des vols internationaux. Les insectes nuisibles représentent toujours une menace sans précédent pour la sécurité alimentaire et les moyens d’existence de nombreux ménages dans des pays comme le Kenya, l’Éthiopie ou la Somalie. Sur ce, les intentions sont beaucoup tournées sur la pandémie qui sévit actuellement dans le monde. La FAO a lancé un appel à financement de 153 millions $ dans le cadre de la lutte contre les criquets pèlerins, l’organisme onusien n’a pu mobiliser jusqu’ici que 107 millions $ selon des données rapportées par Bloomberg.

#Afrique_de_Est #Criquets_pélerins #Ravageurs #Cultures



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Pichon Gilbert

Réussir la culture des asperges : Les ennemis des asperges

Les principaux ravageurs de l'asperge sont les mouches (des semis, de l'asperge et mineuses) et les criocères.



Seuls les criocères peuvent nécessiter une intervention lorsque leur nombre produit un réel effet défoliateur à la fin du printemps et / ou en été. Si tel est le cas, il faut surveiller les plantes après leur production de turions, c'est-à-dire lorsque les cannes sont en formation et traiter uniquement lorsque les larves sont jeunes. Les attaques de pucerons sont plus rares, mais dans le sud de la France, il faut parfois intervenir en fin de saison. Après la plantation, les maladies observables sur cannes et feuilles sont essentiellement la rouille, surtout préjudiciable aux jeunes plantations et la stemphyliose, responsable du dépérissement des asperges par dessèchement des parties aériennes. Il faut alors traiter préventivement dans les régions sensibles (sud), en période orageuse. Si un traitement est nécessaire, on utilisera exclusivement des produits avec la mention "autorisé dans les jardins".



Lire aussi Réussir la culture des asperges : Conduite de la culture et quand procéder à la récolte à l'adresse www.talkag.com



www.fermedesaintemarthe.com

#Légumes #Asperges #Maladies_de_plantes #Ravageurs

www.fermedesaintemarthe.com




Grosbois Bastian

Piétin- verse: Moyens de prévention

Les attaques précoces peuvent fragiliser la tige et entraîner une verse parasitaire précoce, qui complique la récolte et provoque des pertes de rendement parfois importantes, souvent associées à une dégradation de la qualité.



L’infection survient dès que les températures dépassent les 5°C et que l’humidité relative est supérieure à 85 % durant au moins 15 h. Le champignon traverse les gaines au cours de l’hiver et le début du printemps avant de progresser dans la tige durant la montaison. Le meilleur moyen de prévention consiste à contrôler très souvent la base des tiges. Il faut alors éviter les semis précoces et le retour trop fréquent du blé. Les successions de blé sur blé, ou les rotations avec retour du blé tous les deux ans, favorisent le maintien de la maladie dans la parcelle via les résidus de culture. Dans les situations à risques, il est recommandé de choisir des variétés résistantes ou peu sensibles au piétin-verse. Il faut également traiter en dernier recours. Il faut s’appuyer sur la grille d’évaluation du risque piétin-verse, tenir compte de l’historique de la parcelle, et observer soigneusement les tiges avant d’envisager tout traitement. S’il s’avère nécessaire, il doit être appliqué entre le stade épi 1 cm et avant le stade 2 nœuds. Au-delà de ce stade, le recouvrement par les feuilles ne permet plus au produit d’atteindre la tige.



#Blé #Piétin_verse #Grain #Céréales #Cultures #Ravageurs #Maladies_de_plantes



SOURCE: www.terre-net.fr



Lire aussi

Piétin- verse: Méthodes de lutte, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Piétin- verse: Méthodes de lutte

La meilleure méthode de lutte contre le piétin-verse est la sélection de variétés résistantes. On connaît plusieurs gènes de résistance au piétin-verse. Le premier et le plus efficace, qui provient d'une espèce voisine diploïde, Triticum ventricosum.



La rotation des cultures est également un moyen efficace pour réduire l'expansion de la maladie, car les champignons responsables du piétin-verse vivent sur les résidus de la récolte précédente. L'alternance des cultures de blé avec d'autres cultures qui ne sont pas sensibles à la maladie, ainsi que le respect de périodes de jachère d'au moins un an sur la même parcelle, aide à diminuer l'importance de la maladie. Le recours aux fongicides peut être efficace à court terme, mais n'est pas une solution à long terme car les agents pathogènes peut développer une résistance aux substances employées. L'application de produits chimiques est également coûteuse. En cas de traitement, les matières actives utilisables pour lutter contre le piétin verse sont : d’abord la métrafénone et le cyprodinil et dans une moindre mesure le prothioconazole. Le cyprodinil et la métrafénone n'ont pas d'efficacité contre la septoriose. Le prochloraze, longtemps utilisé en T1 ne présente plus d’activité sur un piétin verse qui lui est devenu résistant. L’association de 2 matières actives efficaces tend à donner les meilleurs résultats sur piétin verse.



#Blé #Piétin_verse #Grain #Céréales #Cultures #Ravageurs #Maladies_de_plantes



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr



Lire aussi

Cycle de vie du piétin-verse, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Cycle de vie du piétin-verse

Le champignon hiverne sur le chaume, les repousses de céréales et les graminées adventices contaminés, qui agissent comme des sources d’inoculum. Il peut survivre sur le chaume pendant trois ans ; aussi, une interruption des cultures céréalières ne permet pas nécessairement de réduire le risque de piétin-verse lors des cultures suivantes. La sporulation se produit tout au long de l’automne et de l’hiver, ce qui constitue une menace pour les cultures à semis précoce. L'infection survient à des températures supérieures à 5°C, ainsi que pendant les périodes d’humidité.



Les spores sont véhiculées par la pluie sur de courtes distances, depuis le chaume infecté. Les symptômes se manifestent 6 à 8 semaines après l’infection, en fonction des conditions environnementales. Le piétin-verse peut être particulièrement problématique dans les cultures céréalières continues, car l'inoculum peut s’accumuler année après année. Le stade sexué des deux champignons en cause peut jouer un rôle important dans le cycle de vie de l’agent pathogène. Ce stade se produit sur le chaume à la fin de la saison. Après la récolte, les ascospores peuvent voyager sur de longues distances et contaminer les nouveaux ou les jeunes plants.



#Blé #Piétin_verse #Grain #Céréales #Cultures #Ravageurs #Maladies_de_plantes



SOURCE: fr.wikipedia.org



Lire aussi

Symptômes du piétin-verse sur blé, à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Symptômes du piétin-verse sur blé

Le piétin-verse, dont la présence est largement déterminée par l’histoire agronomique de la parcelle, cause généralement peu de dégâts, surtout si les conditions de remplissage sont favorables.



Les symptômes du piétin-verse se localisent uniquement en bas des tiges. Arvalis indique que les dégâts sont peu importants si les conditions de remplissage sont bonnes. Toutefois des attaques précoces peuvent fragiliser la tige et entraîner une verse parasitaire précoce. Ce qui peut gêner à la récolte et provoquer des pertes de rendements, voire une dégradation de la qualité. Les premiers symptômes peuvent être confondus avec ceux du rhizoctone ocellé et des infections dues à Fusarium spp. Souvent, le seul symptôme visible est une carie brune sur la gaine des feuilles, à la base de la tige. Dans les cultures à semis précoce, les lésions du piétin-verse peuvent pénétrer une ou deux gaines de feuilles, ce qui facilite leur identification. Les lésions causées par Fusarium spp. et le piétin-verse sont généralement confinées à la gaine supérieure de la feuille. Plus tard dans la saison, les symptômes du piétin-verse deviennent plus distincts et se présentent sous la forme d’une lésion en forme d’œil entourée d’une bordure foncée, généralement en-dessous du premier nœud. Plus tard encore, cette bordure est souvent foncée et diffuse, avec une « pupille » noire centrale parfois visible.



#Blé #Piétin_verse #Grain #Céréales #Cultures #Ravageurs #Maladies_de_plantes



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr



Lire aussi

3 critères pour quantifier le risque piétin verse, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

3 critères pour quantifier le risque piétin verse

Sur le blé, le risque piétin verse s’estime à la parcelle, en fonction du climat de l’année, de la variété et de la conduite de la parcelle.



Pour savoir s’il est nécessaire d’intervenir pour gérer le piétin verse, l’agriculteur doit tenir compte de trois critères : la sensibilité de la variété en place, l’agronomie et le climat des semaines écoulées. Les variétés dont la note de résistance est au moins égale à 5 (note attribuée par le Geves) ne nécessitent pas d’intervention, même en situation à risque. Pour évaluer le risque agronomique, il convient de prendre en compte le potentiel infectieux du sol lié à la présence de résidus pailleux en surface, du type de sol et de la date de semis. Quant au climat, rappelons que les contaminations se produisent sous des températures douces et avec une humidité persistante. Le diagnostic s’applique pour chaque parcelle. Si l’on tient compte de la grille d’évaluation du risque, ce dernier est moyen à élevé quelle que soit la date de semis. Le risque agronomique est lié au potentiel infectieux du sol. La présence de résidus pailleux du précédent ou anté-précédent en surface constitue la principale source de contamination. Un précédent blé et un sol labouré constituent également des situations à risque.



#Blé #Piétin_verse #Grain #Céréales #Cultures #Ravageurs #Maladies_de_plantes



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

Attention au risque piétin-verse, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Attention au risque piétin-verse

Le piétin-verse se manifeste dans certains secteurs de la région, à cause des conditions climatiques favorables, le suivi de parcelles est donc de rigueur.



Le piétin-verse, appelé aussi « taches ocellées du blé », est une importante maladie fongique du blé causé par deux espèces de champignons nécrotrophes. Le piétin-verse est plus grave dans les parcelles où le blé est cultivé en continu (monoculture) et lorsque le climat est frais et humide. Le traitement des cultures contre le piétin-verse à l'aide de fongicides coûte très cher aux agriculteurs et est compliqué par l'apparition chez les agents pathogènes de souches résistantes aux fongicides les plus couramment utilisés. Le piétin-verse est une maladie inféodée à la parcelle, qui touche uniquement les bas de tiges. Les successions de blé sur blé favorisent la maladie qui se maintient d’une saison à l’autre sur les chaumes, les repousses de céréales, ou les graminées adventices contaminées. Si des précautions sont prises, la nuisibilité de ce champignon est assez limitée.



#Blé #Piétin_verse #Grain #Céréales #Cultures #Ravageurs #Maladies_de_plantes



SOURCE: fr.wikipedia.org