Voir plus de contenu

ou


Grosbois Bastian

Campagne cultures fourragères 2019/2020: Maïs, tournesol et soja en progression, betterave en baisse

Parmi les autres cultures de printemps dont les surfaces ont progressé : le maïs grain avec 1 674 milliers d'hectares en 2020, soit + 10,5 % de surfaces par rapport à 2019 et + 12,1 % par rapport à la moyenne 2015-2019, pour atteindre 1 674 milliers d'hectares ». « Les emblavements de maïs fourrage seraient en hausse de 2,2 % par rapport à l’année dernière. » À noter toutefois : « à ce stade de la campagne, le partage des surfaces entre maïs grain et maïs fourrage est susceptible d’évoluer lors des prochaines estimations », précise Agreste. En 2020, la sole de tournesol atteindrait 690 milliers d'hectares, soit une hausse de 14,3 % sur un an et de 18,9 % par rapport à la moyenne 2015-2019. « La région Centre enregistre une augmentation de ses surfaces de 40,2 % et la Bourgogne de 51 %. » Pour la huitième année consécutive, la sole de soja devrait également progresser « au niveau record de 171 milliers d’hectares. Elle serait en hausse de 4,6 % par rapport à 2019 et de 19,1 % par rapport à la moyenne 2015-2019 ». La sole de betteraves industrielles est, elle, en baisse de 5 % à 424 milliers d'hectares et de 4 % par rapport à la moyenne quinquennale 2015-2019. « Ce recul des surfaces s'explique en particulier par l’annonce de la fermeture de quatre sites sucriers en France en 2020. »



#Semis_de_printemps #Maïs #Tournesol #Soja #Fourrage #Betterave #Pois_protéagineux



SOURCE: www.web-agri.fr



Lire Aussi

Campagne cultures fourragères 2019/2020: Les cultures de printemps à l'honneur; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Campagne cultures fourragères 2019/2020: Les cultures de printemps à l'honneur

D'après les données Agreste du 1er mai 2020, « les surfaces consacrées aux orges augmenteraient sur un an (+ 3,9 %). Bénéficiant des difficultés d’implantation des céréales d’hiver, les orges de printemps sont en forte progression (+ 12,2 %) alors que les orges d’hiver stagnent (- 0,1 %) », indique le service statistique du ministère de l'agriculture. En 2020, la part des orges de printemps représente ainsi 35 % des surfaces d'orges, contre 27 % en moyenne sur la période 2015-2019. Du côté des protéagineux, les voyants sont aussi au vert avec une sole de 276 milliers d'hectares (+ 14,1 % sur un an ; + 3,0 % par rapport à la moyenne 2015-2019). « Les surfaces de féveroles augmenteraient de 12,9 % et celles de pois protéagineux de 12,7 % ». En ce qui concerne les cultures industrielles, Agreste note une hausse de 0,7 % des surfaces de pommes de terre de conservation et de demi-saison (+ 11,7 % par rapport à la moyenne 2015-2019).



#Semis #Semis_de_printemps #Cultures #Fourrage #Céréales #Pois_protéagineux



SOURCE: www.web-agri.fr





Grosbois Bastian

Dégâts d'oiseaux sur tournesol: Conseils opérationnels

Il ne faut pas poser les effaroucheurs trop tôt, mais juste avant le stade sensible : de l’émergence à première paire de feuilles. Ne pas hésiter à déplacer les effaroucheurs sur la parcelle tous les 2/3 jours. Pour les effaroucheurs sonores, faire varier les signaux et les intervalles de diffusion. Observer le paysage avoisinant les cultures attaquées pour orienter les effaroucheurs en direction d’une alimentation alternative (comme des feuilles vertes, des baies, des glands, etc.). Envisager une combinaison d’effaroucheurs peut réduire l’accoutumance telle que l’utilisation de canons à gaz associés aux ballons/cerfs-volants ou associés aux moyens pyrotechniques par exemple. En fin de cycle, les déprédations sont globalement plus rares qu’à la levée et peuvent être occasionnées dès le début de la maturation par certains mammifères. Récolter tôt, dès que la maturité est atteinte, est la seule parade pour limiter les prélèvements de graines par les oiseaux. La réglementation offre par ailleurs la possibilité de réaliser des piégeages et tirs dits de « destruction » hors période de chasse sur les départements où l’espèce est classée "susceptible d’occasionner des dégâts".



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Conseil_agronomiques #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Dégâts d'oiseaux sur tournesol: Les méthodes de lutte; à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Dégâts d'oiseaux sur tournesol: Les méthodes de lutte

Le semis sous couvert peut permettre de lutter contre les attaques d'oiseaux. Cette technique consiste à semer un couvert, par exemple de l’orge, puis à le détruire au semis du tournesol ou peu après. L’objectif des tests actuels est de provoquer une confusion visuelle sans risquer une concurrence entre le tournesol et le couvert. Il existe également des effaroucheurs lasers : différents modèles sont disponibles plus ou moins abordables, de la torche au dispositif autonome sur parcelle. Ils permettent de viser des individus, mais peu d’information sur une éventuelle efficacité sur des groupes de colombidés et corvidés. Une technique peu coûteuse : les perchoirs à rapace. Ils sont utilisés en zone de grandes cultures par des prédateurs trop peu puissants pour s'attaquer au pigeon ramier (par exemple bus evariable), mais un effet dissuasif est possible. Une protection contre les corvidés est peu plausible. Différents concepts de drones effaroucheurs sont également développés : du drone terrestre au drone volant biomimétrique, avec possibilités de réaction à l'environnement (détecteur de mouvements). Les prestations sont par contre trop coûteuses aujourd'hui pour une utilisation en contexte de grandes cultures.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Comment prévenir les attaques d’oiseaux sur tournesol ? à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Comment prévenir les attaques d’oiseaux sur tournesol ?

La nuisibilité des attaques varie selon leur échelle. Souvent, la cible principale n’est pas la graine de tournesol mais la jeune plantule fragile et tendre. Les oiseaux consomment ainsi les cotylédons mais sans endommager la tige. Par contre, une lésion sur la tige peut entraîner la mort de la plante.



La sensibilité du tournesol vis-à-vis des oiseaux est forte. Si forte que l’action de volatiles peut entraîner la destruction de la culture et son abandon. Les techniques d’effarouchement visuelles ou sonores tels que les canons, épouvantails, ballons, cerf-volants … ou les répulsifs ne sont pas suffisamment efficaces pour limiter les dégâts des oiseaux. Il est cependant possible de fortifier les jeunes plants de tournesol au démarrage afin de limiter les conséquences de ces dégâts causés par les oiseaux. Ce renforcement passe par l’optimisation de l’absorption minérale et hydrique de la plante et l’épaississement des parois cellulaires afin de créer un milieu défavorable aux oiseaux ravageurs. N’attendez pas que les oiseaux soient installés dans les parcelles de tournesol, agissez rapidement dès son implantation. Il est possible de fortifier les jeunes plants de tournesol au démarrage afin de limiter les conséquences des dégâts causés par les oiseaux.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Les facteurs favorisent les attaques d’oiseaux sur tournesol; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Les facteurs favorisent les attaques d’oiseaux sur tournesol

Les attaques d’oiseaux sont un problème majeur pour les producteurs de tournesol. La vulnérabilité d’une parcelle est davantage liée à son emplacement, lorsqu’elle est située sur une zone à risque, qu’à l’efficacité des systèmes de protection. Malgré la présence de dispositifs de protection, principalement les effaroucheurs, une parcelle sur deux de tournesol est attaquée par les oiseaux et a été ressemée. La proximité d’une ville ou d’une haie favorise les attaques. Ces zones sont en effet propices au développement de nichoirs et aux populations de pigeons. Le pigeon ramier est le principal oiseau déprédateur du tournesol. 74 % des dégâts d’oiseaux et petit gibiers sur tournesol sont occasionnés par les colombidés, principalement les pigeons ramiers. Les corvidés viennent en seconde position suivis du lièvre.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Tournesol: Les signes de dégâts causés par les oiseaux; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Tournesol: Les signes de dégâts causés par les oiseaux

Les dégâts provoqués par les oiseaux sur les champs de tournesol se manifestent de plusieurs façons. Des trous de quelques centimètres, réguliers et visibles, montrent que les oiseaux recherchent les graines en suivant les lignes de semis. Ils consomment les semences qu’ils ont déterrées en fouillant le sol. Les graines les plus tendres présentent alors une coque évidée. Quant aux feuilles situées sous le capitule, elles sont souvent souillées par les déjections de ces oiseaux. On constate aussi des attaques sur capitules et sur cotylédons. Les cotylédons sont alors souvent arrachés ou sectionnées par les oiseaux qui ont cherché à atteindre les graines. Les attaques sur tournesol ont lieu du semis jusqu'au stade 4 feuilles (environ 3/4 des cas). Parfois plus tardivement, environ ¼ des cas, elles ont lieu sur le capitule. Les attaquent peuvent être très fréquentes et fortement préjudiciables à la culture du tournesol. Parmi les prédateurs recensés, les pigeons sont cités dans une grande majorité des cas (91 %) : le pigeon ramier ou palombe et le pigeon des villes, mais également les corvidés tels que les corbeaux freux et corneilles noires sont signalés dans 62 % des cas.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com



Lire aussi

Dégâts d'oiseaux: un risque réel sur tournesol; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Dégâts d'oiseaux: un risque réel sur tournesol

Pigeons ramiers, corneilles noires, corbeaux freux... protéger les tournesols de ces oiseaux représente un enjeu majeur à l'implantation. Combiner différents moyens de lutte (effaroucheur visuel et sonore, présence humaine régulière...) peut permettre d'atténuer les dégâts. Les signaler est également indispensable afin de faire reconnaître cette problématique. Une enquête réalisée par Terre Innovia a montré la multiplication des dégâts d’oiseaux sur les champs de tournesol. Il faut donc agir et protéger la culture avant même les semis car les oiseaux n’attendent pas pour nuire, surtout à proximité des haies et des villes. Les pertes de récolte liées à ces attaques peuvent être lourdes d’autant que les moyens de lutte sont limités.



#Semis #Semis_de_printemps #Tournesol #Ravageurs



SOURCE: www.perspectives-agricoles.com

www.perspectives-agricoles.com




Grosbois Bastian

Préparation du sol en vue de semis de maïs: Le strip-till

Cette technique consiste à ne travailler que les futurs rangs de semis. Classée TCS (techniques culturales simplifiées), elle est censée à la fois préserver le sol de l’érosion et permettre un réchauffement plus rapide. Elle s’adapte à des cultures semées avec un certain écartement entre les rangs et est donc appropriée pour le maïs. Le strip-till réduit les coûts d’exploitation mais nécessite d’investir dans un matériel spécifique. Les résultats sont plutôt prometteurs, mais la technique est encore relativement récente. En outre, il est moins performant sur des sols argileux et requiert un réglage très précis des outils.



#Semis #Semis_de_printemps #Maïs #Agriculture



SOURCE: www.bioactualites.ch



Lire aussi

Préparation du sol pour les semis de maïs: Le semis direct, à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Préparation du sol pour les semis de maïs: Le semis direct



Les principaux arguments en faveur du semis direct sont son efficacité dans la lutte contre l’érosion de sols et la réduction des coûts d’exploitation. De plus, la terre n’étant pas retournée, la population de lombrics augmente ce qui influe sur la vitesse de ressuyage. Le sol n’est pas fragmenté sauf sur la ligne de semis. En revanche, l’absence de travail du sol, donc d’aération, ralentit sensiblement le réchauffement de la terre. Cependant, la structure bien homogène ne présente ni trous ni creux. La présence des résidus à proximité de la semence peut gêner sa germination. Il est essentiel d’en tenir compte lors du réglage de son semoir. Autre avantage induit, la présence du couvert végétal gêne la croissance de certaines adventices. En revanche, celles-ci attirent limaces et mulots. Par rapport aux autres pratiques, le semis direct se comporte mieux en sols caillouteux. Pour ouvrir le sillon, il faut disposer d’un semoir capable de passer à travers les résidus des précédentes cultures et un éventuel couvert développé. Il implique un matériel capable de maintenir une profondeur de semis égale, quelles que soient la composition et la densité du couvert végétal. En France, cette technique reste minoritaire. Elle concerne moins de 20 % des surfaces de maïs.



#Semis #Semis_de_printemps #Maïs #Agriculture



SOURCE: www.doc-developpement-durable.org



Lire aussi

Préparation du sol pour les semis de maïs: Le travail superficiel de la terre à une profondeur de 5 à 10 cm, à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Préparation du sol pour les semis de maïs: Le travail superficiel de la terre à une profondeur de 5 à 10 cm

Cette technique consiste à ameublir le sol, sans le retourner. Les outils de type cultivateur à dents de 5 à 15 cm ou décompacteur ou encore bêcheur permettent d’enfouir les résidus et d’homogénéiser la structure. Le but est de préparer le sol sans inversion ni mélange des horizons. Cette technique laisse les résidus des précédentes cultures proches de la surface, avec une action favorable sur le taux de matière organique, réserve de nutriments pour la semence, et le développement des bactéries, lombrics et collemboles, autant d’indicateurs de la qualité biologique du sol. Ce travail superficiel de la terre est moins coûteux et censé mieux préserver la structure. En revanche, il favorise le développement des adventices à rhizomes et des graminées annuelles telles que le pâturin et le vulpin.



#Semis #Semis_de_printemps #Maïs #Agriculture



SOURCE: www.doc-developpement-durable.org



Lire aussi

Stratégie de préparation du sol en semis de maïs: Le labour entre 15 et 30 cm, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Stratégie de préparation du sol en semis de maïs: Le labour entre 15 et 30 cm

Veiller à obtenir une structure meuble et grumeleuse et favorisant une levée régulière de la culture, ce qui facilite les interventions contre les mauvaises herbes (herse étrille, sarclage, brûlage). Il faut faire un faux semis si possible 1-2 semaines avant le semis. Le but est de retourner et mélanger la terre, d’enfouir les restes de cultures et les adventices déjà présentes. Ce labour, réalisé avec une charrue simple ou à versoirs, est généralement suivi d’un passage de rouleau brise motte et/ou de herse rotative. Le labour est efficace pour aérer le sol, l’ameublir, le réchauffer, favoriser le ressuyage et enfouir les adventices.



#Semis #Semis_de_printemps #Maïs



SOURCE: www.bioactualites.ch



Lire aussi

Semis de maïs: plusieurs stratégies pour préparer le sol, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Comment réduire sa production de lait?

Le lit de semence idéal pour la culture du maïs présente quelques mottes en surface pour limiter la battance, une terre fine et rappuyée sur les premiers centimètres pour favoriser le contact et les échanges avec la graine et les futures racines. La terre ne doit pas être trop tassée. Elle doit être ameublie en profondeur et homogène en surface. La présence de trous d’air est dommageable. Ils empêchent un bon contact de la graine avec le sol, ce qui a une incidence sur la germination. La terre doit être fine au toucher, non compacte, les mottes cassées et la terre parfaitement ressuyée. Bien évidemment le travail du sol dépend de sa texture et des stratégies de l’agriculteur. Si antérieurement, le labour était la seule pratique d’usage, désormais, plusieurs techniques coexistent. Certaines se justifient par la volonté de protéger les sols, l’engagement en agriculture biologique ou la quête de réduction des coûts d’exploitation. Les différentes stratégies sont: Le labour entre 15 et 30 cm, le travail superficiel de la terre à une profondeur de 5 à 10 cm, le semis direct, ee strip-till.



#Semis #Semis_de_printemps #Maïs



SOURCE: www.doc-developpement-durable.org