Voir plus de contenu

ou


Grosbois Bastian

Washington donne un autre coup de pouce aux producteurs américains

Les producteurs américains de soya et de maïs recevront de l’aide de la part du gouvernement en raison de la crise causée par la COVID-19. L’aide sera attribuée en fonction de la moitié de leur production de 2019 ou de la production toujours en stock en date du 15 janvier 2020.



Cette aide est la dernière d’une série de paiements gouvernementaux dont les agriculteurs dépendent pour survivre dans un contexte de crise de l’économie agricole depuis 2018. Les producteurs ont déjà reçu 28 G$ au cours des deux dernières années afin de surmonter les guerres commerciales de l’administration Trump. Les paiements ont été fixés à 45 cents le boisseau pour le soya, 32 cents le boisseau pour le maïs et 18 cents le boisseau pour le blé, a déclaré le département américain de l’Agriculture. D’autres cultures comme l’orge, le canola, le coton et l’avoine sont également éligibles au paiement. En avril, le président Donald Trump a annoncé un premier programme de secours de 19 G$ pour aider les agriculteurs américains à faire face à l’impact du coronavirus, dont 16 G$ en paiements directs aux producteurs et des achats massifs de viande, de produits laitiers, de légumes et d’autres produits agricoles.



#Covid_19 #Amérique #Agriculteurs #Economie #Economie_agricole



SOURCE: www.lebulletin.com

www.lebulletin.com




Grosbois Bastian

Vendez du foin ou louez vos pâtures aux propriétaires de chevaux

Vous êtes agriculteur et vous avez des prairies ou du foin disponibles ? Déposez une annonce sur la plateforme "Leboncoin des prairies" car de nombreux propriétaires de chevaux en recherchent.



Les chambres d’agriculture ont créé la plateforme Leboncoin des prairies pour mettre en relation les propriétaires de chevaux en manque de surfaces ou de fourrages, et les exploitants agricoles ayant des prairies disponibles ainsi que du foin et de la paille à vendre. Pour déposer une offre ou une demande, il suffit de remplir un formulaire en ligne. La carte interactive recense toutes les offres et demandes actuellement en ligne



#Foin #Chevaux #Agriculteur #Prairie



SOURCE: www.agri-mutuel.com

www.agri-mutuel.com




Traore Phénix Mensah

« Mécanisme COVID-19 de relance »: Un fonds lancer par le FIDA pour soutenir les agriculteurs et communautés rurales



Le Fonds international de développement agricole (FIDA) lance un fonds pour faire face à la menace que la pandémie de COVID-19 et le ralentissement économique font peser sur les vies et les moyens d’existence des populations les plus vulnérables.



Les zones rurales abritent près de 80 % des populations les plus pauvres et la majorité des individus touchés par la faim dans le monde selon le FIDA. En outre, 500 millions de petites exploitations dans les pays en développement fournissent la moitié des calories alimentaires consommées au niveau mondial. Le nouveau fonds “ Mécanisme COVID-19 de relance” vise à atténuer les répercussions de la pandémie sur la production alimentaire, l’accès aux marchés et l’emploi en milieu rural. Dans le cadre de la réponse socioéconomique plus large apportée par le système des Nations Unies, le Mécanisme COVID-19 de relance va assurer aux agriculteurs des pays les plus vulnérables la possibilité de disposer en temps voulu d’un accès aux intrants, aux informations, aux marchés et aux liquidités. Le Mécanisme de relance est une stratégie à court terme qui participent des objectifs de développement à long terme du FIDA. Pour activer le Mécanisme, le FIDA mettra à disposition un financement de démarrage de 40 millions d’USD et compte mobiliser au moins 200 millions d’USD auprès des États membres et d’autres donateurs en vue d’intensifier les mesures de soutien mises en œuvre. L’objectif final du Mécanisme est d’aider les populations rurales pauvres et vulnérables à se relever plus rapidement de la crise liée à la COVID-19. Cela se fera de différentes manières: accent porté sur les groupes cibles du FIDA ayant la capacité, les actifs et la résilience nécessaires pour faire face aux chocs; intégration à l’action du FIDA des enseignements tirés de la mise en œuvre et des innovations du Mécanisme de relance; renforcement de la capacité d’appui numérique.

#FIDA #Fonds #Agriculteur #Covid_19 #Mécanisme_COVID19_de_relance



LIRE AUSSI: Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis; c’est l’engagement pris par l’UA et la FAO=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Traore Phénix Mensah

Nestlé veut stimuler son approvisionnement local en Afrique de l’Ouest



Nestlé veut cooperer au programme de l’IDH, « Grown Sustainably in Africa », pour stimuler l’approvisionnement local en Afrique centrale et de l’Ouest.



« Grown Sustainably in Africa » (GSA – Culture durable en Afrique) de The Sustainable Trade Initiative (IDH– Commerce responsable) est un programme qui encourage à accroître l’approvisionnement local en facilitant l’intégration des PME et des agriculteurs locaux dans leur chaîne d’approvisionnement. En l’espèce, Nestlé a signé un protocole d’accord avec l’initiative IDH Sustainable Trade; d’une durée de trois ans, ce partenariat vise à soutenir 25 000 agriculteurs et 50 PME et à leur ouvrir de nouveaux marchés en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Nigeria, afin d’accroître l’emploi et la sécurité alimentaire. Rappelons que Neslté ambitionne d’atteindre en 2022 son objectif consistant à faire passer de 60% à plus de 70% la part des matières premières de haute qualité et produites localement de manière responsable utilisées dans la production de Maggi, Milo et Cerelac. Le FAO estime que , le secteur agricole soutient la sécurité alimentaire et l’éradication de la faim dans la région et contribue à hauteur d’environ 15% à son produit intérieur brut (PIB) total. Cependant, sur la base des tendances actuelles, d’ici 2050 le système de production alimentaire de l’Afrique subsaharienne ne satisfera que 13% de ses besoins alimentaires.La productivité de l’agriculture en Afrique centrale et de l’Ouest est faible et n’atteint que 56% de la moyenne mondiale. La pauvre qualité des récoltes et les pertes élevées après récolte ont un impact négatif sur la production de matières premières ; et le manque de connaissances, l’inadéquation des infrastructures et l’augmentation du chômage des jeunes affectent la durabilité de l’approvisionnement. Le partenariat IDH-Nestlé vise à relever ces défis en encourageant les agriculteurs et les PME à produire efficacement des cultures de haute qualité et à haut rendement en utilisant les meilleures pratiques agricoles, ce qui, en retour, contribuera également à réduire leur impact sur l’environnement et sur les besoins en ressources naturelles.

#Chaine_d_approvisionnement #Nestlé #PME #Agriculteur #Afrique_de_l_Ouest #Agriculteur #Afrique_centrale



LIRE AUSSI: Quelle utilité pour la blockchain dans l'agriculture et ses secteurs connexes?=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Agriculture en Afrique du sud: L’exécutif sud africain au chevet des petits agriculteurs affectés par le coronavirus



Le coronavirus met à mal l’économie sud-africaine déjà fragile et qui vient d’entrer en récession; quand l’on sait que le quart de l’exportation agricole provient de l’Asie. Face donc aux méfaits qu’occasionnent la crise sanitaire, l’exécutif accordera 64 millions $ aux petits agriculteurs affectés par le coronavirus.



L’Afrique du est le pays le plus touché par la pandémie du coronavirus, sinon le premier pays le plus touché du continent selon les derniers chiffres qui font état de 1845 cas confirmés. En Afrique du Sud, près de 1,2 million de producteurs noirs pratiquent une agriculture de subsistance. La crise sanitaire touche véritablement donc le secteur agricole du pays et par ricochet son économie qui n’avait qu’une apparence insidieuse jusque là. C’est ainsi que selon Reuters, l’exécutif envisage d’allouer 1,2 milliard de rands (64 millions $) aux petits agriculteurs, dont les activités sont affectées par la pandémie du coronavirus. D’après le ministre de l’Agriculture, de la Réforme agraire et du Développement rural, cette enveloppe concernera principalement les producteurs en difficultés financières. Pour bénéficier de cet appui, les acteurs devront fournir une preuve de leur citoyenneté sud-africaine, figurer sur le registre national des agriculteurs et être actifs dans la production agricole sur une période minimum de 12 mois. Alors que les filières ciblées comprennent entre autres l’élevage et la production de légumes, les autorités indiquent que les demandes seront examinées au cas par cas. Pour bon nombre d’observateurs, le soutien du gouvernement aux petits producteurs reste salutaire dans la mesure où ceux-ci évoluant dans un schéma de subsistance ne profitent pas des facilités offertes au segment commercial bien plus développé.

#Afrique_du_sud #Agriculteur #Agriculture #Coronavirus



SOURCE: www.agenceecofin.com





Bomboma Jean

Le ministre de l’agriculture tunisien promet de lutter “fermement” contre toute atteinte aux terres domaniales des agriculteurs

Il a aussi promis de trouver des solutions à des pratiques irresponsables évoquées par des citoyens rencontrés dans las région, concernant des actes de vandalisme (arrachage, taille anarchique..), ciblant les oliviers dans cette ferme.



Des terres agricoles domaniales de Chouigui à Manouba, font l’objet, rappelle-t-on, de travaux de modernisation de périmètres irrigués dans les localités de Tebourba et Laroussia de la délégation de Battane. Ces travaux ont démarré depuis février 2016, dans le cadre d’un projet ciblant une superficie de 1625 hectares de terres domaniales profitant à 250 exploitants. Ce projet intervient dans le cadre de la modernisation des périmètres publics irrigués dans le bassin versant d’Oued Medjerda, une composante du programme d’investissement sectoriel en eau (PISEAU II), financé par la Banque allemande pour le développement (KFW).

#Tunisie #Agriculture #Agriculteurs



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.webmanagercenter.com

www.webmanagercenter.com




Bomboma Jean

L’agriculture biologique est encore au stade de balbutiement au Maroc, notamment à cause du coût élevé de la certification

Le décollage de l’agriculture biologique semble freiné par certaines contraintes, notamment le coût de la certification, qui constitue une charge supplémentaire particulièrement pour les petits agriculteurs au Maroc.



Pour cela, les agriculteurs ont opté pour un système d’appui public, qui devrait favoriser la relance de cette activité. Pour les différents types d’agriculture biologique, l’aide publique sera octroyée durant trois années pour chaque unité. Pour en bénéficier, les opérateurs devront déposer une demande de soutien public en contrepartie d’un récépissé, au niveau de la direction provinciale d’agriculture ou du bureau régional d’investissement agricole, de la région dont relève l’unité de production.

#Maroc #Certification #Agriculteurs #Agriculture_Bilogique



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



leconomiste.com

leconomiste.com




Cerisere Jean-Paul

Visite d une exploitation branché sur l agriculture de demain





Bomboma Jean

La digitalisation de l'agriculture en Côte d’Ivoire : La voie vers la bancarisation

Il est estimé que 95% du secteur agricole en Côte d'Ivoire n'est pas bancarisé, on le rappelle souvent par des experts.



Et ces différentes initiatives, d'entreprises privées comme du gouvernement, ont comme première conséquence d'agréger des données sur des agriculteurs jusque là hors radar. La coopérative et l'agriculteur sont aidés s'ils donnent leur propre information sur leurs produits, leur exploitation, leur terrain, etc. A terme, l'historique de ces informations devrait permettre de débloquer l'impasse actuelle de la non disponibilité des agriculteurs au crédit bancaire. Car, les banques actuellement disent ne pas pouvoir financer les projets agricoles car ils ne disposent pas d'information sur les clients et les produits. Ceci fournirait un début de réponse.

#Côte_d_Ivoire #Digitalisation_agricole #Agriculteurs



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

La Côte d’Ivoire veut rendre disponible le réseau dans le domaine agricole

Lorsque ces territoires seront connectés, le ministère entend, lui aussi, offrir des services en ligne et des conseils agricoles notamment par l'intermédiaire des coopératives et de l'Anader.



D'autre part, le ministère organise avec les jeunes des hackathon sur des projets de développement de l'information. "Car pour déployer ces informations collectées en ligne, on a besoin des jeunes", déclare Henri Danon. En 2018, quatre applications ont été primées ; en décembre 2019, une deuxième édition s'est tenue. Un projet d'envergure qui s'annonce prometteur mais dont l'exécution doit s'accélérer car les start-ups et les entreprises privées d'e-agriculture, quant à elles, pressent le pas. Il y a urgence mais cette urgence se heurte aux lenteurs des processus de la Banque mondiale pour valider tout projet car elle mesure les différents impacts de toute décision.

#Côte_d_Ivoire #Digitalisation_agricole #Agriculteurs



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com



www.commodafrica.com




Bomboma Jean

La Côte d’Ivoire veut rendre disponible le réseau dans le domaine agricole

Mais aussi brillantes que soient toutes les entreprises de digitalisation de l’agriculture et projets, ils requièrent, bien entendu, la connectivité en milieu rural.



Le gouvernement, notamment le ministère de l'Economie numérique et de la poste a lancé un Projet de solutions numériques pour le désenclavement en zones rurales et l'e-agriculture (PSNDE). Il s'agit de produits vivriers, riz, maïs, manioc, igname, plantain et des produits maraîchers. Pour les fermiers du nord, le karité est inclus. Le gouvernement est actuellement en négociation avec les trois grands opérateurs que sont Orange, Moov et NTM pour le financement de l'extension du réseau national. "Car ces opérateurs n'ont pas d'obligation de couverture territoriale, juste de population. Or, on veut qu'ils couvrent les zones rurales où la densité démographique est faible", précise Henri Danon. Il s'agit d'étendre le réseau téléphonique et internet 3G dans les zones blanches du Projet, soit dans 333 localités, et faire migrer 884 villages connectés du 2G au 3G.

#Côte_d_Ivoire #Digitalisation_agricole #Agriculteurs



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

La digitalisation de l'agriculture face au défi de la connectivité en Côte d'Ivoire

Et les projets se multiplient avec des start-ups qui émergent sans cesse avec des idées plus astucieuses les unes que les autres.



L'une d'entre elles menée par Vehi Gogbe Severin, étudiant en automatisme et fondateur de la start-up Agritech, est partie du constat suivant: "Notre économie est basée sur l'agriculture mais quand on voit comment nos parents vivent, c'est pénible !" D'où l'idée de concevoir des mécanismes intelligents en matière d'utilisation d'engrais et d'irrigation. Un projet qui a été primé au dernier salon de l'Agriculture et des ressources animales.

#Côte_d_Ivoire #Digitalisation_agricole #Agriculteurs



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

AMD Agro Services cible les coopératives pour mettre à leur disposition des bases de données informatives en Côte d’Ivoire

AMD Agro Services cible les coopératives pour mettre à leur disposition des bases de données informatives et les aider dans les mises en relation avec des clients.



Car "aujourd'hui en Côte d'Ivoire, nous n'avons pas de problème de productivité, nous avons un problème de commercialisation, de vente", explique Steve Djé, associé et directeur de la plateforme qui reçoit 2 000 à 2500 visiteurs par mois. "Lorsque nous avons démarré en 2006, il n'y avait pas de base de données sur les coopératives. Les coopératives cherchaient les entreprises qui pourraient les financer. C'est ainsi qu'on a créé en 2013 cette plateforme qui permet à toutes les coopératives et entreprises de mettre tous types de documents. Depuis 2017, on a démarré avec les cultures de rente, le riz et les produits vivriers. Nous recevons des demandes de personnes voulant entrer en partenariat avec des coopératives qui ne pouvaient pas répondre aux demandes."

#Côte_d_Ivoire #Digitalisation_agricole #Agriculteurs



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

L’entreprises Seekewa met à la disposition des agriculteurs sur le plan de la digitalisation de l’agriculture en Côte d’Ivoire

Certains acteurs privés sont déjà en place, comme l'entreprises Seekewa qui "agrège des biens et services pour les mettre à la disposition des agriculteurs aux meilleurs prix", comme l'a expliqué hier son PDG Serge Zamblé.



Il s'agit pour l'entreprise de rassembler le maximum de données, de data, de les faire passer à travers les algorithmes et autres outils d'analyse pour parvenir à offrir à l'agriculteur l'information la plus ciblée par rapport à sa culture, son lieu de production, les conditions météorologiques, etc. Ainsi, l'agriculteur peut être informé s'il est effectivement pertinent de cultiver de l'igname dans telle parcelle ou non, d'irriguer ou non, etc.. Il s'agit aussi -et surtout- par le biais d'une plateforme participative, de vendre à ceux qui veulent investir dans tel ou tel projet, des bons d'achats valorisés en points qui permettent d'acquérir des biens et services revendus sans bénéfice à de petits agriculteurs.

#Côte_d_Ivoire #Digitalisation_agricole #Agriculteurs



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

La digitalisation de l’agriculture passe par la formation des étudiants agriculteurs en Côte d’ivoire

Les contours du nouveau visage de l'agriculture en Côte d'Ivoire, deuxième thème abordé au cours du séminaire de sensibilisation des étudiants journalistes aux questions agricoles organisé cette semaine à Abidjan par CommodAfrica et l'ISTC, ne font vraiment que s'esquisser.



Alors, certes, l'effet cumulé des annonces de création de start-ups et de projets d'e-agriculture laissent à penser, dans un premier temps, qu'un pas réel est déjà franchi dans les zones agricoles et rurales ivoiriennes. Or, on n'en est à peine aux balbutiements, était-il rappelé hier lors du séminaire ; les choses se mettent en place lentement et, souvent, encore à titre expérimental. Or, "il ne faut pas perdre de vue qu'au moins 50% des productions sont perdues. Les gens produisent mais n'arrivent pas à vendre", souligne Henri Danon du ministère de l'Economie numérique et de la poste.

#Côte_d_Ivoire #Digitalisation_agricole #Agriculteurs



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Agbenoto Komi Lebene

Comment s'améliorer dans la culture d'ananas?



#Transformation_Ananas #Agriculteurs_d'ananas #Ananas ?






Comment favoriser la divulgation d'informations agricoles auprès des agriculteurs Africains?

www.youtube.com





Climat des affaires pour l’agriculture : l’Afrique progresse mais les défis réglementaires et juridiques sont les plus élevés au monde



Selon Enabling Business of Agriculture 2019 de la Banque mondiale qui mesure les lois, réglementations et processus bureaucratiques qui affectent les agriculteurs de 101 pays; le climat des affaires dans l’agriculture dans le monde s'améliore dans le monde. Mais les défis réglementaires et juridiques sont les plus élevés au monde.



En matière réglementaire, quatorze pays d'Afrique subsaharienne figurent parmi les 20 pays les moins bien notés. Or, l’agriculture dans ces pays est souvent l'épine dorsale économique notamment par sa contribution au PIB et à l’emploi. La Tanzanie bénéficie de l’environnement le plus favorable des pays à faible revenu avec un score élevé en matière de fourniture de semences et d'accès au financement via les des systèmes de récépissé d'entrepôt. En Éthiopie et en Ouganda, les systèmes de récépissés d’entrepôt constituent également un mécanisme fiable permettant aux agriculteurs d’obtenir des crédits. Rappelons que, l’étude couvre huit domaines thématiques: la fourniture de semences, la fourniture d’engrais, la conservation de l’eau, la mécanisation, la durabilité de l'élevage, la protection de la santé des végétaux, le commerce des produits alimentaires et l’accès au financement. Il met en évidence les pays les plus performants au monde et les pays qui ont apporté les améliorations réglementaires les plus significatives en matière de soutien aux agriculteurs. Quarante-sept des 101 pays mesurés ont mis en œuvre 67 réformes réglementaires sur deux ans, permettant aux agriculteurs de gérer plus facilement les épidémies d’organismes nuisibles, d’obtenir des semences de qualité et d’obtenir des crédits pour investir dans la production. De toutes les régions, ce sont les agriculteurs d'Afrique subsaharienne qui sont confrontés aux défis réglementaires les plus difficiles. De nombreux pays d'Afrique subsaharienne s'efforcent d'améliorer le climat des affaires pour les agriculteurs. Le Bénin, le Mali, le Niger, la Sierra Leone et le Togo ont élaboré une réglementation nationale qui adopte légalement les directives sur les engrais de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), note la Banque mondiale. De même, les pays membres de la CEDEAO ont conclu des accords régionaux autorisant la libre circulation de nouvelles variétés de semences. La Sierra Leone est l'un des pays de la CEDEAO qui a récemment réformé sa réglementation des semences.

#Agriculteur #Afrique

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com





Le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (CONGAD) invite le gouvernement à soutenir les agriculteurs et les éleveurs du Sénégal.



Selon le CONGAD, les agriculteurs et éleveurs du Sénégal traversent en ce moment une période grave qui mérite l’attention du gouvernement, en vue de trouver des voies et moyens de leur venir en aide.



Les agriculteurs et les éleveurs du Sénégal sont dans un désarroi total à cause de l’installation tardive de l’hivernage dans pays. La CONGAD souligne qu’à titre d’exemple, « les données de l’Agence nationale de l’Aviation civile et de la Météorologie (ANACIM) indiquent que dans des régions comme Kédougou et Ziguinchor, l’hivernage a démarré avec 10 jours de retard ; dans celles du centre, les retards enregistrés varient entre 20 et 30 jours ». Le Conseil propose au gouvernement de mener une campagne de sensibilisation à l’endroit des éleveurs, en vue d’éviter l’élagage des arbres pour faire face au déficit fourrager. Il invite les autorités à appuyer les éleveurs en aliments de bétail ; fournir aux agriculteurs suffisamment de variétés de semences à cycle court ; faire des aménagements supplémentaires dans la vallée du fleuve Sénégal pour favoriser les cultures irriguées et les cultures fourragères ; mener une étude sur le rafraichissement de nos côtes et son impact sur notre agriculture. Interpellé sur les préoccupations des paysans liées au retard dans l’installation de l’hivernage, le ministre de l’Agriculture a assuré qu’un « dispositif est déjà mis en place par l’Etat pour observer la situation dans le but de mieux accompagner les agriculteurs ».

#Agriculteur #Senegal

www.talkag.com

SOURCE: www.vivafrik.com

www.vivafrik.com





Le désespoir agricole, mis en musique, partageons pour soutenir

youtu.be





Les agriculteurs d’Afrique

Construire la prochaine génération d'agriculteurs en Afrique



Donner tous les outils de l’agriculture moderne aux agriculteurs pour favoriser une croissance plus inclusive.



En Afrique dans les zones rurales, quand bien même des efforts sont multipliés pour sortir les agriculteurs de leur autarcie commerciale et les acheminer vers une agriculture moderne; force est de constater tout de même qu’un grand nombre de ces agriculteurs plein de potentiels restent mésinformé. Or il est évident qu’en aidant à intégrer les agriculteurs aux marchés et en exposant davantage d'informations et d'innovations émergentes, les organisations d'agriculteurs peuvent contribuer à stimuler l'emploi et les revenus tout au long de la chaîne de valeur alimentaire, ainsi qu'à favoriser une croissance plus inclusive. C’est donc pour apporter un début de solution à cet état de fait que le partenariat entre l'Organisation panafricaine des agriculteurs (PAFO), AgriCord et le CTA, financé par DGIS et le CTA, a lancé de nombreuses initiatives axées sur le renforcement de la capacité de gestion des organisations d'agriculteurs, l'amélioration des services fournis aux membres et le soutien aux entreprises dirigées par des agriculteurs.

#Agriculteur

www.talkag.com

www.cta.int

www.cta.int





L’agriculteur

Les agriculteurs ouest africain



Au prorata de leurs efforts, les agriculteurs doivent pouvoir mériter un salaire vital



Les problèmes que font face les agriculteurs africains restent à ne pas désirer. Ils mènent des vies misérables. Ils sont nombreux qui pratiquent la culture vivrière ou la culture de subsistance qui ne peut que nourrir les membres de leurs familles et peut-être leurs communautés par extension. Le dernier rapport de la Fondation Fairtrade, intitulé Craving Change in Chocolate: Comment assurer un revenu vital aux producteurs de cacao, vise à expliquer trois points clés: la taille de l'industrie du cacao et du chocolat dans le monde; les mauvaises conditions de travail et la pauvreté des producteurs de cacao ouest-africains; et comment aborder ces problèmes. Dans ce rapport, la Fondation Fairtrade affirme qu'un revenu vital pour les producteurs est essentielle pour assurer la durabilité future du cacao et estime que, payé 2,15 € par jour, un producteur de cacao en Côte d'Ivoire (1,85 € au Ghana) pourrait: vivre une vie décente. C’est sidérant d’imaginer un producteur de cacao ne pouvant pas s’acheter un chocolat.

#Agriculteur

www.talkag.com

spore.cta.int

spore.cta.int





L’agriculteur

Son rôle social au Togo



Impliquer les agriculteurs locaux dans le projet de cantine scolaire au Togo



L’alimentation est un sujet très personnel voire … intime puisqu’elle renvoie à des habitudes de vie, des croyances, des valeurs et comportements propres à chacun. C’est pourquoi, l’éducation alimentaire de la jeunesse est une priorité de la politique publique de l’alimentation. Comme quoi aussi, la jeunesse doit apprendre à consommer local. Serait-ce la raison pour laquelle le gouvernement togolais étudie les moyens de combiner le projet de cantines scolaires de la Banque mondiale avec la production locale en impliquant de petits agriculteurs? Cette question peut être une raison collatérale; mais avant tout, les autorités togolaises souhaitent assurer la pérennité des cantines scolaires en leur fournissant des produits alimentaires de producteurs locaux, mieux organisés et mieux structurés. Cela améliorerait la qualité des aliments consommés par les enfants.

#Agriculteur

www.talkag.com

togofirst.tg

togofirst.tg





Agriculteurs et innovations

Accès des agriculteurs aux innovations



Une priorité en Afrique de l’Ouest.



Nous convenons tous volontiers que les innovations dans le domaine agricole contribuent énormément au développement de ce domaine. Mais aujourd’hui, comme nous le savons assez bien, les activités agricoles sont fortement retranchées dans les zones rurales; ce qui justifie d’une part la difficulté d’accès aux innovations. C’est pour relever ce défi, TIC agro business center, en partenariat avec l’Association pour la promotion science ouverte en Haïti et en Afrique (APSOHA), avait lancé un projet participatif de construction d’un répertoire des innovations africaines dans le secteur agricole. L’esprit de cette initiative est de répertorier afin de promouvoir

#Agriculteur #Innovation

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.vivafrik.com

www.vivafrik.com





Agriculteur

Les agriculteurs du Nigeria



Souscription des agriculteurs au capital de la Bank of Agriculture (BoA)



Le Nigéria pour le développement de son agriculture, ne néglige aucune piste. Audu Ogbeh, Ministre de l’agriculture nigérian a lancé un appel aux agriculteurs afin qu'ils souscrivent 40% du capital de la BoA. la Banque centrale du Nigeria et le ministère fédéral des Finances détiendraient chacun 20% du capital, le secteur privé et autres investisseurs 20% et les agriculteurs 40%. Le ministre s'appuie sur l'exemple des banques agricoles aux Pays-Bas et en Chine. La BoA aurait un capital de 250 milliards de nairas (€ 622,5 millions).

#Agriculteur

www.talkag.com via @talk_ag

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com





L’agriculteur au Nigeria

Le traité de libre-échange continental



Au Nigeria, les agriculteurs tournent le dos au traité de libre-échange continental.



Les opinions s’accumulent au Nigeria contre le traité de libre-échange continental, signé jusqu’à aujourd’hui par plus de 44 pays du continent africain et ratifiés par 22 d’entre eux. En effet, la suite du workshop de l’association organisé dans le cadre de la formulation des stratégies en matière de commerce agricole pour la Zone de libre échange continentale africaine (ZELC), l’association nationale des négociants nigérians (NANTS) en déclarant dans un communiqué que l'accord sur ZELC la augmenterait le chômage des agriculteurs et des travailleurs agricoles au Nigéria.L’abaissement des droits de douanes contribuerait à une baisse située entre 14,5% et 49,9% de la production agricole, de l’investissement et de l’emploi nigérians. Des données qui font craindre une réduction drastique de l’activité nigériane dans ces secteurs et donc une augmentation du nombre de chômeur.

#Agriculteur

www.talkag.com via @talk_ag

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com





L’agriculteur au Kenya

La vulgarisation agricole



Plus de téléphones mobiles que d'agents de vulgarisation agricole



Au Kenya, plus de 5 millions de petits agriculteurs ont recours à environ 5 500 agents de vulgarisation agricole pour obtenir des conseils et des informations. Avec un ratio d'agent de vulgarisation sur plus de 1 000 agriculteurs, les agriculteurs du Kenya ne reçoivent pas l'aide dont ils ont besoin. L’Afrique est actuellement le deuxième marché mondial de la téléphonie mobile, avec plus de 70% des Kenyans possédant un téléphone portable . Il s'est levé sur Calvince. Il pourrait utiliser le téléphone mobile comme plate-forme pour diffuser cette information vitale. En partenariat avec son cofondateur Gordon Owiti, il a œuvré pour que M-shamba devienne une réalité.

#Agriculteur

www.talkag.com via @talk_ag

cleanleap.com

cleanleap.com





De bonnes semences aux agriculteurs

Le programme PASS



Il est important que la semence, premier intrant de la culture soit de qualité.



L’initiative PASS est un moyen d’aider les agriculteurs à lutter contre la faible productivité de leurs cultures, ce qui a affecté l’Afrique subsaharienne parce qu’avant PASS, de nombreux agriculteurs n’avaient accès qu’à des semences qui avaient été libérées il y a 30 ans. En plus de fournir de meilleures semences aux agriculteurs africains, PASS travaille également sur de meilleurs systèmes de sélection et de semences. L'une des solutions consiste à soutenir les équipes de sélection qui travaillent aux côtés des agriculteurs pour développer de nouvelles variétés de semences. PASS poursuit ensuite le processus visant à améliorer la production alimentaire en formant les propriétaires d’entreprises et les entrepreneurs locaux à créer des sociétés indépendantes de distribution et de production de semences. Grâce à ce réseau de base, PASS offre un avenir meilleur aux agriculteurs, aux propriétaires d’entreprise et aux consommateurs africains.

#Semences #Agriculteur

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.borgenmagazine.com

www.borgenmagazine.com





L’agriculteur

Le changement de pratique



La résistance aux nouvelles pratiques agricoles agrandit l’écart de développement en Afrique.



Le changement climatique aujourd’hui, oblige tout agriculteur où qu’ils soient , à mettre à jour leurs pratiques agricoles. Mais l’attachement de certains agriculteurs africains aux pratiques traditionnelles rend cette transition quelquefois difficile. En effet quand il s'agit d'introduire une technologie dans leurs pratiques de plantation, de récolte et de stockage, de nombreux agriculteurs respectent les approches traditionnelles transmises de génération en génération. Parfois, c'est un simple manque de conscience qui empêche un changement. Quelle que soit la cause, l'écart entre ce que les agriculteurs ont et ce qu'ils pourraient utiliser pour améliorer considérablement leurs moyens de subsistance est persistant, mais pas insurmontable.

#Agriculteur #Pratiques_agricoles

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.rockefellerfoundation.org

www.rockefellerfoundation.org





Agriculteurs français

Vieillissement des producteurs



Baisse des défaillances mais inquiétudes pour la relève



Globalement, la conjoncture est meilleure: le nombre de défaillances d'entreprises a fortement baissé en 2018. Fin Novembre, il était en recul de 8%. Mais le nombre d'agriculteurs reste en baisse continue, de 1,5% à 2% par an. Ils étaient ainsi 448.500 en 2018, contre 514.000 dix ans auparavant, selon les chiffres de la mutualité sociale agricole (MSA) qui invoque l'extension de la taille moyenne des exploitations et le développement de l'urbanisation et des forêts. Et le phénomène semble loin de devoir s'arrêter, entre les incertitudes économiques, avec des exploitations fragiles, des revenus chétifs, une trésorerie maigrelette, et un sentiment de dénigrement systématique: certains observateurs évoquent une montée des retraites anticipées chez les seniors et une chute des vocations chez les jeunes. Un phénomène inquiétant, alors que plus de 50% des agriculteurs ont aujourd'hui plus de 50 ans, et vont prochainement prendre leur retraite.

#Production_agricole

#Agriculteurs



www.pleinchamp.com



www.pleinchamp.com





L’agriculteur

La solution Virtual City AgroForce



L’agriculteur doit doit pleinement jouir de son métier.



La solution Virtual City AgroForce crée une opportunité de déterminer, mesurer et suivre la valeur réelle due à un agriculteur et à un centre d'agrégation en ayant une visibilité sur ses exploitations, cultures, récoltes, livraisons, quantités, paiements et relevés de crédit, en fonction de KPI prédéfinis . Il fournit les résultats sous forme de tableaux de bord analytiques en temps réel faciles à comprendre, créant une visibilité tout au long de la chaîne de valeur alimentaire. AgroForce a travaillé avec plus de 600 000 petits exploitants agricoles dans 4 pays et a démontré à travers plus de 100 agrégateurs au service de ces agriculteurs que sa proposition de valeur concernant la réduction de la fraude, la visibilité, l'amélioration de la fidélité des agriculteurs et l'impact sur la qualité et la quantité de la production est transformationnelle.

#Agriculteur

www.talkag.com via @talk_ag

www.virtualcity.co.ke

www.virtualcity.co.ke





Les données agricoles

Le petit agriculteur a un rôle prépondérant.



Collecter des données auprès des petits agriculteurs sur leurs exploitations agricoles.



Si nous pouvons commencer à collecter des données auprès des petits agriculteurs sur leurs exploitations agricoles, nous pouvons faire plusieurs choses: premièrement, nous pouvons commencer à construire une histoire et une identité pour ce petit agriculteur , ce qui permet au gouvernement ou au secteur privé de leur accorder un crédit plus facilement pour qu’ils puissent commencer à exploiter leurs fermes. Elle indique également au gouvernement qui commence à déterminer quoi et où commence à informer la future politique gouvernementale. Ont-ils besoin d'agronomes? Cultivent-ils les bonnes cultures pour leur type d'économie? Une fois que vous avez commencé à générer ces données, vous pouvez faire des choses incroyables.

#Agriculteur #Données_agricoles

www.talkag.com via @talk_ag

news.sap.com

news.sap.com





L’agriculteur Mauritanien

L’Etat vient en aide aux agriculteurs.



Des semences, de l’engrais et des pesticides pour le développement des filières inclusives.



L’état Mauritanien veut faire de ce secteur de l’agriculture, l’un des vecteurs essentiels et prépondérants du développement local et économique. Ainsi donc, et dans le cadre du projet de développement des filières inclusives, le ministère du développement rural aurait distribué des semences améliorées, d’engrais et de pesticides à 36 coopératives agricoles au niveau de la région de la Kiffa. Il faut dire que cette action a été effectuée et ce pour une intervention dans les filières maraichères, de la volaille et des produits forestiers non ligneux et de la filière des produits laitiers. Soulignons juste que la Mauritanie importe 60% des produits alimentaires de base consommés dans le pays dont les 2/3 représentent les céréales et légumes.

#Agriculteur

www.talkag.com via @talk_ag

www.africatopsuccess.com

www.africatopsuccess.com





L'agriculteur de demain.

Adieu la monoculture.



L’agroforesterie au rendez-vous de l’agriculture de demain.



L’agroforesterie aura forcément son mot à dire dans l’agriculture de demain. En effet, il y a fort à parier que l'agriculteur de demain pratiquera une plus grande diversité de cultures sur sa parcelle avec des cultures intercalées, en alternance ou/et en pratiquant l'agroforesterie. Par exemple, planter des avocatiers et des bananiers dans une cacaoculture permet de faire de l'ombrage, de protéger le cacaoyer de chaleurs excessives et de la sécheresse, mais aussi de le prémunir contre les maladies. Cela permet aussi aux cacaoculteurs “d’améliorer leurs revenus en diversifiant leur production”, précise Moussa Sawadogo. De leur côté, Syngenta et le centre de recherches AfricaRice proposent des variétés de riz qui se cultivent en alternance avec des cultures de base comme le maïs et les céréales, et qui présentent des rendements de 20 % supérieurs aux variétés classiques.

#Agriculture_de_demain #Agroforesterie #Agriculteur

www.talkag.com

www.talkag.com

www.cta.int

www.cta.int





L’agriculteur.

Agriculteur, un vrai métier.



La formation est le socle fondateur de l'agriculteur de demain.



Le renforcement des capacités des agriculteurs est incontournable. Là aussi, des incubateurs jouent un rôle croissant, à l'image de 2SCALE, dont une grande partie du programme repose sur le renforcement des capacités des agriculteurs, notamment des femmes, les aidant ainsi à se mettre en réseau avec les commerçants, les intermédiaires et d’autres opérateurs de la chaîne de valeur. Qui dit information dit contenu et donc recherche, avec des nouveautés intéressantes. En témoigne l'accord de partenariat signé en août entre le Réseau des incubateurs des agribusiness africains (AAIN) et l'Association pour le renforcement de la recherche agricole en Afrique de l'Est et centrale (ASARECA) : les technologies agricoles pourront être davantage vulgarisées et portées à la connaissance des acteurs de terrain.

#Agriculteur

www.talkag.com

www.cta.int

www.cta.int





Intégration des petits agriculteurs dans les filières agroalimentaires - Salif Olou-Adara, Togo

www.youtube.com





Bni Oukil, les agriculteurs contre l'extractivisme rentier au Maroc

www.youtube.com





Amine Chajié agriculteur sur 400 ha au Maroc.mpg

www.youtube.com





Les pionniers de l'agriculture marocaine

www.youtube.com





La récolte des #essais #soja. Ce travail nous permet de caractériser et d’évaluer les #variétés d’aujourd’hui et de demain pour proposer ce qu’on fait de meilleur aux #Agriculteurs ! #soja

#soyproducteurs






Chinese farmers toil in Africa

www.youtube.com





République démocratique du Congo Agriculteurs / Congo Farmers Men

www.youtube.com





Visite de nos hectares agricoles ! C'est grand !

www.youtube.com





Burkina Faso : Yorossi construit ses rêves sur l'agriculture f...

www.youtube.com





Guinée Equatoriale, Les agriculteurs du village Moka en colère

www.youtube.com





De l'agriculteur au planificateur

www.youtube.com





Quand les agriculteurs inventent les matériels de demain ! PowerBoost N°373 (20/01/2017)

www.youtube.com





Hervé OMVA, un gabonais qui vit de l'agariculture

www.youtube.com





Cameroun : D'ouvrier à agriculteur multimillionaire en 7 ans

www.youtube.com





CÔTE D'IVOIRE - Des agriculteurs illégaux expulsés des forêts

www.youtube.com





Fin de l’exonération des charges du travail saisonnier

Protestation des agriculteurs



Une centaine d’agriculteurs unis dans les pyrénées-orientale pour dénoncer cette décision



Suite à l’annonce du gouvernement en ce qui concerne la suppression de l’exonération des charges du travail saisonnier, les agriculteurs dans les pyrénées-orientale ont organisé une marche de protestation pour dénoncer cette décision. Cette manifestation s'inscrit dans le cadre d'un mot d'ordre national de la FNSEA. Pour le responsable de la FDSEA, "Cela pose un véritable problème de concurrence. Dans les Pyrénées-Orientales, le travail saisonnier dans l'agriculture représente 400.000 jours de travail. Que vont faire les saisonniers, si on ne peut pas les embaucher?". A noter également que quelque 140 agriculteurs au volant d'une trentaine de tracteurs ont également manifesté lundi devant la préfecture de la Drôme à Valence contre la suppression de l'exonération des charges pour les travailleurs saisonniers.



www.pleinchamp.com



#Exonération #Travail_Saisonnier #Agriculteurs #FNSEA #FDSEA #Charges_Travail_Saisonnier

www.pleinchamp.com





Growing Business for Senegalese Farmers

www.youtube.com





Burkina Faso : Prof de math, agriculteur et éleveur

www.youtube.com





Burkina Faso : Réussir là où d’autres perdent espoir

www.youtube.com





Cameroun, Soutien aux agriculteurs locaux / Agro-hub apporte son aide dans l'accès aux marchés

www.youtube.com





Cameroun : D'ouvrier à agriculteur multimillionaire en 7 ans

www.youtube.com





Culture du blé

Faucher le blé pour une bonne maturité



Un choix fait par Jean-Yves Louedec, agriculteur bio à Locarn



Selon lui, en fauchant trois semaines plus tôt avant la date théorique de la moisson, il récolte un blé de bonne qualité à maturité tout en réduisant les risques de mycotoxines; les adventices sont limitées. La verdure poussant dans la céréale sèche et donc le passage de la moissonneuse est plus aisé. Satisfait, il compte recommencer cette pratique dans le colza et le blé noir.



www.paysan-breton.fr



#Culture #Agriculteur #Locarn #Moisson

#Blé #Récoltes #Fauchage

www.paysan-breton.fr





Thierry Benoit : "Nous avons les meilleurs agriculteurs du monde !"

www.youtube.com





Agriculteurbio présentation.

www.youtube.com





Les agriculteurs doivent prendre en main leur communication !!

www.youtube.com