Voir plus de contenu

ou


Traore Phénix Mensah

Telcar Cocoa de Cargill veut assurer une traçabilité complète du cacao camerounais



L’Américain Cargill, représenté au Cameroun par Telcar Cocoa, va mettre en place un système de traçabilité complète de sa chaîne d’approvisionnement directe en cacao, de la plantation à l’usine d’ici 2021.



L’entreprise de négoce Telcar Cocoa, leader des exportations de cacao au Cameroun avec près de 30 % du marché, va instaurer prochainement un système de traçabilité complète de sa chaîne d’approvisionnement. Une avancée rendue possible grâce à l’aide son partenaire, le géant américain Cargill qui, dans son dernier rapport annuel, a confirmé vouloir « établir [au Cameroun ] des partenariats avec des organismes de certification tiers. Une approche qui s’applique aussi bien à notre chaîne d’approvisionnement directe, […] qu’à notre chaîne d’approvisionnement indirecte », précise la firme, qui indique par ailleurs viser une traçabilité à 100 % des fèves de cacao d’ici 2030.

En attendant, indique la firme, le processus est déjà mis en place en Côte d’Ivoire où 77 320 planteurs sont désormais inclus dans des systèmes numériques de gestion des coopératives. Jusqu’ici, ces systèmes ont permis de suivre 151 190 tonnes de fèves de cacao. Ils fournissent une interface numérique aux coopératives afin qu’elles puissent suivre les fèves de cacao jusqu’au niveau de l’exploitation et gérer les informations sur les stocks, les coûts et les prêts en cours.

#traçabilité #Chaine_d_approvisinnement #Cacao #Cameroun #Telcar_Cocoa #Cargill



SOURCE: www.agenceecofin.com



LIRE AUSSI: Le travail des enfants dans le cacao: La Côte d'Ivoire et le Ghana rejettent le rapport américain=> www.talkag.com







Traore Phénix Mensah

Nestlé veut stimuler son approvisionnement local en Afrique de l’Ouest



Nestlé veut cooperer au programme de l’IDH, « Grown Sustainably in Africa », pour stimuler l’approvisionnement local en Afrique centrale et de l’Ouest.



« Grown Sustainably in Africa » (GSA – Culture durable en Afrique) de The Sustainable Trade Initiative (IDH– Commerce responsable) est un programme qui encourage à accroître l’approvisionnement local en facilitant l’intégration des PME et des agriculteurs locaux dans leur chaîne d’approvisionnement. En l’espèce, Nestlé a signé un protocole d’accord avec l’initiative IDH Sustainable Trade; d’une durée de trois ans, ce partenariat vise à soutenir 25 000 agriculteurs et 50 PME et à leur ouvrir de nouveaux marchés en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Nigeria, afin d’accroître l’emploi et la sécurité alimentaire. Rappelons que Neslté ambitionne d’atteindre en 2022 son objectif consistant à faire passer de 60% à plus de 70% la part des matières premières de haute qualité et produites localement de manière responsable utilisées dans la production de Maggi, Milo et Cerelac. Le FAO estime que , le secteur agricole soutient la sécurité alimentaire et l’éradication de la faim dans la région et contribue à hauteur d’environ 15% à son produit intérieur brut (PIB) total. Cependant, sur la base des tendances actuelles, d’ici 2050 le système de production alimentaire de l’Afrique subsaharienne ne satisfera que 13% de ses besoins alimentaires.La productivité de l’agriculture en Afrique centrale et de l’Ouest est faible et n’atteint que 56% de la moyenne mondiale. La pauvre qualité des récoltes et les pertes élevées après récolte ont un impact négatif sur la production de matières premières ; et le manque de connaissances, l’inadéquation des infrastructures et l’augmentation du chômage des jeunes affectent la durabilité de l’approvisionnement. Le partenariat IDH-Nestlé vise à relever ces défis en encourageant les agriculteurs et les PME à produire efficacement des cultures de haute qualité et à haut rendement en utilisant les meilleures pratiques agricoles, ce qui, en retour, contribuera également à réduire leur impact sur l’environnement et sur les besoins en ressources naturelles.

#Chaine_d_approvisionnement #Nestlé #PME #Agriculteur #Afrique_de_l_Ouest #Agriculteur #Afrique_centrale



LIRE AUSSI: Quelle utilité pour la blockchain dans l'agriculture et ses secteurs connexes?=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Quelle utilité pour la blockchain dans l'agriculture et ses secteurs connexes?



Au vu des défis actuels du monde agricole, la technologie apporte de nouvelles réponses permettant de concilier exigences économiques, environnementales et sociétales. La blockchain, en particulier, apparaît comme un outil privilégié en matière de traçabilité et de maîtrise de l’information.



La blockchain apporte des avantages à tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement (supply chain) alimentaire. Pour les agriculteurs, cela signifie que toute tentative de modification d’un produit sera immédiatement détectée et pourra être évitée avant d’arriver au distributeur. La blockchain représente donc une grande opportunité, mais des défis reste à relever. À la base, la blockchain permet de réaliser des transactions entre plusieurs acteurs, en garantissant l’anonymat et la certification absolue de l’intégralité des échanges, sans aucune intervention d’un tiers de confiance. Cette technologie, décentralisée, empêche par son principe même l’instauration d’un contrôle supérieur et centralisé. Elle est fondée sur la preuve et peut être regardée comme un aboutissement du processus de désintermédiation au coeur de l’ubérisation. Les innovations dans la technologie de la chaîne de blocs pour l'agriculture et le système alimentaire à travers plusieurs chaînes de valeur, incluent de nouvelles opportunités en matière de financement qui peuvent bénéficier aux petits exploitants.Ces dernières années, les transactions commerciales dans l'agriculture ont été transformées par la numérisation de la chaîne de valeur. Cependant, il existe encore de nombreux défis liés à la traçabilité des produits et à la transparence dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement, en particulier pour sécuriser les transactions. La blockchain est une technologie numérique émergente qui entend combler ces lacunes. Les enjeux sont gigantesques. La chaîne d’approvisionnement de l’industrie agroalimentaire, où se succèdent de multiples acteurs intermédiaires, manque fortement de transparence. De là découlent des scandales réguliers (vache folle, lait frelaté, affaire de viande de cheval…), ainsi que des gaspillages et des pertes colossales de denrées (près d’un quart de la production mondiale selon la FAO !). Plusieurs applications de la chaîne de blocs dans le secteur agroalimentaire incluent la gestion de la chaîne d'approvisionnement, la sécurité alimentaire, le financement du commerce, les services financiers agricoles, les informations sur le marché, les registres fonciers et les accords internationaux liés à l'agriculture. Les défis à relever par le monde agricole sont donc nombreux et conséquents, d’autant qu’en parallèle, la demande des consommateurs pour des produits frais, locaux et issus de l’agriculture éthique et biologique est croissante. Financement plus efficace, transparence accrue, smart farms…les technologies blockchain présentent de nombreux atouts pour les agriculteurs et pour le secteur dans son ensemble. Le 55e Brussels Development Briefing organisé par le CTA, tenu à Bruxelles le 15 mai 2019 avait pour but donc de discuter des opportunités et des défis de la blockchain dans l'agriculture dans le secteur agroalimentaire. Avec cette approche décentralisée, la blockchain aide les parties prenantes impliquées dans un réseau de chaîne d'approvisionnement ou un système d'agriculture contractuelle (de l'agriculteur, du grossiste, du prestataire de services financiers au supermarché) à commercer plus rapidement et de manière plus transparente. Cependant, l'application de la blockchain dans les régions ACP est encore naissante et la sensibilisation aux implications de la blockchain, des partenariats et du partage des connaissances a été soulignée comme faisant partie des priorités clés pour le développement de la blockchain par les panélistes lors de la réunion d'information.

#Blockchain #Chaine_d_approvisionnement #Agroalimentaire #Agriculture





SOURCE: www.cta.int







Traore Phénix Mensah

La chaîne d’approvisionnement cacao est-elle menacé par la crise sanitaire ?



La propagation rapide du covid-19, laisse des tâches dans la prospérité des marchés de matière premières agricole. Néanmoins, le café est encore résilient. Faut-il s'inquiéter pour les cacao?



Le marché du cacao se heurte à deux facteurs, tous deux pesants; il s’agit d'une baisse de consommation de biens de luxe dont le chocolat tandis qu'en Côte d'Ivoire, n°1 mondial de la fève, la météo est bonne. Ces facteurs sont-ils inquiétants? A priori, la question est plutôt posée à propos de la chaîne d’approvisionnement de la filière. Selon le cabinet d'intelligence économique et de conseil britannique Oxford Business Group, il ne faut pas s'inquiéter pour la filière cacao en Côte d'Ivoire. Le raisonnement est clair : "L’une des plus grandes menaces mondiales qui pèsent sur l’agriculture en raison du Covid-19 est la perturbation possible des chaines d’approvisionnement, en particulier pour les produits frais qui risquent de se détériorer du fait de temps de transit plus importants." Or, le cacao n'est pas une denrée périssable ; les fèves sont d'ailleurs très souvent entreposées plus ou moins longtemps.

D'autre part, le transport international fonctionne aussi bien que possible, même si on a relevé des difficultés à obtenir des conteneurs et à effectuer les opérations de chargement et déchargement dans certains ports, notamment au début des mesures de confinement prises dans certains pays. Les ports pourraient même gagner en performance, une fois la crise du Covid-19 passée. "Après cette crise, toute la chaîne logistique va se réorganiser. On peut s’attendre à deux choses : elle sera plus complexe et plus locale", a expliqué Luc Arnouts. Les chaînes d’approvisionnement mondiales pourraient être amenées à opérer de manière plus efficace et donc pourraient réaliser des économies dans les années à venir. Quant à la demande, la pandémie ne constituera pas nécessairement un frein important selon la banque d’investissement Crédit Suisse citée par Oxford Business. De son côté, le Ghana (La filière emploie 800 000 familles rurales au Ghana et génère $ 2 milliards de devises par an), du moins le Cocobod ne partage pas cet optimisme. Il à $ 1 milliard le manque à gagner lié à l'impact du coronavirus sur la filière. En outre, cette situation va rendre très difficile de négocier le prêt syndiqué qui est habituellement signé en septembre avec les grandes banques internationales pour financer la campagne prochaine.

#Filière #Cacao #Chaîne_d_approvisionnemnt #Covid_19



LIRE AUSSI: Nestlé supprime peu à peu sa chaîne d’approvisionnement le cacao produit dans les forêts protégées d’Afrique de l’Ouest=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com







Traore Phénix Mensah

Technologie et agriculture: Opportunités et défis de la blockchain dans l'agriculture et le secteur agroalimentaire



Créer du lien avec les consommateurs, assurer la traçabilité des productions ou la certification des cahiers des charges de production, font partie des préoccupations majeures des agriculteurs. C’est là qu’interviennent les technologies blockchain.



Ces dernières années, les transactions commerciales dans l'agriculture ont été transformées par la numérisation de la chaîne de valeur. Cependant, il existe encore de nombreux défis liés à la traçabilité des produits et à la transparence dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement, en particulier pour sécuriser les transactions. Les technologies blockchain, notamment en les associant à de l’IoT, peuvent contribuer à apporter plus de transparence et d’efficience au secteur agricole et à l’industrie agroalimentaire, de la gestion des données des exploitations agricoles jusqu’à leur chaîne d’approvisionnement. La blockchain est une méthode de documentation des données via un registre numérique qui enregistre et vérifie les transactions, accords et contrats. La technologie permet un transfert immédiat des actifs numériques et réduit (ou supprime complètement ) le besoin d'intermédiaires, comme les banques et autres prestataires de services financiers. Avec cette approche décentralisée, la blockchain aide les parties prenantes impliquées dans un réseau de chaîne d'approvisionnement ou un système d'agriculture contractuelle (de l'agriculteur, du grossiste, du prestataire de services financiers au supermarché) à commercer plus rapidement et de manière plus transparente. Cependant, l'application de la blockchain dans les régions ACP est encore naissante et la sensibilisation aux implications de la blockchain, des partenariats et du partage des connaissances a été soulignée comme faisant partie des priorités clés pour le développement de la blockchain par les panélistes lors de la réunion d'information. Plusieurs applications de la chaîne de blocs dans le secteur agroalimentaire incluent la gestion de la chaîne d'approvisionnement, la sécurité alimentaire, le financement du commerce, les services financiers agricoles, les informations sur le marché, les registres fonciers et les accords internationaux liés à l'agriculture. Par exemple, la technologie blockchain fournit une méthode sécurisée, rapide et immuable pour enregistrer les titres fonciers, et les actifs physiques enregistrés peuvent être utilisés comme garantie pour accéder aux services financiers. Louis de Bruin d'IBM et Anthi Tsilimeni-Archangelidi de Cargill ont présenté des moyens de faire évoluer les applications dirigées par le secteur privé. Cependant, tous ces développements ont des implications pour les politiques et la gouvernance dans les pays ACP.

#Technologie_et_agriculture #Blockchain #Agroalimentaire #Chaîne_d_approvisionnement



LIRE AUSSI:La chaîne de valeur du cacao au Ghana est prête à adopter la technologie de la blockchain?=> www.talkag.com

SOURCE:www.cta.int

www.talkag.com




Traore Phénix Mensah

La chaîne de valeur du cacao au Ghana est prête à adopter la technologie de la blockchain?



Au Ghana, l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), planche sur la technologie de la blockchain pour le cacao.



En effet, le Global Quality and Standards Project (GQSP) au Ghana, financé par le Secrétariat d'État suisse à l'économie (SECO) et mis en œuvre en partenariat avec SIM (Supply Chain Information Management), examine une méthodologie visant à conseiller les pays en développement désireux d'entrer la quatrième révolution industrielle sur les défis et les avantages de l'adoption de la technologie blockchain dans une chaîne de valeur spécifique. Une mission d'enquête a expérimenté la méthodologie dans la chaîne de valeur du cacao ghanéen et a formulé des recommandations pour l'adoption de la technologie. La mission a rencontré les parties prenantes de la chaîne de valeur du cacao pour cartographier et comprendre leurs risques et transactions clés, et pour identifier leur état de préparation pour l'adoption de la technologie. Parmi les acteurs figuraient des agriculteurs, des producteurs primaires, des coopératives, des transporteurs, des entrepôts, le Ghana Cocoa Board (Cocobod), la Licensed Buying Companies (LBC), la Quality Control Company (QCC), la Cocoa Marketing Company (CMC), le Cocoa Research Institute (CRIG) et le Cocoa Health and Extension Department (CHED).

#Chaîne_de_valeur #Cacao #Ghana #Technologie #Blockchain



LIRE AUSSI: La Chronique des Matières Premières Agricoles: Le cacao au 19 mars 2020=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Projet ACAMOZ au Mozambique: Renforcer la chaîne de valeur noix de cajou



Le projet ACAMOZ qui a débuté en octobre 2018 et prendra fin en décembre 2021 vise a renforcer la chaîne de valeur noix de cajou afin d’accroître le revenu des petits producteurs et préserver les ressources naturelles dans un contexte institutionnel renforcé et plus transparent dirigé par INCAJU.



D’un coût de 2 000 000 €, le projet bénéficie 5 000 intervenants de la chaîne de valeur cajou. Spécifiquement dans un premier temps, il vise à renforcer INCAJU pour une meilleure intégration de la chaîne de valeur cajou au marché international au travers, notamment, de la mise à disposition d'une information de marché fiable et transparente. Dans un second temps, il permet d'augmenter la compétitivité et la durabilité environnementale et sociale de la production de cajou au Mozambique par le biais d'un projet pilote autour de la Réserve Nationale de Gilé en Zambézie. Le diagnostic des besoins pour la mise en œuvre du SIM; l'élaboration du protocole SIM; le renforcement des capacités des points focaux Incaju pour la mise en œuvre du SIM; la mise en œuvre du SIM dans les trois provinces du nord du pays; le diagnostic du cadre institutionnel et juridique et des capacités de transformation au Mozambique; l'élaboration des recommandations et restitution de l'étude; la préparation au renforcement du dialogue interprofessionnel; l’animation du dialogue interprofessionnel; la formalisation du dialogue interprofessionnel; l’identification des zones d'intervention et des bénéficiaires autour de la Réserve Nationale de Gilé; la structuration et soutien aux groupements et associations de producteurs autour de la Réserve; le soutiens aux petites unités de transformation autour de la Réserve…; sont entre autres les activités menées.

#Projet #ACAMOZ #Mozambique #chaîne_de_valeur #Noix_de_cajou



LIRE AUSSI: Projet FORECO: Reforestation avec filières innovantes pour la forêt et l'économie locale du Mali=> www.talkag.com



SOURCE: www.nitidae.org

www.nitidae.org




Traore Phénix Mensah

Projet agricole en Guinée: Lancement des projets agricoles PDCVA-G et PDRI-GKM



Le projet de développement des chaînes de valeurs agricoles (PDCVA-G) et le projet de développement rural intégré de Gaoual-Koundara-Mali (PDRI-GKM); deux projets d’appui au monde rural, ont été lancés, ce mercredi 04 décembre 2019 à Conakry, sur initiative du ministère du plan et du développement économique.



Deux projets représentant un outil de mise en œuvre de la vision de la Guinée qui ambitionne de renforcer son rôle de puissance agricole. Ils sont financés par la Banque Islamique de Développement (BID), à hauteur de 45 millions de dollars US pour le projet de développement des chaînes de valeurs agricoles en Guinée et de 25 millions de dollars pour le PDRI-GKM, pour une période d’exécution de cinq (5) ans. Selon la BID, l’objectif est d’appuyer le gouvernement de la Guinée à mettre en place une agriculture efficace et durable et améliorer les conditions de vie dans les zones rurales. Les principaux résultats de ce projet, seront le renforcement des chaînes de valeurs, afin d'accroître les revenus, d’améliorer la sécurité alimentaire et de permettre la transition du système de culture de subsistance vers un système durable orienté vers les marchés. Le projet renforcera le cadre incitatif et aidera à surmonter les obstacles à une offre des produits agricoles répondant aux exigences en quantité et en qualité pour le marché national et à l’extérieur

#Projet_agricole #Chaînes_de_valeurs_agricoles #PDCVA-G #PDRI-GKM

LIRE AUSSI: Projet agricole: Projet d’aménagement et de la valorisation de la plaine de la Léraba (Paval) au Burkina Faso=> www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Financement de la chaîne de valeur du café: OIAC, le CABI, OIC ont lancé le Fonds du café africain



A l'occasion de la toute première conférence des donateurs et partenaires qui s'est tenue à Nairobi, sous le thème le "Financement de la chaîne de valeur du café africain par le biais du Fonds du café africain; le Fonds du café africain a été lancé.



D’après l’OIAC, l'Afrique ne représente que 10% du marché mondial du café, cette culture est un moyen de subsistance pour plus de 12 millions de ménages en Afrique et représente une part importante des recettes fiscales dans plusieurs pays : $ 762,8 millions en Ethiopie, $ 468,4 millions en Ouganda, $ 229,5 millions au Kenya ou encore $ 129,2 millions en Tanzanie.Le Fonds, accueilli par l'Afreximbank, a été lancé par L'Organisation interafricaine du café (OIAC), le Centre pour l'agriculture et les biosciences internationales (Cabi) et l'Organisation internationale du café (OIC). Il sera doté d'un capital de $ 950 millions. Il aura pour principaux objectifs d'améliorer la qualité du café africain, d'accroître de 40% les exportations de qualité ce qui représenterait $ 5 milliards par an, mais aussi de développer la consommation intérieure. Selon Fred Kawuma, secrétaire général de l'OIAC, le e Fonds du café africain est un fonds ambitieux qui cherche à attirer des investissements des secteurs privé et public pour transformer l'industrie africaine du café d'une approche de subsistance à une approche commerciale ou entrepreneuriale où des millions de petits caféiculteurs verront leurs moyens de subsistance considérablement améliorés. Dans les faits, d'un mandat de 10 ans, il est prévu que le Fonds investisse $ 500 millions dans la constitution d'un approvisionnement durable en café, $ 100 millions dans l'amélioration de la demande, des liens commerciaux et des investissements, $ 150 millions dans la gestion et la diffusion des connaissances et $ 200 millions dans la mise en place de pratiques d'adaptation au changement climatique et de résilience environnementale. Sur ce dernier point, le Fonds prévoit de permettre à 50% des caféiculteurs de planter des matériaux respectueux du climat, ce qui permettrait de réduire de 25% la vulnérabilité des agriculteurs aux phénomènes météorologiques, tels que les inondations et la sécheresse.

#Financement #Chaîne_De_Valeur #Café

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La chaîne de valeur cacao et biodiversité: Seule l'agroforesterie complexe à fort ombrage serait efficace



La biodiversité au sein d’une parcelle de cacao n’est pas comparable avec la biodiversité d’une forêt naturelle. Cultiver le cacao en agroforesterie ne permet donc pas de compenser la déforestation.



L’impact de la culture du cacao sur la biodiversité est donc fortement dépendant des méthodes de production choisies, et l’on peut distinguer au moins cinq grands modes de culture, en fonction du niveau d’ombrage et de la complexité du couvert forestier. Seul le plus complexe de ces modes de culture, dit agroforesterie complexe à fort ombrage, permet en partie de compenser la perte de biodiversité liée au développement de la culture du cacao, sans pour autant pouvoir être comparé à un écosystème de forêt naturel. Ce modèle est quasiment absent d’Afrique de l’Ouest, de loin la première région de production de cacao dans le monde, et se retrouve essentiellement dans des zones historiques de production en Amérique latine. Ce constat plaide donc pour une adaptation des efforts de durabilité des filières à la réalité géographique des différentes zones de production. En Afrique de l’Ouest, les systèmes agroforestiers sont généralement assez pauvres, et proches de la monoculture. Il est donc nécessaire de passer par une phase de restauration des écosystèmes agricoles. Pour répondre à ces enjeux, la filière cacao a développé plusieurs stratégies. Parmi les principales, le recours à la certification (équitable, bio, Rainforest/UTZ), ou le déploiement de « politiques d’entreprises », ou engagements volontaires. L’analyse de ces différentes initiatives au moyen de l’évaluation par la théorie du changement permet d’appréhender la façon dont elles entendent répondre au défi de la durabilité du secteur. Les hypothèses sur lesquelles elles s’appuient pour transformer le secteur ont été comparées aux résultats effectifs disponibles dans différentes évaluations.

#Chaînes_de_valeur #Cacao #Agroforesterie

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

"Les chaînes de valeur agricoles au défi de la biodiversité : l'exemple du cacao-chocolat”



Sous la houlette de l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), think tank français une étude a été mené avec pour objectif d'évaluer "les risques que fait peser la culture du cacao sur la biodiversité non seulement à travers la déforestation, mais également au niveau des parcelles de culture."



Selon l’étude co-rédigée par trois chercheurs, Frédéric Amiel, Yann Laurans et Alexandre Muller, il faut regarder l'ensemble de la chaîne de valeur cacao/chocolat et non seulement la partie de la production et des pratiques des cacaoculteurs. Sont passées en revue les pratiques culturales, certes, mais aussi la pertinence des différentes initiatives du commerce équitable, produit bio, certification et les multiples initiatives des entreprises. En effet, il en ressort de l’étude que, compte tenu de la spécificité des grands cycles du cacao, il est nécessaire d’envisager la question de l’impact de la filière cacao/chocolat sur la biodiversité au niveau de la chaîne globale de valeur. La perspective adoptée dans cette étude, dite des chaînes globales de valeur, permet, au-delà des questions légitimes des impacts directs des modes de production sur les écosystèmes, de poser la question du rôle de l’ensemble de la filière dans la protection de la biodiversité. Il faut reconnaître que la filière cacao/chocolat a connu au cours des dernières décennies des transformations importantes. Aussi, tirées par la demande mondiale, les surfaces dédiées à la production de cacao sont passées depuis les années 1970 de 4 à plus de 10 millions d’hectares. Une expansion qui s’est faite, pour la moitié au moins, au détriment des forêts naturelles. Peu d’études pourtant permettent d’établir avec certitude la part que le cacao a pris dans le phénomène de déforestation globale.

#Chaînes_de_valeur #Cacao

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Financement agricole:La FirstBank of Nigeria et son schéma de crédit à l'agriculture commerciale de la Banque centrale pour soutenir les chaînes de valeur





La vraie lutte contre la pauvreté dans le monde passe par le financement du secteur agricole qui permettra aux pauvres d’emprunter de l’argent pour financer les intrants et investissements afin d’accroître la rentabilité de leurs terres et de leur travail. Une évidence qu’a compris la FirstBank of Nigeria; pour preuve, son schéma de crédit à l'agriculture commerciale de la Banque centrale.



FirstBank of Nigeria a décaissé 100 milliards de nairas dans le cadre du schéma de crédit à l'agriculture commerciale de la Banque centrale (Central Bank of Nigeria Commercial Agriculture Credit Scheme - CACS). Le CACS est une initiative de la Banque centrale qui a pour objectif d'allouer des facilités de crédit à long terme aux PME commerciales impliquées dans les chaînes agroalimentaires à des taux inférieurs à 10%. Sur un total de 509 projets que la banque soutient financièrement, 118 sont dans les secteurs agro et agri, soit 23% du total, rapporte This Day. Des projets qui vont de la fourniture d'intrants, à la production primaire, à la transformation et au marketing. La banque a également contribué 40 milliards de nairas au schéma rizicole (Paddy Aggregation Scheme). D'autre part, FirstBank est en partenariat avec différents Etats du Nigeria qui sont impliqués dans le Schéma de développement agricole accéléré (Accelerated Development Agric Development Scheme - AADS)

#Financement_agricole #Chaînes_de_valeur #Nigeria

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Projet agricole

Le projet GIZ initiative du Cajou Compétitive (ComCashew)



La GIZ pour "Promotion à grande échelle des chaînes de valeur agricoles en Afrique".



Au cours de cette dernière décennie en Afrique, la chaîne de valeur de la noix de cajou offre un potentiel important pour la création d'emplois et de richesses, l'atténuation du changement climatique par une agriculture respectueuse du climat et l'autonomisation économique des femmes et des jeunes, en particulier dans les zones rurales vulnérables. c’est pourquoi la GIZ s’investit dans le projet ComCashew qui est financée dans sa troisième phase par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Conjointement avec les acteurs privés et publics, ComCashew constitue une nouvelle ère de partenariat multipartite visant à parvenir à une réduction durable de la pauvreté dans les pays du projet Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Mozambique et Sierra Leone, en renforçant la compétitivité des petits producteurs, transformateurs et autres acteurs africains dans la chaîne de valeur. ComCashew fournit un soutien dans des domaines allant de la recherche à la production, en passant par la transformation, la commercialisation, le renforcement des capacités et les conseils stratégiques. Après avoir établi une base pour la filière anacarde dans les cinq pays africains participant au projet par le biais de formations pour les agriculteurs et les transformateurs et d'activités les reliant aux marchés nationaux et internationaux, ComCashew vise maintenant - dans sa troisième phase - à consolider ces efforts et à les étendre à la Sierra Leone. L'objectif de ComCashew se concentre sur l'augmentation des revenus des producteurs de noix de cajou et des ouvriers des usines de transformation.

www.talkag.com

www.talkag.com

#Projet_agricole #Chaîne_de_valeur #Noix_de_cajou

www.comcashew.org

www.comcashew.org




Traore Phénix Mensah

L’agriculture au Togo

Le PND, le MIFA et les chaînes de valeurs



Transformer l’économie par la promotion des chaînes de valeurs



Avec pour ambition d’amorcer des transformations économiques profondes, le PND au Togo a comme cheville ouvrière principale l’agriculture. En effet dans ces différents axes stratégiques, le PND ne cesse de revenir sur la promotion et le développement des chaines de valeurs agricoles.La construction des agropoles et de cinq parcs industriels constitue une importante ambition du Plan national de développement 2018 – 2022. Le MIFA qui se trouve être l’un des majeurs cheval de bataille de ce plan quinquennal; présentes déjà des premiers résultats satisfaisants. C’est ainsi qu’au cours de la phase pilote, 1,1 milliard FCFA de financement a été accordé aux acteurs des chaînes de valeur agricole. Au total, près de 12.000 acteurs des chaînes de valeurs ont été impactés. Le taux d’emprunt est passé également de 15% à une moyenne de 8,75%. Dans le même temps, 15.055 emplois directs et indirects ont été créés ou consolidés, 4978 producteurs ont bénéficié d’une assurance santé et indicielle sécheresse et 5062 producteurs ont pu obtenir un compte bancaire.

#Agriculture #Chaînes_de_valeurs

www.talkag.com

autogo.tg

autogo.tg




Traore Phénix Mensah

Chaîne de valeur agricole

Les acteurs des chaînes de valeur agricoles



L’opération de recensement des acteurs des chaînes de valeur agricoles



Au Togo partenaires au développement, cadres de l’administration, fournisseurs de divers divers services agricoles, banquiers, transformateurs de produits agricoles…; acteurs des chaînes de valeur agricoles envisagent une meilleure structuration du secteur agricole togolais. Il est donc primordiale pour les autorités en charge de l’agriculture, d’identifier ces acteurs. c’est ainsi que, le ministère de l’agriculture a lancé l’opération de recensement des acteurs des chaînes de valeur agricoles. Démarrée fin avril 2019, cette campagne que mènent sur le terrain 700 agents recenseurs, a vocation à identifier tous les acteurs des chaînes de valeur agricoles : des producteurs aux transformateurs et aux prestataires de services agricoles, sans oublier les commerçants de produits agricoles et agroalimentaires.

#Chaine_de_valeur

www.talkag.com via @talk_ag

www.togofirst.com

www.togofirst.com




Traore Phénix Mensah

Chaîne de valeur agricole

La FAO en Afrique centrale



Comment intéresser la jeunesse de l’Afrique centrale aux métiers agricoles ?



Faire intéresser la jeunesse aux métiers agricole est une chose, la faire comprendre les avantages et la nécessité des chaînes de valeur agricoles en est une autre. Les éléments de réponse à cette problématique pourraient certainement découler de l’atelier que le bureau sous-régional de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise du 10 au 12 avril 2019, à Libreville au Gabon. En effet, cette rencontre sous-régionale qui se déroule aujourd’hui vise le renforcement des capacités en vue de la promotion de l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes dans les chaînes de valeur agricoles en Afrique centrale. Elle consiste à trouver des solutions aux nombreux défis qui jalonnent l’accès des jeunes urbains et ruraux aux emplois décents et aux opportunités de création d’entreprises viables et durables dans les chaînes de valeur agricoles.

#Chaîne_de_valeur

www.talkag.com via @talk_ag

www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Traore Phénix Mensah

La chaîne de valeur

La chaîne de valeur et le financement agricole



Le MIFA S.A au Togo vise cette année les producteurs et acteurs de la chaîne de valeur



Dans le domaine agricoles, le concept de chaîne de valeur décrit de plus en plus des approches cherchant à améliorer les perspectives commerciales des producteurs et à accroître leurs marges bénéficiaires. Une chaîne de valeur, ce n’est pas simplement un agriculteur qui vend sa production à un acheteur, quelle que soit la solidité de cette relation commerciale. Ceci peut expliquer la déclaration du Directeur du MIFA S.A, qui dit que, pour cette année 2019, les contrats sont en cours, d'autres conventions sont déjà signées pour que cette saison agricole puisse profiter au maximum aux producteurs et acteurs de la chaîne de valeur. Le développement de chaînes de valeur est vivement encouragé pour remédier aux faibles revenus des producteurs, à un accès difficile aux marchés et même aux problèmes de sécurité alimentaire.

#Financement_agricole #Chaîne_de_valeur

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.agridigitale.net



www.agridigitale.net




Traore Phénix Mensah

La chaîne de valeur du mil

La biofortification du mil



La biofortification du mil pourrait être un moyen relativement rentable pour lutter contre la malnutrition



La biofortification est un processus qui permet d’obtenir des cultures dont la valeur nutritionnelle est accrue. L’objectif de la biofortification est de cultiver des plantes nutritives, processus que les experts considèrent beaucoup moins coûteux que d’ajouter des micronutriments à des aliments déjà transformés. Il s’agit d’une méthode intelligente de lutte contre la malnutrition, affirment les agriculteurs et les nutritionnistes. La biofortification du mil pourrait être un moyen relativement rentable pour lutter contre la malnutrition, la faiblesse en micronutriments des aliments, pour les populations d’Afrique de l’Ouest. Non seulement, la conférence de Thiès a exploré les options à cet égard, mais les participants ont également discuté des moyens d’utiliser la technologie de transformation agroalimentaire et la mécanisation agricole, pour accélérer la production alimentaire.

#Chaîne_de_valeur #Mil

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.coraf.org

www.coraf.org




Traore Phénix Mensah

Technologie et agriculture

La numérisation de la chaîne de valeur: la blockchain



Promouvoir la participation des acteurs de la chaîne de valeur agricole



Conscient des possibilités offertes par la blockchain pour l’agriculture des pays ACP et des connaissances insuffisantes sur cette technologie dans cette région, le CTA avait organisé en 2017 un atelier intitulé « Perspectives dans les pays ACP dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) et de l’agribusiness : financement des startups, impression 3D et blockchain ». Le but était de mieux comprendre les possibilités offertes par la blockchain et la pertinence de son usage pour le secteur agricole. Entre recommandation faites , nous avons: la promotion de la participation des acteurs de la chaîne de valeur agricole ainsi que l’utilisation des technologies numériques dans le secteur agricole par les petits agriculteurs et le secteur agroalimentaire ; Sensibilisation des principales parties prenantes à la blockchain afin qu’elles puissent en comprendre les avantages et les exploiter…

www.talkag.com via @talk_ag

#Chaine_de_valeure #Technologie_et_agriculture

www.burkina-ntic.net

www.burkina-ntic.net




Traore Phénix Mensah

Chaine de valeure

Projet agricole dans la filière manioc



La Zambie va lancer 22 projets de filière manioc



Le financement de 22 projets de chaîne de valeur du manioc d'une valeur de 3 000 000 K € répartis dans tout le pays a été approuvé par la Commission zambienne d'autonomisation économique des citoyens (CEEC) . Les projets qui font partie de la stratégie du gouvernement en matière d'industrialisation et de création d'emplois seront réalisés dans 4 provinces: les provinces de Lusaka, Copperbelt, du Nord et du Nord-Ouest. Les projets comprendront la production de produits à valeur ajoutée à base de manioc, tels que la farine de manioc, la colle à papier, le gari, les cosmétiques, les aliments du bétail et les briquettes de charbon de bois. Les fonds serviront également à la commercialisation du manioc.

#Manioc #Chaine_de_valeure

www.talkag.com via @talk_ag

www.cmtevents.com

www.cmtevents.com




Traore Phénix Mensah

Agir contre les pertes post-récoltes

Des pistes d’action



Une mobilisation des acteurs impliqués dans la chaîne de valeur agricole s’impose



Agir efficacement contre les pertes post-récoltes sur le continent nécessitera une mobilisation de tous les acteurs impliqués dans la chaîne de valeur agricole. La première piste réside dans la mise à disposition de machines de transformation appropriées, à moindre coût, permettant aux agriculteurs de réaliser une première étape de la transformation de certaines denrées périssables. Aussi, une meilleure mécanisation serait aussi très bénéfique pour la chaîne de valeur du riz à plusieurs égards. L’usage de machines appropriées pour l’usinage de riz peut réduire de moitié les pertes enregistrées dans les rizières en Afrique subsaharienne. Une telle démarche peut aussi permettre de libérer près d’un million de tonnes de riz blanc et d’économiser 410 millions $ par an dépensés dans les importations.

#Chaine_de_valeur #Récoltes

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

agenceecofin.com



agenceecofin.com




Traore Phénix Mensah

Petits exploitants et chaîne de valeur

Connecter les petits exploitants



Quel est rôle concret de la solution de SAP?



La solution de SAP relie également les petits exploitants aux fournisseurs d’informations (formation aux meilleures pratiques agricoles, données météorologiques, données de marché, etc.) et facilite l’accès des petits exploitants à divers acteurs de la chaîne de valeur agricole plus large, notamment les services financiers, les acheteurs et les fournisseurs d’intrants ( engrais, semences, pesticides et matériel agricole).Pour les gouvernements, l'accès à certaines de ces données est également très important. Il permet une prise de décision plus efficace et plus efficiente en matière de politique publique et d'intervention pour garantir, par exemple, la sécurité alimentaire, la diversification des cultures et le financement des agriculteurs aux niveaux local, régional et national.

#Petits_exploitants #Chaîne_de_valeur

www.talkag.com via @talk_ag

news.sap.com



news.sap.com




Traore Phénix Mensah

Petits exploitants et chaîne de valeur

Connecter les petits exploitants



La solution de SAP pour connecter les petits exploitants aux chaînes de valeur agricoles.



Il convient de savoir que SAP (en anglais : Systems, Applications and Products for data processing et en allemand : Systeme, Anwendungen und Produkte in der Datenverarbeitung) est par abus de langage le nom utilisé pour désigner un progiciel de gestion intégré développé et commercialisé par l'éditeur de ce produit (SAP AG).Au cours des dernières années, SAP a collaboré avec plusieurs organisations de petits exploitants et agro-industries en Afrique pour développer et tester une solution dédiée permettant de connecter les petits exploitants aux chaînes de valeur agricoles. Cette solution s'appelle SAP Rural Sourcing Management. Elle est conçue pour capturer, gérer et partager les données individuelles des petits exploitants, telles que les types de culture, l'emplacement géographique des champs, la taille de l'exploitation, les perspectives de récolte, les transactions de vente de la production des agriculteurs, etc.

#Petits_exploitants #Chaîne_de_valeur

www.talkag.com via @talk_ag

news.sap.com

news.sap.com




Traore Phénix Mensah

Petits exploitants et chaîne de valeur

Une combinaison gagnante



Intégration des petits exploitants dans la chaîne de valeur agricole formelle.



La plupart de ces problèmes peuvent être résolus en reliant les différents acteurs de la chaîne de valeur agricole par le biais de marchés numériques qui gèrent les approvisionnements des petits exploitants agricoles, des stocks et de la commercialisation des produits agricoles et de leur transport. La viabilité de ces marchés peut être garantie si ceux-ci sont exploités par des sociétés privées et financés par des redevances perçues sur les transactions commerciales qu’ils permettent. En effet, d’autres modèles fondés sur la philanthropie ou le financement public national ou international ont montré leurs limites. Ce modèle privé n’exclut pas le contrôle et la réglementation de l’État pour éviter la création de monopoles.

#Petits_exploitants #Chaîne_de_valeur

www.talkag.com via @talk_ag

news.sap.com

news.sap.com




Traore Phénix Mensah

Transformation agricole

Digitalisation pour accroître la productivité



Réduire le risque dans les chaînes de valeur agricole.



Les risques réels et perçus dans le secteur agricole expliquent les hésitations des institutions financières à investir dans la diffusion d’innovations informatiques au service des agriculteurs. Souvent, ces institutions manquent d'informations sur le secteur, ce qui explique pourquoi les produits financiers proposés aux acteurs de la chaîne de valeur agricole sont limités. Des négociants et des entreprises agricoles, dont certaines de grande envergure, qui pouvaient plus facilement accéder à des services financiers ont créé des mécanismes formels et informels de financement pour petits éleveurs et agriculteurs. Le profil numérique des agriculteurs et des éleveurs combiné à l’utilisation d’autres données numériques sur la météo et d’autres facteurs externes présente un grand potentiel pour réduire davantage les risques liés aux investissements dans les solutions informatiques visant à moderniser les chaînes de valeur.



#Transformation_agricole #Chaine_de_valeur

www.talkag.com via @talk_ag

www.cta.int

www.cta.int




Traore Phénix Mensah

L’entrepreneuriat agricole en Afrique

Les chaînes de valeur agricoles



l'employabilité des jeunes dans les chaînes de valeur agricoles en Afrique centrale



Une rencontre s'était tenue en novembre dernier à Libreville, entre le Coordonnateur du bureau sous-régional pour l’Afrique centrale et représentant de la FAO au Gabon, et à Sao Tomé et Principe, Helder Muteia et l’économiste principal du travail de la Banque africaine de développement (BAD), Amadou Bassirou Diallo. Avec pour but de favoriser la promotion d’une agriculture de marché à travers l’entrepreneuriat agricole en Afrique centrale. Ces organismes justifient le développement de cette approche par le fait que, les chaînes de valeur agricoles sont des maillons essentiels du développement économique et offrent de grandes possibilités pour les jeunes dans la sous-région.



#Entrepreneuriat_agricole #chaînes_de_valeur



www.talkag.com

www.agenceecofin.com

www.agenceecofin.com




Traore Phénix Mensah

GIZ : De la culture des champs à la petite exploitation Centres d’Innovations Vertes au Bénin. 2017

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

CHAÎNE DES VALEURS DES PRODUITS MARAÎCHERS GIE,

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Abdoulaye GAYE, Chargé de relation d'affaires, Chaînes de valeur agricoles, BNDE, Sénégal

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Atelier de présentation des outils mFarms aux acteurs de chaines de valeur agricole au Bénin

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

La FINAGRO et la GIZ forment des financiers sur les chaines de valeur de l'anarcade au Bénin

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Cameroun : A la conquête de la chaine de valeur maïs

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Top5 des Chaines Youtube de Pêche Francaise 2016

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Chez David de la chaîne agricole je sème des féveroles

www.youtube.com




Pichon Gilbert

La ferme de David ! de la chaîne agricole

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Mes questions à David : Chaîne agricole

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Présentation De Ma Chaîne

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Présentation De La Chaîne !

www.youtube.com