Voir plus de contenu

ou


Pichon Gilbert

Les pertes des marchés d’exportation impactent les pays africains

Des millions d’agriculteurs familiaux à travers l’Afrique se heurtent à une dévastation économique alors que la pandémie de COVID-19 perturbe les exportations et les chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales.



Selon le PDG de Selina Wamucii, le commerce intra-africain est d’environ 2% tandis que les exportations de l’Afrique vers le reste du monde varient de 80% à 90% des exportations totales, dont une part énorme se constitue de produits agricoles. “La pandémie de COVID-19 est malheureusement arrivée à un moment où nos agriculteurs dépendent en grande partie des exportations vers des marchés en dehors du continent et également avant le début des échanges dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) qui devait commencer le 1er juillet, 2020, créant ainsi un marché continental unique de plus de 1,3 milliard de personnes”, explique Oroko. “Maintenant, contrairement à aucun autre moment, nous pouvons voir une démonstration de pourquoi le succès de la zone de libre-échange continentale africaine sera directement lié à la sécurisation des moyens de subsistance des agriculteurs africains à l’avenir”. Le Maroc arrive en tête de liste des pays africains dont les exportations agricoles sont les plus exposées. En effet, selon le rapport, ceci s’explique en raison de sa dépendance excessive à l’égard du marché européen; et ce, compte tenu de sa proximité et de ses liens commerciaux traditionnels bien établis.



www.agrimaroc.ma

#Exportation_de_produits #Marchés_africain

www.agrimaroc.ma




Bomboma Jean

Le Sénégal maintient sa suprématie sur le marché chinois de l'arachide

L'Afrique joue une carte maîtresse car ses cacahuètes entrent en Chine sans droits de douane qui s'élèvent pour toutes les autres provenances à 15% de taxe d'importation et 10% de TVA ; les arachides nord-américaines doivent, en outre, s'acquitter d'une taxe supplémentaire de 25%.



L'USDA estime les importations chinoises d'arachides à 450 000 t sur 2020/21, inchangées par rapport à la dernière campagne mais en baisse par rapport aux 465 000 t en 2018/19. Face à cela, et grâce à son exemption tarifaire, le Sénégal bénéficie d'un avantage comparatif net. D'ailleurs, en 2018/19, Dakar a fourni 69% de la demande d'importation chinoise de cacahuètes non décortiquées, soit 325 000 t.Notons que les arachides chinoises sont consommées comme telles sur le marché national alors que celles importées sont transformées en huile d'arachide.

#Sénégal #Chine #Marchés #Arachide



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

L’USDA vous donne des pistes pour l’exportation des produits alimentaires : Les classes aisées modifient la donne au Sénégal

Des consommateurs de classes moyenne et supérieure ont émergé. L’USDA nous prouve les sénégalais consomment assez de fruit et du riz. Parfois, ils préfèrent des produits importés jugés plus sûrs au plan sanitaire et de meilleure qualité.



Face à l’augmentation des consommateurs urbains, des chaînes de supermarchés et d'épiceries se sont développées. S'agissant des restaurants, aujourd'hui, 50 à 70% de leur clientèle régulière est composée de cette classe moyenne et supérieure alors qu'il ya seulement 5 à 10 ans note l'USDA, les restaurants accueillent essentiellement des expatriés (1% de la population) et touristes. Les Sénégalais qui vont au restaurant sont prêts à payer un peu plus cher pour une meilleure qualité de nourriture. L'étude recense les hôtels et restaurants qui représentent les plus importants clients pour des produits alimentaire, tous à Dakar: Hôtel Pullman Dakar Teranga, King Fahd Palace Hotel, Radisson Blu Hotel, Terrou-Bi, Novotel, Club Med, The Palms, Marina Bay, Beluga, La Fourchette.

#Sénégal #Distribution #Consommation #Marchés #Produits_alimentaires_agricoles



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Vous voulez exporter des produits alimentaires au Sénégal ? les pistes sont connus L'USDA vous livre des pistes

Depuis 2018, les importations sénégalaises de produits agricoles sont plusieurs fois supérieures par rapport années 2014 et les achats de produits alimentaires consommables, essentiellement en provenance de l'Union européenne et de Chine.



Le Sénégal importe environ 70% de ses besoins en produits alimentaires, souligne une étude du Département américain de l'agriculture (USDA), la part des Etats-Unis représentait 0,68% en 2018 (1,07% en 2017) et sur les $ 738 millions de produits d'alimentation humaine importés, les Etats-Unis représentent une part mineure, de l'ordre de 0,23%, à $ 11,9 millions. Quelque 85% de ces produits américains importés au Sénégal sont constitués de produits intermédiaires. Mais, remarque l'étude, les Etats-Unis pourraient aussi se positionner sur les segments de produits finis comme les sauces, condiments, assaisonnements, lait en poudre, bœuf et produits du bœuf. L'USDA rappelle que l'interdiction d'importer au Sénégal du poulet non cuit ou ses produits dérivés, qui remonte à 2005 lors du risque de grippe aviaire, était toujours en vigueur, ainsi que l'interdiction sur les produits OGM.

#Sénégal #Distribution #Consommation #Marchés #Produits_alimentaires_agricoles



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Vous voulez exporter des produits alimentaires au Sénégal ? L'USDA vous livre des pistes

Et l'USDA de se pencher sur le profil du marché et ses évolutions. En 2018, le PIB par habitant au Sénégal était le plus élevé d'Afrique de l'Ouest.



L'accroissement de la population nous permet de dire que l’alimentation sera de mise. Nous avons d’autres exemples, comme ailleurs en Afrique, 43% de la population a moins de 14 ans, le taux de croissance démographique annuel étant de 2,8%. Selon une étude de l'Agence nationale des statistiques et de la démographie (ANSD), un foyer sénégalais dépense en moyenne 58,2% de ses revenus disponibles dans l'alimentation et les boissons, ce qui représente environ 208 dollar par mois. Le pain, les céréales, le riz surtout représentent la plus importante part de l'alimentation quotidienne. En général, au quotidien, le Sénégalais mange au moins un repas comprenant du riz, ce qui prouve une consommation annuelle de riz par habitant de 90 à 100 kg.



#Sénégal #Distribution #Consommation #Marchés #Produits_alimentaires_agricoles



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com



www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Vous voulez exporter des produits alimentaires au Sénégal ? les pistes sont connus

L'USDA vous livre des pistes. En 2018, les importations sénégalaises de produits agricoles ont représenté $ 1,69 milliard ($ 1,82 milliard en 2017 et $ 1,54 milliard en 2014) et les achats de produits alimentaires consommables $ 738 millions ($ 687 millions en 2017 et $ 615 millions en 2014), essentiellement en provenance de l'Union européenne et de Chine.



Le Sénégal importe environ 70% de ses besoins en produits alimentaires, souligne une étude du Département américain de l'agriculture (USDA). "La croissance démographique, l'urbanisation et l'évolution des habitudes alimentaires ont conduit à des importations alimentaires croissantes et diversifiées. Les plus importantes importations agricoles du Sénégal sont le riz, le blé, le maïs, l'oignon, l'huile de palme, le sucre et les pommes de terre." Sur ces $ 1,69 milliard de produits agricoles importés, la part des Etats-Unis représentait 0,68% en 2018 (1,07% en 2017) et sur les $ 738 millions de produits d'alimentation humaine importés, les Etats-Unis représentent une part mineure, de l'ordre de 0,23%, à $ 11,9 millions. Quelque 85% de ces produits américains importés au Sénégal sont constitués de produits intermédiaires. Mais, souligne l'étude, les Etats-Unis pourraient aussi se positionner sur les segments de produits finis comme les sauces, condiments, assaisonnements, lait en poudre, bœuf et produits du bœuf. L'USDA rappelle que l'interdiction d'importer au Sénégal du poulet non cuit ou ses produits dérivés, qui remonte à 2005 lors du risque de grippe aviaire, était toujours en vigueur, ainsi que l'interdiction sur les produits OGM.

#Sénégal #Distribution #Consommation #Marchés #Produits_alimentaires_agricoles



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Le marché biologique toujours en croissance même en Afrique

La culture biologique surtout en Afrique poursuit sa conquête avec une hausse de 2 millions d’hectares de la surface agricole biologique pour atteindre un nouveau record de plus de 71,5 millions d’hectares en 2018, selon la 21ème édition de l’étude The World of Organic Agriculture, publiée par le FiBL et l’IFOAM (Organics International).



Une hausse toutefois plus modeste (+2,9%) que celle réalisée entre 2016 et 2017. L’Australie est le pays ayant la plus grande surface agricole biologique (35,7 M ha), suivie par l’Argentine (3,6 M ha) et la Chine (3,1 M ha).

#Marchés #Négoce #Agriculture_biologique



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Attention à la volatilité des prix du cajou liée au coronavirus précise Pierre Ricau de N'Kalô

" Dans le contexte d’une forte croissance de la demande mondiale et d’un niveau de stocks restant de la campagne précédente qui est limité, il nous semble donc que la panique qui a démarré la semaine dernière est exagérée et pourrait entraîner une volatilité accrue (baisse puis forte remontée plus tard dans la campagne) au cours de la prochaine campagne de noix de cajou.



Une volatilité qui sera négative pour tous les acteurs de la filière. " N'Kalô estime que la production mondiale a été de 770 000 tonnes en 2019 contre 695 000 t l'année précédente, avec notamment une hausse de la demande européenne qui est passée de 121 000 t à 143 000 t, celle de la Chine passant de 54 000 à 78 000 t. L'Inde demeure le plus important consommateur avec 225 000 t en 2019.

#Cajou #Marchés #Chine #Corona #Virus #Nkalo



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Attention à la volatilité des prix du cajou liée au coronavirus dixit Pierre Ricau de N'Kalô

"La psychose qui s’empare du marché de la noix de cajou en raison de l’épidémie de Coronavirus est en train de favoriser une volatilité inattendue et imprévisible", précise le spécialiste Pierre Ricau dans le Bulletin hebdomadaire sur le marché de l'anacarde de N'Kalô.



Car d'une part la Chine ne pèse "que" 10% environ de la consommation mondiale de noix de cajou et, d'autre part, en février et mars, "après le pic de consommation du Nouvel An lunaire à la fin du mois de janvier", la demande chinoise traditionnellement s'estompe. Pierre Ricau rappelle à cette occasion que près de 90% des importations chinoises viennent du Vietnam. " Même si les dangers de l’épidémie de Coronavirus pour l’économie mondiale, filière cajou inclue, ne sont pas négligeables, il semble donc encore largement prématuré de céder à la panique. Si l’épidémie devait poursuivre son expansion encore plusieurs mois, son impact serait certainement très fort mais si elle est contrôlée d’ici la fin du mois de mars, l’impact sur la consommation de noix de cajou en Chine et dans le monde devrait être peu significatif ", souligne-t-il.

#Cajou #Marchés #Chine #Corona #Virus #N'kalo



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Cacao en Afrique de l’Ouest : Du chocolat pour tous les goûts

Au-delà de ces facteurs conjoncturels, on ressent un dynamisme certain sur le marché du chocolat, ce qui est de très bon augure pour le cacao.



D'ailleurs, les voyages (indicateur de consommation) sont en forte et constante hausse ces trois dernières campagnes, de l'ordre de + 8,7%, passant de 4,39 Mt en 2016/17, à 4,59 Mt la campagne suivante à 4,78 Mt en 2018/19, selon les prévisions de l'Organisation internationale du cacao (ICCO). Ce marché mondial du chocolat devient de plus en plus complexe à l'image des consommateurs. Les activités de Barry Callebaut, premier fabricant mondial de chocolat et de produits à base de cacao, au chiffre d'affaires de € 6,5 milliards, en sont un bon baromètre.

#Afrique_Occidentale #Marchés #Cacao



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Facteur qui dynamise les prix actuellement du cacao

La baisse de la livre sterling, de -0,25% sur les cinq derniers jours de marché. Ceci incite les opérateurs à acheter du cacao car c'est une des dernières matières premières à toujours être cotée en livre sterling sur le marché de Londres et la faiblesse de la sterling rend le prix de la fève très avantageux.



Troisième facteur, les fonds d'investissements misent sur une hausse du prix du cacao ces prochains mois en augmentant leurs "positions longues", c'est-à-dire en achetant davantage de contrat à échéance lointaine.

#Afrique_Occidentale #Marchés #Cacao



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Les quelques arrivages de la production du cacao sur les ports en Côte d’Ivoire

Notons que depuis le début de la campagne, le 1er octobre, et jusqu'au 31 janvier, les arrivages de fèves aux ports d'Abidjan et de San Pedro ont totalisé 1,378 Mt, en baisse de 0,6% par rapport aux volumes sur la même période de la campagne dernière, a indiqué ce matin le Conseil du café-cacao.



Les exportateurs, qui fournissent leurs propres chiffres de volumes, estiment aussi que les arrivages sont en baisse, mais très très légèrement, de -0,1% seulement, à 1,435 Ms sur la période allant du 1er octobre au 9 février.

#Afrique_Occidentale #Marchés #Cacao



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Les mesures de production de production du cacao en Afrique de l’Ouest

Les causes de la hausse du commerce du cacao sont nombreuses et se trouvent dans la situation actuelle du marché. Un temps très sec actuellement en Afrique de l'Ouest fait craindre pour le bon développement des cabosses pour la récolte intermédiaire (avril à septembre).



Mais, rappellent certains, la situation n'a rien d'étonnant puisqu'on est en période sèche (novembre à mars) dans cette région du monde. Ceci dit, il faudrait tout de même au moins une bonne pluie tous les 15 jours pour booster la production, souligne un planteur. Actuellement, non seulement les volumes sont moins abondants ce qui, là aussi, est normale puisqu'on est en fin de récolte principale, mais les fèves sont de petite taille et donc pas de qualité exportable ce qui restreint, là encore, l'offre et soutient les prix.

#Afrique_Occidentale #Marchés #Cacao



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Les mesures de production de production du cacao en Afrique de l’Ouest

Les causes de la hausse du commerce du cacao sont nombreuses et se trouvent dans la situation actuelle du marché. Un temps très sec actuellement en Afrique de l'Ouest fait craindre pour le bon développement des cabosses pour la récolte intermédiaire (avril à septembre).



Mais, rappellent certains, la situation n'a rien d'étonnant puisqu'on est en période sèche (novembre à mars) dans cette région du monde. Ceci dit, il faudrait tout de même au moins une bonne pluie tous les 15 jours pour booster la production, souligne un planteur. Actuellement, non seulement les volumes sont moins abondants ce qui, là aussi, est normale puisqu'on est en fin de récolte principale, mais les fèves sont de petite taille et donc pas de qualité exportable ce qui restreint, là encore, l'offre et soutient les prix.

#Afrique_Occidentale #Marchés #Cacao



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

La Situation des marchés des produits agricoles 2015-2016 (SOCO)

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Samson Agro en chantier



L’entreprise agrandi ses murs



l’entreprise va rajouter 4.500 m2 d’espace de production



L’augmentation des ventes de machines s’accompagne d’une augmentation des ventes de pièces détachées et donc une exigence de la place à la fois pour la production et le stockage des pièces s’avère être indispensable. Deux nouveaux halls de 30 x 75 m chacun sont en cours de construction. Avec un site de production porté à 2,3 hectares, l’entreprise veut faire face à une demande croissante sur presque tous ses marchés.



www.farm-connexion.com



#Samson #Agro #Marchés

www.farm-connexion.com




Pichon Gilbert

Météo des marchés : une éclaircie sur le prix du blé

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Point des marchés : quel soutien du soja au prix du colza ?

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Point des marchés spécial salon de l'agriculture

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Point des marchés : fermeté sur les cours mondiaux du maïs

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Météo Des Marchés : Trump Va-t-il Perturber Les Cours Avec Ses Mesures Protectionnistes ?

www.youtube.com