Voir plus de contenu

ou


Pichon Gilbert

L’Égypte devance l’Espagne dans l’exportation d’oranges avec 1,87 millions de tonnes

Pour la deuxième année consécutive, l’Égypte s’inscrit comme numéro 1 mondial dans l’exportation d’oranges



Sixième producteur mondial, l’Égypte a augmenté les orangers plantés de 44%, soit 1,05 million de tonnes de plus cultivés sur plus de 150.000 ha, au cours des dix dernières années, contre 2,4 millions de tonnes enregistrées en 2009. Les exportations égyptiennes tablent sur 662 millions de dollars en 2019; ce qui est une hausse de 2% par rapport aux 646 millions de dollars US enregistrés l’année précédente. Le pays a réussi à ouvrir de nouveaux marchés mondiaux pour augmenter les exportations d’oranges en 2019, comme en Nouvelle-Zélande. De même, le pays compte également le Brésil parmi ses nouveaux marchés. En effet, avec le nouveau coronavirus, la demande des agrumes a considérablement augmenté du fait de leurs vertus.



www.agrimaroc.ma

#Exportateurs #Egypte #Espagne #Oranges

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

L’Espagne investi 400.000 € pour la promotion des oranges et des mandarines au canada

Les ministères espagnols de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation et de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme ont signé un accord de collaboration pour promouvoir les oranges et mandarines espagnoles sur le marché canadien pour les trois prochaines années (2020-2022).



Le but ultime de cette campagne, qui devrait s’étendre sur trois ans, est de consolider la réputation de ces agrumes afin de booster leur consommation, qui a montré une croissance au cours de ces mois de la pandémie du coronavirus, permettant des records d’exportation à briser en mars. Toutefois, la question qui se pose est si cet investissement pourrait nuire aux exportations égyptiennes, marocaines ou encore sud-africaines d’agrumes. Selon les données du Comité de gestion des agrumes (CGC), les exportations d’agrumes ont augmenté de 15% en mars pour atteindre près d’un demi-million de tonnes; une tendance à la hausse de la demande internationale qui se poursuivra dans les prochains mois. Les exportations d’oranges et de mandarines ont continué d’augmenter depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada. En 2019, les exportations d’oranges ont augmenté de 60% et celles de mandarines de plus de 30%. Le Canada est le premier marché de destination des agrumes espagnols, devant la Suisse ou la Norvège.



www.agrimaroc.ma

#Espagne #Orange #Financement_agricole #Mandarines #Agrumes

www.agrimaroc.ma




Traore Phénix Mensah

Exportation des agrumes en Egypte: En 2019, le pays est resté leader sur le marché des oranges



Le secteur égyptien bénéficie de divers domaines qui rendent les grumes attractifs sur le marché mondial. Pour la deuxième année consécutive, le pays sa place de premier exportateur mondial d’oranges. L’orange est le premier agrume cultivé en Égypte avec près de 150 000 hectares et une production de plus de 3 millions de tonnes. Les exportations du fruit ont généré plus de 660 millions $ en 2019.



Le boycott par la Russie des agrumes européens, puis turcs, a contribué aux chances des exportateurs égyptiens. En outre, les coûts de main-d'œuvre sont relativement bas. Ajoutez à cela la dévaluation de la livre égyptienne, et le prix des agrumes qui devient encore plus attrayant sur le marché mondial. Grâce à la baisse de la valeur de la monnaie, le fruit est devenu relativement peu cher en Europe, par exemple. D’après les données recueillies par Agribusiness Intelligence, les exportations du pays ont atteint environ 1,87 million de tonnes l’année dernière, soit 100 000 tonnes de plus que l’Espagne, son dauphin. Les principaux débouchés ont été la Russie, l’Arabie Saoudite, la Chine et les Pays-Bas. Cette nouvelle performance de la filière vient confirmer la place prépondérante du pays des pharaons dans le commerce mondial du fruit. Si l’Égypte n’est que le 6e producteur mondial du fruit derrière des pays comme le Brésil, la Chine et les USA, elle envoie près de la moitié de sa récolte à l’étranger et compte pour le tiers des exportations globales. Comparativement, le Brésil, premier producteur d’oranges, n’expédie qu’un volume résiduel de sa récolte en raison de son statut de leader mondial du jus d’orange et de l’importance de la consommation intérieure.

#Exportation #Agrumes #Orange #Egypte



LIRE AUSSI: La récente détection du HLB au Kenya le rapproche de la production d’agrumes en Afrique australe=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com

www.talkag.com




Pichon Gilbert

Le Maroc est classé dans le top 15 des producteurs mondiaux d’oranges

Le Royaume a produit 1 million de tonnes d’oranges sur une superficie de 57.817 hectares.



En Afrique du Sud, la production avoisinait les 1,77 millions de tonnes d’oranges cultivées sur 43291 hectares, la Turquie, 1,9 millions de tonnes sur 50.806 hectares et pour l’Espagne, 3,6 millions de tonnes et une superficie de 139.626 hectares. Dan le classement, le Brésil arrive en tête de liste avec 16.713,53 millions de kilos. En effet, la superficie de terre que le Brésil a consacrée en 2018 à la production d’orange était de 589.139 hectares, avec un rendement par mètre carré de 2,84 kilos. Le deuxième producteur mondial est la Chine avec 9.103,91 millions de kilos d’orange produits en 2018, sur une superficie de 504.683 hectares et un rendement de 1,80 kilos par mètre carré. L’Inde occupe le troisième rang mondial pour la production d’oranges, avec un volume de 8.367 millions de kilos, une superficie de 613.000 hectares et un rendement de 1,36 kilos/m2. MAis avec la crise du coronavirus, la tendance se renverse avec l’Egypte qui s’est démarquée en devenant en mars le plus grand exportateur d’oranges au monde, dépassant ainsi l’Espagne.



Lire aussi pour le chef de l’administration centrale de la quarantaine agricole, l’Egypte bat l’Espagne et devient le premier pays exportateur d’agrumes à l’adresse www.talkag.com



www.agrimaroc.ma

#Maroc #Orange #Production

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

La Tunisie s’attend à une production de 300.000 tonnes de pommes de terre en Mai et Juin

L’Association tunisienne de l’agriculture et de la pêche maritime (UTAP) a déclaré que la perspective actuelle de la campagne de pommes de terre est une récolte d’environ 300 mille tonnes en mai et juin.



Face à cette production, l’assistante du président de l’association a fait savoir qu’il y aurait un excédent de 50.000 tonnes. Dès lors, elle appelle l’Etat tunisien à encourager les producteurs à exporter. En effet, le secteur de la pomme est sous de sombres cieux depuis l’annonce de la pandémie du coronavirus. Il recèle une diminution importante de la consommation corrélée à une surproduction. Cette baisse de la consommation de pommes de terre est principalement due à la suspension des activités des restaurants, hôtels et autres unités touristiques de leur travail pendant la période du confinement.



www.agrimaroc.ma

#Tunisie #Pommes_de_terre #Organisations_et_associations_

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

En Côte d’Ivoire, le Groupement d’intérêt économique des producteurs de cajou (Gie-Procaci) a appelé la semaine dernière, à la mise sur pied d’une organisation interprofessionnelle agricole de la filière anacarde.

l’installation d’une telle association permettrait notamment aux acteurs de peser sur les décisions qui affectent la filière notamment sur le plan de la commercialisation.



Ce creuset devrait compter notamment les représentants des producteurs et coopératives de producteurs, des exportateurs, des acheteurs et des sociétés de transformation. Si son installation avait été prévue depuis octobre 2018, les acteurs soulignent que la réforme devant l’entériner patine. Le Gie-Procaci va commanditer un audit de la filière couvrant les trois dernières années (2018 à 2020) », souligne de son côté Crépin le premier vice-président du Gie-Procaci. Pour rappel, le Gie-Procaci rassemble les fédérations nationales de producteurs de noix de cajou ainsi que les unions des coopératives et des producteurs individuels provenant des 19 régions de production de l’anacarde dans le pays.



www.agenceecofin.com

#Anacarde #Côte_dIvoire #Coopératives_Agricoles #Organisations_et_associations_

www.agenceecofin.com




Pichon Gilbert

Un désinfectant à base du jus d’orange voit le jour et éliminerait le virus selon une étude

Une petite société sud-africaine de biotechnologie affirme avoir fabriqué un désinfectant qui peut tuer 99,9% des bactéries et des virus, y compris les types de coronavirus grâce au jus d’orange



Ladite société, ainsi que des chercheurs du Conseil de la recherche scientifique et industrielle (CSIR), ont passé les 15 dernières années à développer le désinfectant pour certains agents pathogènes, d’après Business Insider. Fabriqué à partir d’extrait naturel d’agrumes, le désinfectant est ensuite stabilisé avec un composé organique biodégradable, qui ne contient pas de chlore, d’éthanol ou d’aldéhydes; l’eau étant la base de dernier. Lorsqu’il est combiné, il donne une formulation non corrosive et respectueuse de la terre qui tue rapidement 99,9% des espèces de bactéries et des virus. Ce désinfectant à base de jus d’orange contient un ingrédient actif qui a démontré une «activité virucide contre les virus enveloppés» qui, selon le PDG de la société, englobe les types de coronavirus. Le désinfectant répond à la stricte conformité réglementaire européenne et sud-africaine en vertu des tests EN14476: 2013 A2 2019. Par conséquent, il répond à l’exigence minimale de tuer la plupart des virus dans les 5 minutes.



www.agrimaroc.ma

#Désinfectants #Covid_19 #Orange

www.agrimaroc.ma




Pichon Gilbert

Une association propose leur aide aux agriculteurs en manque de main d'oeuvre

“Ovale citoyen”, association originaire de Bordeaux lance l'initiative "Drop dans les champs" visant à favoriser le recrutement de travailleurs réfugiés par des agriculteurs aquitains en manque de main d'oeuvre.



Le projet lancé par cette association vise à pallier le manque de main d'œuvre dans l'agriculture avec l'embauche de réfugiés en Aquitaine. L'association bordelaise Ovale citoyen, est engagée pour l'insertion des plus démunis. L'association prévoit également de se coordonner avec les maires ruraux afin de pouvoir organiser le logement et l'intendance des travailleurs réfugiés. L'opération, encadrée en termes de normes sanitaires et de droit du travail, a reçu mardi dernier l'aval de la préfecture. Les agriculteurs en recherche de main d'œuvre ou les réfugiés volontaires pour l'opération sont invités à cet effet à contacter l'association via sa page Facebook.



france3-regions.francetvinfo.fr

#Covid-19 #Organisations_et_associations_ #Aides_Aux_Agriculteurs_ #Travail_à_la_ferme

france3-regions.francetvinfo.fr




Grosbois Bastian

Prévention et correction d’une carence en Manganèse dans les céréales à paille

Pour prévenir la carence en Manganèse (Mn), il faut éviter de surchauler les sols dont la teneur en Mn disponible est faible ainsi que les sols très riches en matière organique. L’application de Mn au sol n’est généralement pas recommandée, car de grandes quantités seraient nécessaires. En effet, le Mn appliqué au sol est transformé en une forme non disponible. Dans la plupart des cas, les carences ne sont pas causées par une absence de Mn dans le sol, mais bien à une faible disponibilité de celui-ci.



Les pulvérisations foliaires de Mn sous forme de sulfate de manganèse (MnSO4) sont efficaces et économiques pour corriger les carences de cet élément chez les céréales à paille. Dans d’autres cas, la pulvérisation de MnSO4 n’a pas eu d’effet significatif, car, même si la teneur en Mn du sol était faible, le pH acide du sol et la minéralisation de la matière organique pendant l’été ont libéré du Mn disponible. Pour les céréales à paille, il est généralement recommandé d’appliquer l’équivalent de 2 kg/ha de Mn sous forme de MnSO4 en poudre fine mouillable ou soluble, dans un volume d’eau de 200 à 250 litres/ha, en utilisant un surfactant non ionique. La période optimale pour faire le traitement se situe à la fin du tallage, alors que la couverture du feuillage est adéquate.



#Manganèse #Blé #Orge #Céréales #Cultures



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr



Lire aussi

Diagnostic et symptômes d'une carence en manganèse dans les céréales à paille, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Diagnostic et symptômes d'une carence en manganèse dans les céréales à paille

Chez les céréales à paille et le soya, les symptômes de la carence en Manganèse apparaissent généralement lorsque les plantes sont encore au stade végétatif. Il est donc important de visiter les champs régulièrement.



Les symptômes d’une carence en Mn se présentent principalement par une chlorose entre les nervures (feuilles jaunies et nervures demeurant vertes) d’abord sur les jeunes feuilles d’une plante, car le Mn n’est pas mobile dans la plante. À l’échelle d’un champ, la distribution des plantes carencées n’est généralement pas uniforme (symptômes par ronds ou par zones), car le niveau de Mn dans le sol est très variable à l’intérieur d’un même champ. De plus, les feuilles et les tiges de céréales

carencées en Mn ont un port affaissé. Dans certains cas, les plants de céréales présentent des taches ovales grisâtres apparaissant d’abord à la base des nouvelles feuilles. Les symptômes de la carence en Mn sont la plupart du temps assez faciles à reconnaître et permettent donc à une personne expérimentée de faire un diagnostic fiable. Toutefois, les analyses de sols et de tissus végétaux sont d’excellentes façons de confirmer le diagnostic. Les analyses du sol et des tissus végétaux provenant de zones apparemment carencées, en comparaison avec celles provenant de zones apparemment saines, en révéleront beaucoup sur le problème rencontré dans le champ.



#Manganèse #Blé #Orge #Soya #Céréales #Cultures



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr



Lire aussi

La carence en manganèse dans les céréales à paille, à l’adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

La carence en manganèse dans les céréales à paille

Le manganèse (Mn) est un oligo-élément essentiel à la croissance des plantes. Il joue un rôle important dans la biosynthèse de la chlorophylle, la photosynthèse et la respiration. Dans certaines régions, particulièrement en sols légers, la carence en Mn est observée régulièrement dans des champs de céréales à paille et, dans une moindre mesure, dans des champs de soya.



La carence en Mn apparaît le plus souvent dans un sol ayant un pH élevé et une faible teneur en Mn disponible. Bien que plus à risque, les sols à pH naturellement élevé ne présentent pas obligatoirement de risques élevés de carence en Mn. C’est davantage le surchaulage des sols acides qui provoque la carence. Un chaulage excessif peut induire une déficience en cet élément, surtout en sols sablonneux, riches en matière organique. Il est à noter que la teneur en Mn du sol, déterminée par les différentes méthodes d’analyse, ne donne qu’un indice partiel de la disponibilité du Mn. D’autres facteurs peuvent influencer la disponibilité du Mn pour les plantes, comme le taux de matière organique du sol, des conditions limitant le développement du système racinaire et les conditions d’oxydoréduction du sol (état du drainage et de l’humidité du sol). Par exemple, plus le sol est aéré, moins le Mn est disponible.



#Manganèse #Blé #Orge #Soya #Céréales #Cultures



SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr

www.fiches.arvalis-infos.fr




Grosbois Bastian

Le désherbage de l'orge pour lutter contre les adventices

Une fois la céréale implantée, le désherbage chimique, au même titre que le désherbage mécanique constituent les seules possibilités d’intervention.



De manière générale, et les céréales n’y font pas exception, il est plus facile et plus rentable de se débarrasser des adventices lorsqu’elles sont jeunes et peu développées. Le désherbage de l’orge (semé fin septembre début octobre) sera préférentiellement effectué durant l’automne.. En orge, des traitements printaniers de rattrapage sont possibles mais possibilités sont réduites par rapport au froment. La présence d’adventices résistantes peut également justifier un traitement en automne. Celui-ci permettra une meilleure efficacité du traitement de printemps en pré sensibilisant les adventices résistantes et en limitant leur développement. Le désherbage mécanique est rarement possible durant l’automne, d’une part parce que les conditions climatiques sont généralement trop humides et d’autre part parce que le passage des outils risquerait d’endommager la culture, insuffisamment développée.



#Désherbage #Orge #Sortie_d_hiver #Cultures #Céréales



SOURCE: www.syngenta.fr



Lire aussi

Bien réussir son désherbage de l'orge d'hiver, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Bien réussir son désherbage de l'orge

Pour optimiser la production de vos céréales, il est impératif de réussir vos désherbages dès l’automne.



Renforcement de la réglementation, réduction du nombre de solutions disponibles, apparition de résistances: dans de nombreuses régions, le désherbage des céréales est devenu complexe. Pour un contrôle efficace et durable des adventices, il est plus que jamais nécessaire de raisonner son désherbage dans le cadre de la rotation, en intégrant les pratiques agronomiques qui limitent le développement des adventices et en gérant correctement les modes d’action herbicides. Près de la moitié des orges implantées cet automne devra être désherbée uniquement en sortie d’hiver, stade où les solutions anti-graminées efficaces sont peu nombreuses, voire parfois peu sélectives.



#Désherbage #Orge #Sortie_d_hiver #Cultures #Céréales



SOURCE: www.syngenta.fr





Grosbois Bastian

Orges : fertiliser tout en maîtrisant les protéines

Le calcul de la dose totale d’azote sur céréales est réalisé grâce à la méthode du bilan prévisionnel, souvent déclinée régionalement en France. Elle s’appuie sur le besoin unitaire pour produire un quintal de grains, appelé « b », multiplié par l’objectif de rendement de la parcelle.



A l’optimum de rendement, le besoin en azote « b » des orges (hiver et printemps) est estimé à 2,5 kg N/q. Il peut toutefois être minoré dans le cas de variétés à orientation brassicole pour lesquelles on cherche à minimiser le risque d’obtention d’une teneur en protéines trop élevée. On parle alors de « bq » : en orge d’hiver à orientation brassicole, bq = 2,2 kg N/q; et en orges de printemps, au débouché majoritairement brassicole, bq est compris entre 2 et 2,5 kg N/q selon le type de sol, la variété et l’objectif de rendement.



#Fertilisation #Sortie_d_hiver #Désherbage #Céréales #Orge #Céréales_d_hiver #Céréales_à_paille



SOURCE: https://www.arvalis-infos.fr/fertilisation-azotee-quels-besoins-prendre-en-compte-pour-le-calcul-de-la-dose-totale-- @/view-28674-arvarticle.html



Lire aussi

Blé dur : assurer rendement et taux de protéines minimal, à l'adresse: www.talkag.com





Pichon Gilbert

Maladie du dragon jaune, bactérie qui menace les oranges

Depuis le milieu des années 2000, la maladie bactérienne du dragon jaune ne cesse de détruire les plantations d’agrumes d’Amérique. Elle pourrait également se propager en Europe.



Le huanglongbing, aussi appelé maladie du dragon jaune, a commencé à se répandre au milieu des années 2000. Elle fait jaunir les feuilles de l’arbre et empêche ses fruits de mûrir, les laissant de petite taille et leur donnant un goût amer. À terme, elle conduit à la mort de l’arbre. Invasive, cette bactérie se répand rapidement d’une plante à une autre, propagée par un petit insecte, le psylle asiatique. À ce jour, aucun traitement n’a pu être trouvé pour enrayer la propagation de la bactérie tueuse. Pourtant, 31,5 millions de dollars américains ont été investis en juin 2014 par le département de l’Agriculture des États-Unis pour la recherche sur les méthodes de lutte contre la maladie. Des scientifiques planchent par ailleurs sur la possibilité de modifier génétiquement les oranges pour les rendre plus résistants à la bactérie. Pour l’Anses, le meilleur moyen d’empêcher la maladie du dragon jaune d’atteindre l’Europe est encore de « veiller au strict respect de la réglementation », à travers l’interdiction de l’importation des agrumes destinés à la plantation ou encore des actions de sensibilisation auprès des voyageurs qui pourraient être tentés d’en ramener dans leurs #bagages.



Source: www.ouest-france.fr

#Orange #huanglongbing #Maladies_de_plantes #Maladie_du_dragon_jaune





Vokou Rodrigue


Title




Double application : recommandations pour piloter la protection fongicide sur orge

Les variétés très sensibles sont à surveiller et sont en général protégées par 2 passages.

Dès le stade 1 nœud, la protection peut se justifier s’il y a une arrivée précoce de rynchosporiose, d’helminthosporiose et / ou de rouille naine. Un deuxième passage sera ensuite nécessaire dès la sortie des barbes pour protéger le dernier étage foliaire de toutes les maladies du feuillage.



En T1, les associations à base d’Unix Max / Kayak deviennent les références avec d’excellentes efficacités même à doses réduites. Le choix des produits placés en T2 dépend de ceux qui auront été positionné en T1 afin d’alterner les matières actives. Pour respecter cette recommandation, en situation de forte pression maladie, il est recommandé de réserver le prothiconazole pour le 2ème traitement et de ne pas l’appliquer en T1. À noter que le propiconazole (présent dans le Meltop 500 et le Cherokee) encore présent sur le marché en 2019 ne pourra pas être mélangé avec d'autres produits en raison de son nouveau classement toxicologique. Pour le 2ème traitement une strobilurine est indispensable associées à une triazole ou à une triazole plus un SDHI. En présence de pressions grillure et / ou ramulariose, privilégier les solutions à base de chlorotalonil (Bravo Premium), de prothioconazole (Fandango S ou Madison).

#Conseil_agronomique #Semis #Cultures #Orge #Fongicide



www.talkag.com

charente.chambre-agriculture.fr

charente.chambre-agriculture.fr





Passage unique : recommandations pour piloter la protection fongicide sur orge

Les variétés plus tolérantes pourront justifier d’un investissement moins important et/ou d’un seul traitement si le niveau de pression maladie le permet.



Il sera réalisé à dernière feuille – sortie des barbes afin de protéger la culture contre l’ensemble du complexe des maladies de l’orge. Pour ce traitement unique, les SDHI ne sont pas indispensables. Des associations prothioconazole + strobilurine (de préférence la pyraclostrobine qui présente les meilleures efficacités sur helminthosporiose) ou des solutions à base de triazole + SDHI, seront à privilégier. Le chlorothalonil peut être associé au SDHI uniquement dans les situations à forte pression ramulariose et grillures.

#Conseil_agronomique #Semis #Cultures #Orge #Fongicide



www.talkag.com

charente.chambre-agriculture.fr






Quelques recommandations pour piloter la protection fongicide sur orge

Ces préconisations ne sont pas des stratégies, et la liste n’est pas exhaustive. Les différents traitements sont indépendants, et l’alternance des matières actives reste indispensable.



Sur orge d’hiver l’enveloppe de protection fongicide devra être comprise entre 50 et 60 € / ha (pour un prix de l’orge de 17€/q). Comme pour les blés, le niveau de pression des maladies observées au printemps 2019 et la sensibilité variétale seront à prendre en compte pour adapter les stratégies de traitement et adapter la dose des produits choisis.

Deux maladies sont principalement à surveiller : la rhynchosporiose et l’helminthosporiose. La ramulariose et les grillures polliniques peuvent parfois être présentes en fin de cycle.

#Conseil_agronomique #Semis #Cultures #Orge #Fongicide



www.talkag.com

charente.chambre-agriculture.fr

charente.chambre-agriculture.fr





La vernalisation: le besoin en, froid, nécessaire pour la floraison des céréales

Les dates de semis



La date de semis recommandée est fonction de la culture considérée. Elle est basée sur les besoins de la plante pour réaliser son développement.



Les besoins en vernalisation indiquent la date jusqu’à laquelle une variété de blé peut être semée pour être sûr d’épier en temps et en heure. Les semis très précoces ne rencontreront jamais de conditions rédhibitoires pour ce critère même si quelques jours à des températures élevées peuvent retarder marginalement la maturité de vernalisation. C’est dans les régions à hiver doux et soumises à une influence maritime que les besoins sont les plus rapidement acquis sur une large plage de dates de semis. En revanche, dans les zones à hivers rigoureux, les variétés à forts besoins en vernalisation doivent être semées très tôt car une partie des températures sont suboptimales pour la vernalisation (en dessous de 3°C) et ralentissent le processus. La date de semis réelle de la culture devra tenir compte des conditions de la parcelle au moment de l’implantation. Le respect de la date de semis recommandée est important pour permettre à la culture d’exprimer son potentiel de rendement et réduire les coûts liés à la protection de la culture.



#Céréales #Céréales_d_hiver #Semis #Vernalisation #Blé #Orge

www.talkag.com

www.lgseeds.fr

www.lgseeds.fr





La vernalisation: le besoin en, froid, nécessaire pour la floraison des céréales

Chaque variété et ses besoins spécifiques



A température égale, chaque variété croît plus ou moins vite. A la fin de l’hiver, un blé à végétation précoce sera au stade reprise de végétation avant une autre variété tardive.



Chaque variété de blé tendre d’hiver possède ses propres exigences en jours vernalisants; ces exigences correspondent à la note d’ alternativité donnée lors de l’inscription. Les variétés alternatives, comme Alhambra, Altamira ou Galopain, ont de faibles besoins (15 à 20 jours efficaces), à l’opposé des variétés d’hiver telles que Fructidor, Triomph et Bergamo (45 à 60 jours vernalisants). A noter qu’il existe une interaction avec la durée du jour pour les variétés photosensibles, ce qui peut conduire à un ralentissement du processus de vernalisation.



#Céréales #Céréales_d_hiver #Vernalisation #Blé #Orge



www.talkag.com



www.lgseeds.fr

www.lgseeds.fr





La vernalisation: Le besoin en, froid, nécessaire pour la floraison des céréales

Les températures nécessaires



Les céréales d’hiver regroupent les cultures de céréales ayant besoin de subir une longue période avec des températures basses pour pouvoir réaliser leur développement. Afin de remplir ce besoin de vernalisation, les cultures de céréales d’hiver sont implantées à l’automne. Grâce à leur capacité de résister au froid, ces cultures ne craignent pas le gel.



Ce processus qui se fait sans modification morphologique visible requiert des températures optimales comprises entre 3 et 10°C (températures moyennes journalières). En dehors de cette fourchette, il est ralenti, voire stoppé, si les températures descendent en-dessous de - 4°C ou excèdent 17°C. A la fin de ce processus qui intervient en général au cours du tallage herbacé, la plante acquiert une capacité, mais ne produit pas encore de fleurs. En revanche, cette capacité reste stable car elle est mémorisée et transmissible vers d’autres bourgeons au cours du temps : quand le bourgeon terminal a atteint la maturité de vernalisation, l’ensemble des bourgeons issus de la même plante produira des fleurs dès lors que les exigences en photopériode seront comblées par la suite.



#Céréales #Céréales_d_hiver #Vernalisation #Blé #Orge



www.talkag.com



www.lgseeds.fr

www.talkag.com





La vernalisation: le besoin en, froid, nécessaire pour la floraison des céréales

Qu’est ce que la vernalisation?



Les céréales d’hiver sont des variétés de céréale (blé, orge, avoine, …) qui se sèment à l’automne, et qui doivent subir des périodes de froid pour produire des grains.



Les cultures semées à l’automne ont généralement besoin de températures basses pour fleurir au printemps. Si elles sont semées au printemps, elles restent le plus souvent végétatives et ne produisent pas d’épis. Le processus physiologique responsable de ce comportement est la vernalisation. Pour passer de l’état végétatif à l’état floral, les céréales d’hiver ont besoin de séjourner à des températures suffisamment basses pendant leur phase juvénile. C’est la vernalisation, phase que l’on peut définir comme l’acquisition ou l’accélération de la capacité de fleurir suite à un traitement au froid.



#Céréales #Céréales_d_hiver #Vernalisation #Blé #Orge



www.talkag.com



www.lgseeds.fr

www.lgseeds.fr





Les insectes nuisibles aux palmiers: Les Oryctes



Les Oryctes sont des scarabéides voisins des Augosomes. Ils en ont la taille et une forme qui les rappelle. Aussi les confond-on assez souvent sous la dénomination commune de Rhinocéros.



Selon les espèces, les Oryctes mesurent 4 à 7 cm avec une coloration brun ou noir brillant. Une corne céphalique simple existe chez le mâle; elle est réduite à un tubercule triangulaire ou même absente chez la femelle. Il n'existe jamais de prolongement thoracique comme dans le cas des Augosomes mais une dépression très forte bordée d'un bourrelet. Les élytres sont ponctués. Ces insectes se rencontrent surtout dans les palmeraies où ils taraudent la couronne des arbres. Ce sont surtout les adultes qui commettent des dégâts. Les œufs, pondus sur les débris des plantes, donnent des larves qui trouvent leur nourriture dans les composts, végétaux en décomposition, bois pourri, etc… Les larves ne commettent pas de dommages appréciables et seuls les adultes sont à redouter.Le cycle des différentes espèces d'Oryctes est très variable: L'Oryctes monoceros demanderait seulement un mois et demi pour parfaire son cycle, alors que des espèces voisines vivraient plus d'un an à l'état larvaire. Les plus fréquents en Afrique tropicale sont Oryctes boas, Oryctes monoceros, Oryctes gigas, Oryctes owariensis.

La lutte biologique, débutée dans le Pacifique contre les Oryctes, paraît pleine de promesse. L'utilisation de Baculovirus a en effet démontré 'en. bonne efficacité. En lutte microbiologique, le champignon entomopathogène Metarhizium anisopliae est utilisé contre les oryctes.

#Oryctes #Insectes_nuisibles #Palmier

www.talkag.com

SOURCE: www.nzdl.org

www.nzdl.org





Les préconisations pour des semis de qualité et de quantité

Elles résument les bonnes pratiques agricoles adaptées à la production de blé dur dans la région méditerranéenne, en distinguant 3 zones tels que tardive, intermédiaire et précoce.



Elles visent 3 objectifs à savoir la rentabilité ; la qualité et le respect de l’environnement. Elles restent évidemment générales et seront utilement adaptée à vos conditions de cultures ; consultez votre technicien. Pour adapter ces conseils à l’année, suivez les messages conjoncturels ABDD ou Cultivances. Pour approfondir ces bases, procurez vous les publications ARVALIS – Institut du Végétal.

#Conseil_agronomique #Semis #Blé_dur #Blé_tendre #Orge



www.talkag.com

www.omafra.gov.on.ca








Le cycle de développement des autres céréales d’hiver

L’épeautre, le seigle et le triticale ont un cycle de développement proche du froment d’hiver.



L’épeautre peut être implanté de mi-octobre jusqu’au mois de décembre si les conditions climatiques le permettent. Les cultures de seigle et de triticale sont implantées dans le courant du mois d’octobre, de préférence début octobre pour le seigle. Lorsque les conditions de sol sont bonnes pour les semis, la tentation est souvent grande de commencer les semis trop tôt, avant la date recommandée pour les céréales. Cependant, semer trop tôt, c’est mettre sa culture en danger.

#Conseil_agronomique #Semis #Blé_dur #Blé_tendre #Orge



www.talkag.com

www.syngenta.fr






Céréales d’hiver : Escourgeon et orge d’hiver

En escourgeon, la période la plus favorable pour le semis se situe de fin septembre à début octobre.



Une date de semis plus précoce ne se justifie pas car elle risque d'entraîner un tallage excessif en sortie d’hiver, des attaques fongiques dès l’automne, des risques plus élevés de transmissions de viroses par les pucerons, un développement plus important des adventices et une sensibilité accrue au gel. Lors d’un semis plus tardif, la levée est plus lente et peut demander 15 à 20 jours. Il se peut alors que l’hiver survienne avant que la culture n’ait atteint le stade tallage. Une moins bonne résistance au froid est alors à craindre. A cet inconvénient s’ajoute une réduction de la période consacrée au développement végétatif et génératif avec comme conséquence éventuelle une culture trop claire.

#Conseil_agronomique #Semis #Blé_dur #Blé_tendre #Orge



www.talkag.com

www.syngenta.fr






Céréales d’hiver : leur importance et leur définition

Les céréales d’hiver regroupent les cultures de céréales ayant besoin de subir une longue période avec des températures basses pour pouvoir réaliser leur développement.



Ce processus physiologique appelé vernalisation va permettre à la plante de former ses épis. Afin de remplir ce besoin de vernalisation, les cultures de céréales d’hiver sont implantées à l’automne. Grâce à leur capacité de résister au froid, ces cultures ne craignent pas le gel.

#Conseil_agronomique #Semis #Blé_dur #Blé_tendre #Orge



www.talkag.com

www.syngenta.fr






Les céréales d’hiver : Les dates de semis recommandées

La date de semis recommandée est fonction de la culture considérée. Elle est basée sur les besoins de la plante pour réaliser son développement.



La date de semis réelle de la culture devra tenir compte des conditions de la parcelle au moment de l’implantation. Lorsqu’un travail du sol correct n’est pas possible, il est préférable de reporter l’emblavement de quelques jours, voire de quelques semaines et d’attendre que la préparation du sol et le semis puissent être effectués dans de meilleures conditions. Le retard éventuel du développement de la végétation sera rapidement compensé par de bien meilleures possibilités de croissance de la culture. Le respect de la date de semis recommandée est important pour permettre à la culture d’exprimer son potentiel de rendement et réduire les coûts liés à la protection de la culture.

#Conseil_agronomique #Semis #Blé_dur #Blé_tendre #Orge



www.talkag.com

www.syngenta.fr






Semis de l'orge, seigle et du blé

On sème l'orge en début d'octobre. Les rangs sont espacés de 12 cm et les graines d'orge sont déposées tous les 3 cm. La densité de semis est de 12 g/m2.



Cela fait donc une quinzaine de jours que l'orge est semée et elle est sortie hier. De même que l'orge, le seigle se sème en début octobre. On espace les rangs de 15 cm et les grains de 5 cm, le seigle talant beaucoup. La densité du semis est de 3.5 g/m2. Cela peut paraître faible par rapport à la densité de semis de l'orge, mais n'oublions pas que les grains sont semés de manière plus espacée. Le seigle est sorti en même temps que l'orge. Il a donc mis 15 jours à sortir. Les sillons de la culture du blé sont espacés de 12 cm et les grains sont semés tous les 3 cm. La densité du semis est de 13 g/m2.

#Conseil_agronomique #Semis #Blé_dur #Blé_tendre #Orge



www.talkag.com

www.syngenta.fr






Semer suffisamment le blé ou l’orge profond pour éviter d’avoir des grains en surface

A une époque donnée, on pouvait conseiller de semer superficiellement, quitte à avoir un peu de grains en surface.



Actuellement, il est au contraire souhaitable de semer assez profond. D’une part, beaucoup de désherbages se font à l’automne, avec des herbicides types Défi (prosulfocarbe), ou Fosburi (flufénacet + DFF). Ces produits ont une sélectivité de position donc sont absolument à éviter sur des semis mal recouverts. D’autre part, la réglementation actuelle interdit de laisser des graines traitées en surface. L’année dernière il y a eu des contrôles.

#Conseil_agronomique #Semis #Moisson #Orge #Blé



www.talkag.com

www.agri53.fr






Période de semis afin d’éviter l’envahissement des mauvais herbes

Pour cela sachez que les semis précoces permettent à la levée des mauvaises herbes (en particulier les graminées type ray-grass, vulpin, bromes).



Pour réglementer cela, il faut en tenir compte de possibilité qu’il y a des risques mais avec une bonne organisation de semis sur les parcelles, on parviendrait à des conditions favorables. En blé, si le sol ressuie bien et que les conditions météo s’y prêtent, on a intérêt à décaler les semis vers la fin de période optimale d’autant plus si on est confronté à des problèmes de salissement par des graminées, type ray-grass résistant. L’orge est plus sensible aux mauvaises conditions d’implantation (froid, excès d’eau), donc retarder le semis présente plus de risques. Donc, on conseillera d’intervenir plutôt en début de période.

#Conseil_agronomique #Semis #Moisson #Orge #Blé



www.talkag.com

www.agri53.fr

www.agri53.fr





Chlortoluron: Pourquoi utiliser cet herbicide?

Le chlortoluron n’est à employer que si nécessaire, c’est-à-dire pour détruire les graminées sensibles : ray-grass, vulpins, agrostis, pâturins.



Le chlortoluron s'utilise sur toutes les variétés de blé durs, d'orges d'hiver et d'escourgeons. Attention cependant, les blés tendres présentent des sensibilités variétales. Il s’utilise aussi bien en pré-levée qu’en post-levée précoce de la culture. Le chlortoluron agit contre la plupart des adventices graminées et dicotylédones en inhibant la photosynthèse et en perturbant le phénomène de respiration. Il provoque ainsi un épuisement des réserves en glucides entraînant la nécrose de la plante.



#Chlortoluron #Herbicides #Blé #Orge #Phytos



www.talkag.com



fr.wikipedia.org

fr.wikipedia.org





Maîtriser les densités pour des semis blé et orge

En orge de printemps, la densité de semis vise à installer un peuplement suffisant mais sans excès de façon à préserver le calibrage.



Compte tenu de pertes de 15 % en limons bien préparés, cela revient à semer 290 à 300 grains/m2, alors qu'il faut monter à 350 grains/m2 en argilo-calcaires. Espèce à faible tallage, le blé dur nécessite des densités de semis plus importantes, de l'ordre de 350 grains/m2 en limons sains et terres argileuses, 400 grains/m2 dans les limons battants et les argilo-calcaires superficiels. pour des semis sur la dernière décade d’octobre, en bonnes conditions, on conseille environ 250 grains/m2 en blé (soit 115 kg/ha pour un PMG de 46 g). Pour des sols engorgés en eau en hiver, on peut monter à 300 grains/m2. Pour de l’orge 6 rangs (lignée), on conseille 200-250 grains/m2 et un peu plus pour l’orge 2 rangs (220-260 grains/m2)

#Conseil_agronomique #Semis #Moisson #Orge #Blé



www.talkag.com

www.agri53.fr

www.agri53.fr





Quelles techniques culturales pour les semis blé et orge ?

A condition de le prévoir dès la récolte du précédent, orge et blé dur de printemps s'accommodent très bien des techniques culturales simplifiées.



En cas de tassement, le terrain est restructuré par un passage de décompacteur. Puis un ou deux déchaumages permettent l'enfouissement des débris végétaux et la levée des repousses et adventices. Dès que la météo le permet, celles-ci sont détruites par un désherbant total. Peu de temps avant le semis, un passage de cultivateur à dents termine le travail de préparation.

#Conseil_agronomique #Semis #Moisson #Orge #Blé



www.talkag.com

www.agri53.fr






Les caractéristiques de plantation d’orge et du blé de printemps

Pour exprimer leur potentiel, orge et blé dur de printemps nécessitent d'être implantés dans des terres saines à bonne réserve en eau.



La préparation du lit de semences vise à créer une structure favorable à un enracinement profond. Si la parcelle a été labourée durant l'hiver, la reprise s'effectue lorsque les dix premiers centimètres sont bien ressuyés. Un vibroculteur ou une herse à terrage forcé permettent à la fois d'écrêter le labour et d'affiner les premiers centimètres. Le jumelage des roues du tracteur limite le risque de tassement.

#Conseil_agronomique #Semis #Moisson #Orge #Blé



www.talkag.com

www.agri53.fr

www.agri53.fr





Semis orge : Où la semer pour une bonne réussite de cette culture ?

L'orge ne se multiplie que par semis, très simple à réaliser, en place, sans avoir à la repiquer ni la retravailler après germination.



L'orge peut se semer en pots pour le plaisir des yeux ou pour en consommer rapidement les pousses fraîches, mais la plupart du temps en pleine terre. Vous devez semer en plein soleil, dans un sol riche, mais pauvre en matière organique. Le pH doit être supérieur à 6, la texture du sol peut-être argileuse si elle reste souple. Un sol très amendé en humus n'est pas conseillé. Bon à savoir : un sol riche, mais pauvre en matière organique est un sol nourrissant, riche en macro et micro éléments non issus de décomposition (ou alors déjà totalement décomposés). Tout ce qui est organique frais augmente la verse sur les cultures céréalières.

#Conseil_agronomique #Semis #Semis #Orge



www.talkag.com

www.terre-net.fr

www.terre-net.fr





Quand faut-il irriguer dépendant d’une culture d’orge à une autre ?

Les besoins en eau d’irrigation dans la culture de l’orge sont très variables d’une année à l’autre tant au niveau quantitatif qu’au niveau de leur répartition dans le temps.



L’utilisation d’outils de pilotage est absolument nécessaire pour s’adapter à cette variabilité qui est une condition nécessaire pour assurer quel que soit le scénario climatique une bonne valorisation de l’irrigation. Pour éviter que l’irrigation des céréales ne reste basée sur l’observation du climat, de l‘expérience personnelle ou selon des avertissements diffusés dans certains secteurs qui ne donnent qu’une tendance, l’ITCF puis ARVALIS a développé depuis 2000 avec de nombreux partenaires une méthode de pilotage de l’irrigation des céréales, auprès des producteurs irrigants. Elle a été mise au point en 1998 à partir de références expérimentales, testées et validées chez des irrigants sur l’ensemble des régions concernées par l’irrigation.

#Conseil_agronomique #Semis #Irrigation #Orge



www.talkag.com

https://www.arvalis-infos.fr/irrigation-des-cereales-a-paille-quelles-dates-de-demarrage-et-d-arr-t-pour-les-bles-et-les-orges-de-printemps-- @/view-20851-arvarticle.html






Stade moyen d’irrigation de l’orge : début montaison avec des écarts de tallage à 2 nœuds

Pour l’orge et le blé de printemps, l’irrigation n’est valorisée qu’à partir du stade 1 er nœud pour les sols superficiels et 2 nœuds pour les sols plus profonds.



Les parcelles les plus précoces ont atteint ces stades, cependant la réserve utile des sols est pour le moment suffisante pour les besoins des cultures. Pour les cultures ayant atteint le stade 1er nœud, en l’absence de pluies significatives d’ici là, un premier apport de 30 mm pourra être effectué uniquement sur les sols. En cas de pluie, décaler cette date d’1 jour par tranche de 3 mm.

#Conseil_agronomique #Semis #Irrigation #Orge



www.talkag.com

https://www.arvalis-infos.fr/jusqu-a-quand-faut-il-irriguer-les-cereales-a-paille-- @/view-21918-arvarticle.html



www.arvalis-infos.fr





La qualité des semences de l’orge est primordiale avec une densité de semis renforcée

Les densités de semis préconisées ne sont, bien sûr, valables que pour des semences convenablement désinfectées dont le pouvoir et l'énergie germinative sont excellents.



Pour des lots de semences à moins bonne énergie germinative (semences de l’année précédente, semences fermières en année avec mauvais Hagberg), les densités doivent être adaptées en fonction du pouvoir germinatif ; Ces densités de semis sont données en grains/m² et non en kg/ha parce que suivant l'année, la variété, les lots de semences, le poids des grains peut varier assez sensiblement. Semer à 115 kg/ha équivaut, suivant le cas, à semer de 225 grains/m² à 300 grains/m² ; pour les variétés hybrides, les normes recommandées doivent être réduites de 30 à 40 % quelle que soit l’époque de semis.

#Conseil_agronomique #Semis #Irrigation #Orge



www.talkag.com

https://www.arvalis-infos.fr/jusqu-a-quand-faut-il-irriguer-les-cereales-a-paille-- @/view-21918-arvarticle.html

www.arvalis-infos.fr





La désinfection fongicide des semences de l’orge est recommandée

Elle permet de lutter contre les champignons pathogènes transmis par les semences de l’orge et aussi contre ceux se trouvant dans le sol et qui peuvent affecter la germination et la levée.



En froment, le spectre d'activité du produit doit être complet (septoriose, fusariose, carie). Les produits ont une activité suffisante pour lutter efficacement contre les maladies pour lesquelles ils sont agréés pour autant qu'ils soient appliqués correctement. Il y a donc lieu, pour ceux qui désinfectent eux-mêmes leurs semences, de réaliser cette opération avec soin de manière à obtenir une répartition homogène du produit. En escourgeon, les semences destinées à la multiplication doivent être désinfectées avec un fongicide systémique efficace contre le charbon nu de manière à obtenir une récolte indemne de cette maladie. D'autres maladies, telles que l'helminthosporiose ou la maladie des stries de l'orge, nécessitent aussi des fongicides systémiques ou pénétrants. En orge de printemps, veuillez-vous référer aux conseils donnés dans la rubrique 8 : « Orges brassicoles » La protection des jeunes semis contre les ravageurs est décrite dans la rubrique 7 : « Lutte intégrée contre les ravageurs ».

www.snhf.org

#Conseil_agronomique #Semis #Travail_du_sol #Orge



www.talkag.com

www.snhf.org



www.snhf.org





La densité de semis de l’orge doit être adaptée en fonction de la date de semis

En région limoneuse et sablo-limoneuse, pour un semis réalisé en bonnes conditions de sol, les densités de semis sont recommandées selon l'époque de semis à travers les dates de la préparation du sol et des conditions climatiques.



Pour des semis réalisés dans des conditions « limites » (temps peu sûr, longue période pluvieuse avant ou suivant le semis ...), elles peuvent être majorées de 10 %. Au contraire, lorsque les conditions de sol et de climat sont idéales, elles peuvent être réduites de 10 à 20 % ; du type de sol : dans des terres plus froides, plus humides, plus argileuses, voire très difficiles (Polders, Condroz), ces densités doivent être majorées de 20 à 50 grains/m².

#Conseil_agronomique #Semis #Travail_du_sol #Orge



www.talkag.com

www.snhf.org

www.snhf.org





Culture d’orge : La profondeur de semis

Pour les céréales plus précisément la culture de l’orge, l’objectif est de semer les graines à un ou deux cm de profondeur avec un placement régulier et un bon recouvrement.



Un semis trop profond (4-5 cm) allonge la durée et réduit le pourcentage de levée, réduit la vigueur des plantules et peut inhiber l’émission des talles ce qui entraîne souvent des cultures à l’aspect clairsemé ne tallant pas ou marquant un retard de développement au printemps.

#Conseil_agronomique #Semis #Travail_du_sol #Orge



www.talkag.com

www.snhf.org

www.snhf.org





En cas de semis de l’orge sans labour, éviter certains détails

Pour un semis de l’orge sans labour, Il faut particulièrement veiller à ce que certains détails soient pris en compte.



Dans ce cas, il faut veiller à ce que le travail ne soit pas effectué dans des conditions trop sèches ou trop humides ; le contrôle des ravageurs, comme les limaces ou les campagnols, soit réalisé efficacement en cas d'infestation ; le désherbage fasse l'objet d'une attention accrue : risque de salissement plus grand surtout au niveau des graminées, du gaillet grateron et des plantes vivaces.

#Conseil_agronomique #Semis #Travail_du_sol #Orge



www.talkag.com

www.snhf.org

www.snhf.org





Ne pas travailler trop profondément avec les outils animés pour une bonne culture d’orge

Eviter les sols trop creux ou mal fissurés dans la couche de sol sous le lit de semences grâce à un retassement éventuel effectué entre le travail profond (labour) et la préparation superficielle.



Un sol bien rappuyé permet de limiter les attaques éventuelles de la mouche grise ; vérifier la qualité du travail effectué lors de la mise en route dans chaque parcelle, pour pouvoir l’adapter à la situation de celle-ci; la terre doit, si possible, « se ressuyer » après le semis ; l’orge de printemps gagne à être roulée pour assurer un bon contact entre la semence et le sol.

#Conseil_agronomique #Semis #Travail_du_sol #Orge



www.talkag.com

www.snhf.org

www.snhf.org





Ne pas travailler le sol dans des conditions trop humides pour une bonne culture d’orge

Le lissage, le tassement, le sol creux en profondeur, la terre fine insuffisante sont inévitables en cas d'excès d'eau dans le sol.



La profondeur du lit de semences doit être régulière, pas trop importante, et le sol doit être suffisamment rappuyé afin d’éviter un profil superficiel trop soufflé, qui provoque : l'engorgement en eau du lit de semences en cas de précipitations importantes ; les phénomènes de déchaussements en cas d'alternances de gel-dégel ; le placement trop profond des graines.

#Conseil_agronomique #Semis #Travail_du_sol #Orge



www.talkag.com

www.snhf.org

www.snhf.org





Le profil du sol idéal peut donc être défini comme suit pour une bonne une culture de l’orge

La préparation superficielle du sol doit permettre une circulation rapide de l'eau et de l'air à l'intérieur du lit de semences vers les couches plus profondes et ainsi satisfaire les besoins en eau, en oxygène et en chaleur de la graine et de la jeune plantule.



En surface du sol, assez de mottes pas trop grosses (max. 5-6 cm de diamètre) pour assurer une bonne résistance à la battance due aux effets des précipitations et des gelées hivernales, sans constituer d'obstacle à une émergence rapide des plantules ; sur une épaisseur de quelques cm (5-6 cm maximum), un mélange de terre fine et de petites mottes afin de garantir un bon contact entre la graine et le sol qui permettra un approvisionnement suffisant en eau de la graine et de la jeune plantule, c'est le lit de semences ; sous le lit de semences, une couche de terre comprenant des mottes de dimensions variables, retassées sans lissage, sans porosité importante ni creux, qui doit permettre, au départ, un drainage du lit de semences en cas de pluies importantes et, par la suite, un développement racinaire sans obstacle.

#Conseil_agronomique #Semis #Travail_du_sol #Orge



www.talkag.com

www.snhf.org

www.snhf.org





Implantation des cultures d’orge en sol bien préparé

Les orges (d’hiver et de printemps) sont des cultures moins rustiques que le froment et nécessitent donc un semis plus soigné dans des terres parfaitement ressuyées.



Si les conditions de sol ne sont pas suffisamment bonnes durant la période de semis des orges, il vaut mieux semer du froment qui s’adapte beaucoup mieux à des conditions de croissance plus difficiles. Quelle que soit la technique utilisée, la préparation du sol doit toujours être effectuée avec un maximum de soin et dans les meilleures conditions possibles. Lorsqu'un travail correct n'est pas possible, il est préférable de reporter l'emblavement de quelques jours, voire de quelques semaines et d'attendre que la préparation du sol et le semis puissent être effectués dans de meilleures conditions. Le retard éventuel du développement de la végétation sera rapidement compensé par de bien meilleures possibilités de croissance de la culture.

#Conseil_agronomique #Semis #Travail_du_sol #Orge



www.talkag.com

www.snhf.org

www.snhf.org





En non labour pour la culture de l'orge, des solutions existent : les « faux semis »

Le labour peut présenter certaines limites : coût élevé, débit de chantier, difficultés techniques (milieux, type de sol…).



Quand le retour au labour n’est pas possible ou non souhaité, la technique de faux semis bien que moins efficace peut présenter une alternative intéressante. Ainsi le sol fin rappuyé et humide est une clé de la réussite. En déchaumage ou sur labour, un faux-semis demande une préparation fine, superficielle et retassée en surface. Il s’agit d’établir un bon contact terre-graine favorisant la levée des adventices et de garder l’humidité du sol. Toutefois, la technique ne fonctionne que sur des adventices en mesure de germer.

#Conseil_agronomique #Semis #Adventices #Orge



www.talkag.com

www.semencemag.fr

www.semencemag.fr





Travail du sol pour la culture de l’orge : Optimiser la rotation de culture

Un système de culture simplifié tant au niveau du travail du sol que de la rotation, contribue très souvent à augmenter de façon significative la présence de graminées d’automne.



Dans ces situations, le labour occasionnel peut être une des solutions pour gérer à long terme le salissement des parcelles. Utiliser la faiblesse des adventices. Les semences d’adventices germent principalement dans les deux premiers centimètres du sol. Enfouies en profondeur par un labour, certaines graines de graminées ont une durée de vie courte et perdent leur pouvoir germinatif au bout d’1, 2 ou 3 ans. Afin de ne pas remonter des semences encore viables, le labour doit être pratiqué de façon intermittente en fonction du taux annuel de décroissance de l’adventice que l’on cherche à détruire. Un labour intermittent (tous les 3-4 ans) est très efficace sur les vulpins, ray-grass, bromes, ainsi que sur la plupart des adventices ayant un taux annuel de décroissance élevé

#Conseil_agronomique #Semis #Adventices #Orge



www.talkag.com

www.semencemag.fr






Implanter de l’orge de printemps à l’automne n’est pas sans risque

C’est une pratique à réserver aux situations les plus adaptées et à ne surtout pas généraliser, ne serait-ce que pour ne pas déstabiliser l’équilibre entre les marchés 6 rangs d'hiver brassicoles et 2 rangs printemps brassicoles et éviter un effet de ciseau sur les prix.



Initialement l’«esprit» de cette pratique était de prendre le moins de risque vis-à-vis du risque de gel. En clair : semences de ferme non-traitées ou « light » et pas d’herbicides ; « On tentait le coup/coût ». Mais il est toujours tentant d’optimiser la conduite pour aller chercher un bon rendement et une meilleure qualité. Ainsi pour mettre toutes les chances de son côté : Sur les zones où les résultats d’orge de printemps (semis classique de printemps) sont régulièrement bons, une telle pratique ne garantit pas à coup sûr une augmentation de la marge de la culture. Semer à partir de début novembre et surtout pas avant sous peine de subir un gel d’épis, montés trop précocement en cours d’hiver. Sur une parcelle à faible pression graminées (peu de solutions à l’automne et risque de résistance pour les produits de sortie d’hiver). Sur une parcelle indemne de mosaïques Y1 et Y2, rester vigilant côté pucerons si le début d’hiver est doux, surveiller attentivement l’arrivée de la rhynchosporiose en fin d’hiver et si nécessaire appliquer un fongicide efficace contre cette maladie.

#Conseil_agronomique #Semis #Orge



www.talkag.com

www.semencemag.fr



www.semencemag.fr





Le choix de parcelles pour un bon semis d’orge

Le premier critère de choix de parcelles de la culture d’orge sera la capacité de la parcelle à accueillir un semis tardif (à partir du 1er novembre).



Les argilo-calcaires superficiels à moyens sont le terrain de jeu idéal avec des capacités de ressuyage très rapide. L’autre critère sera la propreté « adventices » de la parcelle. Les parcelles infestées en graminées adventices seront à éviter bien qu’elles deviennent de plus en plus difficiles à trouver. L’intérêt de la technique réside dans une augmentation des rendements dans les zones les plus séchantes (stratégie d’évitement des stress de fin de cycle), ainsi que d’une sécurisation de la production (stabilisation de la composante « nombre d’épis/m² »).

#Conseil_agronomique #Semis #Orge



www.talkag.com

www.semencemag.fr






L’importance d’orge de Printemps semées à l’automne

Choisir de semer à l’automne des variétés d’orge de printemps brassicoles n’est pas une stratégie tout terrain. C’est une pratique à risque, à réserver à certains contextes pédoclimatiques, mais qui peut s’avérer gagnante.



Le choix de semer une orge de printemps à l’automne permet, par rapport à un semis de printemps, en milieux superficiels non irrigués (ex : argilocalcaire de Champagne Berrichonne) de stabiliser et augmenter les rendements de 15 à 20% par rapport aux orges de printemps et atteindre des niveaux de production proche des orges d’hiver en précocifiant le cycle et en limitant les stress hydrique et thermique, - assurer la qualité brassicole : bons calibrages et taux de protéines souvent contenus mais en s’exposant plus fréquemment aux risques de gel et de maladies (rhynchosporiose principalement) et à des conditions de semis plus délicates.

#Conseil_agronomique #Semis #Orge



www.talkag.com

www.semencemag.fr

www.semencemag.fr





Orge de Printemps semées à l’automne : une bonne idée mais pas sans risque

L’orge d’hiver brassicole fait actuellement face à plusieurs contraintes qui lui font perdre du terrain. Côté agronomique l’orge d’hiver est confrontée à un salissement (adventices graminées) croissant de la plaine combiné à une gamme herbicide qui se réduit fortement.



Le levier agronomique « date de semis » efficace est délicat à mettre en œuvre du fait de la moindre souplesse de l’orge d’hiver au retard de date de semis contrairement au blé tendre. A cela s’ajoute le retrait des solutions « Gaucho » en TS qui vont rendre la culture beaucoup plus exposée aux risques de viroses des ravageurs d’automne. Si l’analyse s’arrête ici l’orge de printemps semée à l’automne apparaît comme la solution « idéale » : semis plus tardif donc baisse du risque insecte et effet « date de semis » positif côté désherbage et prix significativement plus élevés. Cependant cette pratique n’est pas sans risque et un certain nombre de précautions sont nécessaires.

#Conseil_agronomique #Semis #Orge



www.talkag.com

www.semencemag.fr

www.semencemag.fr





Répartir les risques liés au climat en semant des variétés de précocités d’orge différentes à la bonne date

Bien que tributaires des conditions climatiques, les dates de semis doivent être choisies en fonction des exigences physiologiques des variétés retenues.



En effet, semer trop tôt fait partie des erreurs dont les conséquences peuvent être lourdes : dégâts de gel d’épis sur les variétés très précoces à montaison, risque de verse et de développement des maladies sur les variétés les plus sensibles, contamination des plantes par des virus transmis par les ravageurs d’automne. En revanche, les semis tardifs sont souvent liés à des conditions climatiques limitantes et pénalisés par les défauts de structure du sol. L’orge est plus sensible que le blé à l’anoxie racinaire (manque d’oxygène lié à une mauvaise structure ou un excès d’eau).

#Conseil_agronomique #Semis #Orge



www.talkag.com

www.semencemag.fr

www.semencemag.fr





Densité de semis de l’orge : distinguer les 2 rangs et les 6 rangs

L’élaboration du rendement pour les orges à 2 rangs et les orges à 6 rangs est différente. Les orges à 6 rangs lignées forment leurs rendements essentiellement grâce à un nombre de grains par épi élevé, le nombre d’épis étant limité. Plus sensibles à la verse que les 2 rangs, ils ne doivent pas être semés trop denses. Les densités conseillées sont proches de celles du blé.



Pour une orge à 2 rangs, le nombre de grains/m² résulte essentiellement du peuplement épis. Cette culture s’avère donc très sensible à un déficit de pieds/m². Il faut les semer un peu plus dense. Le poids de mille grains des orges à 2 rangs est aussi un élément prépondérant dans l’élaboration du rendement. Noter qu’un excès de densité peut être défavorable au calibrage d’une orge brassicole, que ce soit pour un escourgeon ou une variété 2 rangs. Le tableau suivant rappelle les densités conseillées selon les types de sol.

#Conseil_agronomique #Semis #Densite_de_semis #Orge



www.talkag.com

www.arvalisinstitutduvegetal.fr



www.arvalisinstitutduvegetal.fr





La récolte de l’orge grain et son stockage

Pour l’orge cultivée dans les zones de montagne et sur les terrains en pente, la récolte est souvent manuellement. Pour éviter les pertes de rendement lors de la fauche, celle-ci doit avoir lieu lorsque les épis viennent de perdre leur couleur verte, et que la teneur en eau au niveau de l’épi est inférieure à 30%.



Pour minimiser les cassures des grains d’orge, pour les parcelles récoltées à la moissonneuse batteuse, la vitesse du cylindre doit être réduite. L’orge peut être récoltée dès que le taux d’humidité au niveau du grain est compris entre 18 et 20%, à condition de procéder au séchage juste après la récolte pour éviter les pertes pendant le stockage. L’orge doit être stockée sans perte lorsque le taux d’humidité au niveau du grain est d’environ 13,5%. Pour des taux d’humidité au-delà de 14,0%, le stockage se fait dans de moins bonnes conditions et des pertes de la capacité germinative peuvent s’en suivre. Les conditions idéales de stockage sont réunies en présence d’une aération naturelle ou par un retournement fréquent des grains au sein du lieu de stockage. Pour l’orge destinée à l‘alimentation animale, on peut retenir des taux d’humidité inférieures ou égales à 14,5%.

#Conseil_agronomique #Semis #Moisson #Orge



www.talkag.com

www.biowallonie.com

www.biowallonie.com