Voir plus de contenu

ou


Traore Phénix Mensah

Pêche et aquaculture: Prévision de la production aquacole en Afrique d’ici 2030



La pêche en Afrique est une activité essentielle pour la sécurité alimentaire comme pour le développement économique. Elle nourrit 200 millions de personnes, soit un cinquième des Africains, apportant 22 % de leurs besoins en protéines animales et assure la subsistance de 10 millions d’autres. Mais l’actuelle stagnation des captures oblige l’Afrique à développer sa filière aquacole, si elle ne veut pas accroître ses importations de poisson.



La nécessité d'accélérer la croissance de l'aquaculture en Afrique est plus pressante que jamais si l'on prend en compte la disparité de la production nationale et la hausse de la population. Alors que la politique panafricaine offre une orientation et un environnement politiques à cette croissance, il est important de décrypter les facteurs qui pourraient être intégrés afin que l'Afrique puisse réaliser son potentiel en matière de développement de l'aquaculture.

Selon le nouveau rapport de la FAO sur la "Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture" (Sofia) paru récemment; la consommation annuelle mondiale de poisson s'élève à 20,5 kilos par personne, un niveau record qui devrait augmenter dans les dix prochaines années. Ainsi, la production totale de poissons devrait atteindre 204 millions de tonnes (Mt) en 2030, soit une hausse de 15 % par rapport à 2018, le secteur de l'aquaculture comptant pour 46 %. En 2018, la production mondiale de poisson a été d'environ 179 Mt pour une valeur mondiale totale estimée à $ 401 milliards. Les produits de l'aquaculture représentent 46% de la production totale et 52% des poissons ont été destinés à la consommation humaine. La Chine est de loin le premier producteur.

Selon Sofia, l'expansion de l'aquaculture se poursuivra au niveau mondial, quoiqu'à un rythme plus lent, et les poissons d'élevage occuperont une place plus importante dans la consommation et le commerce dans les dix prochaines années. La production aquacole devrait connaître une hausse de 48% en Afrique et cela devrait contribuer à atténuer la tendance à la baisse à laquelle on s'attend en matière de consommation de poissons par personne sur l'ensemble du continent. L'Afrique est un importateur net en termes de volume mais un exportateur net en termes de valeur.

S'agissant de l'impact du Covid-19 sur les activités de la pêche, la FAO estime qu'elles ont diminué d'environ 6,5%. Les perturbations dans le secteur des transports internationaux ont pesé tout particulièrement sur la production de l'aquaculture destinée à l'exportation. La baisse drastique du tourisme et la fermeture des restaurants ont eu d'énormes répercussions sur les chaînes de distribution de nombreuses espèces de poissons, en revanche les ventes au détail sont restées stables ou ont augmenté, comme c'est le cas pour les produits de la pêche surgelés, en conserve, marinés et fumés qui se conservent plus longtemps dans les étalages.

Plusieurs éléments concourent à cet élan. Politiquement, l’Union Africaine et le Nepad affirment leur volonté de développer le secteur aquacole en misant sur le secteur privé. À la suite du sommet “Du poisson pour tous” en août 2005, les gouvernements africains ont adopté la Déclaration d’Abuja sur les pêcheries et l’aquaculture durables. L’année suivante, les chefs d’Etats de l’UA ont désigné les pêcheries et l’aquaculture comme biens stratégiques, au même titre que le riz ou le maïs. Elles sont ainsi un des moteurs clés du Programme détaillé du développement de l’agriculture africaine (PDDAA).

#Prévisions #Pêche #Aquaculture #Poisson #Afrique



SOURCE: www.commodafrica.com



LIRE AUSSI: Pour le développement de l’aquaculture au Maroc, la FAO et le Ministère de l’agriculture du pays pilotent ensemble un projet à plus de 2,5 milliards de dollars=>>> www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Campagne cultures fourragères 2019/2020: Maïs, tournesol et soja en progression, betterave en baisse

Parmi les autres cultures de printemps dont les surfaces ont progressé : le maïs grain avec 1 674 milliers d'hectares en 2020, soit + 10,5 % de surfaces par rapport à 2019 et + 12,1 % par rapport à la moyenne 2015-2019, pour atteindre 1 674 milliers d'hectares ». « Les emblavements de maïs fourrage seraient en hausse de 2,2 % par rapport à l’année dernière. » À noter toutefois : « à ce stade de la campagne, le partage des surfaces entre maïs grain et maïs fourrage est susceptible d’évoluer lors des prochaines estimations », précise Agreste. En 2020, la sole de tournesol atteindrait 690 milliers d'hectares, soit une hausse de 14,3 % sur un an et de 18,9 % par rapport à la moyenne 2015-2019. « La région Centre enregistre une augmentation de ses surfaces de 40,2 % et la Bourgogne de 51 %. » Pour la huitième année consécutive, la sole de soja devrait également progresser « au niveau record de 171 milliers d’hectares. Elle serait en hausse de 4,6 % par rapport à 2019 et de 19,1 % par rapport à la moyenne 2015-2019 ». La sole de betteraves industrielles est, elle, en baisse de 5 % à 424 milliers d'hectares et de 4 % par rapport à la moyenne quinquennale 2015-2019. « Ce recul des surfaces s'explique en particulier par l’annonce de la fermeture de quatre sites sucriers en France en 2020. »



#Semis_de_printemps #Maïs #Tournesol #Soja #Fourrage #Betterave #Pois_protéagineux



SOURCE: www.web-agri.fr



Lire Aussi

Campagne cultures fourragères 2019/2020: Les cultures de printemps à l'honneur; à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Campagne cultures fourragères 2019/2020: Les cultures de printemps à l'honneur

D'après les données Agreste du 1er mai 2020, « les surfaces consacrées aux orges augmenteraient sur un an (+ 3,9 %). Bénéficiant des difficultés d’implantation des céréales d’hiver, les orges de printemps sont en forte progression (+ 12,2 %) alors que les orges d’hiver stagnent (- 0,1 %) », indique le service statistique du ministère de l'agriculture. En 2020, la part des orges de printemps représente ainsi 35 % des surfaces d'orges, contre 27 % en moyenne sur la période 2015-2019. Du côté des protéagineux, les voyants sont aussi au vert avec une sole de 276 milliers d'hectares (+ 14,1 % sur un an ; + 3,0 % par rapport à la moyenne 2015-2019). « Les surfaces de féveroles augmenteraient de 12,9 % et celles de pois protéagineux de 12,7 % ». En ce qui concerne les cultures industrielles, Agreste note une hausse de 0,7 % des surfaces de pommes de terre de conservation et de demi-saison (+ 11,7 % par rapport à la moyenne 2015-2019).



#Semis #Semis_de_printemps #Cultures #Fourrage #Céréales #Pois_protéagineux



SOURCE: www.web-agri.fr





Grosbois Bastian

Des semis de pois de printemps retardés par la météo

Les semis de pois de printemps sont assez sportifs cette année, il faut jongler avec les pluies et veiller à un ressuyage suffisant plutôt que de passer en force. Terres Inovia fait également le point sur l'arrivée des ravageurs de début de cycle.



En terres superficielles, certains ont profité de la fenêtre du 20 au 25 janvier. Encouragées par les températures printanières et l'humidité, les levées ont été très rapides (environ 2 semaines). Pris de court, certains producteurs ont dû revoir leur programme de désherbage initialement prévu en prélevée. Retour aux pratiques historiques de post-levée stricte : 2 applications à 15 jours d'intervalles sur de jeunes dicotylédones pour maximiser l'efficacité. Une deuxième vague de semis s’est déroulée début février tandis que la troisième est en cours notamment dans les sols plus profonds. Selon Terres Inovia, l’implantation est encore possible sur la première quinzaine de mars mais le risque de stress hydrique est accru à cause du retard de la période de floraison dans plusieurs régions. Cette pratique est de fait plutôt conseillée en sol à réserve utile moyenne à élevée. Pour les semis déjà réalisés, l'activité des ravageurs de début de cycle pourrait bientôt suivre. Afin de prévenir toute nuisibilité sur pois et féverole de printemps, l'institut technique recommande une observation régulière des parcelles.



#Pois #Semis #Cultures



SOURCE: www.terre-net.fr





Grosbois Bastian

Un programme de prélevée puis post-levée : une meilleur maîtrise des adventices

Un programme complet permet de maîtriser les levées échelonnées des adventices ainsi que certaines adventices difficiles tout en maîtrisant le coût de son désherbage. Appliquer le produit de prélevée à une dose inférieure à la dose homologuée (3/4 de celle-ci), puis appliquer le produit de post-levée sur des adventices jeunes à dose raisonnée également. Choisir votre produit de prélevée en fonction de la flore la plus difficile à maîtriser. Terre net nous donne quelques bonnes pratiques à respecter pour pour une meilleur maîtrise des adventices. Il faut: Moduler les doses en sols sableux ou limoneux sableux; Racer Me et Nirvana S sont déconseillés dans les sols filtrants; Ne pas rouler après l’application de l’herbicide; Respecter les conseils d’utilisation de BASF et Phyteurop pour la bentazone (Corum, Basagran SG/Adagio SG) afin de préserver les ressources en eau.



#Pois #Féverole #Fertilisation #Adventices #Cultures



SOURCE: www.terre-net.fr





Grosbois Bastian

Pois et féverole de printemps : quelle stratégie de désherbage adopter ?

Pour le pois de printemps, le désherbage se raisonne à la parcelle. En ce qui concerne la féverole de printemps, cela se fait principalement via la prélevée.



Pour la culture du pois, la prélevée offre un large spectre de produits homologués, permettant une gestion de différents types d’adventices. Une intervention en prélevée est incontournable en cas de fortes infestations pressenties, d’adventices concurrentielles, gênantes à la récolte ou difficiles à maîtriser en post-levée. En cas de parcelle propre ou de flore bien connue et facile à maîtriser, le choix d’une intervention unique en post-levée peut suffire. Veiller à intervenir dans ce cas sur des adventices jeunes, dans des conditions poussantes et en dehors de fortes amplitudes thermiques.



#Pois #Féverole #Fertilisation #Adventices #Cultures



SOURCE: www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Grosbois Bastian

Les rendements des pois d’hiver semés au printemps

Si les semis de pois d’hiver restent possibles pendant le printemps, il ne faut toutefois pas s’attendre à des rendements exceptionnels, compte tenu des besoins de la plante pour sa croissance.



À noter cependant que les rendements ne seront pas forcément aussi bons que les pois d’hiver semés à l’automne, avec une pénalité pouvant aller jusqu’à 5-10 q/ha selon l’année. La raison est que le pois d’hiver nécessite environ 200°C jours de plus que le pois de printemps pour bien finaliser ses composantes de rendement. Cette somme de température pourrait manquer avec une fin de cycle de culture écourté. Par rapport à un pois de printemps, le potentiel est moins assuré en cas d’année non optimale.



#Pois #Pois_d_hiver #Céréales #Céréales_d_hiver



SOURCE: HJYEQ5B.html" class="link_CONTENT" target="_blank" >www.action-agricole-picarde.com



Lire aussi

Les pois d’hiver semés au printemps, à l'adresse: www.talkag.com

www.talkag.com




Grosbois Bastian

Les pois d’hiver semés au printemps

Avec des pluies abondantes dès début novembre, de nombreux agriculteurs ont été pris au dépourvus pour leur semis de pois d’hiver. Ces pluies se sont abattues sur une grande partie de la zone Nord-Est de la France, rendant les sols non praticables.



Il est possible de semer son pois d’hiver au printemps. Pour cela, il suffit de le semer comme un pois de printemps en respectant les mêmes dates de semis et les recommandations d’implantation. Attention à ne pas semer trop tôt (début février) sous risque de gelées pouvant détruire les jeunes plantules (seuil de tolérance au froid de 0°C durant les quatre jours suivant le semis) et à bien attendre que les sols soient ressuyés. Le pois d’hiver se récoltera à la même période que le pois de printemps, s’adaptant finalement au cycle d’une culture de printemps grâce à un effet accélérateur de la photopériode printanière sur son cycle.



#Pois #Pois_d_hiver #Céréales #Céréales_d_hiver



SOURCE: HJYEQ5B.html" class="link_CONTENT" target="_blank" >www.action-agricole-picarde.com

www.action-agricole-picarde.com




Pichon Gilbert

Conséquences des infestations des adventices dans la culture du pois

Jusqu’à 50% de pertes de rendements



Dans les systèmes n’ayant pas recours aux herbicides, les infestations d’adventices affectent le rendement en pois. Les pertes sont évaluées entre 20 et 50 %. Moins de graines sont produites par tige de pois en raison de la diminution de la nutrition azotée. Les adventices sont plus compétitives que le pois pour prélever l’azote minéral du sol. Le pois doit se contenter de la fixation symbiotique de l’azote atmosphérique par les nodosités racinaires. Cette fonction devient insuffisante pour couvrir les besoins du pois en raison d’une limitation du potentiel de fixation : développement racinaire du pois lent et installation lente de sa couverture foliaire.



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

#Pois_d_hiver #Adventices #Conseils_agronomiques

www.terresinovia.fr




Pichon Gilbert

Les adventices difficiles à détruire dans la culture du pois : Graminées (ray-grass, vulpin)

Le labour a fait ses preuves depuis longtemps sur les graminées. Les faux-semis de fin d’été - automne sur ray-grass ou vulpin peuvent être également efficaces pour baisser le stock grainier à condition d’intervenir dans de bonnes conditions



Dans les situations à risque de résistances ou en cas de résistance déclarée, l’utilisation d’un herbicide à base propyzamide à 1,875 l/ha (KERB FLO, etc.) est fortement conseillée. Le délai avant récolte (DAR) limite la propyzamide au pois d’hiver. L'implantation d'un pois de printemps constitue un excellent levier de lutte contre les graminées dans la rotation. Néanmoins, en cas de risque de forte infestation en ray-grass au printemps, il est conseillé d’opter pour une solution de présemis : BONALAN 6 l/ha. Cette stratégie pourra ensuite intégrer un herbicide à base de cléthodime (CENTURION 240 EC, etc.).



www.talkag.com

www.terresinovia.fr



#Pois_d_hiver #Adventices #Conseils_agronomiques #Graminées

www.terresinovia.fr




Pichon Gilbert

Les adventices difficiles à détruire dans la culture du pois : Ambroisie

Un adventice difficile à détruire dans la culture du pois



Les levées étant échelonnées, il est préférable d’adopter une stratégie reposant sur un programme de traitement. La prélevée ne présente pas d’efficacité satisfaisante. BASAGRAN SG 1,4 kg/ha ou CORUM 1 à 1.25 l/ha + Dash. En forte infestation, privilégiez un programme à 2 applications : BASAGRAN SG à 1 kg/ha à 2-3 feuilles de l’ambroisie, puis CORUM 0,6 L/ha + DASH HC 10 jours plus tard.



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

#Pois_d_hiver #Adventices #Conseils_agronomiques #Ambroisie

www.terresinovia.fr




Pichon Gilbert

Les adventices difficiles à détruire dans la culture du pois : Ammi majus

Les adventices sont difficiles à contrôler uniquement en post-levée. Il est conseillé de traiter une première fois en prélevée puis une seconde en post-levée



L'ammi majus présente un développement végétatif exubérant qui peut le rendre très concurrentiel en fin de cycle. Il est capable de germer toute l'année avec un pic en sortie d'hiver, début de printemps. Les germinations s'estompent à l'approche des fortes températures estivales pour reprendre à l'automne. La fructification a lieu pendant l'Été. En raison de ces caractéristiques biologiques et de son mode de levée plutôt échelonné, la rotation des cultures n’est pas un levier très efficace. Des faux-semis dans l’interculture de fin d’été peuvent contribuer à réduire le stock semencier superficiel. Le labour n’a pas d’effet.



www.talkag.com



www.terresinovia.fr



#Pois_d_hiver #Adventices #Conseils_agronomiques #Ammi_Majus





Pichon Gilbert

Gestion agronomiques des adventices en pois

Le pois est sensible aux adventices. Cependant, il est conseillé de semer le pois sur un terrain propre





La maîtrise des adventices du pois passe au préalable par des mesures de prévention. Il faut varier les culture dans la rotation et utiliser les semences propres. Il faut faire les faux-semis pour diminuer le stock des graines d’adventices dans le sol, veiller à ne pas trop affiner un sol sensible à la battance. Il est également impératif de choisir une variété capable de couvrir rapidement le sol (hauteur, port, biomasse…); ce qui va favoriser l’étouffement des adventices. Les passages de la herse étrille ou la houe rotative en prélevée limitent les risques d’infestation en début de cycle. Les mesures préventives, mais également curatives, sont importantes car le salissement de fin de cycle est fréquent dans le pois, lorsque sa biomasse végétale s’éclaircit. Or cette concurrence tardive impacte le rendement du pois.



www.talkag.com

www.terresinovia.fr

#Pois_d_hiver #Adventices #Conseils_agronomiques

www.terresinovia.fr




Pichon Gilbert

Réussir l’implantation pour limiter l’attaque des maladies du pois

Un pois bien implanté est protégé contre les maladies surtout racinaires





Il est indispensable de respecter les dates et densités de semis préconisées. Les semis précoces sont les plus exposés à certaines maladies, en particulier l’ascochytose et la bactériose. Un couvert trop dense induit un microclimat favorable aux maladies aériennes (ascochytose, mildiou, botrytis). Le fait de ne pas semer trop dense permet de limiter le développement végétatif du couvert et ainsi de réduire les risques de maladies.



www.talkag.com



www.terresinovia.fr



#Pois_d_hiver #Maladies_de_plantes #Conseils_agronomiques

www.terresinovia.fr




Pichon Gilbert

Lutter contre la sitone du pois

Il est impératif de surveiller les parcelles et intervenir au bon moment



De la levée à la sortie des gousses, le pois est menacé par différents ravageurs qui peuvent provoquer des dégâts importants. Pour optimiser l’efficacité du traitement, il est essentiel d’intervenir au bon moment. Cela suppose de surveiller l’arrivée des ravageurs dans les parcelles de pois, de bien les identifier et de vérifier si le nombre d’individus présents justifie un traitement. Une intervention insecticide est préconisée avant le stade de 6 feuilles lorsque 5 à 10 morsures sont repérées sur les premières feuilles. L’intervention vise les adultes avant les pontes. Il n’y a aucun de moyen de lutte curative contre les larves. Les sitones du pois sont présents tout au long du cycle de la culture. Ils peuvent provoquer jusqu’à 30 q/ha de pertes de rendement. Pour les contrôler sans préjudice pour la faune auxiliaire et l’environnement, il est indispensable de raisonner les interventions au cas par cas.



www.talkag.com



www.agro.basf.fr



#Sitone #Ravageurs #Pois_d_hiver #Conseils_agronomiques

www.agro.basf.fr




Pichon Gilbert

Ravageur du pois d’hiver : Le sitone

Il s’agit d’un charançon de 3,5 à 5 mm de long, de couleur gris brun, avec des yeux proéminents



Ils entraînent des dégâts aériens et racinaires. Les adultes attaquent les bords des feuilles sous forme d’encoches semi-circulaires. Ces morsures n’ont pas d’impact sur le rendement. C’est la destruction des nodosités, puis des radicelles et des racines par les larves qui en perturbant l’alimentation azotée des cultures, engendre une nuisibilité. Au-delà du stade 6 feuilles, les traitements deviennent inutiles, car les adultes ont déjà pondu. Les pyréthrinoïdes homologués protègent uniquement les feuilles présentes lors du traitement. Le sitone apparaît souvent après le thrips. Il est rare de pouvoir maîtriser ces deux ravageurs par une seule application en végétation.



www.talkag.com



www.terresinovia.fr



#Sitone #Ravageurs #Pois_d_hiver





Pichon Gilbert

Le pois d’hiver : Semer le pois d’hiver au bon moment

Pour réussir l’implantation du pois, il faut bien ressuyer le sol



Le pois d’hiver n’est pas conseillé à proximité de la bordure maritime allant de la Bretagne jusqu’au Nord-Pas-de-Calais, car le climat plutôt doux et humide favorise le développement de maladies aériennes. L’objectif est d’avoir des pois d’hiver levés et pas trop développés avant les fortes gelées. En cas de semis trop précoce, les pois risquent d’être trop développés à l’automne, les rendant plus sensibles aux gels durant l’hiver et aux maladies aériennes au printemps. S’il est impossible de semer les variétés de pois d’hiver à l’automne, le semis peut être reporté au printemps. Le rendement est pénalisé en moyenne de 7 q/ha (par rapport à un pois de printemps). Semer à 3-4 cm en sol limoneux, 4-5 cm en sol argilo-calcaire et en sol de craie. En pois d’hiver, le PMG de la plupart des variétés est inférieur au pois de printemps, donc les doses sont plus faibles. Semer trop dense entraîne le développement d’un couvert dense qui favorise les attaques de maladies aériennes et la verse. L’écartement entre rangs va de 12 à 35 cm en fonction du type de semoir.



www.talkag.com



www.terresinovia.fr



#Pois_d_hiver #Céréales_d_hiver #Conseils_agronomiques

www.terresinovia.fr




Dedieu Philippe

#Soja #Pois_chiche #Pois #Colza # #Silos_du_touch dutouch #Silos_du_touch



Messages techniques régionaux Sud-Ouest :



Ci-dessous les liens pour l'actualité technique de certaines filières :



Colza :

www.terresinovia.fr



Pois chiche :

www.terresinovia.fr



www.terresinovia.fr



Pois / féveroles :

www.terresinovia.fr



www.terresinovia.fr




Grosbois Bastian

Tordeuse du pois

Cydia nigricana sur pois de pintemps



Ce lépidoptère (Cydia nigricana) provoque une faible perte de rendement du pois (quelques quintaux par hectare) mais sa larve affecte l’aspect des grains en les grignotant

Cet insecte présente une seule génération par an. Il hiverne à l’état larvaire dans le sol des parcelles ayant porté une culture de pois, à faible profondeur, à l’intérieur d’un cocon aggloméré de particules de terre. Il le quitte début mai, avant la nymphose, pour se chrysalider dans un cocon léger sous la surface du sol.

L’éclosion et le vol des papillons vers les nouvelles cultures de pois débutent à la fin du mois de mai, coïncidant avec le début de la floraison du pois, et se poursuivent jusqu’à la fin du mois de juillet. La ponte survient 2 à 3 jours plus tard. Les œufs sont déposés pendant 3 semaines environ, isolément, ou par petits groupes, de préférence sur les stipules. Après une incubation d’une à deux semaines environ, la chenille passe par un court stade baladeur (probablement un jour) avant de pénétrer dans une gousse. Elle quitte la gousse pour gagner le sol après s’être nourrie de graines pendant 3 semaines environ. Elle y tisse un cocon dans lequel elle hivernera.

Certaines conditions atmosphériques, en particulier le vent et le froid, entravent l’activité des adultes. Ainsi, lorsque les températures maximales sont inférieures à 18°C, le vol des papillons est limité.

#Tordeuse

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Les attaques des Thrisp sur le pois de printemps

Thrips sur pois de printemps



Le thrips prolifère principalement dans les parcelles de pois de printemps, dans la moitié nord de la France et plus particulièrement dans les régions : Nord-Picardie, Normandie, Bassin parisien, Centre et Champagne crayeuse.

Le thrips pique le végétal pour se nourrir et injecte une salive toxique dans la plante. Celle-ci initie de nombreuses ramifications, est chétive et naine. Les feuilles sont gaufrées et se couvrent de taches jaunes ou brunes.

#Thrips

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Pucerons verts sur pois de printemps

Description



Le puceron vert du pois (Acyrthosiphon pisum) est très fréquent en France. Il peut être très nuisible sur pois protéagineux, provoquant jusqu’à 30 q/ha de chute de rendement.

Les pucerons verts du pois vivent essentiellement sur les légumineuses sauvages et cultivées. Comme de nombreuses espèces de pucerons, les pucerons verts peuvent rester pendant toute la mauvaise saison sur les plantes lorsque le temps est doux. Les individus se reproduisent sous forme parthénogénétique, c'est-à-dire que la population, essentiellement constituée par des individus femelles redonne d’autres individus sans fécondation avec des mâles. Les pucerons sont sur place, aux alentours des champs à la sortie de l’hiver et peuvent coloniser les cultures de légumineuses au printemps très précocement.

A l’approche d’un hiver rigoureux, la population de pucerons se différencie en des individus mâles et femelles. Après fécondation, ils produisent des œufs qui sont déposés sur des légumineuses pérennes. C’est une forme de conservation de l’espèce.

Au printemps, dès février ou mars, ces derniers éclosent, donnent des individus sans ailes qui se développent sur place. Après plusieurs générations, des formes ailées apparaissent, elles vont alors coloniser les plantes cultivées très attractives. La colonisation est plus tardive que lorsque les pucerons restent sur place.

#Pucerons

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Les limaces sur le pois de printemps?

Limaces sur pois de printemps



Deux espèces de limaces sont responsables de dégâts sur grandes cultures en France : la limace grise ou loche (Deroceras reticulatum) et la limace noire (Arion hortensis).

Elles dévorent les feuilles des plantules et parfois les graines germées ou non.

Les attaques sont rares, sauf après des conditions favorables telles qu’un temps très humide, l’utilisation d’une culture intermédiaire, l’enfouissement de paille, …

#limaces

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Les cécidomyies attaque aussi le pois de printemps

Cécidomyies sur pois de printemps



La cécidomyie du pois (Contarina pisi), dont les larves provoquent un avortement des boutons floraux, touche pour l’instant la Champagne crayeuse et une partie de la Picardie.

L'adulte est un diptère, ressemblant à un petit moucheron gris, de 2 mm ayant de longues pattes.

La larve est un asticot blanchâtre sans pattes, long de 1 à 3 mm selon l’âge.

Les adultes émergent dans des parcelles de blé, cultivées en pois l’année précédente. Les femelles volent ensuite vers les parcelles de pois avoisinantes. Elles pondent très rapidement dans les boutons floraux encore protégés sous les feuilles. L’éclosion a lieu 4 jours plus tard et les larves se développent dans les boutons floraux en formant des gales. Au terme de leur développement (qui dure une quinzaine de jours), les larves se laissent tomber sur le sol où elles tissent un cocon ; elles ne seront actives qu’au printemps suivant.

#cécidomyies

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Les attaques des bruches sur le pois de printemps

Bruches sur pois de printemps



Les bruches adultes, que ce soit sur pois ou féverole, ne font pas de dégâts directs sur les cultures. Ce sont les larves qui réalisent leur cycle de développement dans les graines et conduisent à une dépréciation de la qualité, encore plus importante en alimentation humaine.

La lutte cible néanmoins l'adulte, la larve n'étant jamais accessible : après éclosion, elle entre directement dans la graine sans phase "baladeuse".

#Bruches

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Attaques sur le pois de printemps: Sclérotinia

Sclérotinia sur pois de printemps



Le sclérotinia (Sclerotinia sclerotiorum) peut être observé sur lupin. C’est le même parasite que celui observé sur pois, féverole, colza, tournesol ….

Les symptômes se présentent sous forme d’un mycélium blanc à l’intérieur de la tige avec présence de sclérotes de forme ovoïde. La maladie entraîne le dessèchement de la plante.

Un printemps humide et la présence d’autres cultures oléo-protéagineuses au sein de la rotation sont des facteurs favorables à son apparition.

#Sclérotinia

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Attaques de l'oïdium sur le pois de printemps

Oïdium sur pois de printemps



Le parasite de faiblesse des étés chauds et secs (Erysiphe pisi) est souvent peu préjudiciable au rendement, sauf lors d’attaque particulièrement précoce. Sa présence gêne plutôt la récolte en produisant beaucoup de poussières (risque d’échauffement des moissonneuses-batteuses).

Cette maladie apparaît vers la fin mai dans le Sud de la France et peut progresser ensuite plus tardivement dans les régions Nord.

Les symptômes d’oïdium s’observent sur l’ensemble des organes végétatifs aériens : les feuilles, les vrilles et les gousses. Les organes les plus âgés sont également les plus atteints.

#Oïdium

#pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Ravageurs du pois de printemps

Botrytis sur pois de printemps



Les attaques de botrytis (Botrytis cinerea) sont moins fréquentes que l'ascochytose (2 années sur 10).

On reconnaît cette maladie à la pourriture grise qui s'installe sur les pétales puis sur les gousses ou à l'aisselle des feuilles, à la suite de la chute des pétales contaminés. Les pertes de rendement avoisinent les 10-15 q/ha. Elles sont essentiellement dues à la destruction des gousses et des graines en formation.

Les facteurs favorables au développement du botrytis sont une forte hygrométrie et des températures élevées (proches de 18-20°C).

#Botrytis

#Pois_Printemps

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Aphanomyces, pourriture racinaire sur le pois de printemps

Desccription



La maladie est due à un pathogène tellurique (Aphanomyces euteiches), qui occasionne une pourriture du système racinaire (racines molles et brunes puis desséchées). En végétation, elle s'exprime le plus souvent sous formede foyers dans lesquels les plantes sont nanifiées et/ou jaunissantes.

Lors d’une attaque importante d’aphanomyces sur pois de printemps, on observe une réduction de la croissance des plantes et/ou un jaunissement des parties aériennes des pois avant floraison. Les racines sont totalement nécrosées (d’abord molles et marron clair, puis sèches et noires)et les nodosités ne sont plus fonctionnelles (du rose, elles virent au marron). Il existe une confusion avec un excès d'eau qui provoque aussi un jaunissement des parties aériennes du pois. Dans ce cas, les racines sont saines mais finissent par noircir et pourrir si l’asphyxie se prolonge.

#Aphanomyces

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

l’ascochytose est le nouveau nom de l’anthracnose.

Anthracnose sur pois de printemps



L’anthracnose est la maladie aérienne la plus fréquente chez le pois. La pression de la maladie est souvent moins importante sur pois de printemps que sur pois d’hiver. Cette maladie est due à un complexe fongique dont le principal agent est Didymella pinodes (= Mycosphaerella pinodes).

La maladie progresse du bas vers le haut de la plante et affecte tous les organes. Des nécroses violacées à brunes s’installent à la base des tiges. Si celles-ci sont ceinturées par la maladie, les plantes deviennent alors plus sensibles à la verse. Des ponctuations de couleur brun foncé apparaissent sur les feuilles et les gousses puis évoluent en nécroses irrégulières. La maladie entraîne jusqu’à 20 q/ha de perte de rendement en cas de forte attaque. Les variétés hautes à bonne tenue de tige sont moins attaquées que les variétés les plus versantes, du fait d’un microclimat moins favorable à la maladie dans le couvert.

#Anthracnose

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Les dégâts de la tordeuse sur le pois

Tordeuse sur pois d’hiver



A l’âge adulte, la tordeuse (Cydia nigricana ou Laspeyresia nigricana) est un petit papillon brun de 15 mm d’envergure. Présent dans la moitié nord de la France, il vole lorsque la température maximale dépasse 18°C. 2-3 jours après son arrivée dans la parcelle, il pond pendant 3 semaines environ, de préférence sur les feuilles de pois de printemps et d’hiver.

Les chenilles, de 13 à 18 mm de long, sont bicolores : le corps est blanc-jaune et la tête brun clair. Elles apparaissent après une incubation de 1 à 2 semaines selon la température. Elles ont un court stade « baladeur ». Pendant ce temps, elles se déplacent pour pénétrer dans une gousse de pois, où elles grignotent les graines.

#Tordeuse

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Thrips sur pois

Le thrips qui attaque le pois est le thrips du lin et des céréales.



Le thrips prolifère principalement dans les parcelles de pois de printemps, dans la moitié nord de la France et plus particulièrement dans les régions : Nord-Picardie, Normandie, Bassin parisien, Centre et Champagne crayeuse. Le thrips pique le végétal pour se nourrir et injecte une salive toxique dans la plante. Celle-ci initie de nombreuses ramifications, est chétive et naine. Les feuilles sont gaufrées et se couvrent de taches jaunes ou brunes.

En pois de printemps, les pertes de rendement liées au thrips s’élèvent à 30 q/ha si la levée est lente (mauvaises conditions climatiques). Si elle est rapide, la nuisibilité de ces insectes est faible (impasse envisageable).

Un précédent blé ou lin est favorable à la présence du thrips dans la parcelle de pois de printemps. La larve sort du sol vers 7-8 °C.

En pois d’hiver, il n’a jamais été observé de dégâts de thrips.

#Thrips

#Pois

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Le pois de printemps attaqué par vols successifs des sitones

Sitone sur pois d’hiver



Le sitone (Sitona lineatus) est un charançon de 3,5 à 5 mm de long, de couleur gris brun, avec des yeux proéminents. Il arrive par vols échelonnés sur les parcelles de pois, depuis ses zones refuges (haies, bois, jachères, légumineuses). Sa larve, 6 mm de long, est bicolore : le corps est blanc et la tête, brun-jaune.

Le sitone vit sur tout le territoire français avec une zone de prédilection au sud de la diagonale Rennes-Lyon : Rhône-Alpes, PACA, Sud-Ouest, Poitou-Charentes, Grand Ouest et le Berry sont les régions les plus attaquées.

#Sitone

#pois_d’hiver

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Le puceron vert sur un pois d'hiver

Pucerons verts sur pois d’hiver



Les pucerons verts du pois vivent essentiellement sur les légumineuses sauvages et cultivées. Comme de nombreuses espèces de pucerons, les pucerons verts peuvent rester pendant toute la mauvaise saison sur les plantes lorsque le temps est doux. Les individus se reproduisent sous forme parthénogénétique, c'est-à-dire que la population, essentiellement constituée par des individus femelles redonne d’autres individus sans fécondation avec des mâles. Les pucerons sont sur place, aux alentours des champs à la sortie de l’hiver et peuvent coloniser les cultures de légumineuses au printemps très précocement.

A l’approche d’un hiver rigoureux, la population de pucerons se différencie en des individus mâles et femelles. Après fécondation, ils produisent des œufs qui sont déposés sur des légumineuses pérennes. C’est une forme de conservation de l’espèce.

Au printemps, dès février ou mars, ces derniers éclosent, donnent des individus sans ailes qui se développent sur place. Après plusieurs générations, des formes ailées apparaissent, elles vont alors coloniser les plantes cultivées très attractives. La colonisation est plus tardive que lorsque les pucerons restent sur place

#Puceron_vert

#Pois_d'hiver

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Dégats des limaces sur le pois d'hiver

Limaces sur pois d’hiver



Deux espèces de limaces sont responsables de dégâts sur grandes cultures en France : la limace grise ou loche (Deroceras reticulatum) et la limace noire (Arion hortensis).

Elles dévorent les feuilles des plantules et parfois les graines germées ou non.

Les attaques sont rares, sauf après des conditions favorables telles qu’un temps très humide, l’utilisation d’une culture intermédiaire, l’enfouissement de paille, …

Il y a généralement 2 générations de limaces par an. Ce sont les jeunes limaces issues des éclosions d’avril et mai qui sont à l’origine des attaques sur les semis de printemps. Ces limaces pondent à nouveau dans la culture en place. Suivant les températures, les adultes passent ou non l’été. Mais les œufs, plus résistants, donnent naissance à une nouvelle génération en septembre. Cette deuxième génération pond alors en novembre - décembre pour redonner les jeunes limaces du printemps.

Sur une période de 24h, la limace a tendance à se nourrir au coucher du soleil et à l’aube. Elle est essentiellement active la nuit. Elle consomme jusqu’à 50% de son poids par jour.

#Limaces

#Pois_d'hiver

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Ravageurs du pois d'hiver: La cécidomie

Cécidomyies sur pois d’hiver



La cécidomyie du pois (Contarina pisi), dont les larves provoquent un avortement des boutons floraux, touche pour l’instant la Champagne crayeuse et une partie de la Picardie.

L'adulte est un diptère, ressemblant à un petit moucheron gris, de 2 mm ayant de longues pattes.

La larve est un asticot blanchâtre sans pattes, long de 1 à 3 mm selon l’âge.

Les adultes émergent dans des parcelles de blé, cultivées en pois l’année précédente. Les femelles volent ensuite vers les parcelles de pois avoisinantes. Elles pondent très rapidement dans les boutons floraux encore protégés sous les feuilles. L’éclosion a lieu 4 jours plus tard et les larves se développent dans les boutons floraux en formant des gales. Au terme de leur développement (qui dure une quinzaine de jours), les larves se laissent tomber sur le sol où elles tissent un cocon ; elles ne seront actives qu’au printemps suivant.

#Cécidomyies

#Pois_d'hiver

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Les ravageurs du pois d’hiver: les bruches

Bruches sur pois d’hiver



La bruche (Bruchus pisorum) est un petit coléoptère de 4 mm de long, dont l’abdomen possède deux taches noires reconnaissables. Sa larve, apode, au corps blanc et à la tête brune, mesure 5-6 mm. La bruche présente une seule génération par an.

L’adulte pond sur les gousses. Après éclosion, la larve pénètre directement, sans se « balader » contrairement à la tordeuse, dans la gousse puis dans la graine. Elle s’y développe pour donner un adulte qui sort de la graine en faisant un trou bien rond. Ce dernier gagne une zone d’hivernage (zone boisée) sans se reproduire dans les graines stockées. Ainsi, aucune nouvelle graine n’est attaquée pendant le stockage.

Surveiller de début floraison à fin floraison. Sur les gousses, observer les œufs de forme allongée (0,6 x 1,5 mm) et de couleur blanc crème afin d’identifier la présence de l’insecte dans la parcelle.

Les bruches provoquent une faible perte de rendement mais affectent la qualité des graines. Les orifices formés dans les graines sont préjudiciables en alimentation humaine (seuil de 1 à 3%) et pour la production de semences (pouvoir germinatif faible). En alimentation animale, les seuils de dégâts tolérés sont élevés (10%).

#bruches

#Pois_hiver

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Sclérotinia sur pois d’hiver

Description de la maladie



Le sclérotinia (Sclerotinia sclerotiorum) peut être observé sur lupin. C’est le même parasite que celui observé sur pois, féverole, colza, tournesol ….

Les symptômes se présentent sous forme d’un mycélium blanc à l’intérieur de la tige avec présence de sclérotes de forme ovoïde. La maladie entraîne le dessèchement de la plante.

Un printemps humide et la présence d’autres cultures oléo-protéagineuses au sein de la rotation sont des facteurs favorables à son apparition. Selon les études, Le sclérotinia a une nuisibilité faible sur le pois d'hiver..

#pois_d’hiver

#Sclérotinia

www.agrifind.fr

www.terresinovia.fr

www.terresinovia.fr




Grosbois Bastian

Mildiou sur pois d’hiver

Présentation de la maladie



Un feutrage gris recouvre la face inférieure des stipules et les vrilles du pois courant floraison. L’agent pathogène responsable de cette apparution est le Peronospora pisi.

En l’absence de traitement des semences du pois, le mildiou peut provoquer une perte de rendement jusqu’à 20 q/ha.

Quand les semences sont traitées contre le mildiou, des contaminations secondaires peuvent se développer en fin de persistance du traitement de semences, à l’approche de la floraison ou courant floraison. La nuisibilité est alors faible à nulle.

Traiter les semences contre le mildiou avec WAKIL XL (0,2 kg/q – 14 €/q). Ce traitement (metalaxyl m + cymoxanil + fludioxonil) substance permet également de lutter contre le complexe de maladies responsable de fontes de semis.

#Mildiou

#Pois_d'hiver

www.agrifind.fr

www.terresinovia.fr

www.terresinovia.fr




Grosbois Bastian

Mildiou sur pois d’hiver

Description



Elle est favorisé par un retour du pois fréquent, un climat humide, peu ensoleillé, températures fraîches (actif entre 6°C à 20°C).

Sur la feuille, l’attaque primaire touche les jeunes plantes qui deviennent naines, recroquevillées, couvertes d’un feutrage gris violacé. Les attaques précoces passent souvent inaperçues (nombre limité). Les attaques secondaires, plus tardives, entrainent des jaunissements sur la face supérieure et un duvet gris violacé sur la face inférieure.

Sur les gousses : les symptômes extérieurs sont des taches vertes claires sans sporulation. A l’intérieur, présence d’un mycélium blanc, les grains sont tachés ou absents.

#Mildiou

#pois_d’hiver

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Grosbois Bastian

Aphanomyces sur pois d’hiver

Description de la maladie



La maladie est due à un pathogène tellurique (Aphanomyces euteiches), qui occasionne une pourriture du système racinaire (racines molles et brunes puis desséchées). En végétation, elle s'exprime le plus souvent sous forme de foyers dans lesquels les plantes sont nanifiées et/ou jaunissantes.

Aphanomyces est fréquent dans les sols français. Les niveaux d’infestation sont variables et le pathogène est disséminé par foyers dans les parcelles. La culture d’un pois peut multiplier l’inoculum, y compris sur des surfaces très peu infestées avant le semis.

Dans les sols infestés, une pluviométrie importante (les spores se déplacent dans l’eau libre du sol) et des températures douces (> 16°C) favorisent l’expression de la maladie. Lorsque ces conditions sont réunies dans le mois suivant la levée, les attaques d’aphanomyces peuvent conduire à des pertes importantes, jusqu’à 50 q/ha sur pois de printemps en situation fortement contaminée.

Des mois d’avril et mai secs limitent, à l’inverse, le développement de la maladie.

#Aphanomyces

#pois_d’hiver

www.agrifind.fr

www.agrifind.fr




Traore Phénix Mensah

Tout savoir sur la culture des pois et des haricots !!!

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Culture pois

Aphanomyces



Le sort des légumineuses en couvert



Le cycle du pathogène est très rapide et les conditions climatiques peuvent être favorables au développement de la maladie entre mars et fin octobre. Les légumineuses semées à partir de fin juillet-début août et détruites avant la fin de leur cycle végétatif durant l’hiver ou semées au printemps peuvent donc multiplier le pathogène même si leur cycle cultural est court. Le choix de l’espèce ou de la variété est donc également important. Lorsque le PI est inférieur à 1 et qu’il n’existe pas d’espèce sensible, en culture principale dans la rotation, il n’y a pas de restriction. Si le PI est supérieur à 1 ou si des légumineuses sensibles sont présentes dans la rotation (pois, lentille...), il est recommandé de choisir des variétés non hôtes ou très résistantes. Il est fortement déconseillé d’insérer du pois, de la lentille ou toute autre espèce sensible quand du pois ou de la lentille sont déjà en culture principale.



www.terresinovia.fr



#Aphanomyces #Légumineuses #Pois #Maladies_de_plantes





Pichon Gilbert

Culture pois

Aphanomyces



Gestion de de la pathologie



Avant d’implanter une légumineuse sensible en culture principale, réaliser le test aphanomyces. Il s’agit d’un prélèvement de terre à envoyer à un laboratoire, dont le résultat vous revient sous 2 mois sous forme d’une note allant de 0 (pas de pathogène) à 5 (parcelle très infestée).



www.terresinovia.fr



#Aphanomyces #Gestion #Pois

www.terresinovia.fr




Pichon Gilbert

Culture pois

Aphanomyces



Espèces sensibles à l'aphanomyces



Plusieurs espèces de légumineuses sont sensibles à Aphanomyces : le pois, la lentille, la luzerne et la gesse sont hôtes du pathogène. En revanche, la féverole, le lupin, le pois chiche, le fenugrec, le soja, le sainfoin et le lotier sont non hôtes ou très résistants. Ils ne multiplient pas l’inoculum. Enfin, concernant le trèfle et la vesce, la sensibilité dépend de la variété.



www.terresinovia.fr



#Aphanomyces #Pois #Conseil_agronomiques

www.terresinovia.fr




Pichon Gilbert

Culture pois

Test aphanomyces



Qu’est-ce que l'aphanomyces ?



L'aphanomyces est un pathogène d'origine tellurique qui se conserve jusqu'à 20 ans dans le sol. Lorsque les conditions climatiques sont favorables, le pathogène, attiré par les exsudats racinaires, colonise les racines du pois. Celles-ci deviennent brunes et molles, les nodosités ne sont plus fonctionnelles. En végétation, la maladie apparaît le plus souvent sous forme de foyers au sein desquels les plantes sont nanifiées et jaunissantes.



www.terresinovia.fr



#Aphanomyces #Pois #Conseil_agronomiques

www.terresinovia.fr




Traore Phénix Mensah

Vauclin - Martinique / Cueillette de pois d'Angole

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Récolte Pois chiches 17-8-2016

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Les pois chiches : semis, culture, plantation, entretien et récolte

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Culture pois chiche

Publications



Guide de culture pois chiche 2018

Télécharger ici le guide de culture du pois chiche 2018. Vous avez également la possibilté de commander ce guide en version papier.



www.terresinovia.fr



#Pois_Chiche #Publications #Conseil_agronomiques





Pichon Gilbert

Pois Chiche

Guide de culture



Télécharger le guide de culture du pois chiche



A télécharger ou à commander en version papier le guide de culture du pois chiche 2018





www.terresinovia.fr



#PoisChiche #GuideDeCulutre #Télécharger





Pichon Gilbert

Pois Chiche

Optimisation de la récolte



Conseils agronomiques



Le pois chiche a la particularité d’émettre des ramifications secondaires et des fleurs, même en fin de cycle, dès lors qu’il y a des précipitations même minimes. Elle est indéterminée. Cette particularité ne doit pas repousser le déclenchement de la récolte, qui risquerait d'engendrer des pertes liées à une moisson trop tardive. la décision de la récolte résulte d’une bonne observation de la plante. Il convient ensuite de bien régler la moissonneuse afin d’obtenir des graines battues qui ne soit pas splittés, cassés tout en limitant le taux d’impuretés. Il convient de toujours bien vérifier les pertes à l’arrière de la machine et d’ajuster les réglages si besoin. Ce printemps a été favorable à l'ascochytose. Les conditions météorologiques propices aux contaminations ont été fréquemment réunies durant le cycle de la plante. On constate à ce jour, dans de nombreuses parcelles, une présence plus ou moins importante d’ascochytose.



www.terresinovia.fr



#PoisChiche #Récoltes





Pichon Gilbert

Culture de pois

Rendements



Un rendement en pois de 45 à 60 q/ha



Le rendement du pois est de 45 q/ha en moyenne française sur ces dernières années. Les seuils de rentabilité varient selon les régions. Certaines variétés, comme KAYANNE en pois de printemps et ENDURO en pois d’hiver, peuvent même atteindre ou dépasser 60 q/ha dans les secteurs les plus favorables.



www.terresinovia.fr



#Culture #Rendements #Pois





Pichon Gilbert

Culture de pois

Récoltes et stockages



Stockage du pois



Lors de l’arrivée en stockage, la température des graines de pois peut être très élevée. Pour assurer une bonne conservation, ventiler l'air ambiant dès la mise en silo pour abaisser rapidement la température vers 18-20°C et abaisser progressivement le taux d’humidité. La bruche adulte peut sortir des graines au stockage, traiter pour éliminer le ravageur qui nuit à la qualité du pois, surtout en alimentation humaine et pour l'utilisation des semences.



www.terresinovia.fr



#Culture #Stockage_à_la_ferme

#Pois





Pichon Gilbert

Culture de pois

Récoltes et stockages



Récolter en fonction des variétés et débouchées



Avant de récolter le pois, s’assurer que son taux d’humidité est proche de 14%. Dans le cas des variétés résistantes à la verse, il est inutile de poser la barre de coupe de la moissonneuse sur le sol. Pour des pois destinés à la consommation humaine, il faut agir avec précaution et procéder par étape.



www.terresinovia.fr



#Culture #Stockage_à_la_ferme

#Récoltes #Pois





Pichon Gilbert

Ravageurs de pois

La bruche



Un rendement peu affecté mais une qualité altérée



Les bruches provoquent une faible perte de rendement mais affectent la qualité des graines. Aucun insecticide n’est efficace contre les larves qui pénètrent directement dans les gousses après éclosion. Une seule application est réglementairement possible en floraison pour lutter contre la bruche. A la récolte, il reste souvent des graines “bruchées” d’où sortiront des adultes au cours du stockage. Or, il ne doit pas y avoir d’insectes vivants pour commercialiser les graines. En tuant ces bruches au stockage, l’intervention contribue à réduire les populations l’année suivante.



www.terresinovia.fr



#Ravageurs #Bruche #Pois





Pichon Gilbert

Ravageurs de pois

La tordeuse



Chenilles rongeurs de gousses



Les chenilles de cet espèce de papillon ont un court stade. Pendant ce temps, elles se déplacent pour pénétrer dans une gousse de pois, où elles grignotent les graines. Pour quantifier la présence de tordeuse, poser un piège sexuel au tout début de la floraison du pois. La capture des papillons mâles permet de suivre la courbe de vol. Pour lutter contre, les traitements visent les chenilles avant qu’elles ne pénètrent dans la gousse du pois, et adapter les traitement en fonction des débouchées.



www.terresinovia.fr



#Ravageurs #Tordeuse #Pois





Pichon Gilbert

Ravageurs de pois

Le puceron vert



Le puceron vert est le principal ravageur du pois



Il est de couleur vert clair, parfois rose. Présent en quantité importante et dans toute la France, ce ravageur peut être très nuisible. Pour lutter contre eux, placer une feuille blanche rigide sous la végétation et secouer les tiges. Les pucerons se laissent tomber. Répéter l'opération plusieurs fois et Intervenir avant que les colonies ne soient trop bien installées. En présence de pucerons, si Karate K est disponible, intervenez à partir de 10 pucerons par plante impérativement avant le début de la floraison. En l’absence de Karate K, intervenez avec un pyréthrinoïde autorisé au seuil de 10 pucerons par plante.



www.terresinovia.fr



#PuceronsVert #Ravageurs #Pois





Pichon Gilbert

Ravageurs de pois

La cécidomyie



Un moucherons causant des dégâts sur le pois



La cécidomyie est un moucheron gris de 2-3 mm. L’adulte est sans incidence directe sur le rendement de la culture, puisqu’il ne s’en nourrit pas. Pour lutter contre, commencer les observations de cécidomyie du pois à partir de la formation des boutons floraux, traiter contre la cécidomyie du pois avec un insecticide de contact; privilégier le pois d’hiver.



www.terresinovia.fr



#Ravageurs #Cécidomyie #Pois





Pichon Gilbert

Ravageurs de pois

Le sitone



Le pois de printemps attaqué



Le sitone est un charançon de 3,5 à 5 mm de long, de couleur gris brun, avec des yeux proéminents. En pois de printemps, les sitones entraînent des dégâts aériens et racinaires. Le sitone est actif par temps ensoleillé et dès que la température dépasse 12 °C. Le pois d’hiver peut être attaqué en sortie d’hiver et au tout début du printemps par temps doux. S’il y a des encoches sur le bord des feuilles, le coléoptère est présent dans la parcelle. Intervenir à partir de 5 à 10 encoches au total sur les premières feuilles commises par les sitones adultes.



www.terresinovia.fr



#Ravageurs #Sitone #Pois