Voir plus de contenu

ou


Traore Phénix Mensah

Innovation agricole: L'AATF et le Nepad s’accordent pour stimuler l'innovation agricole en Afrique



La Fondation Africaine des Technologies Agricoles (AATF) et l’Agence de Développement de l’Union Africaine-NEPAD (AUDA-NEPAD), ont signé un accord en Afrique, à l'échelle continentale, afin d'accélérer la transformation agricole et la recherche.



Les deux institutions ( l’AATF et le Nepad) dans le but de stimuler l’innovation agricole à l’échelle continentale; ont décidé de coaliser leurs forces, pour mettre en place un système de marché pour la commercialisation des produits de la recherche en Afrique. Un des secteurs clefs de ce cadre de partenariat porte sur la production de semences de qualité. Un objectif sur lequel l’AATF se penche déjà en travaillant avec des petites et moyennes entreprises semencières afin de leur faciliter la production de semences certifiées de qualité. En effet, selon Nancy Muchiri, responsable communication et partenariats à l'AATF, ledit accord facilitera l'amélioration de la productivité des fermes à travers la mécanisation pour éviter les corvées et contribuera aussi à créer un environnement favorable pour la recherche et développement en matière agricole sur le continent. Le protocole d’accord sera guidé par les principes et valeurs fondamentaux de l’Union africaine, en particulier la réalisation de l’Agenda 2063. Les domaines clés spécifiques de l’accord comprennent la résolution des problèmes de production de semences de base de qualité, un domaine d’attention clé pour l’AATF qui travaille déjà avec les petites et moyennes entreprises semencières du continent pour faciliter la production de semences certifiées de qualité. En résumé, les deux organisations se concentreront également sur le renforcement des politiques et processus de certification des semences et de libération des variétés, y compris le développement du secteur privé ; l’octroi de licences pour les nouvelles technologies agricoles et l’intendance des technologies pour une utilisation durable des innovations et des produits agricoles. Selon le directeur exécutif de l'AATF, Denis Kyetere; les petits exploitants agricoles étant au centre du processus décisionnel, l'AATF souligne la nécessité de faire parvenir les innovations aux agriculteurs rapidement et efficacement afin d'optimiser les bénéfices.

#Innovation_agricole #Petits_exploitants #Productivité #Semences #Recherche_agricole #Accord #Certification #Mécanisation #AATF #AUDA_NEPAD



LIRE AUSSI: Plateforme innovante: Farmerline au Ghana connecte les petits exploitants agricoles aux informations, services et marchés agricoles=> www.talkag.com



SOURCE: www.commodafrica.com





Pichon Gilbert

Des semences agricoles et des tracteurs aux services des agriculteurs nigérians

81 000 tonnes de semences certifiées et une mécanisation agricole qui concerne 632 gouvernements locaux et 140 usines de transformation



Les 632 centres présents dans les gouvernements locaux des 36 Etats de la Fédération, assureront le service des tracteurs et permettront leur location. Ils disposeront d’un bureau informatique, administratif, d’un atelier chimique et d’un magasin pour stocker les intrants ainsi que la production agricole. En outre, 140 usines de transformations agro-alimentaires seront rattachées aux centres de services des 36 Etats. Chaque tracteur disposera d’un système de suivi destiné à faciliter l’identification de la zone couverte et les revenus qu’il génère. Les agriculteurs vont également pouvoir acquérir leur propre tracteur après 3 ou 4 années d’utilisation et du paiement d’un prêt de 150 millions de nairas. La mesure vise à doter d’un grand nombre d’agriculteurs nigérians de tracteurs pour leurs utilisations agricoles.



www.commodafrica.com

#Semences_agricoles #Tracteurs #Aides_Aux_Agriculteurs_ #Nigéria

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Projet APSAN-Mali: Des producteurs bénéficieront de semences améliorées au Mali



Environ de 40 000 producteurs maliens des régions de Sikasso, Koulikoro, Kayes et Ségou, pourront obtenir des semences améliorées de sorgho, de mil, d’arachide et de niébé et ce, dans le cadre du projet Améliorer la productivité des cultures et la résilience au climat pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali (APSAN-Mali)



Il faut dire que des techniques culturales éprouvées, basées sur l’utilisation de semences améliorées, ont apporté des améliorations significatives aux conditions de vie de millions de personnes en Afrique. Quand on parle de semences, on se réfère in fine au premier intrant agricole, dans le sens où sans semences, aucune activité agricole n’est possible. En d'autres termes, c'est ce qui donne son identité à la culture. Le projet APSAN-Mali fait partie d’un programme de l’Union européenne Développer une innovation intelligente grâce à la recherche en agriculture (DeSIRA) mis en œuvre dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut de recherche sur les cultures de zones tropicales semi-arides (ICRISAT) et l’Institut d’économie rurale (IER), ainsi que d’autres organisations paysannes. Plus précisément, ce projet permet, d’une part, l’introduction de ces variétés qui permettent de rendre les plantes (sorgho, mil, arachide et niébé) plus résistantes à la sécheresse et d’augmenter par la même occasion leurs valeurs nutritives. D’autre part, il rend accessible l’accès de variétés performantes et peu connues aux agriculteurs. Ces nouvelles semences possèdent des caractéristiques supérieur ou égales aux semences améliorées déjà existantes au Mali, elles sont créées en utilisant des variétés locales, adaptées aux cultures, mais dont les caractéristiques sont davantage développées.En effet, ces nouvelles variétés ont diverses spécificités. La première d’entre-elles est d’augmenter les rendements des cultures de 30 à 40 %. Le sorgho et le mil créent un fourrage qui reste vert jusqu’à la récolte, possèdent un cycle court de 70 à 110 jours, ainsi qu’un rendement grain élevé qui dépasse les deux tonnes à l’hectare. Les nouvelles variétés d’arachide possèdent une haute teneur en huile et un faible niveau d’aflatoxine. Elles sont également tolérantes à la sécheresse et disposent d’un fourrage de qualité. Une caractéristique de fourrage que l’on retrouve également pour les nouvelles variétés de niébé, nettement plus riches en protéine.



#Projet #Nouvelle_variété #Sémences #Mali #APSAN_Mali



LIRE AUSSI: Prévisions de la production de coton au Burkina Faso et au Mali pour la campagne 2020/21=> www.talkag.com





SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Olam International veut cultiver 18 variétés de semences de tomates au Nigéria



En signant un mémorandum d’entente (MoU) avec le Centre mondial des légumes, le géant de l’agroalimentaire Olam ambitionne cultiver 18 variétés de semences de tomates.



D’après le Vice-président de Olam, Reji George, les variétés choisies sont aussi bien adaptées pour la production de tomates fraîches que pour la transformation. Cette initiative entre dans le cadre du projet pilote sur la tomate, géré par la filiale Caraway Africa Nigeria du groupe singapourien. Le matériel végétal sera destiné aux exploitations de la compagnie s’étendant sur 20 hectares dans les États de Kano et de Jigawa. À côté de ses propres plantations, la compagnie a acquis 500 hectares dans le cadre d’un programme ciblant 1 000 producteurs indépendants. Aussi, la compagnie a lancé en octobre dernier le repiquage de ses plants de tomates et envisage de récolter à terme 30 tonnes de fruits par hectare contre une moyenne nationale de 7,5 tonnes/ha. Il faut rappeler que le Nigeria est le second producteur africain de tomates fraîches avec une récolte de 2,3 millions de tonnes. La culture du fruit occupe 200 000 exploitants.

#Olam #Semences #Tomates #Nigeria



LIRE AUSSI:Transformation alimentaire: Une nouvelle usine de tomate implanté au Ghana par deux entreprises chinoise=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com





Traore Phénix Mensah

À quoi doivent véritablement servir les semences industrielle fournies par les firmes semencières en Afrique? (avis de Danièle Clavel du CIRAD)



Dominée encore par une agriculture de type familial, aux antipodes d’un modèle intensif, l’Afrique est plus que jamais dans le viseur des multinationales de semences. Une question demeure: Comment les Etats africains peuvent-ils veiller à ce que les semences industrielles fournies par les grands groupes augmentent globalement les rendements, mais aussi à ce qu’elles servent les intérêts des agriculteurs qui en ont besoin pour leur sécurité alimentaire ?



Selon l’agronome et généticienne des plantes tropicales au CIRAD, Danièle Clavel, les semences industrielles fournies ou plutôt vendues par les grands groupes, sont un mythe. Même les grands groupes savent qu’il faut développer des variétés sur place, mais leur objectif est que ces semences soient identifiables et payantes. Les Etats africains sont souverains et disposent en général des ressources humaines scientifiques capables de conduire des études originales en lien direct avec la réalité du terrain. L’objectif d’instruire les politiques agricoles publiques afin d’accroître l’impact des recherches techniques ou sociotechniques devrait être systématiquement attaché à ce type de travail. Ce lien direct avec le terrain nécessite l’inclusion de tous les types de savoirs et savoir-faire afin de favoriser des innovations variétales qui soient adaptées aux besoins, et que le système dans lequel les semences sont inscrites soit accessible et dynamique, c’est-à-dire capable d’évoluer à l’image des variétés elles-mêmes. La notion de dynamisme est capitale. Si l’innovation autour des nouvelles variétés est co-construite avec des actrices et acteurs locaux, elle a beaucoup plus de chances d’avoir un impact positif et d’être adaptée si le contexte change ou si une nouvelle opportunité apparaît. C’est ce type de compétences que l’Afrique doit développer et non pas des personnes uniquement formées à « transférer » des connaissances et objets technologiques stéréotypés, directement issus de la culture occidentale néolibérale, dont la révolution agricole des années 50 a conduit à un appauvrissement inédit et très rapide de la diversité végétale et animale. Cette recherche, pour exister en Afrique sans se compromettre avec des financements intéressés par les applications commerciales, doit être inclusive. En d’autres termes, elle doit fédérer des organisations paysannes, des ONG et des groupes de femmes très organisés, notamment autour de l’agroécologie, mais qui disposent de peu de moyens. C'est ce genre de recherche variétale qui doit être favorisée. Elle commence déjà à exister et peut être très efficace sans être onéreuse.

#Secteur_semencier #Semences #Afrique



LIRE AUSSI: Influence de la Fondation Bill et Melinda Gates(FBMG) dans le secteur semencier africain: Avis de Danièle Clavel du CIRAD=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com





Traore Phénix Mensah

Intrants agricoles: Revaloriser les savoirs endogènes dans le développement des semences à haut rendement en Afrique (avis de Danièle Clavel du CIRAD)



Aujourd’hui les enjeux de la question alimentaire ne sont plus à démontrer. Le rendement agricole revêt plus que jamais une importance capitale. Le développement des semences à haut rendement est une imminence, puisque la semence reste l’intrant agricole le plus essentiel et sa maîtrise ne doit pas échapper aux producteurs au risque de les rendre plus vulnérables.



Il est vrai que l’augmentation durable de la productivité agricole nécessaire pour atteindre la sécurité alimentaire et une croissance économique inclusive en Afrique n’est pas possible sans un secteur semencier performant. Dans un contexte tels que présenté, l’on assiste à une bousculade de nombreuses firmes agrochimiques sur le marché semencier africain, au vu du fait que le marché est appelé à exploser dans les prochaines décennies. Selon Danièle Clavel, agronome et généticienne des plantes tropicales au CIRAD les institutions de recherche et les pouvoirs publics ont tout intérêt à revaloriser les savoirs endogènes afin d’éviter que les multinationales des semences ne captent les bénéfices du système semencier au détriment de la souveraineté alimentaire. En Afrique, la majorité des producteurs procèdent eux-mêmes à une sélection des semences et les filières paysannes font circuler le matériel génétique, contribuant au développement de variétés adaptées aux conditions locales et à la diversité des cultures. Ce système semencier traditionnel est-il en péril, en raison de la présence croissante des multinationales ? Selon Danièle Clavel, pour cette question, les avis sont partagés sur cette question, car cela dépend de quelles cultures et de quel contexte socio-économique l’on parle. Ce qui est sûr, c’est qu’il est impossible « d’appliquer » en Afrique le système « révolution verte » [basé sur des variétés améliorées à haut rendement de céréales, l’irrigation, les engrais et pesticides, et techniques agronomiques associées. La grande majorité des scientifiques s’accordent, en effet, aujourd’hui sur le fait que l’intensification agricole et la révolution verte, qui ont fait la puissance actuelle des grands groupes multinationaux de la semence, ont conduit à l’extinction de nombreuses variétés et espèces (biodiversité), à la surexploitation des ressources, notamment les ressources en eau, l’augmentation du réchauffement via les émissions de gaz à effet de serre (GES). La riziculture intensive par exemple est responsable de fortes émissions de méthane, au 2e rang après l’élevage, un gaz au pouvoir réchauffant 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2). Je ne parle ici que de la riziculture irriguée avec lame d’eau permanente résultant d’aménagement hydraulique, au demeurant fort coûteux, réalisé sur beaucoup de grands fleuves ou lacs africains.

#Intrants_agricoles #Semences #Afrique



LIRE AUSSI: Intrants agricoles: MAS Seeds ouvre une nouvelle filiale à proximité de la capitale ivoirienne=> www.talkag.com



SOURCE: www.agenceecofin.com





Traore Phénix Mensah

Intrants agricoles: MAS Seeds ouvre une nouvelle filiale à proximité de la capitale ivoirienne



L’augmentation de la productivité dépend largement de la disponibilité des semences de qualité pour améliorer qui contribuent à environ 40% du rendement agricole. Dans la perspective de participer à la production de semences de qualité, MAS Seeds s’installe pour la première fois en Afrique précisément en Côte d’Ivoire..



MAS Seeds est un spécialiste des hybrides Fourragères et des Grandes Cultures et l’un des premiers producteurs de semences qualité en Europe. Un large choix de variétés et de traitements Agrostart pour les protéger. MAS Seeds, filiale de la coopérative Maïsadour, annonce l’ouverture d’une nouvelle filiale à proximité de la capitale ivoirienne. L’entité regroupe un pôle R&D et une unité commerciale chargés de tester et développer une gamme de maïs tropical adaptée aux spécificités climatiques et agricoles du territoire. Il s’agit de la 14ème filiale pour le semencier qui réalise déjà 85 % de son chiffre d’affaires à l’international. Au-delà de la création variétale, MAS Seeds souhaite inciter les distributeurs à créer de véritables filières de production et à les organiser par contractualisation. MAS Seeds poursuit ainsi ses investissements dans la création variétale de semences hybrides de maïs tropical non OGM après le récent rachat d’un programme de recherche au Mexique. Ce fond génétique, en complément de la promotion de meilleures pratiques agronomiques, permet de s’adapter aux différentes situations agro-climatiques d’un marché en forte croissance.Cette présence dans toute l’Europe aujourd’hui, en Asie, en Amériques et désormais en Afrique doit permettre à l’entreprise, qui investit chaque année 15 % de son CA dans la R&D, de conquérir de nouveaux marchés et de faire progresser ses innovations. MAS Seeds ambitionne de tripler son chiffre d’affaires à l’horizon 2026 pour atteindre 500 millions d’euros.



#Intrants_agricoles #Semences #MAS_Seeds #Côte_d’Ivoire #Afrique



SOURCE: www.commodafrica.com







Grosbois Bastian

Evolution des modes et pratiques de production de semences

L’insémination artificielle (IA) dans l’espèce bovine a connu son essor en France au début des années 1950. Aujourd’hui, quatre millions de femelles sont inséminées chaque année sur un cheptel de huit millions de vaches.



Première biotechnologie de la reproduction, elle a d’abord été proposée avec de la semence fraîche, et a bénéficié de l’extraordinaire résistance des spermatozoïdes bovins aux divers traitements ainsi que de l’énorme potentiel de dilution permettant la diffusion accrue des gènes des individus les plus recherchés. L’avènement des techniques de congélation, d’abord en pellets puis en paillettes a permis le développement des programmes de sélection et la constitution de stocks de semence importants. Dejarnette et al. (2004) ont rapporté des valeurs comparables pour plusieurs critères de qualité et la circonférence scrotale ont été observées entre un groupe de taureaux actuels et des taureaux historiques. Avec les avancées technologiques récentes, la caractérisation des éjaculats est facilitée, ce qui contribue aussi à améliorer la qualité de la semence. Les taux élevés de fécondation in vivo (compris entre 79 et 83 %) observés après utilisation de semence congelée vont dans le même sens.



#Génétique #Bien_être_animale #Semences #Bovins #Eleveur #Elevage



SOURCE: www.fao.org



Lire aussi Collecte et conservation des semences dans l’élevage à l’adresse www.talkag.com





Grosbois Bastian

Collecte et conservation des semences dans l’élevage

L’insémination artificielle représente en France la plus ancienne et la plus répandue des biotechnologies de la reproduction.



Elle s’est développée au début des années 1950, d’abord avec de la semence réfrigérée mais a connu son plein essor dans les années 1960 grâce à l’avènement des techniques de congélation d’abord en pellets ou en ampoules puis en paillettes qui ont permis le stockage à long terme des semences et donc le développement des programmes de sélection. Elle apporte des garanties aux éleveurs en termes de qualité biologique et bactériologique de la semence, d’innocuité sanitaire des doses utilisées et de progrès génétique apporté par les reproducteurs issus des schémas de sélection. Sa réussite repose sur la maîtrise des techniques de préparation de la semence comprenant l’environnement à la collecte et le traitement de la semence, sur la technicité des éleveurs notamment pour la détection des chaleurs et sur la qualité et la rigueur de la mise en place. Deux techniques peuvent être utilisées pour la collecte de la semence des mâles. La première est la collecte à l'aide d'un vagin artificiel, la seconde est la collecte à l'aide d'un électroéjaculateur. Cette dernière technique a été employée dans le passé avec des succès inégaux; elle conduit à l'obtention de semence ayant des caractéristiques différentes de celle obtenue au vagin artificiel. De plus, cette technique paraît douloureuse pour les animaux.



#Génétique #Bien_être_animale #Semences #Eleveur #Elevage



SOURCE: www.fao.org



Lire aussi La génétique: Les mélanges des races à l’adresse www.talkag.com





Traore Phénix Mensah

Intrants agricoles au Nigéria: NASC-National Agricultural Seed Council au Nigéria veut revitaliser le secteur semencier



La NASC, a pour mission de transformer le système de semences nigérian en une industrie de semences de premier plan en Afrique subsaharienne digne de générer des devises, un employeur clé de la main-d’œuvre et une contribution positive à l’économie du pays.



Le Conseil national des semences agricoles (NASC-National Agricultural Seed Council) compte revitaliser le secteur des semences au Nigéria. Un plan stratégique quinquennal a été présenté aux parties prenantes. Il vise à renforcer la capacité du conseil à s’acquitter de ses responsabilités en matière de coordination et de réglementation de l’industrie des semences au Nigéria, a précisé le directeur général du NASC, Phillip Olusegun Ojo. Ce plan a été élaboré avec le soutien de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) et l’agence américaine USAID dans le cadre du Partenariat pour une transformation agricole inclusive en Afrique (PIATA). Les semences, qui sont à la base de l’agriculture, constituent un défi majeur pour le secteur agricole nigérian en raison de la multiplication des semences factices et non certifiées sur le marché libre, observe le NASC.

#Intrants_agricoles #Semences #Nigeria

www.talkag.com

SOURCE: www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Le semis du sorgho: Conditions générales du semis et désinfection des semences.



Le semis est une étape importante de la réussite de la culture du sorgho. Donc, elle ne doit pas être négligée. Sa graine est de petite taille et ses besoins en température sont plus élevés que ceux des autres cultures d’été. C’est pourquoi, la préparation du lit de semences doit être soignée pour obtenir une profondeur de semis régulière et un bon contact sol-graine.



Le sorgho doit être semé dans un sol bien humide. En culture pluviale, il est fortement déconseillé de le semer en sec ou dans un sol en voie d'assèchement. Par exemple, après une pluie de 20 mm en début de cycle on peut semer pendant 48 heures au maximum. Au-delà, il faut attendre la pluie suivante pour reprendre l'opération. Les semences doivent être désinfectées avec une formulation fongicide-insecticide adaptée à leur protection, généralement à la dose de 300 9 de mélange pour 100 kg de semences. Les fongicides les plus utilisés sont: le thirame et les organomercuriques; les insecticides les plus fréquents sont l'aldrine, L'hoptachlore et le carbofuran. L'emploi de ce dernier à la dose de 1 kg de m.a./ha protège également la jeune plante contre la mouche de la pousse. Deux campagnes sont économiquement intéressantes : une campagne d’hivernage avec des semis fin juin-début juillet et une campagne de contre-saison froide avec des semis début octobre. Les meilleurs rendements en grain sont obtenus avec les cultures de contre-saison froide qui assurent un rendement d’environ 20% supérieur à celui des cultures d’hivernage.

#Semis #Semences #Sorgho

www.talkag.com

SOURCE: www.nzdl.org





Traore Phénix Mensah

La multiplication des semences de sorgho: le moyen de mettre à la disposition de l'agriculteur la variété qu'il a choisie, créée et évaluée.



Le renouvellement des semences, nécessaire pour maintenir le niveau de pureté des variétés lignées - pures, devient absolument indispensable dans le cas des hybrides. On se reportera au manuel Vandevenne - Bono 1987 pour approfondir ces questions en cas de besoin.



Une fois que la variété a été adoptée par le paysan, les semences peuvent soit être achetées à l'organisme semencier, soit être obtenues par une multiplication-relai sur l'exploitation ou le village à partir d'une faible quantité de semences de pureté parfaite fournie par l'organisme semencier. Celui - ci assure des générations successives de multiplication portant les appellations G pour les premiers stades, R pour les suivants à partir du noyau fourni par la station de création. Pour le sorgho, faiblement allogame, ce noyau est constitué de panicules autofécondées. C'est également ainsi que la recherche conserve ses variétés en collection. On ne peut utiliser les semences récoltées sur un tel hybride car, par nature, elles donnent des plants très hétérogènes, certains étant, de plus, stériles. Il convient donc de renouveler les semences tous les ans.

#Semences #Sorgho

www.talkag.com

SOURCE: www.nzdl.org

www.nzdl.org




Traore Phénix Mensah

La conservation des semences d’arachide, en zone humide, pose des problèmes particulièrement aigus.

Les semences étant le premier intrant de la culture, ils doivent être maintenues à un haut niveau de qualité jusqu'à leur période d'utilisation, qui peut être postérieure de plusieurs mois à la collecte.



Pendant toute la durée de leur conservation, les semences seront soumises à des agressions de la part d'organismes vivants (insectes et champignons essentiellement), dont l'activité est étroitement liée aux conditions du milieu extérieur (température et humidité relative de l'air, composition chimique de l'atmosphère), et aux caractéristiques du produit stocké. les expériences ont permis de déterminer que les stocks de semences en coques ne devaient pas dépasser 10 % d'humidité pour une conservation de cinq mois (grande saison sèche). Par contre les lots ayant un taux de 8 % se conservent pendant neuf mois. L'accroissement de l'acidité, dans ces conditions, est faible (0,5 % par semestre). Il est donc recommandé, lorsque les installations adéquates ne sont pas disponibles, de produire les semences de préférence en deuxième cycle de culture. Toute opération de relance de production arachidière devra commencer par la mise en oeuvre d'un programme de multiplication semencière incluant la distribution annuelle ou le renouvellement périodique du capital semencier.

#Semences #Arachide

www.talkag.com

SOURCE: agritrop.cirad.fr





agritrop.cirad.fr




Traore Phénix Mensah

Traitement des semences d’arachide: Enrobage à sec des graines de semences.

Les semences d'arachide sont coûteuses, pondéreuses, volumineuses et fragiles. Elles sont sensibles au rancissement, à la chaleur, à l'humidité et à divers prédateurs des stocks contre lesquels la présence d'une coque ne constitue pas une précaution suffisante.



Il est recommandé d'effectuer un enrobage à sec des graines de semences avec un produit fongicide auquel on ajoute parfois un insecticide à titre répulsif. L'effet, en termes de pourcentage de graines germées, est toujours important et parfois considérable (30 % et plus) si les graines ont été semées dans des conditions d'hygrométrie défavorables, trop profondément ou trop superficiellement. L'opération s'effectue soit par brassage manuel dans une bassine, soit dans un tambour mélangeur constitué d'un fût posé sur un trépied actionné par une manivelle servant d'axe décentré. La formulation sera fonction des produits recommandés ou disponibles localement ; citons la formulation commerciale Granox employée au Sénégal à la dose de 2 ‰ (100 grammes pour 50 kilos de graines), composée de Captafol + Benomyl + Carbofuran en proportions 10-10-20, le reste étant composé de poudre adhésive (talc ou attapulgite).

#Semences #Arachide

www.talkag.com

SOURCE: agritrop.cirad.fr

agritrop.cirad.fr




Traore Phénix Mensah

Mise en place de la culture: préparation de la semence d’arachide

La semence d'arachide est fragile: elle devra être produite avec soin, stockée en gousse à l'abri des déprédateurs dans des conditions satisfaisantes de température et d'humidité, manipulée sans brutalité pour être enfin décortiquée, triée et traitée le plus tard possible avant semis.



En milieu paysannal, les semences sont conservées ou achetées en coque, afin de conserver le plus longtemps possible leur protection naturelle. Le décorticage mécanique à l'aide d'appareils rudimentaires ou mal réglés, de lots eux-mêmes souvent hétérogènes, brise une proportion non négligeable des graines. Le rendement en semence est alors généralement inférieur à 50 %. Le décorticage manuel est préférable, d'autant qu'il peut être effectué en morte saison par la main-d'œuvre familiale. Prévoir 10-15 kg par jour et par personne de graines triées. Il est recommandé de traiter ces semences avant semis (voir plus loin, défense des cultures). La vérification de la qualité semencière peut être effectuée au moyen d'un test simple (germination sur sable humidifié et comptage des graines germées au bout de quatre jours). Un lot destiné à être utilisé comme semences devra présenter un taux de germination de 85 % au moins (ce test indicatif n'a aucune valeur réglementaire au niveau des transactions internationales régies par les dispositions beaucoup plus astreignantes de l'ISTA).

#Semences #Arachide

www.talkag.com

SOURCE: agritrop.cirad.fr



agritrop.cirad.fr




Traore Phénix Mensah

La culture du soja

La qualité des semences



Utilisez uniquement des semences de haute qualité pour les semis.



La phase de la semis du soja est délicate comme toute autre culture. Pour un bon rendement, la qualité des semences est un grand facteur. Pour favoriser une bonne germination, il faudra s’assurer que les semences n’ont pas plus de six mois. Avant donc la semis, il faut débarrasser les semences de tous insectes, maladies et graines de mauvaises herbes. Il est déconseillé d’utiliser les semences détériorées ou ridées, ou les graines perforées. Il est possible de conserver les fèves d’une saison à l’autre, mais pour obtenir de meilleurs rendements et une meilleure qualité, il est préférable d’acheter de nouvelles semences de variétés améliorées toutes les deux saisons. Pour être sûr que les semences sont bonnes, il faut effectuer un essai de germination 10 jours avant les semis. Pour assurer la formation de nodules sur les plants, il faut inoculer les semences avec des inoculants certifiées de bactéries de type rhizobium. S’assurer toujours d’avoir le bon inoculant pour le soja, car chaque légumineuse a besoin d’une sorte de bactérie rhizobium différente. Le mode d’utilisation des inoculants figurent sur l’emballage.

#Semences #Culture #Soja

www.talkag.com

scripts.farmradio.fm

scripts.farmradio.fm




Traore Phénix Mensah

Les semences

Des graines de qualité pour la semis



Pour nourrir tout le monde, tout le temps, et dans tous les pays, il faut des graines de qualité.



Le choix de la semence détermine la qualité de la production. La semence constitue donc le point de départ de la culture, la germination n’étant qu’une partie du processus. Bien germer n’est pas suffisant pour obtenir une production de qualité, il faut que la semence réponde à tous les autres critères d’état sanitaire et de conformité. Il est conseillé d’utiliser des semences de qualité qu’elles proviennent du commerce ou d’autoproduction, chacun fera son choix. Pour nourrir tout le monde, tout le temps, et dans tous les pays, il faut des graines de qualité. C’est pour cette raison que, dans le cadre de son Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (WAAPP), la Banque mondiale collabore avec la Côte d’Ivoire comme avec d’autres pays de la sous-région pour revitaliser ou renforcer les systèmes de production de semences. Dans toute l’Afrique de l’Ouest, le WAAPP apporte son soutien aux efforts déployés par les pays pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies en faveur des systèmes semenciers, pour optimiser les règlements régionaux et pour renforcer les systèmes de certification des graines. Un projet de cette ampleur repose sur la collaboration : le WAAPP travaille notamment avec des scientifiques, des agriculteurs et des entreprises privées afin de faire en sorte que davantage de personnes aient accès à des semences améliorées de riz, de bananier plantain et d’autres cultures de base.

#Semences

www.talkag.com

www.banquemondiale.org



www.banquemondiale.org




Traore Phénix Mensah

Les petits exploitants et les semences

L’industrie semencière en Afrique.



La FAO et le CORAF veulent augmenter l’accès aux semences de qualité en Afrique de l’Ouest et du Centre.



En agriculture, tout commence avec une semence. L’accès à des semences de qualité permet aux agriculteurs de mieux s’adapter au changement climatique. Ces semences, combinées à des pratiques agronomiques durables, permettront un changement économique susceptible de sortir des millions d’agriculteurs africains de la pauvreté. Selon la FAO, le taux de prévalence de la sous-alimentation en Afrique de l’ouest a grimpé de 10,4% de la population en 2012, à 15,1% en 2017. En Afrique centrale, selon la même source, ce taux est passé de 26% à 26,1%, sur la même période. Compte tenu de l'importance des semences pour l’agriculture, la fondation Access to Seeds a procédé à une étude de l’industrie semencière en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, en se basant sur des critères tels que la gouvernance et la stratégie, les ressources génétiques, la propriété intellectuelle, la recherche et développement, la production de semences, la commercialisation et le renforcement des capacités. Suite à l’étude, le classement de l’Indice d’accès aux semences 2019 en Afrique de l’Ouest et du Centre, a été publié. L’objectif de la publication de cet indice est que les bonnes semences soient accessibles aux petits exploitants de la région. Et pour cela, il faut que les entreprises fassent un travail de recherche et de vente. Céla permet d’apporter aussi de la transparence et de la connaissance dans le milieu semencier en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale.

#Pétits_exploitants #Semences

www.talkag.com

www.talkag.com

www.scidev.net

www.scidev.net




Traore Phénix Mensah

Les semences

Foire aux semences



Il faut des semence qui peuvent survivre aux stress climatiques



Les agriculteurs surtout les petits exploitants des zones rurales, font face ces dernières années à des situations au rang desquelles l’on peut citer les problèmes semencier et le changement climatique. En ce qui concerne particulièrement les semences, elles constituent l’un des éléments fondamentaux de début de saison. Déjà l’approvisionnement en semences est une casse tête et si en plus, le choix doit être fait en tenant compte des facteurs climatique; le sujet mérite donc une attention particulière. Dans le cadre d'une initiative dirigée par le CTA visant à aider les agriculteurs à faire face à la sécheresse et à d'autres phénomènes météorologiques extrêmes, des foires aux semences sont organisées en Zambie afin d'améliorer l'accès à des semences de qualité de variétés de maïs tolérantes au stress pour les petits exploitants. La plupart des vendeurs de semences, manquent de connaissances sur les différentes variétés de cultures et les meilleures pratiques agronomiques, et sont mal placés pour conseiller les agriculteurs sur les semences adaptées à leurs conditions. Certaines sociétés semencières privées ont mis au point des variétés tolérantes au stress pour des régions écologiques spécifiques, mais elles ne sont pas aussi bien connues que les semences couramment utilisées des variétés régulières.

#Semences

www.talkag.com

www.cta.int

www.cta.int




Bomboma Jean

Semences

Critères pour une bonne culture



La qualité des semences est la clé pour établir une bonne culture (ou une culture de couverture). Certains des composants critiques de la qualité des semences sont le pourcentage de germination, l'analyse mécanique de la pureté (% autres cultures,% inerte et% de mauvaises herbes) et une liste des mauvaises herbes nuisibles identifiées par leur nom scientifique / commun et la quantité trouvée. Alors que les producteurs recherchent des sources de semences pour couvrir de manière vivante les superficies autrefois réservées au maïs ou au soja, il est important de prêter attention à la qualité. Ces tests peuvent également être nécessaires sur les lots de semences pour une utilisation dans certains programmes de secours. Les semences commerciales ou certifiées utilisées pour les cultures de couverture doivent porter une étiquette indiquant la variété et les mesures de la qualité des semences ci-dessus.

#Semences #Conseil_agronomique



www.talkag.com

www.ocj.com

www.ocj.com




Bomboma Jean

Semences

Contact graines-sol, facteur indispensable pour une maximiser le potentiel de rendement



Pour que la germination se déroule correctement, les semences de maïs doivent être suffisamment en contact avec le sol. La germination doit être inégale si la plantation donne lieu à un contact médiocre entre les semences: sol lourd après le labour, sillons avec résidus épinglés, sillons ouverts où les semences sont visibles, etc. Un contact adéquat entre les semences et le sol est essentiel pour assurer la levée uniforme des plantes. semis de maïs. Les graines doivent être placées fermement au fond d'un sillon bien fermé pour permettre un contact graines-sol.

#Conseil_agronomiuque #Semences



www.talkag.com

www.ocj.com

www.ocj.com




Bomboma Jean

Maïs

L’émergence uniforme et l’espacement des semences



L’émergence et l’espacement des semences sont deux des aspects de l’établissement des peuplements dans le maïs souvent discutés par les agronomes. L'espacement des «palissades» dans le maïs permet aux plantes de se développer efficacement tout en minimisant la concurrence entre elles. Une levée uniforme est plus importante encore pour atteindre des rendements élevés. Les plantes qui n'ont qu'un collet de feuille derrière (en raison d'une levée inégale) réduisent considérablement le rendement. Selon Paul Jasa, ingénieur agronome de l'Université du Nebraska, «Quand une usine se développe avant son voisin, son rendement en souffre énormément. Cela va varier quelque peu d'une année à l'autre, mais une usine à la traîne par rapport à son entourage devient une mauvaise herbe. »

#Conseil_agronomiuque #Semences #Maïs



www.talkag.com

www.ocj.com

www.ocj.com




Bomboma Jean

Semences

Contact graines-sol, facteur indispensable pour une maximiser le potentiel de rendement



Pour que la germination se déroule correctement, les semences de maïs doivent être suffisamment en contact avec le sol. La germination doit être inégale si la plantation donne lieu à un contact médiocre entre les semences: sol lourd après le labour, sillons avec résidus épinglés, sillons ouverts où les semences sont visibles, etc. Un contact adéquat entre les semences et le sol est essentiel pour assurer la levée uniforme des plantes. semis de maïs. Les graines doivent être placées fermement au fond d'un sillon bien fermé pour permettre un contact graines-sol.

#Conseil_agronomiuque #Semences





www.talkag.com

www.ocj.com



www.ocj.com




Bomboma Jean

Semences

Profondeur de semis, facteur indispensable pour une maximiser le potentiel de rendement



Une profondeur de semis uniforme et uniforme est un facteur important qui peut aider à assurer une levée uniforme. En général, une profondeur de semis de 1,5 à 2 pouces est la profondeur de plantation recommandée pour le maïs, en fonction des conditions du sol. La plantation de moins de 1,5 pouces peut entraîner une levée médiocre ou inégale des semis de maïs. Les réglages de la roue de jauge, la pression au sol, les conditions du terrain, les résidus et la vitesse du planteur affecteront tous la profondeur de semis. Assurez-vous que les planteurs sont correctement réglés et que l'équipement fonctionne à la vitesse correcte. Vérifiez la profondeur de semis régulièrement tout au long du processus de plantation pour assurer l'uniformité.

#Conseil_agronomiuque #Semences



www.talkag.com

www.ocj.com

www.ocj.com




Bomboma Jean

Semences



Humidité du sol, facteur indispensable pour une maximiser le potentiel de rendement



L'humidité du sol lors de la plantation est un élément important pour assurer une levée uniforme. Les semences doivent être plantées dans suffisamment d'humidité pour permettre la germination. La plantation dans des sols trop humides gênera le développement des plants de maïs et entraînera un compactage préjudiciable au rendement ainsi que le compactage des flancs du sillon de la graine.

#Conseil_agronomiuque #Semences



www.talkag.com

www.ocj.com

www.ocj.com




Traore Phénix Mensah

Les intrants agricoles

Les sociétés semencières au Nigeria



$1,9 million en faveur des sociétés semencières au Nigeria



D’une durée de trois ans, le projet Early Generation Seeds (EGS) a bénéficier d’un financement de $1,9 million de l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA), l’USAID, l'Agence du Royaume-Uni pour le développement international (DFID), les fondations Bill et Melinda Gates et Rockefeller, tous membres de Partnership for Inclusive Agricultural Transformation in Africa (Pitia). L’objectif est de fournir à deux millions d'agriculteurs des semences améliorées et certifiées de riz, de soja et de maïs. Selon le directeur du Conseil nigérian des semences agricoles (NASC), Phlip Ojo, le Nigeria a besoin d'environ 400 000 tonnes de semences certifiées chaque année, ajoutant que la fourniture de 1 810 tonnes de semences de base permettrait aux sociétés semencières de répondre à la demande.

#Intrants_agricoles #Semences

www.talkag.com

www.talkag.com

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Bomboma Jean

Inoculation du soja

Proposition des semences pré-inoculées



Aujourd’hui, deux produits utilisés pour la pré-inoculation des semences ont obtenu une autorisation de mise sur le marché et cela permet de faciliter l’opération au moment du semis; ils ont été évalués en essais à Terres Inovia depuis 3 ans. Rizolig Top (souche G49) est proposé par une société argentine, Rizobacter, ce produit est composé d’un inoculum liquide à base de souche G49 associé à une solution carbonée. Il permet à l’agriculteur de pré-inoculer les semences jusqu’à 15 jours avant le semis. Les résultats obtenus en 2018 sont bons. Néanmoins attention aux conditions de stockage des semences entre la pré-inoculation et le semis. Hicoat Super (souche 532C) est un inoculum liquide qui permet un pré-enrobage des semences certifiées en usine (60 jours de préférence).

#Soja #Semences #Inoculation



www.talkag.com

cdn2.regie-agricole.com

cdn2.regie-agricole.com




Bomboma Jean

La semence française

Les avantages



Un succès que clame le secteur agricole



Plusieurs facteurs jouent sur le succès du secteur semence en France. Les agriculteurs français sont donc à la pointe de l’innovation en sélection variétale, ce qui permet de diffuser leurs variétés dans le monde entier. Leurs entreprises engagées dans la sélection couvrent la grande majorité des espèces cultivées au plan mondial telles que le maïs, les céréales à paille et protéagineux, les plantes fourragères, les oléagineux et les potagères. Leur secteur est très largement encadré par une réglementation européenne et nationale parmi les plus complètes au monde, avec en particulier un système de certification qui garantit aux utilisateurs leur qualité et une parfaite traçabilité. Les entreprises de sélection doivent donc anticiper les futurs défis de l’agriculture et faire évoluer leurs axes de recherche selon les besoins techniques des producteurs, par exemple les résistances aux maladies ou les caractéristiques d’aptitude à la transformation, mais aussi ceux selon les besoins des consommateurs qui évoluent sans cesse.

#Semences



www.talkag.com

www.agriculture-internationale.com

www.agriculture-internationale.com




Traore Phénix Mensah

Les semences

Les semences améliorées



La semence est sans doute l’élément premier dans l’agriculture.



Bien que le développement de semence considérablement progressé au cours des dernières décennies, l'adoption de semences et de variétés améliorées par les petits agriculteurs est variable. Cela suggère que les méthodes de recherche pour étudier la demande en semences des agriculteurs ne fournissent pas d'informations qui reflètent les décisions et comportements réels des agriculteurs en matière de choix et d'acquisition de leurs semences. Nous suggérons que les méthodes de recherche permettant d'analyser la demande en semences des agriculteurs déterminent la disponibilité des semences. Ceci est soutenu par la théorie de la vie sociale des méthodes. Il est soutenu que l’accès aux semences et leur attrait dépendent fortement du contexte pour un agriculteur, influencé par sa position sociale, le rôle de la culture ou de la variété dans le système agricole, le lien avec le marché, la conditions, et ce contexte est très variable.

#Semences

www.talkag.com via @talk_ag

oar.icrisat.org



oar.icrisat.org




Traore Phénix Mensah

Les céréales

Les semences hybrides.



L'utilisation par les agriculteurs des variétés de semences hybrides est l'un des principaux challenges de la filière



L'Etat Malien subventionne l'achat d'engrais mais aussi le petit et grand matériel de culture. Il subventionne les semences dont, en premier, le maïs. Au début, c'était uniquement le maïs hybride mais des négociations sont en cours pour l'achat du maïs conventionnel aussi. L'utilisation par les agriculteurs des variétés de semences hybrides est l'un des principaux challenges de la filière. Selon le responsable des Chambres d'agriculture, Il existe une concurrence entre les semences produites au niveau local et les semences hybrides. Aussi, s'agissant des semences hybrides mises sur le marché, il y a tout un protocole car les paysans ne sont pas habitués à n'utiliser qu'une seule fois des semences, puis à les jeter. Car les semences hybrides donnent un grand rendement mais ne peuvent être réutilisées. Donc des formations sont organisées sur la bonne utilisation de ces semences hybrides pour avoir plus de productivité mais avoir aussi un mécanisme pour remplacer ces semences.

#Céréale #Semences

www.talkag.com via @talk_ag

www.commodafrica.com

www.commodafrica.com




Traore Phénix Mensah

Les bonnes semences

Pour une bonne productivité



Une diversification des semences peut impacter la productivité



Selon Kalibate, présidente de l’AGRA, les semences de variétés améliorées sont importantes pour augmenter les rendements et assurer la sécurité alimentaire, une nutrition adéquate et une prospérité non seulement pour les petits exploitants mais pour la population en général. Pour elle, les entreprises de semences privées locales jouent un rôle essentiel dans la mise en place d'une véritable révolution verte en Afrique. Ces sociétés devraient diversifier leurs semences de maïs pour inclure d'autres cultures pouvant jouer un rôle dans la sécurité alimentaire et l'adaptation au changement climatique, telles que le sorgho, le mil et les légumineuses telles que le niébé, le pois d'Angole et le gramme vert. Les sociétés sont également les mieux placées pour produire de manière innovante des semences et du matériel de plantation destinés à des cultures à multiplication végétative telles que la patate douce et le manioc.

#Semences

www.talkag.com via @talk_ag

sokodirectory.com

sokodirectory.com




Traore Phénix Mensah

De bonnes semences aux agriculteurs

Le programme PASS



Il est important que la semence, premier intrant de la culture soit de qualité.



L’initiative PASS est un moyen d’aider les agriculteurs à lutter contre la faible productivité de leurs cultures, ce qui a affecté l’Afrique subsaharienne parce qu’avant PASS, de nombreux agriculteurs n’avaient accès qu’à des semences qui avaient été libérées il y a 30 ans. En plus de fournir de meilleures semences aux agriculteurs africains, PASS travaille également sur de meilleurs systèmes de sélection et de semences. L'une des solutions consiste à soutenir les équipes de sélection qui travaillent aux côtés des agriculteurs pour développer de nouvelles variétés de semences. PASS poursuit ensuite le processus visant à améliorer la production alimentaire en formant les propriétaires d’entreprises et les entrepreneurs locaux à créer des sociétés indépendantes de distribution et de production de semences. Grâce à ce réseau de base, PASS offre un avenir meilleur aux agriculteurs, aux propriétaires d’entreprise et aux consommateurs africains.

#Semences #Agriculteur

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.borgenmagazine.com

www.borgenmagazine.com




Traore Phénix Mensah

L’agriculture en Afrique

La productivité agricole



L’indisponibilité des semences de qualité comme frein à la productivité agricole.



L'accès à des semences de qualité a également beaucoup de chemin à parcourir en Afrique. Les experts participant au séminaire Afrique sur le développement intégré du secteur des semences (ISSD) au Kenya ont souligné que les petits agriculteurs en Afrique subsaharienne ne sont pas en mesure d'obtenir des informations complètes et un accès à de bonnes semences. La circulation de fausses semences est un problème majeur au Kenya, qui entrave la transformation du secteur agricole. L'Afrique a besoin d'un système semencier performant et axé sur le marché, et de chercheurs scientifiques travaillant avec les petits agriculteurs pour améliorer leurs semences. Le degré croissant de changement climatique aggrave également la situation. Viser des variétés de semences améliorées aidera les cultures à résister ou à résister aux sécheresses et aux inondations, des problèmes qui deviennent alarmants.

#Agriculture_en_Afrique #Productivité_agricole #Semences

www.talkag.com via @talk_ag

www.talkag.com via @talk_ag

www.howwemadeitinafrica.com

www.howwemadeitinafrica.com




Bomboma Jean

Baisse des rendements de betteraves

Sécheresse



La forte teneur en sucre des racines a compensé ces baisses de rendements



Après une année 2017 exceptionnelle, première campagne post-quotas européens, le premier sucrier français Tereos (marque Béghin Say) a ainsi connu une "baisse de 5% du rendement betteravier par rapport à la moyenne quinquennale, due principalement aux conditions climatiques de l'été 2018", indique le groupe dans un communiqué. Mais les bonnes conditions de récolte "ont favorisé les arrachages les plus tardifs, permettant de préserver un maximum le sucre produit au champ, et ont permis d'atteindre un niveau de richesse record par rapport à la moyenne sur cinq ans", ajoute Tereos. Son concurrent "Cristal Union a battu cette année son record de cristallisation, avec une moyenne de production de 15.000 tonnes de sucre blanc par jour", ajoute le groupe.

#Betteraves

#Semences

#Grandes_cultures



www.pleinchamp.com

www.pleinchamp.com




Traore Phénix Mensah

Les semences

Contribution du CORAF



Renforcer les liens entres les producteurs de semences, les contrôleurs et les agriculteurs.



Au cours des cinq années de mise en œuvre du PSAO, les actions du Conseil Ouest et Centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF) ont permis l’adoption du Règlement semencier régional par 84 % des pays, de faire passer le taux de production et de l’offre de semences certifiées de qualité de 12 % en 2012, à 25% en 2017, la génération de nouveaux matériels génétiques climato-intelligents et l’amélioration de la capacité du secteur privé à assurer l’approvisionnement en semences certifiées de qualité. Le CORAF a aussi appuyé la reprise de la production agricole, au Libéria, en Sierra Léone et en Guinée, à travers le programme de réhabilitation post-Ebola qui a aidé à prévenir le spectre de la famine pour 1 million de familles agricoles, en leur fournissant des semences de qualité.

#Semences

www.talkag.com via @talk_ag

www.vivafrik.com

www.vivafrik.com




Traore Phénix Mensah

Les semences

L'harmonisation des politiques semencières



L'harmonisation rapide du transfert des technologies des semences pourrait stimuler l'agriculture.



L’objectif de l’harmonisation du commerce des semences résulte de la mise en œuvre de politiques différentes selon les pays, empêchant ainsi le transfert de technologies pour promouvoir l’agriculture dans la région. Des politiques semencières harmonisées sont la garantie que des pays ayant des caractéristiques de production agricole similaires peuvent échanger leurs semences contre des avantages mutuels sans difficultés. L’initiative de la Banque africaine de développement, intitulée Technologies pour la transformation de l’agriculture africaine, facilite l’harmonisation du transfert des semences, afin de transformer l’agriculture et de stimuler l’agroalimentaire en Afrique.

#Semences

www.talkag.com via @talk_ag

www.scidev.net



www.scidev.net




Traore Phénix Mensah

Intrants agricoles

Qu’est-ce qu’un intrant?



Des semences distribuées aux agriculteurs au Togo.



En agriculture, on appelle « intrants » les différents produits apportés aux terres et aux cultures, qui ne proviennent ni de l’exploitation agricole, ni de sa proximité. Les intrants ne sont pas naturellement présents dans le sol, ils y sont rajoutés pour améliorer le rendement des cultures. C’est en vu donc d’améliorer le secteur agricole togolais que des quantités de semences ont été distribuées aux cultivateurs dans le nord du Togo pour l’agriculture togolaise. Cet acte rentre dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de renforcement des capacités productives et commerciales de la filière soja

#Intrants_agricole #Semences

www.talkag.com via @talk_ag

www.lomeinfos.com

www.lomeinfos.com




Traore Phénix Mensah

Ferme agroécologique

Pour autonomie semencière paysanne.



Qu’est-ce qui motive la production de semences agroécologiques ?



Par définition les semences sont des graines, ou par extension d’autres organes de reproduction, choisies pour être semées. La semence est donc le premier intrant de la culture.Il est constaté que les producteurs sont dépendants des semences importées, pour la plupart des semences hybrides ou OGM, dont la particularité est leur rapide détérioration et l’impossibilité de les dupliquer. La mauvaise qualité de certaines semences constitue aussi la cause des faibles rendements. C’est donc pour pallier cet ensemble de problèmes, que l’Association pour une agriculture durable de Sanguié à décidé de rendre disponibles des semences à la fois pour la production agricole et pour la multiplication.



www.alimenterre.org



#Semences #Agroécologie

www.alimenterre.org




Traore Phénix Mensah

ANCAR : semences de mil de qualité produites par des producteurs qualifiés dans les Niayes

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

ANCAR: production de semences de sorgho dans la vallée du fleuve Sénégal (en wolof)

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Vidéo récolte semence soja

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

C'est quoi les graines de semence de champignons ? / What is mushroom grain spawn

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

La culture du tournesol semences, étape par étape

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

La culture du tournesol semences, étape par étape

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Reportage sur un champ semence de papaye de l'INERA par la RTB2 Hauts-Bassins

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Plantation Oignons semences 2016

www.youtube.com




Grosbois Bastian

ARBORICULTURE - VARIETES

Un processus de création et d’évaluation de variétés adapté aux enjeux de l’AB



identifications des leviers importants de promotion de la filière de création variétale



Les variétés d’espèces fruitières ont été développées depuis des décennies selon des critères qui ne sont pas adaptés pour l’AB ou le très bas niveau d’intrant. Pour mieux prendre en compte les besoins des arboriculteurs bio concernant les variétés, le Centre Wallon de Recherche Agronomique (CRA-W, Gembloux, Belgique) et le Conservatoire de Ressources Génétiques (CRRG, Villeneuve d’Ascq) collaborent avec des arboriculteurs. Ensemble, ils identifient des leviers et des initiatives innovantes pour développer une création variétale adaptée à la bio et aux spécificités de cette filière.

#Agriculture_raisonnée

#Semences

#Nouvelle_variété

www.itab.asso.fr

www.itab.asso.fr




Traore Phénix Mensah

C.T.A.S Production de semences de qualité pour le grand sud malagasy

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

ANCAR : production de semences de sorgho dans la vallée du fleuve Sénégal (en pulaar)

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Production de semences au Sénégal: La forte contribution du PPAAO / WAAPP

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Production, conditionnement et stockage des semences: des acteurs d’Afrique de l`Ouest formés.

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Les coopératives de producteurs de semences certifiées d'arachide : une révolution au Sénégal

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Arachide ... les semences arrivent .....première partie.mp4

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Multiplication des semences

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Production de semences de maïs à Kashimbala (Lubumbashi, RD du Congo)

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Production de semences et de boutures certifiées au Bénin (PADER/FF-UE) - Part2

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Témoignage d'un producteur de semences de riz de Wack Ngouna, site d'intervention du projet APRAO

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Agriculture/Bouaké: l'accès aux semences de riz au centre d'une rencontre

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

Emission REUSSITE Canal + Afrique Seed Co, le champion des semences hybrides

www.youtube.com




Traore Phénix Mensah

De meilleures semences rapportent de plus grandes récoltes en Afrique de l'Ouest

www.youtube.com