Voir plus de contenu

ou


Grosbois Bastian

Les conditions de sublimation du soufre

Pour être efficace, le soufre doit être pulvérisé au plus proche du ravageur, il faut donc bien évidemment viser les parties végétaux infestées. Une application au sol est très faiblement efficace.



La sublimation du soufre, est le phénomène physique qui va permettre au produit de devenir efficace contre le champignon. Ce phénomène correspond à la transformation du soufre solide en soufre gazeux (sans passer par l'état liquide). Les émissions de vapeur de soufre sont d'autant plus importantes que la température et la luminosité sont élevées. La luminosité est le facteur principal agissant sur la sublimation du soufre. Ainsi, par temps couvert, l'action du soufre sera fortement ralentie. Par ailleurs, il faut être vigilant avec des températures trop importantes car au delà de 30- 35°C le soufre peut devenir phytotoxique pour la vigne. Toutefois, tous les cépages ne présentent pas le même niveau de phytotoxicité vis à vis du soufre, les cépages blancs et tout particulièrement les muscats sont fortement sensibles. Le vent est aussi un facteur limitant à l'utilisation d'un tel produit, car en plus des difficultés d'application, le déplacement des masses a pour effet de dissiper l'atmosphère soufré dans lequel est plongé le champignon parasite.



#Soufre #Fongicide #Vigne #Viticulture #Cultures



SOURCE: www.gerbeaud.com



Lire aussi

Le soufre : un produit naturel fongique qui a fait ses preuves, à l’adresse: www.talkag.com





Grosbois Bastian

Le soufre : un produit naturel fongique qui a fait ses preuves

Le soufre utilisé en agriculture est celui que l'on trouve dans les roches. Ses propriétés désinfectantes et fongicides sont connues et utilisées depuis bien longtemps. Il est employé pour lutter contre la pyrale de la vigne. Au cours du XVe siècle, il sert de désinfectant (pour les locaux) lors de l'épidémie de la peste noire. Le 19e siècle voit l'avènement du poudrage de soufre en tant que fongicide. Et dès 1900, les soufres mouillables font leur apparition. Le processus fongicide du soufre est simple : apporté par voie foliaire, il dégage de la vapeur qui pénètre à l'intérieur des cellules du champignon pathogène. Le soufre provoque alors un ralentissement de la croissance, voire une destruction, dudit champignon. Il s'agit là d'une réelle action de maîtrise et de réduction du développement de l'attaque cryptogamique, et qui, de surcroit, n'entraine pas (sauf cas rares) le développement d'une génération de champignons résistants.



#Soufre #Fongicide #Vigne #Viticulture #Agriculture



SOURCE: www.syngenta.fr

www.syngenta.fr




Grosbois Bastian

Traitement adaptés à la conduite de la vigne après des gelées de printemps

Après le gel, évaluer les pertes (pourcentage de bourgeons gelés) permet de choisir la méthode et le traitement adaptés à la conduite des cultures de la vigne pour le reste de la campagne. Les travaux à effectuer doivent se concentrer sur la formation de bois de taille pour l’année suivante, et suivant les dégâts observés. Jusqu'à 40 % de dégâts, la vigne peut compenser seule la perte des quelques bourgeons en favorisant les bourgeons restants, si les conditions climatiques sont favorables. Entre 40 % et 60 % de dégâts la récolte sera partielle, et il faut réfléchir à préserver des rameaux pour former des coursons et baguettes servant à la taille de l’année suivante. Au-delà de 60 % de dégâts la priorité va à la production de rameaux servant à la taille l’année suivante. La récolte peut être nulle.



#Gel #Gelées_de_printemps #Vigne #Cultures #Agriculture



SOURCE: fr.wikipedia.org

Lire aussi



Gelées printanières : Un constat plus mitigé pour le colza, à l’adresse: www.talkag.com





Bomboma Jean

Quels impacts peut-on attendre de cet épisode de gel sur les cultures comme les céréales à paille ?

Cette période de gel a été en tendance moins forte comparée au gel de 2017, « mais elle est intervenue légèrement plus tard dans le calendrier et dans le cycle des céréales d'hiver », précise Arvalis.



La montaison étant une phase phénologique sensible des céréales vis-à-vis du gel, les conséquences vont donc dépendre du stade des cultures : Autour de l'épiaison (notamment pour les orges précoces), « les impacts sont plus difficiles à cerner, faute de références. Nous n’avons pas trace de destructions de fleurs ou d’épis lors de précédentes chutes de températures à des stades tardifs », ajoutent les experts Arvalis.

#Grandes_Cultures #Sols #Vignes #Agricultures



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.terre-net.fr





Bomboma Jean

Quels impacts peut-on attendre de cet épisode de gel sur les cultures comme les céréales à paille ?

Cette période de gel a été en tendance moins forte comparée au gel de 2017, « mais elle est intervenue légèrement plus tard dans le calendrier et dans le cycle des céréales d'hiver », précise Arvalis.



La montaison étant une phase phénologique sensible des céréales vis-à-vis du gel, les conséquences vont donc dépendre du stade des cultures : Pour les cultures après le stade dernière feuille étalée, « la plante atteint le stade de la méiose pollinique. On sait qu’il s’agit d’une phase sensible de la culture, sans pouvoir cerner précisément le poids des stress thermiques, hydriques ou radiatifs ». Dans ce cas, le diagnostic est « impossible avant la fin de la floraison », d'après Arvalis. Vous pouvez observer les fleurs et l'autofécondation. « Si le pollen est faiblement affecté, des fécondations croisées entre plantes peuvent avoir lieu. S’il est fortement affecté, la fertilité épi sera significativement abaissée ».

#Grandes_Cultures #Sols #Vignes #Agricultures



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com





www.terre-net.fr



www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Quels impacts peut-on attendre de cet épisode de gel sur les cultures comme les céréales à paille ?

Cette période de gel a été en tendance moins forte comparée au gel de 2017, « mais elle est intervenue légèrement plus tard dans le calendrier et dans le cycle des céréales d'hiver », précise Arvalis.



La montaison étant une phase phénologique sensible des céréales vis-à-vis du gel, les conséquences vont donc dépendre du stade des cultures : Avant le stade dernière feuille étalée (DFE ou BBCH 39), « une destruction partielle ou totale d’épis est à craindre en cas de gel. Pour cela, il faut des températures significativement inférieures à 0°C pour faire geler les cellules de l’épi. La pluie est un facteur aggravant : s’il a plu fortement juste avant l’arrivée de la gelée et que de l’eau libre est rentrée dans la gaine de la F1, elle peut cristalliser à proximité de l’épi et engendrer des dégâts ». Pour faire le diagnostic, il suffit alors « d'ouvrir la tige et d'observer l'épi ». Si l'épi du maître-brin est gelé, « les talles peuvent prendre le relais (si les conditions hydriques et minérales sont favorables) ».

#Grandes_Cultures #Sols #Vignes #Agricultures



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.terre-net.fr







Bomboma Jean

Quels impacts sur les cultures ?

Pour cette période des Saints de Glace, les gelées matinales sont restées assez limitées. Elles étaient par contre importantes et largement répandues sur le territoire français en début de semaine passée.



Nombreux sont les agriculteurs à s'inquiéter des conséquences possibles pour leurs cultures. Le début du mois de mai a connu une vague de froid importante. Si les gelées matinales en cette période des Saints de Glace (11, 12 et 13 mai) sont restées assez limitées, elles étaient largement répandues sur le territoire français en début de semaine passée (5 et 6 mai notamment). Nombreux sont les agriculteurs à exprimer leurs inquiétudes sur les réseaux sociaux.

#Grandes_Cultures #Sols #Vignes #Agricultures



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.terre-net.fr

www.terre-net.fr




Bomboma Jean

Canicule l'été, des vignes « comme brûlées au chalumeau » dans le Gard et l’Hérault

L'année où des millions de jeunes se sont mobilisés à travers le monde pour préserver la planète, cette viticultrice française a subi dans son quotidien les changements du climat.



« La vigne accompagne l'homme depuis plus de 6 000 ans. Si on ne peut plus la cultiver dans le sud...la vie de l'homme n'aura plus sa place ici », s'inquiète Catherine Bernard. Le vendredi 28 juin, quand sa vigne a été calcinée, plusieurs départements (Gard, Hérault, Bouches-du-Rhône et Vaucluse) étaient placés en « alerte rouge canicule ». Soleil écrasant, vent brûlant et chaleur suffocante ont accablé de manière inédite humains, animaux et végétaux, pourtant habitués à de fortes températures estivales dans ces régions méditerranéennes. La petite commune héraultaise de Vérargues a pulvérisé le record des températures en France avec 46 degrés. Le précédent pic absolu datait de 2003 avec 44,1°C dans le département voisin du Gard.

#Grandes_Cultures #Sols #Vignes #Agricultures



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici :



www.talkag.com

www.sudouest.fr

www.sudouest.fr




Bomboma Jean

Canicule l'été, des vignes « comme brûlées au chalumeau » dans le Gard et l’Hérault

Vignes comme « brûlées au chalumeau », violents incendies lors de la moisson ..., « l'urgence climatique » a bouleversé hommes et animaux en 2019, lors d'une canicule « historique ».



Depuis octobre, ce sont les pluies qui dominent sur la scène météo empêchant les agriculteurs d'emblaver leurs cultures d'hiver dans de bonnes conditions. Canicule et sécheresse pendant l'été, fortes précipitations à l'automne : les agriculteurs ont dû s'adapter aux conditions climatiques particulières de l'année 2019. « C'est le premier vrai avertissement d'un dérèglement climatique », estime Catherine Bernard, dont les vignes ont subi des brûlures soudaines et sans précédent à Restinclières, un village à une trentaine de kilomètres de Montpellier.

#Grandes_Cultures #Sols #Vignes #Agricultures



Retrouvez le lien de l'article précédent en cliquant ici : www.talkag.com



www.sudouest.fr



www.sudouest.fr




Grosbois Bastian

Mildiou de la vigne- Plasmopara viticola

Description de la maladie du Mildiou de la vigne



Sur feuilles,Des plages légèrement décolorées puis progressivement jaunes à contours estompés apparaissent. Elles sont appelées « tâches d'huile ».

Par temps humide, les tâches sur la face inférieure des feuilles se couvrent d'un duvet blanc constitué par les conidiophores et les conidies du parasite. En arrière saison, les tâches sont petites, nombreuses et d'aspect polyglonal, limitées aux petites nervures (faciès « point de tapisserie ») et de différentes couleurs ; c'est le mildiou mosaïque. Les inflorescences atteintes présentent des déformations en forme de « s » , la rafle prend une coloration rouge brunâtre et se déforme en crosse. En conditions humides, les jeunes grains se couvrent de fructifications blanches (faciès rot gris). Des attaques plus tardives produisent le faciès rot brun. Les baies présentent des marbrures brunes ou violacées, partant du pédicelle, ainsi qu'une zone déprimée (faciès « coup de pouce »). La grappe reste sensible jusqu'à la véraison.

Sur les rameaux, Les symptômes sont généralement observés tôt en saison. La zone atteinte est de couleur rougeâtre puis brune. En conditions humides, elle se couvre de fructifications.

Les symptômes les plus graves sont l'apparition de crevasses longitudinales, voire le dessèchement des rameaux.

#vigne

www.syngenta.fr

www.syngenta.fr




Grosbois Bastian

Cycle de développement Mildiou de la vigne- Plasmopara viticola

Mildiou de la vigne- Plasmopara viticola



Le champignon se conserve en hiver sous forme d'œufs d'hiver ou oospores dans les feuilles mortes tombées à terre, au niveau des parties nécrosées. Au printemps, ces oospores germent dès que les conditions d'humidité sont favorables et que la température atteint 11°C. Cette germination donne naissance à des macroconidies qui émettent elles-mêmes de nombreuses spores. Ces dernières, après formation de filaments mycéliens capables de pénétrer entre les cellules du tissu foliaire, provoquent la contamination primaire. Une présence qui peut longtemps passer inaperçue. La pénétration du champignon dans le tissu foliaire reste invisible à l'oeil nu : c'est l'incubation. Au bout de quelques jours, apparaissent des fructifications ou « conidies » à la face inférieure des feuilles, visibles sous forme de taches blanches correspondant aux taches livides, appelées taches d'huile de la face supérieure de la feuille. Une phase d’invasion très vite explosive. Ces conidies émettent de nouvelles spores qui propagent la maladie sur le même cep ou sur les ceps voisins, donnant lieu à des contaminations secondaires : c'est la phase d'invasion. Ces cycles secondaires peuvent être très courts (5-6 jours) quand les conditions sont favorables (températures autour de 25 ° C). Ce processus peut se poursuivre pendant toute la période de végétation, dès lors que température et humidité sont favorables à la maladie.

#vigne

www.syngenta.fr

www.syngenta.fr




Grosbois Bastian

Les images impressionnantes des vignes sous les inondations de l'Aude

Les dommages des eaux sur les vignes



un véritable désastre



La violence des eaux a couché à terre le vignoble. - crédit photo : Caveau de la Mijane.

Sur les réseaux sociaux, les dégâts photographiés montrent combien la viticulture a été touchée par les inondations historiques de l’Aude.

Le syndicat des vignerons de l’Aude transmet sur Facebook un numéro pour recevoir un appui sur les démarches à effectuer :« Nous sommes à votre écoute au 06.37.15.14.05. pour vous informer sur les démarches à effectuer.

Le Syndicat des Vignerons de l'Aude apporte tout son soutien aux sinistrés. Nous avons également une pensée pour les victimes et adressons nos sincères condoléances à leur famille... »

#Agriculture_biologique

#Agriculture

#Vigne

#Inondation





www.vitisphere.com

www.vitisphere.com




Pichon Gilbert

Filière vin Français

Production



Le vignoble français de raisins de cuve est le 2e vignoble mondial derrière



Cultivée sur 1,4 % du territoire national, la vigne tient une place importante dans la production du vin. Elle permet tous les ans à 65 000 exploitations de produire une moyenne de 44 millions d’hectolitres de vins qui sont répartis entre une production de vins de France d’appellations d’origine protégée de 21,3 millions d’hl pour une surface de 446 590 ha, une production de vins de France à indications géographiques protégées de 12,8 millions d’hl pour une surface de 196 750 ha, une production de vins de France sans indication géographique avec mention de cépage qui s’élève à 2,5 millions d’hl pour une surface de 35 430 ha, une production de vins aptes à la production de Cognac de 7,5 millions d’hl sur 75 690 ha.



www.franceagrimer.fr



#vin #vigne





Pichon Gilbert

Le travail de la vigne à cheval - Bourgueil - 2018

www.youtube.com




Pichon Gilbert

Le Clos Des Amoureux

Première Vendange Trois Ans Après Les Plantations



Une récolte dans la bonne humeur



Trois ans après sa plantation, les parrains et viticulteurs ont sillonné les vignes du clos des amoureux pour la première vendange. Une opération qui a permis de recueillir les grappes de pinot noir et gamay. Elle a permis au syndicat viticole de mettre en place une opération de mécénat et permettre aux particuliers comme professionnels de devenir des parrains d’un ou plusieurs ceps.





lejournaldeleco.fr





#ClosDesAmoureux #Vendange #Viticulteurs #Vignes #PinotNoir #Gamay #Ceps