Voir plus de contenu
ou




Afrique Team TalkAG

PROMOUVOIR LA MÉCANISATION AGRICOLE DURABLE EN AFRIQUE, POUR UNE PRODUCTIVITÉ ACCRUE SANS DÉG T ENVIRONNEMENTAL MAJEUR



L’un des freins de l’agriculture africaine est l’indisponibilité remarquable de la mécanisation. En effet, nombreux sont les agriculteurs qui n'ont pas accès aux outils et aux équipements qui leur permettraient d’augmenter les rendements et de réduire la pénibilité. Or aujourd’hui plus que jamais, l’approche numérique de l’agriculture rationalise l’efficacité et la productivité. Encore faut-il opter pour une mécanisation agricole durable.







LA MÉCANISATION, UNE IMPASSE DANS L’AGRICULTURE AFRICAINE



Définition



La mécanisation agricole d’une part englobe l’utilisation d’outils et de matériel ainsi que de machines et d’équipements motorisés pour assurer la production agricole. Ceci comprend à la fois la production végétale et animale ainsi que l’aquaculture et l’apiculture.

D’autre part, elle prend en compte la fabrication, la distribution, la réparation/l’entretien, l’utilisation et la gestion des outils, équipements et machines utilisés dans la production agricole.



Rappelons que de base, l’agriculture exploite trois niveaux de sources d’énergie : manuelle (reposant entièrement sur la force musculaire humaine) ; l’énergie animale et celle motorisée (combustibles fossiles et électricité).



En outre, il convient de faire la nuance avec la motorisation agricole ; qui désigne l’application de tout type de machines ou de moteurs mécaniques, aux activités liées à l’agriculture, quelle que soit la source d’énergie.



En Afrique subsaharienne, l’on remarque que les deux tiers de la puissance utilisée pour préparer les terres à des fins agricoles trouvent leur origine dans la force humaine. Or cette force humaine serait utilisée à hauteur de 30% pour les terres d'Asie du Sud et de 25% pour celles d'Amérique latine. Un constat qui explique en partie la lenteur de la productivité.







Rôle de la mécanisation agricole en bref



Le secteur agricole africains est loin d’atteindre le paroxysme de son potentiel. L’Afrique dispose de la plus grande superficie de terres arables non cultivées de la planète. Environ 60 % de la population africaine vit de l’agriculture.



Plus que jamais, l’agriculture est l’adéquat instrument de lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté. Surtout en Afrique où la question de la sécurité alimentaire occupe une place primordiale dans l'agenda politique des institutions communautaires du continent.

En outre, rappelons que l’agriculture peut également générer un surplus de capitaux ; libérer de la main-d’œuvre pour d’autres secteurs et assurer un approvisionnement alimentaire stable à des prix abordables. Ainsi, elle contribue à la compétitivité de l’économie.



Par conséquent, la mécanisation agricole est indispensable dans la lutte pour la potentialisation du secteur. Elle a une incidence à la fois directe et indirecte sur les écarts de rendement agricole. En effet, elle permet de faciliter les travaux pénibles et de réduire leur volume, de combler les pénuries de main d’œuvre, d’accroître la productivité et la rapidité des opérations agricoles, de renforcer l’efficacité de l’utilisation des ressources, d’améliorer l’accès aux marchés et d’atténuer les risques liés au climat.



La mécanisation agricole peut aider les personnes âgées et les agricultrices, restées en zone rurale, à subvenir à leurs besoins en matière de produits, ce qui contribuerait à améliorer la sécurité alimentaire et à atténuer le changement climatique.



Enfin, il est bien entendu que ce n’est pas une panacée ; mais une option contraignante vers la modernisation agricole. Dans cette quête, encore faut-il composer avec les petits agriculteurs.





LA MÉCANISATION AGRICOLE DURABLE, UN LEVIER POUR UNE PRODUCTIVITÉ RAISONNÉE



La machinerie s’introduit à petit pas dans l'agriculture africaine. Alors, il convient de définir la voie à suivre pour lutter contre les défis des agriculteurs et créer de nouvelles opportunités afin de veiller au bon déroulement du processus de mécanisation. Quand bien même on peut dire que cette dernière a eu globalement des effets positifs ; il n’empêche qu’il y ait de légers méfaits qu’elle peut engendrer.



Ainsi, d’une part, la promotion de la mécanisation agricole durable en Afrique, vise à augmenter la productivité et la production agricoles afin d'éradiquer la faim dans le continent et de nourrir une population de plus en plus nombreuse, de surcroît en voie d’urbanisation rapide.



D’autre part, pour contribuer au développement durable du secteur alimentaire et agricole, la mécanisation durable tient compte des aspects technologiques, économiques, sociaux, environnementaux et culturels.



En effet, il ne fait aucun doute que l'association de la puissance agricole aux outils appropriés ; au matériel et aux machines représente un intrant agricole essentiel en Afrique subsaharienne ; avec le potentiel de transformer les vies et les économies de plusieurs acteurs ruraux. Ainsi, l’approche de la mécanisation agricole durable vise à faciliter le travail des agriculteurs ; tout en réduisant le risque de dommages environnementaux.





Atteindre une mécanisation agricole durable en Afrique



Dans cette perspective, la FAO dans l’un de ces ouvrages définit des éléments prioritaires pour une mécanisation agricole durable en Afrique.



Ainsi, est-il question premièrement de stimuler l’énergie agricole grâce à des technologies adéquates et à des modèles d’activité innovants ; tout en faisant la promotion de mécanismes de financement innovants pour la mécanisation agricole.



Secondo, mettre en place de systèmes durables pour la fabrication et la diffusion d’intrants de mécanisation agricole s’impose.

Troisièmement, intégrer la mécanisation durable dans toutes les chaînes de valeur agroalimentaires ; en créant aussi des systèmes innovants pour le développement et le transfert de technologies durables.



Quatro, appliquer la transformation durable de la préparation des terres ainsi que des pratiques de culture et d’élevage. Il serait aussi important d’assurer la durabilité sociale des petits exploitants et de leurs organisations d’une part ; des femmes et des jeunes d'autre part. À cet effet, il est important que ce type de mécanisation cible les jeunes ; afin de rendre le métier attrayant, en termes d’emploi et de création d’entreprise.



Huitièmement, développer les ressources humaines et renforcer les capacités pour une mécanisation agricole durable ; tout en ayant une vision à long terme, impliquant les questions politiques et stratégiques. Enfin, mettre en place des institutions durables pour la coopération régionale et le réseautage.



Il est aussi nécessaire d’œuvrer à ce que la mécanisation réponde aux besoins des petits exploitants agricoles ; qu'elle ne requiert pas un type d'approche semblable à une «Révolution verte». Cette dernière implique de grandes quantités d'intrants agrochimiques et un labourage destructeur qui menacent la santé et la fertilité des sols.









Contrairement à ce qui peut être dit ailleurs ; il faut reconnaître que ces dernières années, le secteur agricole africain a connu une progression. Une évolution encourageante pour l’avenir car elle montre le potentiel de succès de l’agriculture en Afrique subsaharienne. La mécanisation agricole durable en Afrique constitue un espoir vers l’expression d’une plus-value.



#Mécanisation #Conseil_agronomique



#Mécanisation #Conseil_agronomique


          PROMOUVOIR LA MÉCANISATION AGRICOLE DURABLE EN AFRIQUE, POUR UNE PRODUCTIVITÉ ACCRUE SANS DÉG T ENVIRONNEMENTAL MAJEUR