-18591 Le contrôle biologique des vers de la grappe est porté par toute une communauté de prédateurs et de parasitoïdes, arthropodes mais aussi chauve-souris.

Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

Le contrôle biologique des vers de la grappe est porté par toute une communauté de prédateurs et de parasitoïdes, arthropodes mais aussi chauve-souris.

La lutte bio au cœur des meilleurs stratégies de productions



L'usage des parasitoides



La régulation naturelle des ravageurs de la vigne et particulièrement des tordeuses de la grappe (Lobesia botrana et Eupoecillia ambiguella) s'exerce à tous les stades du ravageur et grâce à la présence de nombreux parasitoïdes et prédateurs y compris les oiseaux et les chauve-souris. Cependant il est difficile de corréler cette prédation à la présence d'habitats semi-naturels présents dans le paysage viticole sauf pour les oiseaux et les chauve-souris. Contrairement aux cultures annuelles, les cultures permanentes comme la vigne peuvent héberger une partie de ces arthropodes auxiliaires. Ces deux ravageurs peuvent causer des pertes de récolte si les populations sont importantes et faciliter l'installation de la pourriture grise. La confusion sexuelle permet aujourd'hui de contrôler ces ravageurs, de même que l'utilisation du Bt.

#Agro_Ecologie

osez-agroecologie.org

osez-agroecologie.org de la Clape (Aude) avec ses infrastructures naturelles


          Le contrôle biologique des vers de la grappe est porté par toute une communauté de prédateurs et de parasitoïdes, arthropodes mais aussi chauve-souris.