Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

Gaspillage et pollution

Gestion efficace du phosphore naturel



Un impératif pour le développement durable



Voilà quelques années que la chercheuse australienne Dana Cordell alerte de la venue proche du « pic de phosphore » et sur les modes de consommation qui n’utilisent efficacement qu’une partie de ces précieux phosphates. En effet, 80% sont perdus entre la production et la consommation : du surdosage dans la formulation des engrais aux gaspillages en distribution et préparations alimentaires, en passant par le rejet des effluents domestiques évacués par les égouts… Si les stations de traitement des eaux usées s’occupent avant tout de traiter les molécules azotées (sans d’ailleurs chercher à les recycler), elles n’ont pas pour mission de récupérer le phosphore, qui est rejeté dans les rivières où il favorise un développement algale jusqu’aux estuaires et dans la mer. Aujourd’hui, il y a consensus sur le fait de récupérer le phosphore contenu dans nos effluents pour, d’une part, éviter la pollution des cours d’eau et des océans et, d’autre part, gérer au mieux les stocks de cet élément dont l’extraction et le conditionnement deviennent de plus en plus couteux.

#Agro-écologie

blog.defi-ecologique.com


          Gaspillage et pollution