Voir plus de contenu
ou




Pichon Gilbert

Sur les chemins de l’agroécologie

Combinaison de l’agro-écologie et agriculture de conservation



Les raisons qui lui ont poussé à faire ce choix



Les rangées d’arbres sont plantées à 32 mètres d’écartement. Il a planté des noyers, des cormiers et des alisiers dont le bois d’œuvre arrivera à maturité dans 60 ans. Son but était de remettre des arbres dans la plaine pour apporter sa contribution au paysage et offrir des coupe-vent aux promeneurs, surtout aux cyclistes. Recherchant la production maximale de biomasse, il additionne la récolte des cultures et la biomasse des arbres. Il augmente la valeur patrimoniale de l’exploitation et les arbres sont inscrits au bilan. Les auxiliaires des cultures sont favorisés dans la bande de 2 mètres sous les arbres et la matière organique issue de la décomposition des feuilles des arbres est restituée au sol.



www.terre-net.fr



#Agroécologie #Agriculture_de_conservation


          Sur les chemins de l’agroécologie