Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

Bocage au Bas-Léon

Valoriser le bois de bocage



Pour y répondre, certaines initiatives ont vu le jour dans les territoires voisins. Dans la commune de Pleyber-Christ, le bois de bocage est par exemple revendu pour servir de bois de chauffage à la piscine. « Dans le Bas Léon, nous réfléchissons à des initiatives similaires, mais il faut que les élus trouvent des débouchés pour le bois » explique Prosper Quellec.

L’autre crainte des agriculteurs est aussi de perdre de la surface cultivable. « Mais ce qu’on perd en plantant des haies, on le regagne dans les champs » affirme Rudy. Un adage vérifié par une étude de l’INRA, qui estime la perte de surface cultivable à la moitié de la hauteur de la haie… mais le gain en productivité de 15 à 20% dans l’ensemble du champ.

Producteur laitier à Plouguerneau, Louis-Yvon Abjean s’est lui aussi lancé dans le replantage de haies. « Les haies, ça protège les vaches laitières, ça participe à leur bien-être » affirme l’agriculteur, en exhibant les chiffres de productivités de ses vaches, bien au-dessus de la moyenne locale. « Ce n’est pas un hasard » affirme-t-il. « Une vache qui se sent bien dans sa peau, bien sûr qu’elle produit plus ».

#Agro-écologie

www.euractiv.fr


          Bocage au  Bas-Léon