Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

L'explosion de la production de lait bio va-t-elle faire évoluer le modèle ?

Depuis l’émergence d’une filière laitière biologique, au début des années 1990, trois vagues de conversions peuvent être identifiées : une première au début des années 2000, une deuxième autour de 2010, et une troisième, amorcée depuis 2017. Si la crise de 2016 a forcément joué un rôle dans ce dernier mouvement de conversion, celui-ci est cependant particulier par son ampleur, explique l’Idele dans son dossier Économie de l’Élevage d’avril 2020.



Partant de 1 % de la collecte laitière nationale en 2008, la collecte de lait de vache bio a dépassé la barre des 4 % en 2019, et le milliard de litres collecté sur 12 mois a été dépassé en mars 2020, soit deux fois plus qu’en 2014. La collecte a enregistré une hausse colossale de près de 280 millions de litres (+ 49 %) entre 2015 et 2018 pour atteindre près de 850 millions de litres selon l’Enquête Annuelle Laitière. Signe d’un véritable changement d’échelle, les transformateurs se sont aussi tournés de façon massive vers le lait biologique. Trois entreprises ont réalisé à elles seules près de 80 % des 320 millions de litres fabriqués en 2018 : Lactalis, Sodiaal et la Laiterie Saint-Denis-de l’Hôtel (LSDH). Il faut dire que la consommation soutient la production. Ainsi, le lait et les produits laitiers représentent 12 % des achats de produits biologiques des ménages en 2018, d’après l’Agence Bio. Alors que l’aval de la filière est désormais massivement engagé dans le bio, des questions se posent quant à la valorisation. Pour les opérateurs de l’aval, la segmentation et l’innovation seront sans doute des facteurs clés de différenciation.



#Consommation #Vaches_laitières #Laiterie #Agriculture_biologique



SOURCE: www.web-agri.fr


          L'explosion de la production de lait bio va-t-elle faire évoluer le modèle ?