Voir plus de contenu
ou




Pichon Gilbert

FICHE TECHNIQUE POUR RÉUSSIR LA CULTURE DE LA PASTÈQUE AFIN D’OBTENIR UN MEILLEUR RENDEMENT

Les récoltes de pastèques sont d’actualité dans la plupart des régions d’Afrique selon les types de variétés et dates de semis. Un mauvais rendement de ce légume fruit peut être dû au fait d’une non maîtrise de sa pratique culturale. Ainsi, pour les amateurs qui décident de s’essayer dans la culture de la pastèque, il y’a des exigences à prendre en compte. Déjà, il faut savoir que la durée du cycle de la pastèque est d’environ 3 à 4 mois. Quelles sont les conditions favorables pour cultiver la pastèque ? Comment conduire la culture de la pastèque ? TalkAG, la nouvelle plateforme de partage du savoir agricole peut-il venir en aide aux agriculteurs ?



Conduite de la culture de la pastèque : De la préparation du sol jusqu’au semis



D’abord, il faut savoir que la pastèque est une plante qui exige assez de lumière et de chaleur. En plus de cela, elle est gourmande en éléments fertilisants. Son élément favori est la potasse. La plante aime les sols assez humides mais déteste les températures trop fraîches. Compte tenu de sa teneur en eau, la pastèque aime être arrosée. Seulement, cet apport doit être bien maîtrisé afin d’avoir de gros fruits. Cependant, quelles sont les conduites à suivre afin de produire en quantité et en qualité ce mélon ?



La préparation du sol; la base avant le semis de grains



En premier lieu, il faut commencer par préparer le sol peu de temps avant le début des premières pluies. Ensuite, il faut savoir que la pastèque n’aime pas les terres inondées ; donc, choisir avec soin la parcelle adaptée. La préparation du sol consiste à :



- Éliminer le couvert végétal pour permettre à la pastèque d’être bien exposée à la lumière ;

- Stocker les débris de végétaux qui se détériorent facilement pour le futur paillage ;

- Piqueter la parcelle en respectant des écartements de 2 m x 1 m ;

- Creuser un trou à l’emplacement de chaque piquet d’environ 60 cm de diamètre et 40 cm de profondeur ;

- Séparer la terre de surface avec celle du fond ;

- Mélanger ensuite la terre de surface avec de la terre noire et de la fumure de fond (fientes de poule, compost) à raison de 3 à 4 kg/poquet ;

- Remplir ensuite chaque trou de ce mélange jusqu’à environ 2 cm du bord ;

- Arroser chaque trou jusqu’à saturation d’eau.



Il est important de bien choisir la variété que l’on veut implanter. Le choix de la variété va d’abord déterminer la résistance de la plante aux maladies ; ensuite la qualité du fruit.



Réussir le semis de deux manières : Direct ou en pépinière



Le semis peut se faire de deux manières différentes. Le semis direct ou en pépinière avant repiquage.



Pour réussir le semi direct, il faut :



- Tremper la semence dans de l’eau pendant une nuit entière. Cependant, le semis doit se faire immédiatement le lendemain sur terre humidifiée ;

- Semer 3 à 4 graines dans chaque poquet en maintenant un écart de 10 cm entre elles et une profondeur de 2 cm ;

_ Tasser légèrement le sol.



Pour réussir le semis en pépinière, il faut :



- Prévoir une ombrière à moitié couverte et un support élevé pour placer les semis (cela permet d’éviter la contamination par les maladies du sol) ;

- Mélanger la terre avec du fumier ;

- Tracer des lignes de semis espacées de 15 cm et semer les graines espacées les unes des autres de 10 cm jusqu’à une profondeur de 3 cm ;

- Arroser régulièrement.



Dès la levée, il faut appliquer un engrais salubre riche en phosphore afin de favoriser le développement des racines ;

Si nécessaire, il faut traiter ;

Préparer le sol 10 jours avant le repiquage comme pour le semis direct ;

Transplanter au stade de 2-3 feuilles, porter les plants avec une motte de terre pour les mettre dans les poquets préparés. Il faut choisir les plants les plus en forme ;

Planter 2 à 3 plants/poquet.



Suivi de la culture de la pastèque : De l’arrosage jusqu'au traitement phytosanitaire





L’arrosage commence juste après la plantation. Le besoin en eau de la plante augmente au fur et à mesure qu’elle grandit. L’arrosage se fait 1 à 2 fois/jour. Arroser autour de la plante et non sur. La quantité d’eau dépend du stade de la plante et des facteurs climatiques. Pendant le grossissement des fruits, il faut apporter une quantité importante d’eau. Cette quantité est revue à la baisse au cours de la maturité pour éviter l’éclatement du fruit et favoriser l’enrichissement en sucre. L’arrosage dépend aussi de la saison.

2 à 4 semaines après le semis, il faut démarier les plants. Dans cette opération, il faut laisser que deux plants par poquet ; les plus robustes surtout. Laisser les plants grandir encore avant de procéder au démariage définitif. Il faut remplacer les plants maigres et les manquants dans les poquets vides en enlevant des plants dans les poquets qui ont mieux réussi ou en allant dans la pépinière.



Quant à la fertilisation, il faut appliquer les fertilisants autour de la plante.



Moyens naturels pour prévenir contre les maladies et ravageurs dans la culture de la pastèque



Avant d’arriver à l’utilisation des produits pour pulvériser, il est important de prévenir contre les maladies. Pour se faire, il faut contrôler le précédent cultural. Il faut s’assurer avant la plantation que la dernière culture en place dans la parcelle n’était pas une Solanacée (piment, tomate, pommes de terre…)



Quant aux méthodes culturales conseillées, il faut :



- Retirer les pieds malades ;

- Pratiquer une rotation des cultures ;

- Arroser au pied des plantes et non sur les feuilles comme énuméré plus haut.



Moyens chimiques de lutte contre les maladies/ravageurs dans la culture de la pastèque



Toutefois, si l’on décide de pulvériser avec des phytos, il est important de savoir que le premier traitement se fait le troisième jour après la levée. Après, il faut traiter une fois au moins chaque mois. Pour chaque traitement, il faut mélanger un insecticide et un fongicide dans un pulvérisateur de 15l d’eau.



À 4 semaines de levée, il faut au moins un pulvérisateur de 15l pour traiter une parcelle de 400 à 500 m2. En cas de traitement en saison de pluies, il faut ajouter dans le pulvérisateur deux cuillères à soupe bien pleine de fixant en plus.



Ensuite, il faut alterner les traitements afin d’éviter que les maladies ne développent des résistances.



Néanmoins, il est nécessaire d’arrêter les traitements 7 jours avant la récolte du premier fruit afin d’éviter les intoxications.



Nota bene : Si après un traitement une forte pluie tombe, il faut le reprendre.



Bien entretenir les parcelles de pastèque avant la récolte



Après la levée, il faut biner. L’opération vise à retourner la terre pour un léger buttage. L’opération se renouvelle après chaque arrosage ou fertilisation. Aussi, il faut veiller à enlever régulièrement les mauvaises herbes à la main dans et aux alentours de la plantation. Pailler le sol en évitant autant que possible les poquets. Enfin, il faut procéder à la taille 11 semaines après le semis. Elle est importante si on veut avoir de gros fruits. Pour faire la taille, il faut pincer la branche à tailler au niveau de la 3e ou 4e feuille après le fruit.

Une fois toutes les étapes susmentionnées passées, il faut récolter les fruits obtenus. La récolte se fait au moins 30 jours après le stade de nouaison. On reconnaît une pastèque mûre à travers le dessèchement du pédoncule, un jaunissement de la partie inférieure de la pastèque et par un son grave sous le choc.



La récolte se fait 1 fois la semaine et peut être étalée sur 1 mois. Il ne faut récolter que les fruits matures. En fonction des variétés les rendements à l’hectare varient de 40 à 50 tonnes.

#Pastèque #Conseil_agronomiques



#Pastèque


          FICHE TECHNIQUE POUR RÉUSSIR LA CULTURE DE LA PASTÈQUE AFIN D’OBTENIR UN MEILLEUR RENDEMENT