Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

SEMIS DIRECT SOUS COUVERT DES CULTURES, UNE PRATIQUE PHARE DE L’AGRICULTURE DE CONSERVATION

Le semis direct sous couvert est une technique agricole qui consiste à planter une culture directement dans un couvert végétal. C’est une pratique importante de l’agriculture de conservation car elle maintient une couverture végétale permanente. L’agriculteur n’a plus besoin d’intervenir mécaniquement dans le travail du sol entre la récolte de la précédente culture et le semis de la suivante.





Description de la technique agricole



On distingue deux types de semis direct sous couvert : la destruction et la conservation du couvert végétal. Le premier cas concerne le couvert détruit et dont la biomasse reste conservée à la surface du sol. Le second, quant-à lui, concerne la conservation du couvert végétal vivant ; il s’agit là de semis direct sous couvert végétal vivant. Dans les deux cas de semis, il faut l’utilisation d’un semoir particulier équipé de dents ou disques capables de positionner la graine au contact du sol, tout en découpant la végétation.



Le semis direct sous couvert consiste à implanter une culture intermédiaire entre la moisson et le prochain semis. Il faut donc une culture contenant de nombreuses espèces. Cela permettrait de maximiser la production de biomasse. Les espèces sont choisies en fonction du sol, des besoins de la culture principale, du climat, etc. Plus tard, la culture intermédiaire est écrasée au rouleau pour accueillir une culture en semis direct sur le couvert de l’interculture.





Avantages du semis direct sous couvert



Le semis direct sous couvert végétal est une technique beaucoup utilisée de nos jours par les agriculteurs. C’est dû au fait qu’il permette de maintenir une couverture végétale permanente. Elle est également appréciée pour limiter le travail du sol à la ligne de semis. L’absence d’intervention mécanique de travail du sol permet un gain de temps, d’énergie et de préservation du sol. Il est possible de semer dans des conditions météorologiques défavorables. Pour l’agriculteur, l’absence de machines et des frais qui en découlent est bénéfique car cela permet d'économiser. Le semis sous couvert réduit l’érosion et renforce l’activité biologique du sol en stockant du carbone et en diminuant l’apport d’intrants chimiques.



Toutes ces actions contribuent à la gestion durable de la matière organique du sol. Les adventices sont de moins en moins favorables à cette technique agricole. Elles ont du mal à germer à partir de graines en surface.





Les inconvénients



Cependant, le semis direct sous couvert présente des limites. Cela se caractérise par des rendements légèrement bas par rapport au système avec labour. Cette baisse est le fruit d'un retard dans le développement de la culture. C'est la conséquence d'un sol plus froid, en raison de la présence de végétation à sa surface. Cette technique demande également une grande technicité et présente des risques élevés liés aux limaces pendant 3 à 4 ans. L’arrêt du travail du sol peut occasionner l’évolution de la flore adventice vers plus d’espèces vivaces et/ou graminées. Planter également sans outils adéquats est vraiment délicat. Autant de raisons qui ne militent pas pour la pratique du semis direct sous couvert. Certaines cultures comme l’orge d’hiver ou le colza n’y sont pas du tout adaptées parce qu’elles subissent de grosses pertes à la levée, dues au développement fréquent des limaces et ravageurs.



#Semis_direct_sous_couvert #Couvert_végétal #Agriculture_de_conservation

Source image : dicoagroecologie



#Semis_direct_sous_couvert


          SEMIS DIRECT SOUS COUVERT DES CULTURES, UNE PRATIQUE PHARE DE L’AGRICULTURE DE CONSERVATION