Voir plus de contenu
ou




Pichon Gilbert

LES EXIGENCES DES TECHNIQUES SANS LABOUR (TSL)

Les Techniques sans labour faisant partie des techniques culturales simplifiées (TCS) ont le mérite de moins perturber la vie du sol qu’un travail du sol profond. Il s’agit des méthodes qui limitent le travail du sol. Elles regorgent deux pratiques agricoles : L’une pour le travail du sol à la surface et l’autre pour le travail en profondeur du sol. Cependant, le passage de l’exploitation en TSL se fait progressivement, de manière à adapter la conduite des cultures aux conditions pédoclimatiques de chaque parcelle. Il faut donc comprendre que cette pratique a des exigences que l’agriculteur se doit de respecter. TalkAG, la plateforme agricole vient en aide aux agriculteurs afin de réussir les TSL.







D'abord, avant de miser sur une technique, l’agriculteur la teste en amont sur une petite surface avant de la généraliser. Pour minimiser la compaction et garder les avantages dûs à l’arrêt du labour, il travaille le sol quand il est sec ; que ce soit en profondeur ou en surface. Par ailleurs, une bonne surveillance des parcelles est de rigueur pour détecter les ravageurs ; tout comme une bonne gestion des bords de champs afin de limiter l’envahissement des adventices. On préconise aussi de suivre le pH du sol lors du passage aux TSL pour pallier à une possible acidification due à l’accumulation de résidus culturaux ainsi que de matière organique dans les premiers centimètres. Mais, il y’a d’autres paramètres à considérer.





Le choix du type de semence et le semis ; deux étapes cruciales en techniques sans labour



En ce qui concerne les semences, choisir la bonne conditionne une excellente tenue des cultures. L’agriculteur s’assure que le cultivar ou l’hybride qu’il choisit est une recommandation pour la région d'implantation de la culture. Des variétés plus rustiques ( résistantes aux ravageurs et maladies) sont obligatoires.

Quant au semis, la présence importante de résidus de cultures est un facteur qui influence les conditions du semis. Le positionnement de la semence dans le sol et le contact sol-semence doivent être adéquats afin de réussir l’implantation de la culture. Pour réussir, il faut avoir le bon équipement, une répartition uniforme des résidus et un faible taux d’humidité de ces derniers.





Le contrôle des adventices ; la difficulté majeure en techniques sans labour



En TSL, la plus grande difficulté est la gestion du désherbage. En effet, ces techniques favorisent le développement des plantes à rhizomes. Ainsi, un travail du sol très superficiel et localisé permet d’éliminer ces adventices. Pour lutter contre les adventices, les techniques culturales font appel à des herbicides totaux peu rémanents, comme le Glyphosate. L’autre solution est la mise en place d’un couvert concurrentiel de ces adventices. Grâce aux inter-cultures, qui souvent règlent le problème de l’excédent d’azote, la lutte contre les adventices s’intègre mieux dans ce système d’agriculture durable.





La gestion des résidus et la rotation de cultures en TSL



Les résidus de cultures sont essentiels en TSL pour permettre la production de la matière organique pour le sol. La méthode de récolte impacte sur la quantité et la distribution des résidus. On les répand de manière uniforme sur la largeur de l’opération de la moissonneuse-batteuse. Un broyeur à résidus, un répartiteur de paille et un répartiteur de balle sont les outils recommandés. De plus, des plants secs facilitent leurs hachages et demandent moins d’énergie. Il faut éviter d’écraser les résidus afin qu’ils sèchent plus rapidement et soient donc plus faciles à travailler. La limitation de la circulation dans les champs afin de ne pas tasser la surface est indispensable pour réduire l’impact de la récolte sur la structure physique du sol.

La rotation des cultures est l’élément essentiel pour préserver la productivité des sols et protéger les cultures contre les maladies et ravageurs. La rotation dans les systèmes où il y'a moins de travail du sol est en général plus longue. Il faut prendre en compte le type et la quantité de résidus. L’impact du type de résidus sur les risques de maladies et d’insectes ravageurs est certain. La rotation des cultures aide à réduire ces risques.





TalkAG, la plateforme de partage du savoir agricole pour débattre sur la thématique liée aux TSL



L’agriculture moderne de nos jours fait appel à internet dans son évolution. L’agriculteur a maintenant la possibilité d’apprendre beaucoup plus vite des autres grâce au web. Aujourd’hui, il a à sa disposition la plateforme Talkag qui lui est dédiée. Grâce à Talkag, il en sait plus sur les techniques sans labour et sait parmi les deux techniques, ce qu’il devra choisir afin d’avoir un bon rendement. Ceci est possible grâce aux différents échanges qu’il a avec les autres agriculteurs partout dans le monde à travers son téléphone portable ou son ordinateur. Talkag, c’est l’échange des techniques agricoles, des conseils agricoles.



En définitive, on peut dire que la simplification du travail du sol est un investissement dans un ou plusieurs outils spécialisés pour le non-labour. Par ailleurs, le passage du labour aux TSL se fait pas à pas pour en tirer tous les bénéfices. Les grandes cultures s'adaptent mieux aux TSL. D’ailleurs, ces techniques sont parfois dominantes dans certaines cultures, avec par exemple 60% de colza implantés sans labour.



#Techniques_culturales_simplifiées #Techniques_Sans_Labour #TalkAG #Conseils_agronomiques


          LES EXIGENCES DES TECHNIQUES SANS LABOUR (TSL)