Voir plus de contenu
ou




Pichon Gilbert

CHOISIR UN COUVERT VÉGÉTAL ADAPTÉ À CHAQUE TYPE DE CULTURE

Un couvert végétal est une plante cultivée pour protéger le sol contre les adventices, l’érosion. Il peut être permanent ou temporaire selon les objectifs de l’agriculteur. Certains couverts, une fois détruites, jouent le rôle d’engrais pour le sol. Cependant, on cultive les couverts végétaux en fonction de la culture suivante. Donc, il faut faire attention au type de couvert afin qu’il ne soit nuisible pour la culture à venir. TalkAG, qu’est ce que c’est? Et, comment peut-il aider les agriculteurs dans leur choix de couverts à implanter?



À chaque culture, son couvert végétal



En alternant céréales à paille et maïs, il faut éviter les graminées en couverture hivernale (seigle, avoine...). Il faut plutôt opter pour les mélanges à base de crucifères et de légumineuses ; puis, surveiller l’alimentation en phosphore du maïs pouvant être stoppée par les crucifères. Éviter aussi le millet qui est difficilement maîtrisable en cas de repousses. Lorsqu’on sème tardivement le maïs, on s’abstient de détruire le couvert après la mi-mars, pour conserver assez la réserve en eau. En inter-culture maïs/maïs, le plus judicieux est le choix d’un couvert qui démarre rapidement et produit peu de végétation. D’ailleurs, l’avoine diploïde mélangée à du trèfle et de la vesce, et la possibilité d’utiliser aussi de la féverole donnent d’excellents résultats.



Choisir le bon couvert végétal pour éviter l'attaque des maladies



Avant les légumineuses, les graminées et la phacélie, c’est bien. Par contre, l’agriculteur se réserve d’introduire des couverts de la famille des crucifères, ou des légumineuses. Ces derniers favorisent le développement du sclérotinia. Certaines légumineuses favorisent aussi la multiplication dans le sol d’Aphanomyces. En revanche, certaines variétés de vesce tolérantes à ce champignon sont intéressantes. Quant au nyger, il peut entraîner un risque de mildiou.



Avant tournesol, l’agriculteur se passe du sarrasin puisqu’il est difficilement maîtrisable en cas de repousses. Pour limiter les risques de mildiou, il est préférable de ne pas utiliser de semences de tournesol ou de nyger dans le couvert d’inter-culture. En revanche, si l’on souhaite le faire, il faut les utiliser à très faible dose. De la même façon, la moutarde et les légumineuses peuvent induire des risques de sclerotinia.



Entre deux céréales en pailles, il faut semer juste après la moisson un mélange de 2 à 3 espèces dont une légumineuse ; ensuite, détruire le couvert au plus près du semis de la céréale afin de profiter de la libération d’éléments fertilisants. Les graminées pures sont déconseillées en couvert. Il peut être intéressant de semer de la moutarde brune puisqu’elle libère des éléments organiques pour le sol en se décomposant; arrête le développement de certains champignons, dont le piétin échaudage.



Semer son couvert végétal au bon moment



Il faut semer tôt le couvert. En le faisant ainsi, il se développe bien et répond mieux à ses objectifs, tout en demeurant longtemps. Il faut le faire Juste après la moisson, afin de profiter de l’humidité résiduelle du sol pour la levée. De plus, les semis précoces avant le 10 août, s’adaptent aux espèces exigeantes à la température et la lumière (nyger, moha, légumineuses…). Néanmoins, pour les semis précoces, l’agriculteur évite les espèces à floraison rapide comme la moutarde blanche ; pour empêcher une montée à graines trop précoce ; ainsi que les espèces sensibles au stress hydrique. Enfin, il faut tenir compte aussi de la rémanence des produits phytosanitaires pour certaines espèces.



TalkAg, la plateforme du savoir agricole pour en savoir plus sur les couverts végétaux



La plateforme pour le partage du savoir agricole TalkAG est à la disposition des agriculteurs pour débattre des différentes thématiques liées à l’agriculture. En ce qui concerne les couverts végétaux, TalkAG est le support à travers lequel les agriculteurs pourront dans un premier lieu s’informer sur ses derniers ; puis, échanger sur le couvert approprié avant un type de culture. L’agriculteur gagne ainsi en performance et apprend de nouvelles techniques sur la culture des couverts végétaux.



En définitive, les couverts végétaux sont un système de culture que l’on apprend à connaître. Il peut engendrer un coût supplémentaire si la semence est coûteuse ou si l'on augmente les passages pour le travail du sol. Une technicité importante est également nécessaire pour obtenir de bons résultats ; c’est-à dire, plus de rendement et moins de charge. Ceci demande donc du temps.



#Couverts_Végétaux #Conseil_agronomiques #TalkAG


          CHOISIR UN COUVERT VÉGÉTAL ADAPTÉ À CHAQUE TYPE DE CULTURE