Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

ELEVAGE DES GÉNISSES, UNE ALIMENTATION RIGOUREUSE

Jusqu’à l’âge de six (6) mois, l’alimentation des génisses doit leur garantir une augmentation de poids vif d’au moins 900 g/jour. L’éleveur doit ainsi pouvoir viser, au terme de cette période, les 220 kg. En effet, un plan d'allaitement bien établie permet une croissance corporel le plus rapidement possible. La longévité de la vache en dépend. Pour éviter toute insuffisance ou surplus d’aliments, les diverses quantités à apporter aux génisses doivent être donc connues avec précision.



L’allaitement des génisses d’élevage



De la naissance jusqu’à l’âge de six mois, l’alimentation des génisses est généralement basée sur l’allaitement. Cela peut se donner comme un lait entier ou un lait de remplacement. Cet allaitement se limite dans le temps et s’accompagne d’aliment concentré et d’un fourrage. Le coût de l’allaitement d’une génisse est élevé mais son importance est capital. Le lait est fourni soit par la vache, soit par l'éleveur. Un maximum de 3.5 à 4 litres de lait chaud doit être distribué aux génisses. Cette quantité se donne par buvée en deux fois par jour. Les meilleurs résultats s’observent avec des seaux dotés de tétines, dans des cases individuelles jusqu’à 8 jours, ensuite de façon collectives. Un veau doit boire au total environ 500 litres de lait. Il faut en dehors de cela, de l’eau propre à disposition dans des abreuvoirs nettoyés tous les jours.

Plus ou moins de lait pour les génisses



Que ce soit un lait entier ou en remplacement, la quantité de lait distribué ne fait pas de différence sur le poids de l’animal à six mois. Certains essais dévoilent qu’un apport renforcé en lait garantie certainement un meilleur développement du veau jusqu’au sevrage. Plus de lait assure une croissance efficace. Néanmoins, ce n’est pas une science exacte. Car les génisses à qui on octroie moins de lait, finissent par s’y habituer. Ils finissent même par rattraper leur retard de croissance pendant les six premiers mois de leur existence. Peu ou beaucoup de laits, il n’y a vraiment pas de différences. L’essentiel c’est qu’au moment du sevrage, les concentrés soient accompagnés de fourrages et de pâturage.



Le passage à l’alimentation solide: Fourrage, ensilage et pâturage



La transition lait à l’alimentation solide amène les génisses de l'état monogastrique à celui de ruminant. C’est également appelé la technique du sevrage précoce. L’alimentation des génisses doit être particulièrement soigné pour en faire des animaux résistants et productifs. L’apprentissage précoce du pâturage, ainsi que des aliments fourragers est gage de réussite.



L’alimentation solide débute vers huit à quinze jour avec du foin, de la paille et/ou de l’ensilage de maïs. L'intérêt est de développer les papilles du rumen. Vers 3 mois, l’animal doit pouvoir consommer 2 à 3 kg de concentré au moment du sevrage. Dès l’âge de 4 mois, la mise à l’herbe de la génisse favorise sa croissance. Ainsi, ces jeunes prendront l’habitude d’aller chercher eux-mêmes de l’herbe de qualité et en quantité. C’est une pratique qui permet de les mettre en contact avec les parasites. Le but est de mettre en place leur immunité à travers des petites infestations. Une bonne ration génisse doit permettre des croissances suffisantes pour vêler précocement. On parle de vêlage précoce à 24 mois et tardif après 28 mois quelque soit la race des animaux.



Compléments d’aliments pour les génisses laitières



Le complément d’aliment dépend de l'objectif de l'éleveur au moment du vêlage, ainsi que de la nature de la ration fourragère. Avoir recours aux compléments dépend de la croissance des génisses. Généralement, le rythme de croissance peut être soutenu pendant deux périodes charnières à savoir : avant 6 mois et lors des 3 derniers mois avant la première mise bas. Durant ces deux périodes on recherche une concentration azotée de la ration de 115 g PDI/ UFL (apport énergétique et azoté). Elle est de 100 g pour les autres périodes. Le complément alimentaire des génisses est spécialement constitué de rations sèche à base de paille, foins et ensilage. Un retard de croissance après le sevrage est difficilement rattrapable. Pour la majorité des éleveurs, le niveau de croissance exigé est atteignable à condition de concentrer suffisamment les rations pendant le jeune âge.





Une vache et un veau au pâturage



L’obtention d’un croît de 800 à 900 g/j dès les premières semaines de vie des génisses nécessite un apport journalier maximum de 1 kg d’aliment d’allaitement. Un apport énergétique équivalent correspond à 6,4 kg de lait entier. La croissance recherchée ne peut être obtenu que si le sevrage a lieu au plus tôt à l’âge de 8 semaines. La plateforme Talkag, un site de partage du savoir agricole met à disposition des éleveurs tous les outils nécessaires pour mener à bien la croissance de leurs génisses. C’est un site qui les forme et les informe sur les différentes rations alimentaires des jeunes bovins. Le partage et la transmission des savoirs entre éleveurs du monde sont ainsi des données importantes et développées sur Talkag.



#Génisses #Alimentation_animale #Bovins #Elevage


          ELEVAGE DES GÉNISSES, UNE ALIMENTATION RIGOUREUSE