Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

TOURNESOL : RÉCOLTER À MATURITÉ ET SANS DÉLAI

En cette année 2020, avec le manque de pluies constaté en Avril, ainsi que les retournements tardifs de cultures d’hiver, les semis de tournesol se sont déployés sur plus d’un mois (parcelles hétérogènes). Il est donc logique que les levées ont suivi ce même procédé. Les tournesols tardifs sont actuellement à la phase de floraison. Tandis que les plus précoces atteignent leur phase de maturité. La maturité est synonyme de récolte, qui sera très étalée cette saison. Il est bon de reconnaître la maturité du tournesol pour le récolter au bon moment, ainsi réduire les risques. Alors quand récolter ?





La récolte optimale du tournesol à maturité



Récolter son tournesol au delà de la période de maturité est une pratique très fréquente. Néanmoins, il est judicieux de rappeler que le tournesol est une plante fragile quand il est à maturité. C’est donc un risque de le laisser sur pied à maturité. Si possible le récolter aussitôt.



Quand récolter son tournesol? Cette période se situe entre 9 et 11 % d’humidité du grain. C’est la norme qui correspond à la maturité physiologique du grain. Récolter trop tardivement entraîne des pertes de rendements. On reconnaît ce stade lorsque quelques feuilles supérieures ont encore du vert ; le dos du capitule n’est pas totalement marron ; il reste au centre une partie jaune ; les bractées autour du capitule sont brunes ; les fleurons se détachent tout seuls ; les tiges (non malades) passent du jaune au beige brun clair. Le rendement du tournesol baisse peu à peu après la période nécessaire à la récolte. Les pertes liées à la surmaturité sont grandes : perte physiologique du poids du grain, égrenage (vent, oiseaux), verse mais aussi aux maladies.



Il est primordial que la teneur en eau de la graine soit en deçà de 30 % pour ne pas défavoriser la teneur en huile. La récolte devra par ailleurs se produire dans les trois à quatre jours après le défanage. Un grain peut être perdu avant le passage de la moissonneuse-batteuse par égrenage naturel par surmaturité, à l’avant de la machine ou à l’arrière après battage. Le réglage de la moissonneuse-batteuse est donc une étape à ne pas négliger. Si le batteur est trop serré ou trop rapide, les capitules peuvent être fragmentés ce qui favorise les impuretés et l’humidité.



Que faire en cas de semis tardifs ?



Les récoltes tardifs auront lieu cette année vers fin septembre allant en octobre. C’est une période moins favorable à la récolte d’un point de vue climatique et des bioagresseurs. Envisager les récoltes le plus tôt possible et faire sécher, est une stratégie conseillée dans ce genre de situation. Le but est de réduire les pertes de graines et de dégager la parcelle pour semer le blé dans des conditions optimales.



La récolte des parcelles hétérogènes



Comment reconnaître une plante de tournesol à maturité n’est pas vraiment la mer à boire. La difficulté se rencontre à l’échelle de la parcelle. Comment reconnaître le stade optimal de récolte de la parcelle toute entière. Dès lors que la majorité de la parcelle a atteint le stade optimal, il faut tenter de récolter. Le fait d’attendre les plants les plus tardifs conduirait à récolter la plus grande partie de la parcelle à surmaturité. Ce qui donc risquerait une perte de graines. On risque également, en attendant avec l’automne en vue, de limiter la perte d’humidité des graines et réduire les plages de récolte en bonnes conditions.



Éviter les pertes dues aux maladies ou aux dégâts des ravageurs



Réaliser une récolte de tournesol au bon stade, permet d’éviter ou de limiter les dégât d’oiseaux et de maladies de fin de cycle (botrytis et sclérotinia notamment), l’égrenage, la pourriture des graines et la verse causée par les pluies, généralement plus fréquentes à l’automne. Les oiseaux causent des pertes fréquentes et importantes sur le tournesol. Ces pertes peuvent s’estimer à 3 à 6 q/ha en prélevant 30 g de nourriture par jour. Cette vulnérabilité des tournesols se situe 20 à 25 jours avant la récolte. Cela représente environ 600 g de tournesol consommé par individu. Pour éviter ces pertes il faut tout simplement éviter de récolter le tournesol trop tard.







Lorsque la maturation est tardive, quand la culture est sale ou quand la récolte est menacée par le botrytis ou le sclérotinia, le Cétiom indique que l'utilisation d'un défanant chimique, le Reglone (diquat) est possible à la dose de 3 l/ha. Ce produit doit être administré en l'absence de vent par traitement aérien ou à l'aide d'un pulvérisateur monté sur un tracteur enjambeur. Talkag, est le canal adéquat pour informer et alerter les agriculteurs sur la lutte agronomique et chimique contre les maladies du tournesol. L’interaction qu’il propose est bénéfique, dans la mesure où l’échange du savoir agricole permet d’éviter l'attente des plantes les plus tardives pour déclencher la récolte de tournesol. Car le risque serait grand de récolter votre parcelle à surmaturité.



#TalkAG #Récoltes #Tournesol


          TOURNESOL : RÉCOLTER À MATURITÉ ET SANS DÉLAI