Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

COMMENT PRÉVENIR LES STRONGLES DIGESTIFS CHEZ LES GÉNISSES ?

Bientôt le printemps, période à laquelle les génisses sortiront pour le pâturage. Cette période expose également les génisses aux infections parasitaires. Ils ne seront pas épargnés par les strongles digestifs et d’autres parasites. C’est donc dès le début de la campagne qu’il faut préparer la saison et anticiper la gestion du risque parasitaire.





Les conséquences des strongles sur les frais d’élevage



Les strongles digestifs sont la cause, pour la plupart, des retards de croissance importants chez les génisses lors de la première année de pâturage, voire la deuxième. Sans une pesée, il est difficile d’appréhender la perte de croissance. Plusieurs études font état d’écart de 20 à 30 kg entre deux lots de génisses, âgées de 6 à 15 mois, en 1ère année de pâture, avec une exposition forte ou modérée. Le retard de croissance agit sur le gabarit de la future vache, ainsi que l’âge du premier vêlage. Un vêlage de trois mois de retard d’une génisse coûte environ 100 à 150 € de frais d’élevage en plus. La solution d’une couverture antiparasitaire large et automatique est coûteuse et n’assure pas l’acquisition de l’immunité. La réduction des traitements systématiques par une conduite appropriée est par contre possible.





L’immunisation, le moyen efficace pour réduire l’infestation



Exposer les génisses au parasite est inévitable et même souhaitable. Au bout de 8 mois de pâturage, les génisses acquièrent d’elles-même une immunité. Ce phénomène est nommé le temps de contact effectif (TEC). Sur l’ouest de la France, l’immunité est acquise en début de 2e année de pâture. En présence de sécheresse, est est acquise un peu plus tard en saison. Il est trop tard, quand vous observez des retards de croissance ou une perte d’état. N’attendez donc pas les symptômes liés aux strongles digestifs avant d’agir. Il faut également plus de rotation sur plusieurs paddocks. Cela permet de réduire le nombre de cycles parasitaires au cours de l’année, et dans le même temps le volume total des larves infectantes.



Prévenir les génisses contre les strongles digestifs passe par la séparation des générations. En effet, il faut séparer les jeunes génisses des plus grandes, même en été. Les jeunes sont plus sensibles et nécessitent une conduite spécifique. Il faut leur réserver des parcelles dédiées au cours des périodes à risque. Les parcelles, après fauche, sont les moins infestées. Le risque ne tient pas à l’âge de la génisse mais au temps (période) d’exposition au parasite. Que ce soit une génisse de 6 ou 10 mois, lors de leur premières sorties, elles sont très exposées au pic parasitaire.





Les antiparasitaires doivent être bien utilisés



L’utilisation des produits antiparasitaires doit être raisonnée pour préserver leur efficacité. Un protocole assez clair du bon usage des antiparasitaires doit être défini avec un vétérinaire traitant. Des utilisations systématiques ou sous dosées sont responsables de l’apparition de phénomènes de résistance.



La combinaison pâturage tournant, des lots d’âges homogènes et des traitements raisonnés est une conduite adaptée pour une gestion efficace des strongles digestifs. N’hésitez pas à faire souvent un point de situation avec votre vétérinaire. C’est plus efficace et moins coûteux que de traiter à l’aveugle.



#Génisses #Bovins #Maladies_animales





#Maladies_animales


          COMMENT PRÉVENIR LES STRONGLES DIGESTIFS CHEZ LES GÉNISSES ?