Voir plus de contenu
ou




Pichon Gilbert

Agriculture de conservation du sol

Concilier écologie et économie



Un sol jamais nu



Pour appliquer le non-labour, Éric Debray change et allonge ses rotations et ne laisse jamais le sol nu. « Je plante aussitôt après la moisson. Les plantes produisent de l’énergie, du glucose pour la microfaune du sol. Les graines prennent mieux dans un sol vivant. En 2017, il a moissonné le blé le 20 juillet, et le 23, il implantait un couvert tournesol, féverole, pois, phacélie et seigle. Et au printemps, un maïs sera semé. » Autre angle d’attaque, semer du trèfle avec le colza : « Le trèfle repart dès que la moisson du colza est terminée. La plante vivante dans le sol concurrence les repousses d’adventices et de colza ».



www.terre-net.fr



#Agriculture_de_conservation #Agroécologie #Couverts_Végétaux #Semis_sous_couvert


          Agriculture de conservation du sol