-35469 Transformation: Comment ajouter de la valeur à la filière karité ?

Voir plus de contenu
ou




Traore Phénix Mensah

Transformation: Comment ajouter de la valeur à la filière karité ?



Si l’on veut gérer l’espèce de manière plus rationnelle pour la préserver, il est important de maximiser les recettes des producteurs primaires, car ce sont ces agriculteurs qui prennent les décisions de gestion dont dépendent le futur de l’arbre et l’intégrité écologique du paysage.



L’un des moyens les plus directs d’ajouter de la valeur à un produit, quel qu’il soit, est de transformer la matière première en produits finis de plus grande valeur – dans le cas présent, il s’agira d’extraire le beurre des noix de karité. Le beurre de karité a une plus grande valeur que les noix dont il est issu, mais cette valeur dépend dans une très large mesure du marché sur lequel le beurre est vendu, et dans le cas des marchés locaux, de la période de l’année. La méthode d’extraction traditionnelle, par malaxage, permet d’obtenir 30 à 35% de beurre par poids sec, alors qu’avec les méthodes d’extraction chimique avec solvants, le rendement peut aller jusqu’à 45%.

Fait intéressant, le prix des noix et du beurre de karité est à peu près deux fois plus élevé dans les pays les plus éloignés du marché d’exportation (Ouganda, Soudan, République centrafricaine, Sénégal) que dans les pays plus proches (Ghana, Mali, Burkina Faso).

À l’intérieur de l’Afrique de l’Ouest, ces contradictions entravent la stratification cohérente des prix des produits, en fonction de leur qualité. Au Mali, par exemple, l’industrie paie les noix de karité sensiblement moins cher qu’au Ghana ou même au Burkina Faso, étant donné que ces deux pays sont plus proches de ports accessibles. Si 1 kg de beurre de karité franco à bord (f.o.b.) à Tema (Ghana) s’échange à 1 dollar EU au maximum alors que 1 kg de noix de karité vaut 0,30 dollar EU (P.N. Lovett, rapports non publiés), la marge n’est pas suffisante pour rendre la transformation intéressante, sauf si l’on trouve d’autres moyens d’ajouter de la valeur, notamment en développant un créneau de marché (une gamme de marchés spécialisés) axé sur des produits de qualité exceptionnelle, ou en mettant au point d’autres produits ou procédés de transformation.

On peut aussi ajouter de la valeur à la production en réduisant les coûts de transformation, grâce à une augmentation du rendement de conversion, et par conséquent de la rentabilité de la production.

#Transformation #Karité



SOURCE: fao.org



LIRE AUSSI: La filière karité: Le beurre de karité et ses marchés=> www.talkag.com


          Transformation: Comment ajouter de la valeur à la filière karité ?