Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

TECHNIQUES DE CONDUITE D'UNE CULTURE DE SORGHO FOURRAGER

Le sorgho fourrager est une espèce de plantes monocotylédones originaire généralement d'Afrique de l’Est. Elles sont cultivées comme plantes fourragères afin de servir dans l’alimentation des animaux. Considéré comme une plante annuelle autogame, le sorgho grain permet à la plante d’avoir un bon rendement photosynthétique. Cela lui confère une meilleure productivité en conditions chaudes et sèches.





Implantation des sorghos fourragers



On distingue plusieurs types de sorghos fourragers à savoir : sorghos mono coupes et sorghos multicoupes. Le sorgho fourrager est une plante annuelle sensible au froid, et proche du maïs. Elles ont néanmoins une particularité, qui est leur résistance face à la sécheresse. D’où l’adaptation de certains types au pâturage.



Le semis d’un sorgho fourrager doit se faire dans un sol bien réchauffé. La vigueur au départ du sorgho dépend fortement de la température du sol. Cette température doit être de 12°C minimum, suivie d’une semaine de beau temps. Ces conditions permettent une levée facile et homogène facilitant le désherbage. Au vu de leur petitesse, la profondeur des semences de sorgho doit se situer entre 2 et 4 cm dans la fraîcheur. Afin d’assurer un bon contact sol/graine, le lit de semence doit être fin. S'il y a des risques de battance, il faut conserver les petites mottes en surface. Il faut également éviter des semis trop profonds et des sols trop motteux. Il est important d’adapter la précocité des variétés de sorgho fourrager à la région et aux conditions pédoclimatiques. Le but serait d’ensiler un sorgho suffisamment mûr, situé autour de 27-30 % de MS plante entière.





Le désherbage



Les adventices apportent une certaine concurrence à des cultures de sorgho. La réussite du désherbage est un des points clé de l’itinéraire. Intervenir sur les graminées en cours de levée est un procédé vraiment important. Cela doit se réaliser en ne dépassant pas les stades 2-3 feuilles. Pour réussir son désherbage, l’humidité dans le sol au moment du traitement et dans les jours qui suivent est vraiment primordiale. Il est envisageable, en fonction de la flore existante, de faire un anti-graminées en post-semis et prélevée, ou de faire un anti-graminées anti-dicotylédones au stade 3 à 4 feuilles du sorgho. Il y a la possibilité de désherber plusieurs fois si nécessaire, si les semis sont réalisés à l’aide d’un semoir monograine.



#Sorgho #Fourrage #Conseil_agronomiques



#Sorgho


          TECHNIQUES DE CONDUITE D'UNE CULTURE DE SORGHO FOURRAGER