Voir plus de contenu
ou




Pichon Gilbert

LES RÈGLES À RESPECTER POUR UNE BONNE CONSERVATION DU MIEL

Une fois que le miel se récolte, l’apiculteur procède à l’étape de conservation du nectar obtenu. La conservation du miel requiert un certain nombre de normes qu’il faut minutieusement respecter afin de maintenir toute sa qualité et toute sa teneur. Tout part du choix de la miellerie, jusqu’au contrôle du taux d’humidité du miel.



Il faut bien choisir la miellerie pour une meilleure conservation du miel



D’abord, il faut savoir que le miel, une fois récolté, se conserve dans un local sec avec un taux d’humidité en dessous de 60%. Il faut préférer utiliser pour la conservation, du matériel en acier inoxydable. Quant aux installations électroniques, l’apiculteur veille à ce qu’elles respectent les normes en vigueur du nettoyage à grandes eaux. Il faut veiller à ce que l’extracteur ainsi que les autres matériaux soient disposés de sorte à faciliter le travail de l’apiculteur à l’intérieur de la miellerie en toute sécurité. Enfin, avant même de procéder à la récolte du miel, l’apiculteur doit avoir le réflexe de consulter tout son matériel ainsi que le lieu de stockage ; ceci dans le but de corriger s’il y a lieu les imperfections. Il ne faut pas négliger l’éclairage parfait du lieu de stockage ; qu’il faut aussi désinfecter souvent.



Réglementation en vigueur dans la commercialisation du miel



Il faut noter que la loi impose aux apiculteurs de mettre à la disposition des consommateurs, un miel sain et dépourvu de tout danger pour sa santé. Pour l’atteinte de ces objectifs, l’apiculteur est toutefois libre de choisir sa technique de récolte du miel. Il faut respecter les règles d’hygiène et de sécurité mentionnées plus haut. Le produit que l’apiculteur présente à l’acheteur doit être correct ; ceci par l’acidité, la viscosité, la haute concentration en sucre et la faible activité hydrique. Ce sont des facteurs qui empêchent le développement microbien dans le miel.



Toutefois, le miel est sensible au développement des levures osmophiles s'il est trop humide. Cela conduit à une fermentation rapide si le nombre de levures est élevé. Il faut donc éviter un maximum les souillures.



Réussir la conservation du miel, c’est observer un excellent taux d’humidité dans le nectar



Tout d’abord, récolté sur les fleurs, la teneur en eau du nectar est de l’ordre de 60 à 80%. La substance va ensuite subir une série de transformations par la trophallaxie et ventilation effectuées par les abeilles ; afin d’obtenir une teneur réduite à 16-18 % d’humidité. Ensuite, le miel est operculé.



Le miel doit être récolté sur un cadre suffisamment operculé afin d’éviter la présence d’un fort taux d’humidité ; qui peut avoir un impact négatif sur sa conservation. Pour contrôler le taux d’humidité dans le miel, l’apiculteur utilise un réfractomètre.

Il faut analyser l’analyse de l’humidité d’une goutte de miel à 20 °C. Il faut contrôler l’humidité de l’air ambiant dans une salle d’extraction avec un déshumidificateur par exemple.

Il est important de noter que le miel est très hydrophile et donc, ne doit rentrer à aucun moment en contact avec de l’eau.



Lire aussi RÉUSSIR LA RÉCOLTE DU MIEL SANS TOUTEFOIS PERTURBER LES COLONIES D’ABEILLES à l’adresse www.talkag.com



#Miel #Apiculture





#Conseil_agronomiques


           LES RÈGLES À RESPECTER POUR UNE BONNE CONSERVATION DU MIEL