Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

COLZA ASSOCIÉ À DES LÉGUMINEUSES, LEVIER D’UNE AGRICULTURE DE CONSERVATION

Les pratiques de l’agriculture de conservation sont nombreuses. Parmi elles, on parle de plus en plus du “Colza associé”. C’est une technique qui consiste à agencer un couvert au colza dès l’implantation de la culture. Pendant l’automne, ce couvert reste en place pour être détruit à l’hiver. C’est une pratique qui est de plus en plus plébiscitée afin de favoriser un avenir en vert. Que peut gagner l’agriculteur à cultiver un colza associé à une légumineuse?





Colza associé: intérêts agronomiques



Cela fait une dizaine d’année déjà que les agriculteurs bénéficient de la pratique du colza associé et ses conditions de réussite sont désormais bien connues. Plusieurs intérêts découlent de l’association du colza avec une légumineuse. Elle permet de limiter la couverture d’adventices et de diminuer l’apport en azote tout en agissant.



Associer le colza à une légumineuse permet d’améliorer la nutrition en azote et le fonctionnement du colza. En effet en se dégradant, les légumineuses reconstituent une partie de l’azote accumulé à l’automne. L’objectif est de conserver les rendements avec une dose d’azote réduite par rapport à un colza seul. Accroître la concurrence de la culture vis-à-vis des adventices, est également un intérêt découlant de la pratique du colza associé. Les légumineuses contribuent à limiter le développement des adventices du fait d’un supplément de production de biomasse et d’une complémentarité de port avec le colza. Le programme de désherbage est réduit par rapport à un colza seul.



En sommes, associer son colza à une légumineuse permet un meilleur contrôle des adventices, une réduction des dégâts d’insectes d’automne et une amélioration de l’efficience d’utilisation de l’azote. Colza + féverole par exemple, contribuent à réduire les dégâts des larves de charançon du bourgeon terminal et de grosse altise, d’autant plus que la biomasse colza + couvert associé est élevée. Cette association contribue également à la fertilité des sols. En entrée d’hiver, le surplus de biomasse et d’azote obtenu, peut permettre la fertilité du sol à long terme.



Les conditions de réussite de la culture associé au colza



Avant de se lancer dans la technique du colza associé, il faut tout d’abord maîtriser la culture seule et comprendre le fonctionnement de l’association. Pour une culture réussie, il faut avant tout démarrer sur de bonnes bases, c’est-à-dire miser sur une bonne implantation. La réussite de l’implantation va conditionner le développement des colzas mais également celui des légumineuses, le but étant qu’elles se développent suffisamment pour qu’elles puissent montrer tous leurs avantages et rentabiliser leur coût de semence. En outre, plus les plantes compagnes sont proches des colzas et plus les racines s’enchevêtrent et plus le colza développera ses racines. C’est pourquoi, il faut éviter de réaliser des lignes distinctes et éloignées



Pour réussir un colza associé, il faut donc réussir l’implantation. La levée doit être précoce. En cas d’implantation tardive, l’association des légumineuses au colza n’aura pas d’effet. Il faut réduire les doses d’herbicides antidicotylédones afin d’éviter les phytotoxicités sur les légumineuses. Proscrire alors les parcelles sales. Réaliser l’implantation sans travail et avec un semis direct sans flux de terre évitant les levées d’adventices, peut être une alternative.





Points clés de la conduite colza associé à une légumineuse



Le choix du couvert associé est un facteur très déterminant dans la pratique du colza associé. Il faut mélanger plusieurs espèces complémentaires. Cela doit se faire en suivant un critère de choix bien défini (comportement hivernal, bénéfices recherchés et risque bioagresseurs à la rotation). Il faut également une bonne levée avant fin août. Cela permet de maximiser l’avantage de l’association. Il y a la nécessité d’une bonne gestion des adventices en adaptant sa stratégie de désherbage. Les couverts de légumineuses contribuent à réduire le nombre de larves d’insectes d’automne (féverole). Aussi, à maintenir la dynamique de croissance du colza. Ils sécurisent l’impasse d’insecticide d’automne.



La gestion des adventices



Les plantes compagnes jouent un rôle important dans la gestion des adventices à levée tardive. En effet, la biomasse produite va impacter la croissance de ces dernières. Il ne faut évidemment pas croire que ces plantes vont remplacer à elles seules, un passage d’herbicide, elles ont cependant un pouvoir important sur le développement des adventices. Avec l’association d’autres leviers tel que le semis direct, il est possible de limiter l’utilisation des phytos.



Des plantes associées qui se développent vite et bien vont affecter les adventices dicotylées, par ombrage principalement, mais également en diminuant leurs ressources en eau et minéraux. Certaines plantes ont également des propriétés allélopathiques lors de leur décomposition et vont donc inhiber la levée des adventices. En ce qui concerne le programme de désherbage, il sera adapté en fonction de chaque parcelle. Pour les terres sans problème important de salissement et ayant été semées précocement, il est possible de réaliser un programme herbicide allégé voir de le supprimer totalement dans le cas du colza associé. En ce qui concerne le programme anti-dicotylée, les herbicides peuvent avoir une certaine phytotoxicité sur les légumineuses, limitant voire empêchant leur développement.



De manière générale, plus un herbicide est appliqué tôt, moins il sera sélectif vis-à-vis des légumineuses. C’est pourquoi il est préférable de l’appliquer le plus tard possible afin d’avoir le moins d’impact néfaste. Il faut être vigilant sur les produits et les doses de traitement appliqués.



La féverole associée à la culture de colza



L’association de plantes compagnes au colza permet dans de nombreux cas d’améliorer de manière générale le système. L’une des plantes compagnes est le plus souvent la féverole. Elle fait partie des espèces particulièrement à la mode cette année. C’est dû à ses atouts agronomiques et les avantages qu’elle peut procurer pour la conduite culturale et les performances du colza. C’est une association très intéressante pour couvrir le sol assez tôt en automne. Elle permet d’empêcher les adventices de se développer. Le but de cette association est d’éviter à tout prix que le couvert survive à l’hiver et envahisse le colza au printemps.



En semant 20 à 50 kg/ha de féverole de printemps, il peut y avoir un effet positif d’aversion contre les altises du colza en automne, voire contre d’autres insectes. On peut utiliser n’importe quelle variété de féverole de printemps, y compris de la semence de ses propres récoltes. Il n’est pas exclu que quelques plantes de féverole hivernent et se retrouvent dans le colza à la moisson. Cela peut ou pas gêner la récolte de colza. Pour des semis très précoces, en début d’hiver, les féveroles associées au colza sont détruites ; il s’agit là des féveroles d’hiver. Parfois elles peuvent devenir noire. Elles sont néanmoins peu sensibles au gel. Le gel ou le dépérissement de la plante est dû à l’arrivée des maladies. Généralement cette arrivée se fait en novembre. Au vu de cette situation, aucune intervention n’est prévue. Il faut juste surveiller les redémarrages du pied.

En cas de non destruction des féveroles à l’hiver, une intervention doit être faites avec un herbicide. Cette intervention est nécessaire si et seulement si la densité des féveroles est inférieure à 10 plantes par m2 ; s’il s’agit des féveroles d’hiver ; et si on ne souhaite pas avoir des féveroles au printemps qui vont concurrencer et mettre en difficulté le colza.









La technique de couvert associé au colza peut être intéressante surtout pour les aspects azote. Pour cela, le couvert associé doit être suffisamment développé pour jouer un rôle. Quelques points sont encore à confirmer ou étudier par l’acquisition de références notamment sur la perturbation des ravageurs par des espèces telles que la féverole et le lin. Talkag, la plateforme incontournable du monde agricole vous informe sur les avancées de cette pratique. Un site, pour partager et échanger avec des agriculteurs de votre région ou du monde sur les techniques de couvert associé au colza. Talkag vous permet également, grâce à son réseau mondial et les interactions qu’elle propose, d’adapter votre couvert associé (féverole) au programme de désherbage prévu afin de contenir les phénomènes de phytotoxicité.



#Colza #Féverole #Légumineuses #Adventices #Agriculture


          COLZA ASSOCIÉ À DES LÉGUMINEUSES, LEVIER D’UNE AGRICULTURE DE CONSERVATION