Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

LES LIMACES, UN PROBLÈME PERMANENT POUR LES CULTURES DE COLZA

En France, près d’un (01) millions d’hectares de colza sont cultivés. Ce qui fait d’elle la culture majeure de la sole nationale. Cette année 2020 est marquée par des conditions climatiques sèches en début d’été qui tendent à s’améliorer. Il n’y a pas que cela qui inquiètent les agriculteurs. En effet les limaces, des ravageurs dont les activités dépendent des conditions météorologiques, sont également une préoccupation majeure en ce début de campagne. Les limaces sur colza peuvent occasionner d’importants dégâts économiques. Raison pour laquelle, l’agriculteur doit pouvoir apprécier le risque de dégâts.





Description du limace



Le risque limaces est à prendre en compte sur les colzas en ce début de campagne. Afin d’épandre les granulés anti-limaces au bon moment et au bon endroit, l’agriculteur doit pouvoir apprécier le risque de dégâts grâce à une observation régulière des parcelles. Cela passe par la connaissance du ravageur. Le colza est une des cultures les plus sensibles aux limaces, surtout au stade trois feuilles. Le long cycle végétatif du colza leur permet non seulement de se nourrir mais également de se reproduire.



Il existe deux types de limaces sur colza à savoir la limace grise et la limace noire. Elles sont particulièrement nuisibles. Leur activité est principalement nocturne, par temps humide et couvert. Lorsque les conditions climatiques sont favorables avec des températures douces (optimum 10 –15 °C), elles sortent et se focalisent sur la recherche de nourriture. Pour se déplacer, l’humidité du sol leur est primordiale. C’est un ravageur qui peut parcourir environ trois (3) mètres par nuit. Ce sont des espèces capables de consommer l’équivalent de 50% de leur poids en 24h. Il est important de savoir reconnaître les limaces et leur mode de vie afin de choisir une stratégie adéquate pour les contrecarrer. Trois (3) méthodes d’observations directes des limaces existent à savoir: à l’oeil nu, avec différents matériels (les sacs d’engrais (plastique ou jutes), les planches en bois, les cartons etc. ), aussi avec des pièges anti-limaces.



Dégâts sur les cultures de colza



Les limaces sur colza peuvent déjà causer des dégâts réduits à partir d’une température de 0.5 °C. En principe, les limaces peuvent passer l’hiver à tous les stades de développement, de l’œuf à l’animal adulte. Des dégâts peuvent apparaître dans toutes les cultures. Les limaces sont surtout attirées par les jeunes plantes (stade 3-4 feuilles), dans une mesure qui varie en fonction de l’appétence des différentes cultures. Les dégâts vont d’une diminution de la qualité pour les plantes à tubercules et les légumes jusqu’à des dégâts totaux sur les semis en raison d’une attaque des semences, des feuilles ou des tiges. Les dégâts sont similaires à ceux des vers fil de fer, tipules, sitones du pois, corneilles, etc. Les premiers dégâts sont les plus pénalisants, les plantes attaquées étant perdues ou définitivement handicapées et les cotylédons trop largement entamés pour permettre une bonne croissance. Ces dégâts sont irréversibles et un traitement curatif est inefficace.





Méthodes de lutte



Des leviers de la lutte alternative sont possible en fonction du niveau d’activité détecté précocement. En effet la lutte agronomique consiste à alterner les cultures de printemps et celle d’automne tout en prenant en compte le risque de limaces sur l’ensemble de la rotation. Cela interrompt le cycle de vie des limaces et favorise la diminution des populations. Une succession de cultures bien choisie permet de limiter la présence des limaces à long terme.



Une lutte mécanique est également possible pour venir à bout des limaces sur colza. Implanter le colza dans de meilleurs conditions est l’objectif premier à l’approche des semis. Raison pour laquelle toute intervention culturale est bénéfique. Travailler profondément les sols n’est pas vraiment nécessaire pour lutter contre les limaces sur colza. En effet, il faut des passages répétés en travail du sol superficiel. Cela doit s’effectuer de préférence par temps secs et a pour intérêt de détruire des oeufs et des petites limaces par dessiccation. Si malgré le travail du sol, la présence des limaces est toujours effective, une combinaison des leviers alternatifs suivies par une application de granulés anti-limaces peut s’avérer judicieux. Un passage de rouleau permet d’améliorer la structure du sol et rend plus difficile le déplacement des limaces dans le sol, si celui-ci présente des mottes quelques jours avant le semis. Les carabes, prédateurs du sol, contribuent également à réguler les limaces.









Les semis de colza croissent. Malgré les conditions climatiques plutôt sèches, la surveillance des limaces reste un facteur important pour la mise en place d’une stratégie de lutte efficace, ainsi éviter les dégâts sur le colza. Talkag, la plateforme de partage du savoir agricole, est le canal par excellence qui permet à l’agriculteur de faire la veille des ravageurs susceptibles de perturber ses cultures. C’est un site qui permet l’entraide mutuelle entre agriculteurs du monde. Alerter, échanger, partager, informer et recevoir y sont possibles. Il est toujours possible de mettre en place les méthodes de lutte alternative (travail du sol supplémentaire, roulage…) pour diminuer le risque limaces, pour les parcelles non semées.





#TalkAG #Limaces #Colza #Ravageurs

Source image: terresinovia


          LES LIMACES, UN PROBLÈME PERMANENT POUR LES CULTURES DE COLZA