Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

Contamination des abattoirs: L’hypothèse de la circulation de l’air

Un air froid, humide et en circulation constante dans les bâtiments : contrairement à la promiscuité pendant le travail, la possibilité d’une transmission facilitée par la climatisation est considérée par certains scientifiques.



Dans la plupart des environnements de travail, le risque d’une infection par des particules virales en suspension dans l’air est jugé négligeable. Le travail dans l’industrie de la viande « implique des tâches physiques accomplies rapidement, générant ainsi beaucoup d’aérosols dans un milieu froid et fermé, ce qui pourrait multiplier le risque de transmission si une personne est infectée », avance la professeure Raina MacIntyre, de l’université de Nouvelle-Galles du Sud, près de Sydney, auprès de l’Agence France-presse. « C’est tout à fait possible », a aussi souligné auprès de l’agence, lundi, le professeur Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de l’université de Genève. Si cette piste était confirmée, elle appuierait l’hypothèse d’une transmission du virus par de fines gouttelettes exhalées par les malades qui circuleraient dans l’air (que les scientifiques appellent aérosols) et non pas uniquement avec les postillons, plus lourds. L’existence de ce mode de transmission n’est, cependant, pas encore scientifiquement prouvée. A l’heure actuelle, une conjonction de facteurs sociaux, économiques, démographiques et liés à l’organisation du travail en abattoirs semble jouer un rôle important dans l’émergence de ces «clusters» d’infection. A cette heure, les processus spécifiques à la découpe et à la manipulation de la viande ne semblent pas mis en cause.



#Abattoirs #Viande #Covid_19

SOURCE: www.lemonde.fr

Lire aussi

Covid 19 dans les abattoirs: La contamination peut-elle provenir de la viande ? à l’adresse: www.talkag.com


          Contamination des abattoirs: L’hypothèse de la circulation de l’air