Voir plus de contenu
ou




Grosbois Bastian

La pyrale, principal ravageur du maïs: Lutte préventive

Heureusement, des facteurs naturels se chargent d'éliminer la grande majorité des pyrales dans les champs. Bon nombre des jeunes chenilles se noient lors des pluies abondantes ou, par temps très sec, se déshydratent.



La section des tiges au ras du sol et le broyage fin (morceaux de moins de 5 cm) des cannes de maïs diminue de 70 à 80 % les populations de larve. Ce type de mesure doit se faire à l'échelle d'une zone de production pour avoir une efficacité certaine. Le labour soumet les chenilles aux agents pathogènes du sol et restreint la remontée des papillons au printemps. Les larves de pyrale sont très résistantes au froid. Cependant, pluies et températures douces entraînent de façon significative des développements de pathogènes sur les larves diapausantes. Certaines années, cela contribue à la diminution de population de pyrale. Les mesures prophylactiques réalisées à l'échelle du bassin de parcelles sont plus efficaces qu'une lutte individuelle. Dans la mesure du possible, la lutte doit être collective.



#Maïs #Pyrale_du_maïs #Conseil_agronomiques #Ravageurs

SOURCE: www.fiches.arvalis-infos.fr

Lire aussi

Les dégâts que peuvent causer les pyrales sur les cultures de maïs; à l'adresse: www.talkag.com


          La pyrale, principal ravageur du maïs: Lutte préventive