https://www.talkag.com/post/?src=34842 La Chronique des Matières premières agricoles: Le riz au 23 avril 2020=>https://www.talkag.com/post/?src=34915 SOURCE:http://www.commodafrica.com/28-04-2020-inquietudes-dans-la-filiere-riz-au-nigeria-et-en-afrique "/> https://www.talkag.com/post/?src=34842 La Chronique des Matières premières agricoles: Le riz au 23 avril 2020=>https://www.talkag.com/post/?src=34915 SOURCE:http://www.commodafrica.com/28-04-2020-inquietudes-dans-la-filiere-riz-au-nigeria-et-en-afrique " /> Faut-il s'inquiéter pour l’épuisement des stocks de riz en Afrique ?

Voir plus de contenu
ou




Traore Phénix Mensah

Faut-il s'inquiéter pour l’épuisement des stocks de riz en Afrique ?



Il est à présent incontestable que les mesures prises ici et là pour endiguer la propagation du covid-19, pèsent lourd sur les mouvements du commerce agricole. Les chaînes d’approvisionnement sont soit interrompu, soit perturbées. C’est dans cet ordre d’idée que la plateforme logistique nigériane, Kobo 360, l'"Uber pour camions", lance un cri d'alarme, se faisant l'écho de nombreuses situations alarmantes en Afrique liées au confinement.



Rappelons que le 27 avril, les chefs d’Etat de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), ont tenu une session extraordinaire en visioconférence. Le point a été fait sur la pandémie de Covid-19 dans l’Uemoa."La Conférence relève par ailleurs que les difficultés liées aux importations, la fermeture des marchés, les mesures de confinement et la mise en quarantaine des zones touchées par la pandémie pourraient priver les producteurs ruraux d’un accès facile aux intrants agricoles et affecter négativement les résultats de la campagne 2020/21 déjà sous la menace du péril acridien avec l’installation prochaine de la saison des pluies. Cette situation pourrait déboucher sur une aggravation de la situation alimentaire et nutritionnelle pour la région en 2021." Où se situe les autres inquiétudes? Actuellement, 30% de la flotte de camions de Kobo 360 (une plateforme qui met en contact les propriétaires de flottes de véhicules avec les sociétés demandeuses de services de transport) au Nigeria, Togo, Ghana mais aussi au Kenya et Ouganda n'opère pas. Des agriculteurs lancent des signaux de détresse devant leurs récoltes qui pourrissent dans les champs ou dans les entrepôts, en attendant des camions qui ne viennent pas. Et les moulins ne parviennent pas à acheminer leur riz décortiqué aux commerçants. A l'import aussi les denrées se font rares car l'Inde, le Vietnam et le Cambodge ont interdit ou fortement réduit leurs exportations notamment de riz, afin de sécuriser leur propre approvisionnement, même si c'est en train de reprendre. Des mesures que l'Afrique sub-saharienne, premier importateur mondial, prend de plein fouet. Au Nigeria les transporteurs sont, théoriquement, exempts des restrictions du confinement, mais craignent d'être contaminés ou arrêtés voire pénalisés par des éléments zélés de police ; si les mesures de confinement ont été assouplies dans les Etats de Lagos, Ogun et dans le territoire fédéral d'Abujan, il a été imposé ce week-end dans l'Etat de Kano face à la hausse de cas de Covid-19 ce week-end. Côté consommateurs, le manque d'approvisionnement alimentaire fait grimper les prix. Selon SBM Intelligence, le prix du sac de riz importé a augmenté de plus de 7,5% à Abuja et Lagos entre la troisième semaine de mars et début avril ; le sac de riz local a aussi grimpé de 6 à 8%. S'agissant de la Côte d'Ivoire, dimanche, le ministre de la Promotion de la riziculture, Gaoussou Touré, a rassuré qu’il n’y aura aucune rupture de stock de riz en Côte d’Ivoire, dans la mesure où la mise en œuvre du Programme d’urgence riz permettra la production de 500 000 t additionnelles de riz blanchi, et apportera une réponse concrète aux effets néfastes du COVID-19 sur la filière, selon le communiqué. Et l'inquiétude ne porte pas que sur la situation actuelle. Selon un sondage réalisé par l'entreprise nigériane qui fournit logistique et financements au secteur agricole, Afex Commodities Exchange, les stocks d'engrais dans le pays sont actuellement 20% moins élevés que d'habitude et il n'y aurait assez de semences et autres intrants que pour cultiver un million d'hectares contre les 30 millions habituellement cultivés, souligne Reuters. Les banques ne viennent plus inspecter les fermes et donc n'accordent plus de crédit ; or, on commence à planter le riz au Nigeria en mai. Pour conclure, "La Conférence, consciente que les couches vulnérables sont très affectées par les mesures prises pour limiter la propagation de la pandémie à Coronavirus, recommande aux Etats membres de mettre rapidement en œuvre les mesures d’atténuation prises en leur faveur."

#Covid_19 #Afrique #Nigeria #Riz



LIRE AUSSI: Le retour de l’Inde sur le marché du riz, va soulager l’Afrique=> www.talkag.com



La Chronique des Matières premières agricoles: Le riz au 23 avril 2020=> www.talkag.com







SOURCE: www.commodafrica.com




          Faut-il s'inquiéter pour l’épuisement des stocks de riz en Afrique ?